A la Une

La Turquie envoie un convoi avec du matériel et des camions de munitions à Idlib

La dernière enclave active de l’opposition syrienne dans la province d’Idlib est le théâtre d’une nouvelle escalade des tensions entre les parties impliquées dans le conflit.

Véhicules militaires turcs à la frontière syro-turque, dans le gouvernorat d’Idlib, en Syrie, le 9 février 2020. Khalil Ashawi / Reuters

La Turquie a envoyé un convoi de plusieurs kilomètres avec du matériel militaire et des camions en Syrie, comme l’a rapporté le chef du Centre russe pour la réconciliation des belligérants en Syrie, le contre-amiral Oleg Zhuravliov.

L’armée russe a indiqué que les routes du nord de la province syrienne d’Idlib fonctionnent sans interruption, ce qui a permis le déplacement de la Turquie vers la zone de distension de la colonne de véhicules, qui comprend des camions avec des munitions et d’autres matériaux et équipements pour Troupes turques.

Parallèlement, le ministère russe de la Défense a démenti les informations faisant état de la fuite « d’environ un million » de personnes de la province syrienne d’Idlib en raison d’affrontements armés.

« Les informations sur le flux supposé de centaines de milliers de civils qui se sont rendus de la province à la frontière syro-turque à cause des combats entre terroristes et troupes du gouvernement syrien ne correspondent pas à la réalité », a déclaré Zhuravliov.

La dernière montée

La dernière enclave active de l’opposition syrienne dans la province d’Idlib est le théâtre d’une nouvelle escalade des tensions entre les parties impliquées dans le conflit. Ce jeudi, il est apparu que des unités de l’armée syrienne avaient répondu aux attaques de groupes armés près de la ville de Nairab, située au sud-est d’Idlib.

Selon le Centre russe pour la réconciliation des belligérants en Syrie, les « terroristes » ont interrompu la défense des troupes du gouvernement syrien avec le soutien de la Turquie, qui a cessé ses attaques d’artillerie après que Moscou a appris les faits et communiqué avec Ankara . Le Centre a également publié une vidéo qui montre comment plusieurs systèmes de lance-roquettes turcs bombardent des positions de l’armée syrienne.

En réponse à l’attaque « terroriste », les chasseurs russes Su-24 ont détruit un char, six véhicules de combat d’infanterie et cinq camionnettes utilisés dans l’offensive contre les forces de Bachar al Assad. Le soutien de la Russie a permis à l’armée syrienne de repousser toutes les attaques, mais quatre militaires syriens ont été blessés par l’artillerie turque, a déclaré le Centre russe de réconciliation.

Le ministère turc de la Défense a signalé deux morts et cinq blessés parmi ses troupes et a déclaré, citant des données provenant de ses sources dans la région, que l’attaque avait fait 50 victimes parmi les forces syriennes, en plus de la destruction de cinq chars et autres équipements militaires.

Après cette confrontation, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que Washington pourrait envoyer des systèmes de missiles Patriot à Ankara pour une utilisation dans le conflit dans la région syrienne d’Idlib. D’autre part, il a assuré que son pays ne cherchait pas une confrontation avec la Russie en Syrie et a assuré que les systèmes russes S-400 seraient activés.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Quand la Turquie veut sa guerre en terres étrangères comme les Etats-Unis d’Amérique, le Qatar ou l’Arabie saoudite – Erdogan qualifie de «guerre» la situation actuelle à Idlib

© REUTERS / Umit Bektas

La situation qui a dégénéré ces derniers jours dans le gouvernorat d’Idlib peut être qualifiée de «guerre», a déclaré le Président turc, promettant d’agir dans cette région en fonction des négociations à venir avec Vladimir Poutine.

Le Président turc a qualifié la situation actuelle à Idlib de «guerre». La Turquie agira dans ce gouvernorat conformément aux accords qui seront conclus lors des pourparlers avec la Russie, prévus ce vendredi, a ajouté Recep Tayyip Erdogan.

«Ce qu’il se passe à Idlib peut être décrit par le mot « guerre ». Nous y avons déjà lancé une opération», a-t-il déclaré aux journalistes.

Selon le dernier bilan, 150 cibles syriennes ont été neutralisées, 12 chars, trois véhicules blindés, 14 obusiers et deux camions ont été détruits, a-t-il précisé. M.Erdogan a insisté sur la nécessité d’établir une zone de sécurité large d’entre 30 et 35 kilomètres en Syrie.

Quid des Patriot américains?

Les États-Unis pourraient livrer à la Turquie des systèmes de missiles Patriot, avait déclaré précédemment le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.

Évoquant les possibles livraisons, le chef d’État a affirmé: «nous pouvons nous servir tant des S-400 que des Patriot», mais les États-Unis «n’ont pas encore répondu par l’affirmative».

Sommet quadripartite

La chancelière allemande et le Président français ont proposé d’organiser une rencontre quadripartite à Istanbul le 5 mars.

«Lors de l’entretien téléphonique avec Poutine [le 20 février, ndlr], Merkel et Macron ont appelé à établir un strict cessez-le-feu à Idlib», a déclaré M.Erdogan. «Je négocierai avec Poutine. J’espère que nous pourrons réaliser une avancée. L’issue des pourparlers d’aujourd’hui va déterminer nos actions [à venir].»

Combats à Idlib

Après que le Président turc a annoncé qu’une nouvelle opération militaire dans ce gouvernorat pourrait «commencer à tout moment», le ministère turc de la Défense a déclaré le 20 février que plus de 50 «cibles syriennes» y avaient été neutralisées.

Dans le même temps, des avions russes ont détruit un char et plusieurs véhicules blindés des radicaux, soutenus par l’artillerie turque, qui étaient passés à l’offensive contre les forces syriennes.

Source: Sputnik News – France

Les USA et leurs alliés ont menti sur au moins deux incidents imputés à l’Iran à Ormuz, écrit Le Figaro

© AP Photo / Kamran Jebreili

Alors que la France et plusieurs pays européens ont mis sur pied fin décembre une mission de surveillance dans le détroit d’Ormuz pour éviter un accrochage avec les Gardiens de la révolution iranienne, des dérapages surviennent malgré tout. Des experts témoignent cependant du fait que certains sont faussement imputés à l’Iran, selon Le Figaro.

Une mission internationale de surveillance maritime a été mise sur pied dans le détroit d’Ormuz dans le but d’apaiser les tensions et de renforcer la sécurité commerciale et énergétique, toutefois des incidents surviennent parfois bien que l’Iran n’y soit pour rien, rapporte Le Figaro.

Un de ces incidents a eu lieu en 2015, lorsque les Iraniens ont tiré des roquettes contre un bateau américain. Un diplomate à Dubaï a confié au journal qu’une seule partie de l’histoire avait alors été révélée au grand public.

«Dans la communication publique qui suivit l’incident, les Américains n’avaient raconté que la deuxième partie de l’histoire, celle sur les roquettes tirées contre leur bateau, oubliant de préciser que c’étaient eux qui avaient usé de leurres contre les Iraniens qui s’étaient approchés assez près du navire américain, mais ils avaient le droit d’être à 20 mètres puisqu’ils étaient chez eux», a raconté le diplomate.

Un autre incident remonte au 13 juin 2019, le jour où le Premier ministre japonais rendait visite à l’ayatollah Khamenei et où un tanker nippon a été visé par des tirs. Donald Trump avait alors aussitôt déclaré que «c’est signé par l’Iran».

Un expert en sécurité français et un diplomate français au Moyen-Orient démentent ces accusations.

Un tanker japonais attaqué par des mercenaires

«L’attaque d’un tanker japonais, le 13 juin dernier, a été perpétrée par des mercenaires étrangers recrutés par un pays du Golfe et non par les Gardiens de la révolution», assure un expert en sécurité français dans la région.

«C’était le jour où Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, rendait visite au guide suprême iranien, porteur d’un message de Donald Trump. Cela n’avait pas de sens que l’Iran discrédite un pays ami comme le Japon», ajoute le diplomate.

Mission navale dans le détroit d’Ormuz

En juillet 2019, la France, l’Italie et le Danemark avaient donné leur feu vert de principe à une proposition britannique visant à créer une mission navale européenne pour sécuriser la navigation dans le détroit d’Ormuz. L’Iran avait qualifié cette initiative de «message hostile».

Les États-Unis et l’UE ont appelé au déploiement de navires dans le golfe Persique à la suite d’une série d’attaques contre des pétroliers au début de l’année. Plusieurs pétroliers appartenant au Japon, à la Norvège, aux Émirats arabes unis et à l’Arabie saoudite avaient été attaqués lors d’incidents distincts en mai et en juin.

Fin décembre, l’envoi d’une mission de patrouille a été approuvé par le gouvernement japonais. La décision a été prise suite aux attaques contre des pétroliers, dont un japonais.

Source: Sputnik News – France

La Russie réfute les allégations de déplacement de centaines de milliers d’Idlib vers les frontières

Moscou – Le Ministère russe de la Défense a réfuté les allégations du régime turc concernant le déplacement de centaines de milliers de civils de la province d’Idlib vers la frontière syro-turque en raison d’opérations militaires contre des organisations terroristes à Idleb.

Le chef du Centre de coordination russe Oleg Zhuravlev a déclaré que les informations concernant le déplacement présumé de centaines de milliers de civils de la province d’Idlib en direction de la frontière syro-turque en raison des opérations de combat contre les terroristes dans la campagne d’Idlib ne sont pas vraies.

Zhuravlev a indiqué que le régime turc a transporté du matériel militaire et des convois de camions turcs chargés de munitions et d’armes jusqu’à la zone de désescalade à Idlib.

Shaza / Gh.A.Hassoun

Traduction : MIRASTNEWS

Source : SANA

Mise hors service de la centrale électrique de Tal Tamer en raison de l’agression turque

Hasaka – Les forces d’occupation turques ont ciblé des fils à haute tension qui alimentent la centrale électrique de Tal Tamer dans la campagne du nord-ouest de Hasaka, ce qui l’a mise hors service.

Un journaliste de SANA à Hasaka a déclaré que l’agression turque et ses terroristes mercenaires, ont ciblé jeudi avec des obus de roquettes la haute tension 66 qui alimentent la centrale électrique de Tal Tamer dans la ville d’Um al-Keif, provoquant une panne d’électricité à Tal Tamer et dans les zones résidentielles environnantes.

Shaza

Source: SANA

La Russie déjoue l’offensive turque à Idlib

Le 20 février vers 15 heures, heure locale, dans le nord-est de la province syrienne d’Idlib, les forces pro-turques, avec le soutien de l’artillerie turque, ont lancé une offensive contre la ville de Saraqib, qui a été capturée par les forces d’Assad il y a plusieurs semaines. Moins de deux heures après le début de l’attaque, des avions russes sont intervenus. Lorsque les défenses de l’armée syrienne près des villes de Qminas et Nayrab ont été violées, des bombardiers russes Su-24 ont attaqué, détruisant les véhicules blindés de l’opposition. Les forces gouvernementales syriennes ont ensuite pu reprendre ces positions.

L’implication des Forces aérospatiales russes dans l’opération a été signalée par le Centre de réconciliation russe pour la Syrie. « Afin d’empêcher les groupes armés d’avancer plus profondément sur le territoire syrien, à la demande du commandement syrien, l’avion Su-24 a lancé une attaque contre les groupes armés terroristes qui avaient pénétré », a indiqué le centre dans son rapport. Immédiatement après, des contacts ont été pris avec l’armée turque et la Turquie a cessé ses attaques d’artillerie contre les troupes syriennes, a précisé le centre. « Par le canal de désaccord, la partie turque a été informée que les systèmes de surveillance d’objets russes avaient découvert le fait d’un tir d’artillerie [turc] … Après que cette information a été portée à l’attention de la partie turque, leur artillerie a cessé de tirer », note le rapport.

Le ministère turc de la Défense a indiqué que deux soldats turcs avaient été tués et cinq autres blessés lors d’un raid aérien, mais n’a pas précisé à qui était attribué le raid aérien responsable des décès. Fahrettin Altun, directeur des communications de l’administration présidentielle turque, a précisé plus tard que l’avion syrien était responsable de l’attentat mortel. La Turquie a réagi en «neutralisant» plus de 50 soldats syriens, détruisant deux transports blindés, deux camionnettes et un système anti-aérien, rapporte le quotidien turc Daily Sabah.

Ce conflit de deux heures a été l’escalade la plus grave en Syrie la semaine dernière, et a été encore compliqué par l’intervention des Forces aérospatiales russes.

Des affrontements se poursuivent sur le terrain entre des militants pro-turcs, des soldats turcs et les forces d’Assad depuis la fin du mois de janvier. Le 12 février, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que 14 soldats turcs avaient été tués en moins d’une semaine.

Une fois les combats arrêtés, Bloomberg a rapporté en référence à une source turque de haut rang que la Turquie avait demandé aux États-Unis d’Amérique de fournir des systèmes de missiles anti-aériens Patriot à placer à la frontière avec la Syrie. Cependant, Ankara a nié plus tard cela.

La situation à Idlib se détériore depuis la mi-janvier, lorsque les forces contrôlées par Damas ont commencé une opération soi-disant contre les groupes terroristes à Idlib et dans les régions voisines. Depuis 2018, ce territoire est considéré comme une zone de désescalade, dans laquelle les combats ne peuvent viser que des terroristes. Depuis la mi-janvier, Damas a pris le contrôle de vastes étendues de territoire, y compris la route M5 stratégiquement importante (Alep – Damas).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : UA WIRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :