A la Une

Comment la Turquie a perdu une bataille de volontés et de force contre la Russie

Erdogan a parlé dur, mais a finalement dû renoncer de gagner face à Moscou et à Damas.

Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan (G) et le président de la Russie Vladimir Poutine (D) se serrent la main à la fin d’une conférence de presse conjointe à la suite d’une réunion inter-délégation au Palais du Kremlin à Moscou, en Russie, le 5 mars 2020 (photo de Agence Sefa Karacan / Anadolu via Getty Images)

Lorsque l’histoire du conflit syrien sera écrite, les combats qui ont eu lieu entre l’armée syrienne et ses alliés d’une part, et l’armée turque et les rebelles syriens soutenus par la Turquie d’autre part, du début février au début mars 2020 en et autour de la ville syrienne de Saraqib, restera comme l’une des rencontres décisives de cette guerre.

Représentant plus qu’un choc d’armes entre les militaires syriens et turcs, la bataille de Saraqib a été un test de volonté politique entre le président turc Recep Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine. L’histoire montrera que la Turquie a perdu sur les deux plans.

La bataille de Saraqib a ses racines dans des combats qui ont commencé en décembre 2019, sous la forme d’une offensive menée par l’armée syrienne, soutenue par l’armée de l’air russe, contre les forces d’opposition pro-turques dans et autour de la province d’Idlib. L’offensive syro-russe a représenté l’effondrement du soi-disant accord de Sotchi du 17 septembre 2018, qui a établi ce qu’on appelait des «zones de désescalade» séparant l’armée syrienne des forces rebelles[-terroristesMRASTNEWS] antigouvernementales à Idlib. Dans le cadre de l’accord de Sotchi, la Turquie a installé une douzaine de «postes d’observation» – en réalité, des enceintes fortifiées abritant plusieurs centaines de soldats et leur équipement – dans toute la zone de désescalade d’Idlib.

En échange de la légitimation de l’existence de postes d’observation turcs fortifiés, l’accord de Sotchi prescrivait des actions spécifiques de la part de la Turquie, y compris la supervision de la création d’une «zone démilitarisée» dans la zone de désescalade où les chars, l’artillerie et les lance-roquettes multiples devaient être exclus et dont tous les «groupes terroristes radicaux» seraient supprimés d’ici le 15 octobre 2018. En outre, la Turquie était chargée de rétablir le trafic de transit sur deux autoroutes stratégiques reliant la ville d’Alep à Lattaquié (l’autoroute M4) et à Damas (l’autoroute M5). .)

Bien que la Turquie ait établi ses postes d’observation fortifiés, elle n’a respecté aucun de ses engagements au titre de l’Accord de Sotchi – aucune zone démilitarisée n’a été créée, aucun équipement lourd évacué et aucun « groupe terroriste radical » retiré de la zone de désescalade. Ce dernier point était particulièrement important, car le plus important de ces «groupes terroristes radicaux»Hayat Tahrir al-Sham, ou HTS – était également le plus important et le plus efficace des groupes anti-Assad opérant dans la province d’Idlib.

L’objectif de l’offensive militaire syrienne de décembre 2019 était de réaliser par la force des armes ce que la Turquie n’avait pas fait – rétablir la capacité de trafic de transit pour les autoroutes M4 et M5 et, ce faisant, expulser HTS et d’autres groupes rebelles anti-Assad des zones de désescalade. Début février 2020, l’armée syrienne avait, grâce à ses avancées, encerclé un certain nombre de postes d’observation turcs, mettant la Turquie dans la situation politiquement difficile de s’asseoir et de regarder pendant que les forces anti-Assad qu’elle avait aidé à créer, à former et à équiper étaient vaincues sur le champ de bataille.

La Turquie a cherché à freiner l’avance syrienne le 3 février en renforçant son poste d’observation situé près de la ville stratégique de Saraqib, qui surplombait la jonction des autoroutes M4 et M5. Celui qui contrôlait Saraqib contrôlait également les deux autoroutes. Lorsqu’un grand convoi militaire turc se dirigeant vers Saraqib a été placé sous le feu de l’artillerie syrienne, tuant cinq soldats turcs et trois entrepreneurs civils turcs, la Turquie a réagi en bombardant des positions de l’armée syrienne, tuant des dizaines de soldats syriens. Ce fut le premier tour de ce qui allait devenir la bataille de Saraqib et a représenté le premier combat à grande échelle entre les forces syriennes et turques depuis le début de la crise syrienne en 2011.

L’attaque syrienne contre l’armée turque à Idlib était une ligne rouge pour le président Erdogan, qui dans une déclaration faite devant les parlementaires turcs le 5 février, a averti que «si le régime syrien ne se retirait pas des postes d’observation turcs à Idlib en février, la Turquie elle-même sera obligée de le faire.» Erdogan a soutenu sa rhétorique en déployant des dizaines de milliers de troupes turques, appuyées par des blindés et de l’artillerie, à sa frontière avec la Syrie, tout en continuant à envoyer des renforts à ses postes d’observation assiégés à l’intérieur d’Idlib.

Le 6 février, l’armée syrienne a capturé Saraqib. Quatre jours plus tard, le 10 février, des rebelles soutenus par la Turquie, soutenus par l’artillerie turque, ont lancé une contre-attaque contre les positions de l’armée syrienne autour de Saraqib, qui a été repoussée par de lourds tirs d’artillerie syrienne. Ce faisant, l’observation turque près du village de Taftanaz a été touchée par des obus syriens, tuant cinq soldats turcs et en blessant cinq autres. Les Turcs ont riposté en frappant des positions de l’armée syrienne dans toute la province d’Idlib avec des tirs d’artillerie et de roquettes soutenus.

S’adressant aux parlementaires turcs après l’attaque de Taftanaz, Erdogan a déclaré que « nous frapperons les forces du régime partout, quel que soit l’accord de Sotchi, si un tout petit peu de mal vient à nos soldats aux postes d’observation ou ailleurs », ajoutant que «nous sommes déterminés à repousser (les forces du régime) des frontières de l’accord de Sotchi d’ici la fin février.»

La capture de Saraqib et le carrefour vital de l’autoroute M4-M5 ont permis à l’armée syrienne de prendre le contrôle de l’intégralité de l’autoroute M5 pour la première fois depuis 2012. L’armée syrienne a ensuite continué à pousser vers l’ouest, vers la ville d’Idlib, se terminant à huit miles près de la capitale provinciale. Afin d’émousser les avancées syriennes, la Turquie a déployé des centaines de forces spéciales qui ont intégré les rangs des unités anti-régime, aidant à coordonner leurs attaques avec l’artillerie turque et les tirs de roquettes. À partir du 16 février, les combattants rebelles, soutenus par les forces spéciales turques, ont lancé une attaque incessante contre les positions de l’armée syrienne dans et autour du village de Nayrab, situé à mi-chemin entre Idlib et Saraqib. Nayrab est finalement tombé dans la nuit du 24 février. Le coût a toutefois été élevé: des centaines de combattants rebelles ont été tués, ainsi que deux soldats turcs.

Les Turcs et leurs alliés rebelles ont alors tourné leur regard vers Saraqib lui-même, poussant hors de Nayrab et prenant pied dans la banlieue est de Saraqib et coupant l’autoroute M5 à plusieurs endroits. L’armée syrienne avait déplacé la majeure partie de sa puissance offensive vers le sud-ouest, où elle avançait vers l’autoroute M4. Les Syriens ont appelé des combattants du Hezbollah et des milices pro-iraniennes pour aider à stabiliser le front de Saraqib. L’armée turque, dans un effort pour briser les attaques aériennes russes et syriennes, a commencé à utiliser des systèmes de défense aérienne portables (MANPADS), en tirant plus de 15. Bien qu’aucun d’entre eux n’ait atteint leurs cibles, ils ont obligé les Russes et les Syriens à interrompre leurs attaques et à quitter la région.

En représailles à l’emploi turc de MANPADS, la Russie et des avions syriens ont frappé un bataillon mécanisé turc opérant dans le sud d’Idlib le 27 février, tuant plus de 33 soldats turcs et en blessant environ 60 autres. Cette attaque a provoqué des ondes de choc à travers la Turquie, Erdogan menaçant de punir toutes les parties responsables, y compris les Russes (qui ont nié leur implication dans l’attaque, malgré les preuves du contraire.)

Le 1er mars, le président Erdogan a ordonné aux forces turques de mener une offensive générale à Idlib, nommée opération Spring Shield, destinée à ramener la Syrie et ses alliés aux positions qu’ils occupaient au moment de l’accord de Sotchi en septembre 2018. L’offensive rebelle[-terroristeMIRASTNEWS] a immédiatement stoppé face à une résistance syrienne inébranlable, soutenue par des frappes aériennes russes. L’armée syrienne a repris Saraqib et a pris le contrôle de l’ensemble de l’autoroute M5, annulant les gains turcs antérieurs.

Le 4 mars, la situation à laquelle étaient confrontés les combattants rebelles[-terroristes – MIRASTNEWS] soutenus par la Turquie était si grave qu’ils ont abandonné toute prétention à des opérations indépendantes et se sont mélangés au sein des avant-postes turcs pour éviter d’être pris pour cible par l’armée de l’air russe. Erdogan, reconnaissant que le match était terminé, s’est rendu à Moscou le 5 mars pour un sommet d’urgence avec le président russe Vladimir Poutine, où ils ont négocié les termes d’un nouvel accord de cessez-le-feu.

Le sommet de Moscou a été une pilule amère pour Erdogan à avaler. Bien que formulé comme un «protocole additionnel» à l’accord de Sotchi de septembre 2018, l’accord conclu entre Erdogan et Poutine à Moscou était en réalité un document de reddition pour les Turcs. Sa rhétorique enflammée et ses menaces de pousser l’armée syrienne et ses alliés hors d’Idlib au contraire, Erdogan a été contraint d’accepter une nouvelle zone de «désescalade» définie par les lignes de front telles qu’elles se tenaient le 6 mars.

De plus, les Turcs étaient désormais obligés de partager l’application et la surveillance d’une «zone démilitarisée» de 12 kilomètres à cheval sur l’autoroute M4 avec des patrouilles militaires russes. Enfin, ajoutant l’insulte aux blessures, les Turcs se sont vu refuser une zone d’exclusion aérienne au-dessus d’Idlib, cédant le contrôle de l’air à l’armée de l’air russe, tout en étant toujours tenus de désarmer et d’expulser toutes les personnes appartenant à des organisations terroristes, ce qui dans ce cas signifiait HTS, le plus nombreux et le plus efficace des groupes rebelles anti-Assad. En bref, la Russie a assuré à la Syrie toutes ses victoires durement gagnées, tout en ne cédant à la Turquie qu’un cessez-le-feu qui sauve la face.

Pour la Syrie et la Russie, la bataille de Saraqib a consisté à restaurer la souveraineté syrienne sur la totalité du territoire syrien; pour la Turquie, il s’agissait d’assurer un contrôle et une influence turcs durables sur la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. La Turquie a perdu sur les deux plans. Alors que la Turquie a été autorisée à maintenir sa chaîne de «postes d’observation» fortifiés, la grande majorité d’entre eux sont entourés par l’armée syrienne et n’ont aucune valeur militaire.

En outre, les performances lamentables de l’armée turque et de ses alliés anti-Assad contre l’armée syrienne et ses alliés, y compris l’armée de l’air russe, dans la campagne d’Idlib dans son ensemble, et la bataille de Saraqib en particulier, ont mis fin à toute les réflexions qu’Erdogan aurait pu retenir sur l’imposition de la volonté de la Turquie à Damas ou à Moscou; La Turquie sait maintenant qu’il n’y aura pas de solution militaire turque au problème d’Idlib.

Scott Ritter

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du Corps des Marines qui a servi dans l’ancienne Union soviétique à mettre en œuvre des traités de maîtrise des armements, dans le golfe Persique pendant l’opération Desert Storm et en Irak, supervisant le désarmement des ADM. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont plus récemment Deal of the Century: How Iran Blocked the West’s Road to War (2018).

A lire: le livre qui a tout anticipé

LIVRE JDD

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The American Conservative

1 Trackback / Pingback

  1. Comment la Turquie a perdu une bataille de volontés et de force contre la Russie | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :