A la Une

Russie: Les Etats-Unis d’Amérique créent les conditions pour déployer des missiles à courte et moyenne portée en Europe, en Asie et dans le Pacifique

Image d’archives représentative

Les Etats-Unis d’Amérique occupent l’espace le plus large pour surprendre l’ennemi installé dans un espace confiné

Lancement d’un essai d’un missile balistique de portée moyenne Pershing 2, base aérienne de Cape Canaveral, Floride, États-Unis, 13 janvier 1988. Photo: AP

Washington s’est retiré en 2019 du traité qui restreignait ces armes depuis l’époque de l’URSS.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé à l’ouverture de négociations multilatérales sur la sécurité internationale en raison de la situation causée par le fait que les États-Unis d’Amérique aient abandonné le Traité sur les missiles à moyenne et courte portée (INF) en 2019.

« Pour parvenir à des décisions concrètes, des négociations et des consultations multilatérales sont nécessaires » auxquelles participe Washington, qui « a démantelé le traité INF et crée activement les conditions pour déployer des armes précédemment interdites en Europe et en Asie », une manœuvre qui « ne se cache pas », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères ce 17 février lors d’une conférence sur la sécurité qui s’est tenue à Munich (Bavière, Allemagne).

Le chef de la diplomatie russe estime que cette situation sur le territoire asiatique se situe «au Japon, en Corée du Sud et dans plusieurs îles du Pacifique».

L’accord INF, signé en 1987 par l’URSS et les États-Unis d’Amérique dans le but d’éliminer les missiles de croisière balistiques et terrestres d’une portée comprise entre 500 et 5 500 kilomètres, nucléaires et conventionnels, a été officiellement annulé le 2 Août 2019 à l’initiative des États-Unis d’Amérique, qui ont accusé la Russie de violer l’accord, ce que Moscou rejette.

Le même jour, le Pentagone a annoncé qu’il commencerait à développer de tels missiles avec des ogives conventionnelles interdites par le traité INF.

Le Traité sur la réduction des armes stratégiques (START III ou New START), signé en 2010, est le seul accord qui existe concernant le régime moderne de surveillance et de contrôle de la non-prolifération des armes nucléaires entre la Russie et les Etats-Unis d’Amérique: en à partir de 2011 et restera en vigueur jusqu’en 2021.

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : RT

Les plans des Etats-Unis d’Amérique de déploiement d’armes dans l’espace détruiraient l’équilibre de sécurité actuel – Moscou

© AP Photo /

MOSCOU – Washington tente d’utiliser des allégations selon lesquelles un satellite inspecteur russe « pourchasserait » un satellite de reconnaissance des Etats-Unis d’Amérique comme excuse pour alimenter une course aux armements dans l’espace, ce qui pourrait conduire à la destruction de l’équilibre de sécurité existant dans l’espace, a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères.

« Nous tenons à souligner que le mouvement de notre vaisseau spatial ne constitue pas une menace pour le satellite des Etats-Unis d’Amérique et, surtout, ne viole aucune norme ni aucun principe du droit international », a déclaré le ministère dans un commentaire à Spoutnik.

« Cette étape provocatrice est une autre tentative des États-Unis d’Amérique pour justifier les plans américano-états-uniens de déploiement d’armes dans l’espace, transférant à d’autres la responsabilité de déstabiliser la situation en matière de sécurité spatiale », a déclaré le ministère.

Le ministère a souligné que la mise en œuvre des plans militaires des Etats-Unis d’Amérique dans l’espace causerait des dommages irréparables au système de sécurité spatiale existant.

Les responsables américains-états-uniens ont récemment exprimé leur inquiétude face aux mouvements suspects du satellite russe Kosmos 2542, qui aurait effectué une série de manœuvres fin janvier pour se rapprocher du satellite du Bureau national de reconnaissance USA 245.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

USA: la menace balistique de Poutine

Le nouveau missile Avangard lancé par la Russie, le 27 décembre 2019. ©AP

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a organisé une conférence de presse en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité et a abordé l’intention des États-Unis de déployer des missiles en Europe et en Asie.

M. Lavrov a mis en garde les États-Unis contre les conséquences d’un possible déploiement de missiles américains en Europe et dans d’autres régions.

« Bien sûr, nous en parlerons avec la France, mais avant de parvenir à un accord global (sur les missiles), nous devons entamer des négociations multipartites dont feraient aussi partie les États-Unis », a-t-il déclaré.

Critiquant le retrait américain du FNI – Traité sur les forces nucléaires intermédiaires –, il a indiqué: « Ils (les États-Unis) ont anéanti ce traité et œuvrent activement pour le déploiement d’armements en Europe et en Asie. Ce sont des armements qui, un temps, étaient prohibés et ils ne cachent pas leur intention. »

Par armements prohibés, Lavrov fait allusion aux missiles interdits par le traité FNI. Le président russe Vladimir Poutine a annoncé le 2 février 2019 que son pays suspendait sa participation au traité de désarmement nucléaire FNI en réponse à la suspension américaine. Le traité FNI, signé en 1987 par le président américain Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, visait à l’élimination de tous les missiles de croisière et missiles balistiques américains et russes lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 km et 5 500 km.

Or l’US Air Force a repris l’essai de missiles balistiques jusqu’alors prohibés par le traité FNI.

Lire aussi : Les sous-marins russes lancent les missiles balistiques Bulava et Sineva

Le général Viktor Bondarev, chef du comité pour la défense et la sécurité du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), a déclaré ce lundi que si les États-Unis insistaient dans leur démarche, Moscou ordonnerait la production des missiles prohibés d’ici six mois.

« Étant donné la performance de nos usines, de nos sociétés de conception de missiles et notre potentiel scientifique et militaire, nous sommes en mesure de produire des missiles de courte et moyenne portée en peu de temps », a-t-il averti.

« Nous visitons souvent nos usines industrielles. Sans aucun doute, la production d’un nouveau missile prend du temps, mais nous sommes capables de concevoir un missile jusqu’à l’étape d’essai en l’espace de 6 à 12 mois », a-t-il ajouté.

Viktor Bondarev n’a pas exclu une renégociation du traité FNI et l’adhésion de nouveaux membres. « Je soutiendrais des négociations équitables sur un traité qui comprend tous les missiles dont les pays membres ont la capacité de production et de déploiement. Ils devront être soumis à un contrôle international plus assidu.

Source: Press TV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :