A la Une

Ministère de la Défense russe: des terroristes tentent de mener une attaque chimique malgré les gains de l’armée syrienne

Image d’archives

Les terroristes ont des armes chimiques protégées par la Turquie et ses alliés ?

In this photo taken on Tuesday, April 4, 2017 and made available Wednesday, April 5, Turkish experts carry a victim of alleged chemical weapons attacks in Syrian city of Idlib, at a local hospital in Reyhanli, Hatay, Turkey

© AP Photo /

Plus tôt dans la journée, le Centre russe pour la réconciliation avec la Syrie a déclaré que les Casques blancs avaient fini de filmer une provocation mise en scène impliquant l’armée syrienne dans l’utilisation d’agents chimiques.

Le Centre russe de réconciliation pour la Syrie a déclaré mercredi qu’un groupe de 15 terroristes au maximum avait tenté de mener une attaque chimique dans la province syrienne d’Idlib.

« Le 2 mars, un groupe de 15 terroristes au maximum a tenté de faire exploser des munitions explosives ainsi que des conteneurs remplis d’un agent chimique toxique. Les terroristes visaient à entraver l’avancée des forces gouvernementales syriennes dans la partie ouest de la ville de Saraqib, puis [comme d’habitude – MIRASTNEWS] à accuser le gouvernement syrien d’utiliser des armes chimiques », indique le communiqué.

Les terroristes ont accidentellement descellé l’un des conteneurs, ce qui a provoqué une fuite. Les terroristes ont reçu « un empoisonnement chimique important » et n’ont pas mené l’attaque, a précisé le centre.

L’armée russe a déclaré qu’elle publierait bientôt les preuves de l’attaque chimique qui a échoué.

Plus tôt dans la journée, le Centre de réconciliation a déclaré que les Casques blancs avaient fini de filmer une provocation par étapes après avoir livré 400 litres d’un agent chimique sur le site.

Ces informations interviennent quelques jours après que des unités de la police militaire russe aient été déployées dans la ville d’Idlib, à Saraqib, pour assurer la sécurité dans un contexte de tensions accrues dans la région.

« Attaque chimique » à Douma

En 2018, l’Union européenne et les États-Unis ont accusé Damas d’une attaque chimique présumée dans la ville de Douma, dans l’est de la Ghouta. Le gouvernement syrien a rejeté l’accusation et s’est joint à Moscou pour dire que l’attaque avait été organisée par des militants locaux et l’organisation non gouvernementale Casques blancs (White Helmets).

À la suite des accusations, les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France [sans la moindre vérification ou preuveMIRASTNEWS] ont dénoncé ce qu’ils appelaient les installations d’armes chimiques de Damas avec plus de 100 missiles.

Attaque chimique présumée à Idlib

Fin mai 2019, le porte-parole du Département d’État des Etats-Unis d’Amérique, Morgan Ortagus, a déclaré que Washington collectait des informations sur une attaque présumée à l’arme chimique qui aurait eu lieu à Idlib, avertissant le gouvernement syrien qu’il réagirait rapidement si l’utilisation d’armes chimiques par Damas était confirmée.

[Ce qui est enfantin et illogique dans l’accusation, c’est que les experts des Etats-Unis d’Amérique ignorent carrément l’existence de plusieurs acteurs qui se battent sur même le terrain : tous les terroristes et leurs soutiens la Turquie et ses alliés, qui combattent les forces gouvernementales et ses vrais amis. A qui profiteraient réellement le crime ?

Cela s’est déjà passé dans les lieux qui se situaient à proximité des troupes des Etats-Unis d’Amérique. La Turquie étant membre de l’OTAN utilise les mêmes modes opératoires que les Etats-Unis d’Amérique, protégeant les terroristes sur tous les plans et attaquant les troupes de l’Armée arabe syrienne, espérant l’affaiblir et donner l’avantage aux terroristes MIRASTNEWS].

Le ministère russe de la Défense a démenti les informations à ce moment-là, affirmant que « ce mensonge cynique n’est même pas confirmé par les Casques blancs ».

Traduction, commentaires et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Pour le 10e jour consécutif, les forces d’occupation turque coupe l’eau potable dans la ville de Hassaké

Hassaké – Pour le 10e jour consécutif, le régime turc et ses mercenaires des réseaux terroristes, continuent à couper l’eau potable dans la ville de Hassaké et les agglomérations résidentielles qui regroupent 700.000 personnes.

Le directeur général de l’établissement des eaux dans le gouvernorat, Mahmoud Akleh, a indiqué, dans une déclaration au correspondant de SANA, que le problème de la coupure de l’eau et de l’arrêt du pompage de la station d’Alouk, se poursuit pour le 10e jour consécutif en raison de l’interdiction par les forces d’occupation turque et leurs mercenaires aux employés de la station d’y entrer.

Le correspondant a fait savoir que la station est la source principale qui assure l’eau potable à la ville de Hassaké, aux agglomérations périphériques et à toutes les agglomérations situées tout au long de la ligne de l’adduction de l’eau à partir d’Alouk jusqu’à la station d’al-Hima à l’ouest de la ville de Hassaké.

Il a ajouté que la direction des eaux  transporte, en coopération avec les organisations internationales, les eaux potables des puits de Tal Barak et Nafachah vers les quartiers de la ville de Hassaké pour satisfaire leurs moindre besoins en eaux.

L.A.

Source: SANA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :