A la Une

La Libye rouvre son ambassade à Damas pour la première fois depuis 2012: vidéo + Syrie

Le gouvernement du Commandant Khalifa Haftar basé en Libye orientale a ouvert mardi une ambassade à Damas, à la suite de la signature, semble-t-il, d’un protocole d’accord avec le gouvernement syrien.

Des images filmées dans la capitale syrienne montrent le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faisal Mekdad, arrivant à l’ambassade quelques minutes avant le lever du drapeau libyen et les journalistes invités à entrer dans le bâtiment.

Des images filmées dans la capitale syrienne montrent le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faisal Mekdad, arrivant à l’ambassade quelques minutes avant le lever du drapeau libyen et les journalistes invités à entrer dans le bâtiment.

Selon des informations, une délégation envoyée par Haftar a rencontré des responsables du gouvernement syrien au cours du week-end, où un protocole d’accord pour ouvrir des ambassades dans les deux pays a été signé et des sujets concernant l’ingérence étrangère turque et les développements régionaux ont été discutés.

La Libye a été déchirée en deux depuis les combats entre l’Armée nationale libyenne (ANL ; LNA) du commandant Khalifa Haftar, qui contrôle une grande partie de l’est national et des parties du sud, et le gouvernement d’accord national (GAN ; GNA) soutenu par l’ONU a contesté le contrôle du pays

En avril dernier, l’ANL a lancé une offensive pour prendre le contrôle de Tripoli auprès du GNA qui s’est finalement retrouvé dans une impasse. Lors de la conférence de Berlin du 19 janvier, les dirigeants mondiaux ont convenu de maintenir un embargo sur les armes imposé par l’ONU et de mettre en œuvre un cessez-le-feu en Libye.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

Les forces turques ont «neutralisé» 3 200 soldats syriens à Idlib: Erdogan

Erdogan dit-il la vérité ? Pourquoi la Turquie aurait-elle si peu de pertes en hommes alors ? Les troupes syriennes et alliées ne sauraient-elles pas localiser les ‘abris’ des hommes de troupes turques et leurs équipements et matériels en Syrie ou acceptent-elles de perdre plus d’hommes pour contenter les turcs ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’adresse à la 42e réunion des Mukhtars au complexe présidentiel d’Ankara le 20 décembre 2017 (photo de l’AFP)

BEYROUTH, LIBAN (15h00) – Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi que « le régime syrien a perdu plus de 3 200 de ses éléments depuis le lancement du Bouclier de printemps ».

Erdogan a affirmé lors d’un discours à son parti que «la Turquie ne permettra pas que le sang de ses martyrs soit gaspillé» et que «nous ne laisserons pas le peuple syrien opprimé seul», selon l’Agence turque d’Anatolie.

Il a ajouté que les opérations récentes ont prouvé que la Turquie n’est pas un pays qui ne sait pas se battre, mais plutôt un pays qui ne veut pas la guerre.

Le ministère turc de la Défense a annoncé plus tôt dans la journée qu’il avait «abattu 3 avions de combat, 8 hélicoptères, 3 drones et détruit 151 chars, 52 lance-roquettes, 47 artillerie et 8 plates-formes de défense aérienne pour le régime syrien depuis le début de l’opération Spring Shield», et la défense turque a également annoncé que deux soldats avaient été tués et une demi-douzaine blessés.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

L’armée syrienne reprend l’initiative dans le sud d’Idlib et lance une nouvelle attaque

BEYROUTH, LIBAN (14 h 40) – L’armée arabe syrienne (AAS) a repris l’initiative dans le sud d’Idlib après avoir repoussé une série d’attaques de militants soutenus par la Turquie.

Selon le dernier rapport de ce front, l’armée arabe syrienne a commencé sa poussée vers la ville de Sufahan, qui est l’une des dernières zones avant Kafr wa Awaid dans la région de Jabal Al-Zawiya.

L’armée arabe syrienne avancerait au nord depuis ses positions dans la ville de Hazarin, qui est également située directement à l’ouest de Kafr Nabl, un ancien bastion des militants.

Si l’armée syrienne reprenait à la fois Sufahan et Kafr ‘Awaid, elle aurait effectivement annulé tous les gains militants réalisés dans le sud d’Idlib depuis jeudi dernier.

En outre, l’armée syrienne attaque maintenant les positions militantes à l’ouest de Saraqib après avoir repoussé deux attaques du Front de libération nationale (FLN ; NLF) et de Hay’at Tahrir Al-Sham (HTS).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

La Russie accuse la Turquie de fusionner des postes d’observation avec des terroristes

La Turquie un Etat de plus en plus terroriste ?

Des soldats de l’armée turque montent la garde alors que les Kurdes attendent dans l’espoir d’entrer à Cizre, une ville soumise au couvre-feu dans le cadre d’une opération controversée contre les rebelles kurdes, le 22 mars 2016 à Mardin, pour la célébration de Newroz. Nowruz, le mot en farsi pour « Nouvel An », est une ancienne fête persane, célébrée le premier jour du printemps, le 21 mars, dans les républiques d’Asie centrale, en Irak, en Turquie, en Afghanistan et en Iran. / PHOTO AFP / ILYAS AKENGIN

Des postes d’observation des forces turques dans la zone de désescalade d’Idlib en Syrie se trouvaient dans les zones fortifiées de groupes terroristes et ont pratiquement fusionné avec eux, a déclaré mercredi à la presse le porte-parole officiel du ministère de la Défense russe, Igor Konashenkov.

Konashenkov a rappelé que, conformément aux accords de Sotchi de septembre 2018, la Turquie s’est engagée à évincer les terroristes avec leur artillerie lourde à 15-20 km de la zone d’Idlib. Cependant, au lieu de cela, les groupes terroristes Hayat Tahrir al-Sham (également connu sous le nom de Jebhat al-Nusra, interdit en Russie), le Parti islamique du Turkestan (interdit en Russie) et Hurras al-Din ont chassé les militants de «l’opposition modérée» à la frontière turque dans le nord depuis 18 mois, a-t-il ajouté.

« Les zones fortifiées de terroristes ont fusionné avec les postes d’observation turcs mis en place conformément à l’accord », a noté Konashenkov.

Bombardements de la base aérienne de Hmeymim

La base aérienne russe de Hmeymim et des villes syriennes ont fait l’objet de bombardements quotidiens de militants parce que la Turquie n’avait pas respecté ses engagements concernant la création d’une zone démilitarisée dans la zone de désescalade d’Idlib, a déclaré mercredi à la presse le porte-parole officiel du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov.

« Les attaques et les bombardements d’artillerie massifs des colonies pacifiques voisines et de la base aérienne russe Hmeymim sont passés de sporadiques à quotidiens », a déclaré Konashenkov. [Sans que cela n’inquiète ou n’émeuve la partie turque qui soit s’en est accommodée, soit s’est acoquinée avec les terroristes pour atteindre des objectifs inavouésMIRASTNEWS].

Fin février, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Vershinin, a déclaré que huit attaques terroristes avec utilisation de véhicules aériens sans pilote avaient été perpétrées à Hmeymim depuis le 9 janvier. [Ces attaques si elles avaient réussi, auraient fait d’énormes dégâts chez les russesMIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TASS via AMN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :