A la Une

Maduro déclare «l’urgence énergétique» dans le secteur des hydrocarbures et crée une commission pour restructurer PDVSA

Image d’archives

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, lors d’une conférence de presse à Caracas. 14 février 2020. Photo: Fausto Torrealba / Reuters

Le président vénézuélien a formé une commission présidentielle plénipotentiaire pour la relance du secteur pétrolier, gazier et pétrochimique dans le pays d’Amérique du Sud.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré « l’urgence énergétique de l’industrie des hydrocarbures » et a nommé une commission de plénipotentiaires pour entreprendre le processus de restructuration au sein de la société d’État Petróleos de Venezuela (PDVSA), gravement touchée par les sanctions unilatérales états-uniennes.

« Une nouvelle étape est arrivée pour la défense, la réorganisation et la récupération intégrale de l’industrie pétrolière, je procède donc à la signature du décret déclarant l’urgence énergétique de l’industrie des hydrocarbures, afin d’adopter des mesures urgentes pour garantir la sécurité énergétique nationale et protéger l’industrie de l’agression impérialiste », a annoncé Maduro.

Prensa Presidencial @PresidencialVen

| Presidente @NicolasMaduro declara “emergencia energética de la industria hidrocarburos” a fines de adoptar las medidas necesarias para garantizar la seguridad energética nacional y proteger a la industria de las agresiones imperialistas

Le président a expliqué que la Commission présidentielle, dénommée « Alír Rodríguez Araque » en l’honneur du défunt politicien vénézuélien qui a présidé PDVSA (2002-2004), aura pour objectif la relance effective du secteur pétrolier, gazier et pétrochimique.

Maduro a déclaré que la Commission serait dirigée par le vice-président de l’Espace économique, Tareck El Aissami, et l’ingénieur chimiste Asdrubal Chavez, qui a été président de Citgo, une filiale de la compagnie pétrolière vénézuélienne aux États-Unis d’Amérique.

Mercredi, la première instruction de Maduro pour la commission naissante était de définir des solutions pour stimuler la production de pétrole. « Le Venezuela doit être une puissance pétrolière mondiale, ou nous produisons, ou nous produisons! », s’est-il exclamé.

Selon le chef de l’Etat vénézuélien, PDVSA dispose d’un portefeuille d’investissement qui dépasse 25 milliards de dollars. « Le temps est venu où nous ne pouvons pas perdre de temps », a-t-il déclaré.

Prensa Presidencial @PresidencialVen

| “Lo primero que se deba hacer es iniciar un proceso de revisión y recuperación de los derechos de los trabajadores y las trabajadoras de PDVSA y restituirlos”, ordenó el dignatario @NicolasMaduro

Maduro a déclaré que dans la commission sera également présent le ministre de la Défense du Venezuela, Vladimir Padrino López, et le commandant stratégique opérationnel des forces armées nationales bolivariennes (Ceofanb), Remigio Ceballos, qui sont chargés de configurer un nouveau système de sécurité pour l’entreprise.

Une réaction aux nouvelles attaques

Ces décisions surviennent au milieu des nouvelles mesures coercitives et unilatérales imposées par le Département d’État des Etats-Unis d’Amérique contre la filiale suisse de la société russe Rosneft Trading, pour ses liens avec l’industrie pétrolière vénézuélienne.

Dans le même temps, l’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique pour le Venezuela, Elliott Abrams, a annoncé cette semaine qu’au cours des prochains mois, il y aurait davantage de « mesures de pression » contre le gouvernement de Nicolas Maduro, qui considère PDVSA comme la principale cible de l’attaque.

Selon les données fournies par Caracas, les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre le Venezuela, ont causé des pertes de l’ordre de 40 milliards de dollars. De même, l’activité pétrolière du pays a diminué de 19,1% au cours des trois premiers mois de 2019.

Compte tenu de cela, l’État vénézuélien a déposé une plainte contre les autorités des Etats-Unis d’Amérique cette semaine devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour «crimes contre l’humanité».

La procureure Fatou Bensouda a demandé à la présidence de la CPI de confier la plainte à une chambre préliminaire, qui sera chargée de décider d’ouvrir ou non une enquête, en déterminant s’il existe des motifs suffisants pour ouvrir l’enquête, selon l’article 15 du Statut de Rome de la CPI.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La pression continuera: pourquoi les États-Unis d’Amérique menacent Rosneft

© Sputnik / Vladímir Astapkovich

Les États-Unis d’Amérique punissent la société russe Rosneft pour sa coopération avec le Venezuela. Les menaces lancées par le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert C. O’Brien, cadrent avec le style de l’administration Trump de mettre en œuvre sa politique étrangère, a déclaré le politologue russe Yuri Svetov.

Les Etats-Unis d’Amérique ont informé « les Russes » et la compagnie pétrolière Rosneft que le soutien apporté à Nicolas Maduro « n’est pas une bonne décision commerciale » [que dire donc des sanctions antiéconomiques des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie ou le Venezuela seraient-elles une bonne décision commerciale ? JDDM – MIRASTNEWS], a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien lors de sa comparution devant un forum tenu à Washington.

« Je pense qu’ils vont voir une réaction, soit volontairement de la part de l’entreprise, soit parce que les États-Unis d’Amérique prendront une mesure future sur le problème », a-t-il déclaré.

Bien que le haut fonctionnaire n’ait pas précisé s’il faisait précisément référence aux sanctions dans son discours, plusieurs sources proches du dossier ont informé l’agence Bloomberg que les États-Unis d’Amérique envisageaient la possibilité de les imposer à Rosneft. Cependant, plusieurs responsables américains-états-uniens craignent qu’une telle décision puisse provoquer le chaos sur les marchés mondiaux du pétrole, faisant monter en flèche leurs prix.

La réaction de la Russie à ces rapports a été rapide. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu’à Moscou, ils se sont habitués à ce que Washington menace tous les pays qui coopèrent avec le Venezuela.

L’utilisation de mesures économiques à des fins politiques [donc antiéconomiques, JDDM – MIRASTNEWS] fait partie du style adopté par l’administration Trump pour mener à bien sa politique étrangère, estime Svetov. Au cours de sa conversation avec Sputnik, l’expert a rappelé comment les États-Unis d’Amérique avaient promis de faire tout leur possible pour que le chef de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido, devienne président du Venezuela [par coup d’Etat comme d’ailleurs récemment en Bolivie. JDDM – MIRASTNEWS].

« Regardez quelles mesures démonstratives Trump a prises lorsqu’il a prononcé son discours au Congrès américain où Guaido a été invité … Tout soutien apporté à Maduro, bien sûr, contredit ces plans. C’est pourquoi la pression continuera. Ces trois années de présidence de Trump, nous observons que les tâches politiques des États-Unis d’Amérique sont résolues à l’aide de différents types de sanctions économiques », a-t-il conclu.

Les États-Unis d’Amérique ont introduit de sévères sanctions économiques contre le Venezuela afin de renverser Maduro, mais l’industrie pétrolière continue de fonctionner malgré toutes ses restrictions. Aujourd’hui, les exportations de pétrole brut constituent 95% de toutes les exportations de ce pays des Caraïbes, selon Bloomberg.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :