A la Une

Imaginez ceci à New-York ou à Istanbul – Une cité terroriste souterraine dotée de salles de bain et d’Internet découverte près d’Alep – vidéo

Image d’archives

NewsTeam

Toute une cité souterraine a été aménagée par les terroristes dans un village au nord d’Alep, a annoncé aux journalistes un militaire syrien. La base vient d’être découverte après la libération de la zone par l’armée gouvernementale.

Une base souterraine des terroristes du groupe Hayat Tahrir al-Cham* a été découverte à 20 kilomètres au nord d’Alep, en Syrie, dans une zone récemment libérée de l’emprise des radicaux, rapporte un correspondant de Sputnik sur place.

Il s’agit d’une véritable cité souterraine creusée dans la roche par les djihadistes, avec une large entrée qui peut laisser passer un camion. Les couloirs ont sans doute été creusés à l’aide de matériel spécial, apparemment des boucliers utilisés normalement pour construire un métro.

Les travaux auraient été réalisés il y a quatre ou cinq ans, a expliqué aux journalistes le colonel syrien Rami Mauvas. Ils avaient tout ce qu’il faut: l’électricité, l’eau courante, des canalisations et même Internet.

À l’intérieur, se trouvent des rues et des ruelles, des casernes, des salles de bain, des toilettes. Les murs sont renforcés par des briques, parfois même recouverts de faïences murales.

L’état-major des terroristes

Abou Mohammed al-Joulani, le fondateur du Front al-Nosra* et de Hayat Tahrir al-Cham*, a enregistré ses allocutions dans une des pièces de cette cité. Son état-major se trouvait également ici, ainsi qu’un dépôt de munitions. Des mines, des obus et des cartouches de différents calibres y sont encore entreposés. À en juger par les inscriptions sur les caisses, ils étaient de fabrication étrangère.

Le régime de cessez-le-feu établi dans la zone de désescalade d’Idlib continue d’être violé par des formations armées illégales, selon le chef du Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie Oleg Jouravlev.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Source: Sputnik News – France

Une base militaire turque en Syrie a été complètement détruite

DAMAS – Selon l’agence de presse russe Lenta.ru et l’agence de presse North dans la zone de la ville syrienne de Tel Tamr, une base militaire turque a été complètement détruite, a appris BulgarianMilitary.com citant les deux sources.

Auparavant, il y avait au moins 50 militaires turcs, des véhicules blindés et du matériel de communication, mais selon des sources locales, pour des raisons inconnues, un violent incendie s’est déclaré sur la base, et plus tard, les militaires turcs évacués ont été remarqués.

Il convient de noter que la cause de la destruction de la base militaire turque n’est pas des explosions ou des attaques, mais un incendie survenu à la base.

Pour cette raison, les médias ont déclaré que la base avait été incendiée par les militaires turcs eux-mêmes, qui ont décidé de transférer leurs forces dans d’autres régions.

« L’armée turque a commencé à se retirer des positions en Syrie qu’elle occupait près de la colonie de Tel Tamr dans la province septentrionale de Hasek ». Cela a été rapporté par North Press sur Twitter.

Les raisons de la réinstallation ne sont pas indiquées. Selon l’agence, l’armée turque quitte également les colonies de Shabliya, Al-Manajir et Es-Saud dans le nord de la Syrie – exactement là où s’est déroulée l’opération «Source de la paix».

North Press souligne que la Turquie brûle toutes ses positions avant de les quitter.

Un certain nombre de sources ont suggéré que la raison d’une éventuelle évacuation des militaires turcs était l’intention de lancer une opération militaire non seulement dans la partie nord-ouest de la Syrie, mais aussi dans la partie nord de la République arabe, à propos de laquelle elle était a décidé de supprimer les positions de l’armée turque afin de protéger le personnel militaire des représailles.

Cependant, dans le même temps, il existe des preuves qu’en réalité, la raison de la destruction de la base turque était une attaque contre elle par les forces militaires kurdes.

BulgarianMilitary.com ne peut pas confirmer la vérité des informations selon lesquelles une attaque de Kurdes syriens est la principale raison de la destruction de la base militaire.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : BulgarianMilitary.com

Des unités de l’armée découvrent un hôpital de campagne laissé par des terroristes dans la ville de Hayyan, dans la campagne d’Alep – vidéo

Alep – tout en achevant le processus de nettoyage de la ville de Hayyan dans la campagne du nord-ouest d’Alep, les unités de l’armée arabe syrienne ont trouvé un hôpital de campagne qui contient des dispositifs et équipements médicaux, certains d’entre eux ont été fabriqués en Arabie saoudite et au Qatar.

Un journaliste de SANA a déclaré qu’en sillonnant les quartiers et les maisons de la ville de Hayyan, récemment libérée du terrorisme par l’armée arabe syrienne, des unités de l’armée ont découvert un hôpital de campagne pour terroristes au sein de l’école privée Ibn Hayyan.

Le journaliste a ajouté que l’hôpital de campagne contient du matériel médical et d’urgence, des masques, des vêtements, des filtres, un certain nombre de lits et des médicaments, dont certains ont été fabriqués en Arabie saoudite et au Qatar, en plus de trouver un certain nombre de voitures qui avaient été utilisées par des terroristes pour avoir transporté les blessés.

Elle a indiqué que des missiles TOW et une rampe de lancement ont également été trouvés à l’intérieur de l’hôpital de campagne.

Le journaliste a ajouté que l’école Ibn Hayyan avait été transformée en hôpital de campagne par des terroristes venus de différentes parties du monde pour répandre leur sombre mentalité à travers la Syrie.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : SANA

La Syrie et la Russie ont-ils anticipé une réaction adaptée ? – La Turquie lance une importante opération militaire dans le nord de la Syrie

L’armée turque, soutenue par les forces de l’opposition, a lancé une importante opération militaire dans la province d’Idlib, après trois semaines de renforts lourds pour bloquer l’offensive dirigée par la Russie dans le nord de la Syrie, qui a tué 400 personnes et déplacé 900 000 personnes depuis décembre, ont déclaré des activistes locaux jeudi à Zaman al-Wasl.

Soutenu par de lourds barrages d’artillerie turcs, le SNA a fait une avancée rapide dans la ville d’al-Nayrab, prenant un terrain à quelques kilomètres de l’aéroport militaire stratégique de l’est de la région d’Idlib.

Le président Recep Tayyip Erdogan a menacé mercredi de lancer une opération dans la région d’Idlib d’ici la fin du mois si le régime de Bachar al-Assad ne se retirait pas derrière les positions militaires turques.

« Une opération à Idlib est imminente », a déclaré Erdogan aux parlementaires de son parti. « Nous comptons, nous faisons nos derniers avertissements ».

Les forces du régime syrien dirigées par Bachar al-Assad ont tenté de capturer la campagne d’Alep et des parties de la province voisine d’Idlib.

Ces avancées ont fait fuir des centaines de milliers de civils syriens vers la frontière avec la Turquie, qui accueille déjà plus de 3,7 millions de réfugiés.

Les avancées rapides du régime ont déclenché de rares affrontements entre la Syrie et la Turquie, qui soutiennent les rebelles [et terroristes – MIRASTNEWS] syriens [depuis 2011MIRASTNEWS] et disposent de troupes dans la région pour surveiller l’accord de cessez-le-feu de 2018.

Mercredi, des travailleurs humanitaires syriens ont lancé un appel urgent à un cessez-le-feu et à une aide internationale pour près d’un million de personnes fuyant un assaut du régime dans le nord-ouest du pays.

La semaine dernière, les forces d’Assad ont sécurisé une autoroute stratégique connue sous le nom de M5 et consolidé le contrôle de la province d’Alep pour la première fois depuis 2012, portant un coup sévère à l’opposition qui se bat actuellement pour tenir son dernier bastion à Idlib.

Les autorités turques [encore un moyen de brouiller les cartes pour mieux s’implanter en Syrie, afin d’amadouer la Russie et être au plus près de la récolte d’informations, et donc de retarder ou empêcher l’avancée des forces résistantesMIRASTNEWS] ont annoncé jeudi que la Turquie et la Russie envisageaient d’éventuelles patrouilles conjointes autour d’Idlib comme une option pour assurer la sécurité de la région.

Il a également été annoncé que la Turquie, la Russie et l’Iran se réuniront à Téhéran le mois prochain pour discuter d’Idlib tandis qu’une délégation russe pourrait se rendre à Ankara avant cela.

La nouvelle intervient après que le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré qu’il y avait un certain rapprochement avec la Russie lors des discussions sur la région d’Idlib en Syrie, où Ankara a menacé de lancer une offensive, mais a ajouté que les discussions n’étaient pas encore au niveau souhaité.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Zaman Al Wasl

Les forces turques bombardent les forces du gouvernement syrien à Idlib

DAMAS, 20 février – Les forces turques ont lourdement bombardé jeudi les positions des forces gouvernementales syriennes dans la campagne de la province d’Idlib, dans le nord-ouest du pays, a rapporté un observateur de la guerre.

Le bombardement a été effectué par les forces turques et les rebelles soutenus par la Turquie, qui visaient des positions militaires de l’armée syrienne dans la ville de Nairab, dans la campagne d’Idlib, au milieu d’une montée en puissance militaire turque en préparation d’un nouvel assaut contre les troupes syriennes, a déclaré l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Les forces turques et les rebelles alliés préparent une offensive contre les forces syriennes à Nairab quelques jours après que les rebelles soutenus par la Turquie l’aient brièvement capturée avant que l’armée ne la reprenne, selon le groupe de surveillance.

D’autre part, l’armée syrienne soutenue par la Russie a mené des frappes aériennes contre les positions rebelles dans la région d’Ariha dans la campagne d’Idlib avec l’aide d’avions de guerre russes, a déclaré l’Observatoire.

Mercredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont les forces soutiennent l’insurrection en Syrie et a récemment envoyé des troupes en Syrie sans le consentement du gouvernement syrien, a averti que ce n’était « qu’une question de temps » avant de lancer une opération pour arrêter l’offensive syrienne contre Idlib qui aurait tué des dizaines de civils depuis décembre dernier.

La Russie, principal allié international du gouvernement syrien, a répondu en disant que toute offensive turque contre les forces syriennes à Idlib serait le « pire scénario ».

Le journal progouvernemental al-Watan a déclaré jeudi qu’un sommet tripartite entre la Russie, la Turquie et l’Iran aura lieu le mois prochain à Téhéran, la capitale de l’Iran.

La Turquie a été mise en colère par l’offensive de deux mois de l’armée syrienne dans la campagne d’Alep et d’Idlib, dans le nord de la Syrie, qui a permis à l’armée syrienne de reprendre des zones clés, notamment l’autoroute reliant Damas à Alep.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Xinhua

Des unités de l’armée trouvent une position pour les chefs des terroristes de Jabhat al-Nusra sur la route Alep-Azaz

Alep – Tout en mettant au peigne fin les villages libérés dans la campagne du nord d’Alep, les unités de l’armée arabe syrienne ont saisi une position de l’organisation terroriste Jabhat al-Nusra et des groupes affiliés sur la route d’Alep-Azaz en face de la ville de Kafr Hamra.

Un journaliste de SANA a déclaré que les unités de l’armée ont trouvé une position énorme pour les dirigeants de l’organisation terroriste Jabhat al-Nusra et les groupes qui lui sont affiliés au sein du centre commercial (Carrefour) sur la route Alep-Azaz en face de la ville de Kafr Hamra dans la campagne nord-ouest d’Idlib.

Le journaliste a indiqué qu’une partie du centre avait été transformée en prison qu’ils appelaient «autorité de la charia» et qu’il comprend plusieurs cellules.

Elle a indiqué que le poste comprend plusieurs pièces dans lesquelles se trouvent des documents avec les slogans des organisations terroristes de Jabhat al-Nusra et Daesh (ISIS).

Elle a ajouté que les terroristes ont fortifié un étage souterrain avec des sacs de sable, des bermes et des barricades par crainte des frappes menées par l’armée arabe syrienne qui ont forcé leurs restes à fuir.

Plus tôt, des unités de l’armée ont trouvé un hôpital de campagne pour les terroristes à l’intérieur de l’école privée d’Ibn Hayyan dans la ville de Hayyan dans la campagne du nord-ouest d’Alep, car du matériel médical et d’urgence a été trouvé à l’intérieur, en plus de masques, vêtements, filtres et un certain nombre de lits et des médicaments, dont certains étaient fabriqués en Arabie saoudite et au Qatar.

Ruaa al-Jazaeri

Traduction : MIRASTNEWS

Source : SANA

La Turquie a lancé des actions militaires à Idlib, les chasseurs Su-35 russes dans le ciel

DAMAS – L’armée turque a lancé une offensive sur la position de l’armée syrienne dans la province d’Idlib, selon le journaliste de Twitter Charles Lister, a appris BulgarianMilitary.com.

Selon lui, l’opération se déroule dans le village de Nairab, dans le secteur duquel, plus tôt en février, un des hélicoptères de l’armée de l’air syrienne a été abattu par des militants. Une colonne de matériel militaire turc, dont plusieurs chars, s’est également dirigée vers ce village. De plus, des frappes d’artillerie ont été signalées.

Les troupes turques et les combattants de l’opposition armée participent à l’offensive, rapporte TASS citant la chaîne de télévision Al Jazeera. Selon un observateur, à la suite de la bataille près de Nairab, deux chars de l’armée syrienne ont été détruits, un T-72 et un véhicule de combat d’infanterie ont été capturés.

La capture de Nairab est la première partie d’une opération visant à reprendre le contrôle de l’opposition sur la ville de Sarakib, qui est située à l’intersection de deux autoroutes syriennes clés M4 et M5, explique le journaliste de l’opposition Asaad Hanna.

Sarakib est située à sept kilomètres à l’est de Nairab, début février, elle a été prise par l’armée syrienne en même temps que l’autoroute M5, dont le contrôle permet le libre passage à travers toute la Syrie.

Dans la région de Nairab, dans la province syrienne d’Idlib, les chasseurs russes Su-35S l’ont remarqué. Une vidéo de leur a été publiée par la chaîne Military Informant Telegram.

Il est à noter que des combattants patrouillent dans la zone de concentration de l’armée turque et des militants dans le cadre d’une éventuelle opération offensive.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : BulgarianMilitary.com

Des unités de l’armée arabe syrienne repoussent les attaques terroristes à Idlib – SANA Reporter

Syrian army units advance in the town of al-Eis in south Aleppo province on February 9, 2020, following battles with rebels and jihadists

© AFP 2019 / –

En décembre, les forces gouvernementales syriennes ont lancé une offensive pour reprendre les zones de la province d’Idlib, le dernier bastion rebelle du pays. Les tensions dans la région se sont encore intensifiées après que les forces gouvernementales syriennes ont bombardé un point d’observation turc le 3 février, tuant sept militaires et un entrepreneur civil.

Des unités de l’armée arabe syrienne ont repoussé les attaques terroristes sur l’axe Nayrab dans la campagne d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, a fait savoir l’agence SANA jeudi.

Des combats acharnés ont été signalés près de la ville de Saraqib, dans le nord-ouest du pays, selon la radio Sham FM. Les forces gouvernementales ont une couverture aérienne et ripostent avec des tirs d’artillerie.

Le gouvernement poursuit l’opération militaire visant à évincer les djihadistes de certaines parties de la région frontalière de la Turquie, où la Turquie possède des postes d’observation.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a demandé lundi aux troupes syriennes de se retirer des positions turques ou de faire face à une action militaire rapide. Son homologue syrien, Bachar Assad, s’est engagé à poursuivre l’offensive.

La situation dans la province d’Idlib en Syrie s’est récemment aggravée après que les forces syriennes ont bombardé un point d’observation turc le 3 février, ce qui a incité le président turc Recep Tayyip Erdogan à menacer une opération militaire à Idlib à «n’importe quelle minute».

En 2017, la Russie, la Turquie et l’Iran ont créé quatre zones de désescalade en Syrie lors de leurs pourparlers dans la capitale kazakhe Astana (maintenant nommée Nur-Sultan). Trois zones sur quatre sont contrôlées par le gouvernement syrien. Cependant, Damas n’exerce aucun contrôle sur la quatrième zone, située dans la province d’Idlib et une partie des provinces de Lattaquié, Hama et Alep. Une grande partie de la zone est contrôlée par les djihadistes d’al-Nusra.

En septembre 2018, Moscou et Ankara ont convenu à Sotchi d’établir une zone démilitarisée à Idlib où plus d’une douzaine de forces sont stationnées.

Des avions russes Su-24 attaquent des terroristes pro-turcs, permettant à l’armée syrienne de repousser les attaques

Selon le Centre de réconciliation russe pour la Syrie, des militants pro-turcs, avec le soutien de l’artillerie turque, ont percé les défenses de l’armée syrienne dans les régions de Qminas et Nayrab.

Des avions Su-24 russes ont effectué des frappes aériennes contre des terroristes pro-turcs, ce qui a permis aux troupes syriennes de repousser toutes les attaques avec succès, a déclaré le Centre russe de réconciliation pour la Syrie dans un communiqué.

« Les troupes syriennes ont détruit un char, six véhicules de combat d’infanterie et cinq camionnettes contenant des armes de gros calibre », indique le message.

Le Centre a également ajouté que quatre militaires syriens avaient été blessés par l’artillerie turque.

DÉTAILS À SUIVRE

Source : Sputnik News

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Le Kremlin se prépare si on l’y oblige à la guerre avec Erdogan en Syrie

Les combats entre les soldats turcs et l’armée syrienne, que la Russie soutient depuis cinq ans, seraient le pire développement possible, a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov, commentant une déclaration du président turc Recep Erdogan, qui a averti qu’une opération dans la province syrienne d’Idlib commencera dans les prochains jours à moins qu’Assad et Moscou ne retirent leurs forces.

«Si nous parlons d’une opération contre des groupes terroristes à Idlib, alors, sans aucun doute, ce sera une activité conforme aux accords de Sotchi, car la neutralisation de ces groupes terroristes, qui possèdent désormais des armes, du matériel et des infrastructures de munitions assez puissants, est l’obligation de la Turquie », a fait remarquer Peskov.

« Si nous parlons d’une opération contre les forces armées syriennes légitimes, ce sera certainement le pire développement possible », cite Interfax.

La semaine dernière, la Turquie a commencé à déployer un contingent supplémentaire de forces en Syrie, y compris des chars et des transports blindés. Selon l’agence de presse Anadolu, les troupes sont concentrées dans la province turque de Hatay, frontalière avec la Syrie. Des techniciens, des forces spéciales et des camions munis de munitions ont été transférés dans la région.

Le 10 février, la Turquie a mené une vaste attaque contre l’armée gouvernementale syrienne et a affirmé avoir «éliminé» 100 soldats, trois chars, deux points de tir et un hélicoptère. Une opération à part entière à Idlib visant à stopper l’offensive d’Assad « pourrait commencer à tout moment », a averti mercredi Erdogan. Selon l’ONU, l’offensive d’Assad a déjà contraint 700 000 Syriens à quitter leur domicile et à se diriger vers la Turquie.

«Le régime [d’Assad] n’a plus que quelques jours pour arrêter son agression à Idlib et se retirer dans les territoires stipulés dans l’accord de Sotchi. C’est notre dernier avertissement», a déclaré Erdogan, ajoutant que «la Turquie ne laissera pas Idlib au régime d’Assad et à ses partisans».

En décembre, Erdogan a accusé la Russie d’avoir violé les accords concernant la Syrie, envoyant ainsi une vague de réfugiés en Turquie qu’elle ne peut pas accueillir. Les camps de réfugiés temporaires débordent, abritant près de 4 millions de personnes.

Quatre séries de négociations avec des responsables russes – deux en Turquie la semaine dernière et deux autres lundi et mardi à Moscou – n’ont abouti à rien.

« Nous n’avons pas accepté la carte [des frontières des zones de désescalade] proposée par la Russie », a déclaré mardi le porte-parole présidentiel turc Ibrahim Kalin.

Kalin a ajouté que la Turquie envoyait des véhicules blindés et des troupes dans le nord de la Syrie « pour protéger les civils ». «Nos objectifs ne sont pas le pétrole ou la conquête de territoires. Nous voulons seulement parvenir à la stabilité dans la région. Les vagues de réfugiés font progressivement pression sur la Turquie», a-t-il expliqué.

[Or c’est dans les zones que l’Armée arabe syrienne a libérées que la paix est revenue et que les populations peuvent vaquer à leurs occupations tranquillement, sans avoir peur. Il faut donc la libération totale de cette zone des mains de terroristes et de forces étrangères pour que la Syrie retrouve totalement la sérénité et ramène au bercail tous ses fils en errance à l’étrangerMIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : UA WIRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :