A la Une

L’effondrement des prix du pétrole provoque l’effondrement des marchés mondiaux – mise à jour

Bolsa de Nueva York

© REUTERS / Lucas Jackson

Les marchés ont rapidement réagi à une baisse drastique des prix du pétrole brut de 31%.

Ainsi, les futures du S&P 500 ont baissé de 5% dans la nuit du 8 mars, ce qui a activé une limite qui empêche la vente de futures en dessous de ce niveau. En revanche, les contrats à terme de Dow se sont effondrés de plus de 4,2% et les contrats à terme de Nasdaq Composite de 4,5%.

https://pbs.twimg.com/media/ESrJzRqXYAEmKFg?format=jpg&name=small

À son tour, l’indice australien S & P / ASX 200 a chuté de 5,9% le 9 mars, ce qui représente la plus forte baisse depuis octobre 2008. La même situation a été observée au Japon, le Nikkei ayant chuté d’environ 5 %, conduisant à la clôture la plus basse depuis plus d’un an. L’indice principal de Hong Kong, l’indice Hang Seng, a également subi un effondrement de 3,87%.

Deux des principales raisons de cette baisse des marchés dans le monde ont été une réduction drastique des prix du pétrole de marque Brent qui a eu lieu après que l’OPEP et les pays non-OPEP ne soient pas parvenus à s’entendre le 6 mars sur la prolongation de la baisse de la production de pétrole en vigueur depuis 2017, avec laquelle à partir du 1er avril les restrictions sont levées pour tous les membres de l’ancien pacte, tandis que la demande est réduite entre autres par la flambée mondiale du coronavirus SARS-CoV-2.

Plus d’informations bientôt.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

L’Asie plonge, les contrats à terme de l’Europe et des Etats-Unis d’Amérique s’effondrent alors que les investisseurs paniqués cherchent refuge contre des marchés ravageurs d’une tempête parfaite

PHOTO DE FICHIER © Photographe Reuters

Les marchés asiatiques se négocient profondément dans le rouge, tandis que l’or a atteint un nouveau sommet de 7 ans, alors que les contrats à terme S&P, Dow et Nasdaq sont entrés en chute libre au milieu d’un effondrement dramatique du marché pétrolier et des inquiétudes concernant le ralentissement de l’économie mondiale touché par les coronavirus.

Le Nikkei 225 et le Topix japonais ont perdu 6% dans les échanges matinaux, tandis que le yen japonais, monnaie refuge, a atteint un sommet de 3 ans face au dollar des Etats-Unis d’Amérique.

Le Kopsi de Corée du Sud a perdu près de 3%, tandis que le Hang Seng de Hong Kong a perdu 3,6%. Pendant ce temps, en Chine continentale, le composite de Shanghai et de Shenzhen a chuté de plus de 1,5%.

Brent et WTI CRASH de 20% sur les craintes de guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie et les inquiétudes concernant les coronavirus

En Europe, l’Euro Stoxx 50 Futures a chuté de plus de 6%, tandis que les futures britanniques FTSE 100 ont baissé de près de 7%.

Pendant ce temps, les contrats à terme des trois principaux indices boursiers des Etats-Unis d’Amérique S&P, Dow et Nasdaq s’échangent de près de 5%, le S&P 500 E-mini atteignant même une limite du jour au lendemain. Le rendement des bons du Trésor des Etats-Unis d’Amérique à 30 ans est brièvement tombé en dessous de 1% – pour la première fois de l’histoire – tandis que les bons du Trésor à 10 ans se sont négociés en dessous de 0,5% pendant un certain temps, menaçant un lundi chaotique aux États-Unis d’Amérique.

Eddy Elfenbein

@EddyElfenbein

The good news is that S&P 500 futures haven’t fallen by more than 5%.

The bad news is that exchange rules limit it to a 5% loss.

Alors que l’épidémie grandissante de coronavirus et la chute spectaculaire du pétrole brut ont déclenché une réaction en chaîne, les prix de l’or ont dépassé les 1700 $ l’once lundi pour la première fois depuis fin 2012, indiquant que les investisseurs cherchaient désespérément un refuge.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La chute libre du marché mondial CONTINUE alors que les bourses européennes sont ouvertes à la négociation baissière

PHOTO DE FICHIER. Négociants en bourse à Francfort, Allemagne. © Andreas Arnold / dpa via Global Look Press

Les marchés boursiers européens s’ouvrent à une tendance à la baisse, après un plongeon en Asie. Le STOXX 600 paneuropéen a chuté de 6,1 juste après l’ouverture des bourses de Londres, Paris et Francfort.

L’indice DAX allemand a chuté de 7,8% après l’ouverture de la Bourse de Francfort lundi, et devrait connaître sa plus forte baisse quotidienne en 18 ans.

Le FTSE 100, lourd pour les matières premières à Londres, a baissé de plus de 8%, les actions des sociétés pétrolières étant parmi les plus touchées par l’effondrement.

Le CAC 40 français a plongé de 7,7%, le géant pétrolier Total et le fabricant de métaux ArcelorMittal chutant de plus de 15%.

Le principal indice FTSE MIB de Borsa Italiana a chuté de 10,5%, reflétant apparemment les craintes des commerçants quant au bilan de l’épidémie de virus Covid-19 qui pourrait ravager l’économie italienne. Parmi les pays européens, l’Italie a été la plus durement touchée par l’infection.

Plus tôt lundi, les actions asiatiques se sont effondrées dans un contexte de ralentissement économique dû à la propagation du coronavirus et à une chute de 31% du prix du pétrole, invisible depuis la guerre du Golfe de 1991.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : RT

Les marchés européens ont enregistré des baisses importantes ce lundi après l’ouverture des cotations.

Image d’illustration Russell Boyce / Reuters

L’indice britannique FTSE 100 a baissé de 8,8% lors des premières opérations après l’ouverture de la Bourse de Londres lundi et a atteint son minimum de trois ans.

Les bourses de Paris et de Francfort se sont également effondrées de plus de 7%. L’indice DAX allemand a ouvert les prix le 9 mars avec une baisse de 7,8%.

Le CAC 40, important indice boursier français, recule de 7,5%. Le CAC 40, qui est le principal indicateur qui reflète l’état des plus grandes entreprises françaises, atteint 4 809 points.

Selon les analystes, l’effondrement de la Bourse de Paris est directement lié à la chute des cours du pétrole et aux inquiétudes concernant la propagation du coronavirus. Il y a eu une baisse de 3% à 5% des actions de presque toutes les grandes sociétés du pays, ainsi que des banques, des sociétés de télévision et des opérateurs de télécommunications.

L’Ibex 35 de Madrid a également chuté de plus de 7% à 7 760 points, tandis que l’indice italien FTSE MIB a perdu plus de 11%, à 18 482 points.

Les marchés financiers chutent dans le monde entier après la chute spectaculaire des prix du pétrole provoquée par la réponse de l’Arabie saoudite à l’échec du pacte des pays de l’OPEP+ et les inquiétudes concernant la propagation de l’épidémie de coronavirus.

En particulier, les principales places boursières de la région Asie-Pacifique ont fermé lundi avec une baisse comprise entre 3% et 7%.

De l’avis de l’analyste Carlos Puente Martín, la chute des marchés avant le coronavirus est un autre signe que le système économique mondial doit être réformé.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : RT

Le prix de l’or dépasse 1 700 $ l’once pour la première fois en 7 ans

Lingotes de oro

© AP Photo / Anonymous

Le prix de l’or a dépassé 1 700 $ l’once pour la première fois depuis la fin de 2012, mais est ensuite revenu à sa moyenne actuelle d’environ 1 680 $ l’once. L’épidémie de coronavirus et la forte baisse du prix du pétrole brut obligent les investisseurs à retourner dans les abris les plus sûrs.

Le maximum historique est supérieur à 1 900 $, un chiffre atteint en 2011.

Les marchés boursiers asiatiques ont chuté lorsque les investisseurs ont fui les obligations pour couvrir l’impact économique du coronavirus. Le pétrole a chuté de plus de 20% après que l’Arabie saoudite a considérablement réduit son prix de vente officiel.

Le prix des contrats à terme sur l’indice S&P 500 a chuté de plus de 4%. L’indice est utilisé comme référence à Wall Street.

Le yen japonais a atteint un maximum de plus de trois ans par rapport au dollar, tandis que les rendements des bons du Trésor à 10 ans – une référence aux États-Unis d’Amérique – ont chuté à leur plus bas historique.

La Commission nationale de la santé de la Chine continentale a confirmé 40 nouveaux cas d’infection à coronavirus le 8 mars, portant le nombre total de cas confirmés dans le pays à 80 735. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 100 pays ont enregistré des cas de coronavirus.

Au 9 mars, 104 pays et territoires étaient touchés par le virus. Plus de 109 000 personnes ont déjà été infectées dans le monde. De ce nombre, 3 800 sont morts.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Le nombre de décès dus au coronavirus en France passe à 21

urgent

© Sputnik .

Ce 9 mars, le ministère de la Santé a annoncé deux nouveaux décès suite au coronavirus. Le bilan total des personnes décédées de la maladie est désormais de 21.

Le ministère français de la Santé a annoncé ce 9 mars que 1.191 personnes ont été testées positives au coronavirus et que deux nouvelles personnes ont succombé à l’épidémie virale, portant le nombre des décès à 21.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

En direct: le prix du pétrole dégringole, le Brent et le WTI à leur niveau le plus bas depuis 2016

Un puits de pétrole (image d'illustraiton)

© Sputnik . Alexander Melnikov

Les prix du pétrole Brent et WTI se sont effondrés d’un tiers le 8 mars, faute d’accord des membres de l’OPEP+ sur une coupe supplémentaire de brut et après que Riyad s’est prononcé pour baisser les prix de vente. Actuellement, l’or noir Brent est vendu à 32,38 dollars. Suivez en direct la situation sur le marché pétrolier.

Après l’échec des négociations des pays membres de l’OPEP+, l’Arabie saoudite a pris la décision de baisser les prix de vente pour le brut de toutes ses qualités et vers toutes les destinations, ce qui a suscité une chute des contrats à terme sur le pétrole le 8 mars de 31%, à 31,43 dollars le baril.

Le baril de Brent a baissé de 14 dollars, alors que le baril du brut léger américain (WTI) a chuté de 27%, soit à 30,27 dollars. En quelques heures, le prix du pétrole Brent a regagné quelques points, et est vendu à 6h40 (heure française) à 32,38 dollars.

À 5h41 (heure française), le prix du baril de Brent a baissé de 28,69%, notamment à 32,28 dollars avant de battre son minimum depuis janvier 2016. Le WTI a fléchi de 31,35%, vendu à 28,33 dollars le baril, son prix minimum a également été battu pour la première fois depuis février 2016.  LIRE LA SUITE……

Coronavirus et krach pétrolier : curée sur les marchés mondiaux

Un agent boursier criant devant son écran d’ordinateur à New York, le 9 mars 2020. AFP / TIMOTHY A. CLARY

Une marée de rouge sur les écrans boursiers: les marchés paniquaient lundi, alors que s’exacerbe la crainte d’une dépression économique mondiale, sur fond de krach pétrolier et de propagation du nouveau coronavirus. Depuis le début de l’année, les grandes places européennes affichent désormais un plongeon d’entre 19 et 21%. Les investisseurs étaient déjà échaudés ces dernières semaines par la propagation du coronavirus. S’ajoute à présent le stress lié à l’or noir, qui a connu lundi sa pire chute depuis la première guerre du Golfe en 1991, s’effondrant de plus de 30% en Asie.

Dans un mimétisme parfait, la chute des Bourses d’Asie s’est propagée à l’Australie puis à celles du Golfe, avant de rejaillir sur les marchés européens puis de contaminer Wall Street. Les échanges ont été suspendus 15 minutes à la Bourse new-yorkaise après l’effondrement de 7% de l’indice élargi S&P 500. La Bourse de Sao Paulo était également suspendue après une chute de plus de 10% au moment de l’ouverture. A 15H03 GMT, Paris s’écroulait de 7,28%, Londres de 8,36%, Francfort de 8,31%, Madrid de 8,51% et Milan de 11,63%.

« Cela situe ainsi cette correction parmi les plus sévères de l’histoire boursière de l’après-guerre », observe Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué chargé des gestions chez Ofi Asset Management. Les marchés ont passé « un cap psychologique » avec ce déclin boursier « d’une violence absolue », observe pour sa part Alexandre Baradez, analyste chez IG France, faisant état d’une « plus forte baisse en séance depuis le lendemain du référendum sur le Brexit » le 24 juin 2016. Seules les obligations souveraines américaines et allemandes, considérées comme des valeurs refuge, profitaient de la panique boursière, les taux d’intérêt à dix ans tombant à des plus bas niveau de leur histoire.

 

« La férocité du mouvement de vente des actifs risqués reflète une réévaluation massive concernant la croissance mondiale », les investisseurs passant en un peu plus de deux semaines « d’une certaine complaisance généralisée à l’intégration d’une probable récession », commente Paul O’Connor chez Janus Henderson Investors. « Les investisseurs sont incertains quant à la nature du virus, son impact économique potentiel et sa réponse politique. Le choc pétrolier a ajouté à la confusion et à l’incertitude », ajoute-t-il.

En cause, la décision de l’Arabie saoudite d’adopter une politique de la terre brûlée en baissant drastiquement le prix de son or noir, après l’échec de négociations en fin de semaine dernière avec la Russie.

Double choc

Autre choc: l’Italie a pris des mesures drastiques dimanche avec la mise en quarantaine d’un quart du territoire, dont son poumon économique, qui va de Milan à Venise.

Les marchés se raccrochent désormais à l’espoir d’une réponse coordonnée à la fois des banques centrales et des gouvernements à la fois en terme de politique monétaire et de politique budgétaire. Plusieurs milliards ont d’ores et déjà été débloqués aux Etats-Unis et en Italie pour répondre à cette crise sanitaire inédite, l’Allemagne a annoncé des mesures, mais des intervenants de marché relèvent que ces plans manquent un peu d’ambition et de coordination.

D’autant que cette épidémie intervient à un moment où de nombreuses entreprises sont endettées. Le marché craint que les pertes essuyées en bourse ne conduisent à un assèchement du financement de l’économie réelle, répétant le scénario de la crise financière de 2008. Plusieurs secteurs montrent des signes inquiétants, notamment celui de l’énergie particulièrement sous pression.

« Le problème principal est donc d’aider les entreprises à passer cette période creuse et à éviter des faillites de PME qui ne peuvent pas faire face à des problèmes de liquidités alors qu’elles sont fondamentalement solvables », souligne dans une note la Banque Postale Asset Management. Or, les experts s’accordent à dire qu’une baisse des taux a peu d’utilité et qu’il est préférable d’avoir des mesures du côté budgétaire pour soutenir les entreprises et la consommation.

L’impact du coronavirus sur la croissance de l’économie française sera « de plusieurs dixièmes de points de PIB » (produit intérieur brut), a ainsi averti lundi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

L’Allemagne, qui selon les économistes est l’un des pays les plus vulnérables, de par son économie très fortement exportatrice, vient d’annoncer quelques mesures de soutien, mais sans dévoiler le vigoureux plan de relance qu’espéraient les experts.

Le Japon, lui, file tout droit vers une récession, caractérisée par une contraction du PIB pendant au moins deux trimestres d’affilée. Ce serait une première depuis 2015.

Les gouvernements doivent apporter « une réponse internationale coordonnée » pour atténuer l’impact économique de l’épidémie du coronavirus, souligne lundi l’économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), les exhortant à prendre des mesures budgétaires, monétaires et financières « importantes ».

Source : AFP via L’Orient Le Jour

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :