A la Une

Accord de paix des Etats-Unis d’Amérique avec les Taliban: «Une fois que les Américains se sont installés dans un pays, ils sont très, très réticents à partir»

Image d’archives

U.S. soldiers patrol the perimeter of a weapons cache four miles of the US military base in Bagram, Afghanistan (File)

© AP Photo / Aaron Favila

Après plus d’un an de négociations, les États-Unis d’Amérique et les Taliban ont signé samedi à Doha, au Qatar, un accord de paix, suscitant l’espoir que le conflit militaire de génération en génération pourrait bientôt prendre fin.

Les responsables des Etats-Unis d’Amérique et talibans ont signé samedi à Doha un accord en quatre points, stipulant le retrait complet des troupes américaines et de l’OTAN d’Afghanistan sur une période de 14 mois, y compris la réduction du nombre de troupes à 8 600 dans un délai de 135 jours et la levée des sanctions contre les talibans en août. En retour, les Taliban doivent empêcher que les zones de l’Afghanistan sous leur contrôle soient utilisées pour menacer la sécurité nationale des États-Unis, s’engager à un cessez-le-feu permanent et accepter des pourparlers intra-afghans sur l’instauration d’une paix stable d’ici le 10 mars. Cet accord historique fait suite à un effort de négociations d’un an à Doha qui a commencé en février 2019.

Commentant l’importance de l’accord, J. Michael Springmann, analyste politique basé à Washington et ancien fonctionnaire du Département d’État, a appelé à la prudence quant au potentiel de l’accord de mettre fin à la guerre des 18 ans et plus.

« Je pense qu’il est très peu probable qu’il y ait un retrait complet des soldats des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que des autres soldats de l’OTAN qui opèrent toujours en Afghanistan », a déclaré Springmann dans une interview. «Je pense que leurs affirmations de réduire les 12 000 [troupes des Etats-Unis d’Amérique] à 8 600 en environ un tiers d’année, ou 135 jours, sont essentiellement irréalistes. Et le retrait complet dans les 14 mois est, bien entendu, fondé sur le respect par les Taliban de l’accord et le respect de ses promesses.»

Springmann a rappelé que «comme nous l’avons vu avec les Américains dans le passé, une fois qu’ils s’installent dans un pays, ils sont très, très réticents à partir. Nous avons encore des soldats des Etats-Unis d’Amérique en Allemagne et au Japon, soixante-quinze ans après la [fin de la Seconde Guerre mondiale], ostensiblement pour maintenir la paix et pour combattre les terroristes et pour s’opposer aux Russes et aux Chinois et qui sait autrement.»

Soulignant la position stratégique de l’Afghanistan, y compris le fait que le pays est à la frontière avec l’Iran, l’analyste a déclaré qu’il pensait que les responsables des Etats-Unis d’Amérique chercheraient un prétexte pour rester. «Je pense qu’ils vont blâmer les Taliban pour tout type d’action terroriste ou de groupe terroriste opérant en Afghanistan», a-t-il dit.

Selon Springmann, l’accord de paix des Taliban fait partie de la promesse du président Trump de sortir les États-Unis des «guerres éternelles» en Asie du Sud et du Sud-Ouest, un engagement qu’il n’a jusqu’à présent pas respecté. Dans tous les cas, l’analyste a souligné qu’à son avis, « la meilleure façon de provoquer la paix … est simplement de faire sortir les soldats des Etats-Unis d’Amérique de là-bas et de laisser le pays régler lui-même ses propres divergences politiques ».

Mullah Abdul Ghani Baradar, the leader of the Taliban delegation, signs an agreement with Zalmay Khalilzad, U.S. envoy for peace in Afghanistan, at a signing agreement ceremony between members of Afghanistan's Taliban and the U.S. in Doha, Qatar February 29, 2020.

© REUTERS / IBRAHEEM AL OMARI
Le mollah Abdul Ghani Baradar, chef de la délégation des Taliban, signe un accord avec Zalmay Khalilzad, envoyé des Etats-Unis d’Amérique pour la paix en Afghanistan, lors d’une cérémonie de signature de l’accord entre les membres des talibans afghans et les États-Unis d’Amérique à Doha, Qatar le 29 février 2020.

Un optimisme prudent peut être de mise

Pour sa part, le Dr Robert Spitzer, politologue et spécialiste de la politique des Etats-Unis d’Amérique, a exprimé un optimisme prudent concernant l’accord de Doha, suggérant qu’un retrait des États-Unis d’Amérique et de l’OTAN dépendra fortement de la façon dont les événements sur le terrain se dérouleront.

« Si une paix relative est maintenue pendant cette période, le calendrier sera probablement suivi », a déclaré Spitzer. « Sinon, cependant, les représentants américains ont clairement fait savoir qu’ils étaient prêts à réintroduire davantage de forces états-uniennes-américaines. »

Spitzer a rappelé que le plan des Etats-Unis d’Amérique de retrait de l’Afghanistan a bénéficié d’un soutien bipartite, y compris le soutien de la plupart des citoyens ordinaires. « C’est la politique de l’administration Trump, et c’est l’une des rares politiques Trump qui a un soutien bipartisan, bien que les faucons du Parti républicain comme le sénateur Lindsay Graham ne soient pas satisfaits de l’accord », a noté l’observateur.

Commentant l’accord de Doha samedi, le sénateur Graham a déclaré que seul «le temps nous dira» si l’accord porte ses fruits. « Je suis très soupçonneux que les talibans aient jamais accepté la constitution afghane et respecté les droits des minorités religieuses et des femmes », a déclaré Graham, membre de la commission des relations étrangères du Sénat, dans un communiqué.

 An Afghan security force member stands guard at a security tower where two U.S soldiers were killed a day before in Shirzad district of Nangarhar province, Afghanistan February 9, 2020

© REUTERS / Parwiz Parwiz
Un membre des forces de sécurité afghanes monte la garde dans une tour de sécurité où deux soldats des Etats-Unis d’Amérique ont été tués la veille dans le district de Shirzad de la province de Nangarhar, Afghanistan 9 février 2020

La plus longue guerre de l’histoire des États-Unis d’Amérique

Les États-Unis d’Amérique ont envahi l’Afghanistan en octobre 2001, apparemment en réponse à la mise à l’abri par le gouvernement taliban de hauts responsables d’al-Qaïda, dont Oussama ben Laden, et se sont battus depuis lors contre une insurrection talibane. La guerre en Afghanistan est récemment devenue la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis d’Amérique et a coûté à Washington environ 2 140 milliards de dollars et plus de 2 350 vies humaines américaines-états-uniennes. Des centaines de soldats de la coalition de l’OTAN, plus de 62 000 membres des forces de sécurité afghanes et plus de 38 000 civils afghans ont également été tués. Le conflit des Etats-Unis d’Amérique en Afghanistan n’est qu’une partie de la guerre de quatre décennies du pays, qui a commencé en 1978 après qu’un gouvernement pro-soviétique a pris le pouvoir, provoquant une intervention de la CIA et l’acheminement de milliards de dollars d’aide militaire et financière aux djihadistes moudjahidin. Moscou est intervenue un an plus tard, déclenchant la guerre soviétique-afghane qui a duré une décennie. Le gouvernement pro-Moscou a tenu bon jusqu’en 1992, date à laquelle il a été défait par les talibans après que la Russie de Boris Eltsine a interrompu les livraisons de carburant. Dans les années 1990, les talibans et d’autres milices ont divisé le pays, le transformant en un État défaillant.


*Un groupe terroriste interdit en Russie et dans de nombreux autres pays.

Les vues et opinions exprimées dans l’article ne reflètent pas nécessairement celles de Sputnik.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. Pas de tricheur ou d’imposteur – Poutine et Rouhani affirment la nécessité de mettre en œuvre complètement les accords d’Astana – MIRASTNEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :