A la Une

La marche de la folie d’Erdogan

Barbara Tuchman a traité dans «La marche de la folie» de la poursuite par les gouvernements de politiques contraires à leurs propres intérêts.

Turkish President Recep Tayyip Erdogan attends a meeting with Russian President Vladimir Putin in the Black sea resort of Sochi, Russia, 22 October 2019 (photo credit: SERGEI CHIRIKOV/POOL VIA REUTERS)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan assiste à une réunion avec le président russe Vladimir Poutine dans la station balnéaire de la mer Noire de Sotchi, Russie, le 22 octobre 2019 / (crédit photo: SERGEI CHIRIKOV / POOL VIA REUTERS)

Barbara Tuchman a traité dans «La marche de la folie» de la poursuite par les gouvernements de politiques contraires à leurs propres intérêts. Elle définit l’intérêt personnel comme tout ce qui est propice au bien-être ou à l’avantage du corps gouverné et à la folie comme une politique qui en ces termes est contre-productive.

Elle prend également en compte l’ivresse comme une source d’auto-tromperie qui joue un rôle remarquablement important au sein du gouvernement. Ceci est défini comme l’évaluation d’une situation en termes de notions fixes préconçues tout en ignorant ou en rejetant tout signe contraire. Sur la base de ces critères, le Brexit et la quatrième opération de la Turquie en Syrie, Spring Shield, pourraient être inclus dans une mise à jour de l’étude de Mme Tuchman.

En ce qui concerne la Turquie, tout a si bien commencé. Lors du sommet de l’UE à Helsinki en 1999, la Turquie a été déclarée pays candidat à l’adhésion, ce qui a donné l’impulsion à une série de réformes engagées sous le gouvernement de coalition de Bulent Ecevit et complétées par son successeur le Parti de la justice et du développement (AKP), qui est venu au pouvoir en 2002 sous la direction de l’ancien maire d’Istanbul, Recep Tayyip Erdogan.

Le ministre de l’économie d’Ecevit, Kemal Dervis, a été l’architecte du plan du FMI qui a sauvé l’économie turque de l’effondrement et son successeur Ali Babacan était responsable du remboursement de la dernière installation de dette du FMI en 2013. Avec le début des négociations d’adhésion à l’UE en 2005, l’ambiance générale était euphorique. Cependant, l’élargissement

Le commissaire Olli Rehn a averti que le rythme des changements avait ralenti et que la mise en œuvre des réformes restait inégale. Le pluralisme et la liberté d’expression sont également des valeurs fondamentales qui ne peuvent être compromises. Neuf ans plus tard, l’eurodéputée libérale néerlandaise Marietje Schaake s’est lamentée, notre rêve d’une Turquie européenne s’est transformé en cauchemar.

En 1998, la fermeture du Parti du bien-être de la Turquie, dirigé par le mentor d’Erdogan, Necmettin Erbakan, signifiait qu’il n’y avait pas de place pour l’islam politique dans l’espace public. Au lieu de cela, le Parti de la justice et du développement, qui a été lancé en 2001, s’est présenté comme réformiste, déterminé à libérer la majorité religieuse de la Turquie de la camisole de force de l’orthodoxie kémaliste. Un autre libéral européen déçu, l’eurodéputé britannique Andrew Duff, a conclu plus tard que l’AKP avait remplacé le kémalisme par l’islamisme.

Un allié naturel à l’appui des plans de l’AKP était le mouvement Gulen sous la direction d’un imam turc reclus, Fethullah Gulen, qui depuis 1999 s’était auto-exilé en Pennsylvanie. La marque de fabrique de son mouvement, qui avait commencé dans les années 60, était l’éducation, et elle comptait bien plus de 500 écoles, y compris des universités privées, dans toute la Turquie et, à la fin des années 90, des écoles et des entreprises dans environ 80 pays.

Il partageait des valeurs religieuses et socialement conservatrices similaires avec l’AKP et fournissait les cadres nécessaires dans la fonction publique, la police et le système judiciaire ainsi que dans les affaires pour l’islamisation progressive de la Turquie. En 2008, il était à l’origine d’un certain nombre de procès, avec des preuves fabriquées, destinées à briser l’opposition militaire et laïque à l’AKP.

En février 2012, des fissures ont commencé à apparaître lorsque le chef du MIT (National Intelligence Organisation), Hakan Fidan, a été appelé pour témoigner de discussions secrètes avec le PKK à Oslo. Une guerre ouverte a éclaté en décembre 2013, lorsque des enquêtes ont commencé sur la corruption au sein du gouvernement turc, que Erdogan a qualifié de «coup d’État judiciaire», et a abouti à la tentative de coup d’État en juillet 2016, imputée au mouvement Gulen.

La perspective de l’adhésion à l’UE était un fata morgana, un moyen de garantir des avantages économiques et des investissements étrangers, mais en 2010, la politique étrangère turque a été marquée par une réorientation et des partenariats stratégiques, par exemple avec la Chine, la Syrie et l’Arabie saoudite, et une politique « d’interdépendance économique » avec l’Iran.

La Turquie a également mis ses œufs dans le panier du Hamas et a flirté avec l’adhésion à l’Organisation de coopération de Shanghai. Lorsque la guerre civile a éclaté en Syrie, la Turquie s’est appuyée sur la politique des Etats-Unis d’Amérique dans l’espoir de remplacer le régime alaouite de Bachar al-Assad par une alternative à Ikhwan.

Le «néo-ottomanisme» de l’ancien Premier ministre Ahmet Davutoglu a sans aucun doute été le moteur du changement d’axe de l’AKP, un appel à un nouvel ordre mondial où la Turquie joue un rôle central. Dans le même temps, Erdogan a invoqué le Pacte national adopté par le dernier parlement ottoman en 1920 dans une revendication irrédentiste contre d’anciennes provinces telles que Kirkouk, Thessasaloniki, Alep et Mossoul plutôt que le Traité de Lausanne de 1923, qui a déterminé les frontières actuelles de la Turquie.

Avec le soutien de la Russie, la Turquie a également invoqué l’Accord d’Adana de 1998 pour justifier son occupation des zones kurdes du nord-est de la Syrie lors de l’opération Peace Spring d’octobre.

Comme deux offensives antérieures, Euphrate Shield en août 2016 et Olive Branch en janvier 2018 (l’occupation de l’enclave kurde d’Afrin), cela visait à renforcer le soutien populaire à un gouvernement AKP en déclin. Et maintenant, nous avons Spring Shield. Comme le souligne Barbara Tuchman, cela peut temporairement renforcer un régime, mais cela peut être qualifié de folie lorsqu’il s’agit d’une persistance perverse dans une politique manifestement impraticable ou contre-productive.

La critique de la nouvelle intervention de la Turquie en Syrie a été anticipée avec une panne de courant sur les réseaux sociaux et une interdiction des manifestations anti-guerre à Istanbul jusqu’au 10 mars.

Les pertes turques ont été justifiées par une affirmation selon laquelle 3 136 éléments du régime syrien ont été «neutralisés» avec une forte perte de matériel. En ouvrant les vannes à l’Europe pour les réfugiés turcs, le président Erdogan a effrayé les bejesus de l’UE. Erdogan a maintenant négocié un cessez-le-feu avec le président russe Poutine, mais la question est de savoir combien de temps cela durera.

ROBERT ELLIS

L’auteur est membre du comité consultatif de Vocal Europe à Bruxelles.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Jerusalem Post

Plusieurs zones d’Idlib seront cédées à l’armée syrienne: rapport

BEYROUTH, LIBAN (11 h 00) – Le journal syrien Al-Watan a révélé que l’armée arabe syrienne adhérait à la trêve pour le succès des efforts de Moscou pour mettre en œuvre l’accord russo-turc.

Des sources privées ont déclaré au journal syrien « Al-Watan » que l’armée turque continuait à apporter plus de soldats et de véhicules militaires à son quartier général à Idlib.

Selon Al-Watan, cependant, plusieurs zones du gouvernorat d’Idlib seront cédées à l’armée arabe syrienne afin d’assurer la sécurité de la région au sud de l’autoroute M-4 (Alep-Lattaquié).

Les sources d’Al-Watan ont ajouté: «L’enclave restante en possession de terroristes au sud de la zone de sécurité et au sud de l’autoroute surveillera Jisr Al-Shughour, jusqu’aux frontières administratives du gouvernorat de Lattaquié, et comprend le reste des villages et les villes de la partie nord-ouest de la plaine d’Al-Ghaab.

Ils ont précisé que ces villes du nord-ouest de la plaine d’Al-Ghaab seront remises à l’armée syrienne, malgré la présence de groupes djihadistes comme le Parti islamique du Turkestan (TIP) et Hay’at Tahrir Al-Sham.

Il semble peu probable que les groupes djihadistes abandonnent ces zones sans se battre; cependant, selon l’accord de Moscou, ces militants sont censés se retirer de la région d’ici le 15 mars.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

L’accord d’Idlib démontre la défaite d’Erdogan

Les résultats des opérations militaires réussies des forces

 

Le président russe Vladimir Poutine (L) avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, Moscou, Russie, 5 mars 2020. Photo: AP

 

gouvernementales syriennes à Idlib ont été consolidés au niveau international lors des négociations à Moscou. La Russie a montré que sa position sur un règlement en République arabe est très ferme, tandis que les déclarations belliqueuses des politiciens turcs et des médias sont restées un bruit informatif et n’ont pas affecté la situation.

Les parties ont abordé les négociations avec différents bagages d’«arguments». La position de la Turquie était faible: la partie russe a condamné les Turcs pour avoir soutenu des groupes terroristes en lançant une invasion d’Idlib. Ankara n’a jamais pu changer la situation «sur le terrain», et les drones turcs, qui ont pu paralyser les actions de l’armée arabe syrienne pendant quelques jours, les Syriens ont commencé à abattre l’un après l’autre. Alors que des soldats turcs mouraient à Idlib, le président Erdogan a justifié l’invasion de réfugiés syriens qui tentaient de quitter la zone de guerre en Turquie.

Lors de la conférence, la partie russe n’a pas oublié de rappeler aux Turcs les propos du conseiller d’Erdogan, qui a déclaré à la télévision que « la Turquie a combattu 16 fois contre la Russie et est prête à se battre à nouveau ».

Les négociations au plus haut niveau ont duré près de trois heures et ont été évidemment très tendues. Leur résultat a été un protocole de stabilisation supplémentaire à Idlib, composé de trois points:

  1. L’armée arabe syrienne, l’armée turque et les groupes armés sous contrôle turc doivent cesser toutes les hostilités à partir du 1er au 6 mars, tout en restant dans leurs positions;
  2. La Russie et la Turquie, garantes du cessez-le-feu, créeront un «couloir de sécurité» à moins de 6 km au sud et au nord de l’autoroute M4, les paramètres de ce couloir seront déterminés lors de consultations sur la ligne militaire dans un délai de sept jours;
  3. À partir du 15 mars, les militaires russes et turcs entreprendront des patrouilles conjointes le long de l’autoroute M4 depuis Turunba, située près de Sarakib, jusqu’au village d’Ain al-Havr, dans le nord de Lattaquié, à la frontière avec Idlib.

Les combats à Idlib se sont poursuivis après la conclusion des négociations jusqu’au cessez-le-feu officiel. Parmi les militants, l’armée turque semble à nouveau avoir été «accidentellement»: le ministère turc de la Défense a officiellement reconnu la mort de deux militaires, déclarant une «puissante frappe de représailles» sur les positions des troupes syriennes.

Les promesses fortes d’Erdogan de « libérer » les postes d’observation turcs encerclés à Idlib et Hama se sont avérées être nulles: le sort des postes d’observation devrait être décidé dans les sept jours avec la coordination du corridor humanitaire autour de l’autoroute M4.

Les résultats obtenus lors des pourparlers à Moscou peuvent être appelés avec confiance la victoire diplomatique des parties syrienne et russe – mais Ankara devra résister à une nouvelle vague de mécontentement public, car les énormes pertes humaines et de réputation de la Turquie à Idlib se sont avérées être un résultat nul.

À un prix élevé, la Turquie n’a pu suspendre l’opération contre les terroristes à Idlib. Erdogan a attisé le bruit autour du problème des réfugiés, fait du chantage à l’UE avec des réfugiés, mais en conséquence, il n’a pas pu protéger « ses » terroristes et forcer Assad à se retirer à Idlib. Damas a eu l’occasion de franchir une nouvelle étape pour stabiliser le pays. Alep bénéficiera d’un accès normal aux marchés de Damas et aux ports côtiers. La ville pourra entamer la véritable restauration de ses zones industrielles nord et ouest, qui fournissaient un très grand nombre d’emplois avant la guerre.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur uniquement et ne représentent pas nécessairement celles d’Ekurd.net ou de ses éditeurs.

Sardar Mesto

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Ekurd.net

Le pari raté de la Turquie en Syrie

Le dernier pari du président turc Recep Tayyip Erdogan dans la guerre civile en Syrie semble avoir jailli des yeux de serpent. Au lieu de stopper le siège du gouvernement de Damas sur la dernière province détenue par les rebelles[-terroristes – MIRASTNEWS], Idlib, la Turquie a reculé, et l’aventure syrienne d’Ankara alimente une résistance intérieure croissante au puissant autocrate.

La crise a commencé le 25 février, lorsque des rebelles antigouvernementaux, ouvertement soutenus par des troupes, de l’artillerie et des blindés turcs, ont attaqué l’armée syrienne dans la ville stratégique de Saraqib, à la jonction des autoroutes 4 et 5 reliant Alep à Damas et à la Méditerranée. Le même jour, des avions de combat russes dans le sud d’Idlib ont été visés par des MANPADS (systèmes portables de défense aérienne portatifs), des armes antiaériennes provenant d’avant-postes militaires turcs. La base aérienne russe de Khmeimim a également été attaquée par des MANPADS et des drones turcs armés.

Ce qui s’est passé ensuite est encore trouble. Selon Ankara, une colonne de troupes turques en route pour approvisionner les avant-postes d’observateurs turcs à Idlib a été attaquée par des avions de guerre et de l’artillerie syrienne, tuant quelque 34 soldats et en blessant plus de 70. Certaines sources font état de causalités beaucoup plus élevées.

Mais selon Al Monitor, une publication en ligne généralement fiable, la colonne était un bataillon d’infanterie mécanisé de quelque 400 soldats, et ce ne sont pas les avions de guerre syriens qui ont fait les dégâts, mais les Su-34 russes emballant des KAB-1500L, la destruction de bunker bombes à guidage laser avec ogives de 2400 lb. Des combattants syriens Su-22 étaient impliqués, mais apparemment seulement pour inciter les soldats à se mettre à couvert dans plusieurs grands bâtiments. Ensuite, les Su-34 sont entrés et ont fait tomber les bâtiments sur les Turcs.

Les Russes nient que leurs avions étaient impliqués et les Turcs ont blâmé tout cela à Damas, mais quand il s’agit de la Syrie, le vieil adage selon lequel la vérité est la première victime de la guerre est à peu près un truisme.

Erdogan a d’abord bafoué et menacé de lancer une invasion d’Idlib – qui, de toute façon, était déjà en cours – mais après être resté silencieux au départ, le contre-amiral Oleg Zhuravlev a déclaré que la Russie « ne peut pas garantir la sécurité des vols des avions turcs au-dessus de la Syrie ».

Le président turc est une tête dure, mais il n’est pas stupide. Les troupes, les blindés et l’artillerie sans couverture aérienne seraient des canards assis. Les Turcs se sont donc retirés, les Syriens ont emménagé et maintenant la police militaire russe occupe Saraqib. La Russie a également déployé deux frégates armées de missiles de croisière au large des côtes syriennes.

Mais pour Erdogan, le front intérieur se réchauffe.

Même avant la crise actuelle, le Parti républicain du peuple (CHP) avait demandé à Erdogan d’informer le Parlement de la situation à Idlib, mais le président du Parti de la justice et du développement (AKP) a rejeté la demande. Le bon parti nationaliste de droite – un allié du CHP – a fait des demandes similaires, qui ont également été mises à l’écart.

Tous les partis d’opposition ont appelé à des négociations directes avec le gouvernement Assad.

Le souci est que la Turquie dérive vers une guerre avec la Syrie sans aucune contribution du Parlement. Le 12 février, Erdogan a rencontré des députés de l’AKP et leur a dit que si les soldats turcs faisaient encore plus de victimes – au moment où le bilan était de 14 morts, 45 blessés – que la Turquie «frapperait n’importe où» en Syrie. Pour l’opposition cela ressemblait terriblement à une menace de déclarer la guerre.

Engin Altay, vice-président du CHP, a déclaré: « Le président doit informer le parlement, Idlib n’est pas une affaire interne pour l’AKP. » Altay a également contesté l’engagement d’Erdogan de séparer la Turquie des rebelles extrémistes, comme Hayat Tahrir al-Sham, une filiale d’Al-Qaïda. « Est-ce seulement possible? » il a demandé: «Il n’y a aucun moyen de les distinguer les uns des autres.»

La Turquie a conclu un accord avec la Russie en 2018 pour lui permettre de mettre en place des postes d’observation à Idlib si elle s’engageait à ne pas soutenir des extrémistes comme Tahrir al-Sham, mais Ankara a facilité l’entrée de ces groupes en Syrie depuis le début de la guerre, donnant leur libre passage et leur fournissant des quantités massives d’engrais pour les bombes. En tout cas, les extrémistes ont éliminé il y a des années des groupes d’opposition dits « modérés ».

« La Turquie a déclaré qu’elle dissocierait les éléments modérés des radicaux », explique Ahmet Kamil Erozan du Bon Parti, « mais cela ne pouvait pas être fait. »

Le parlementaire progressiste du Parti démocratique populaire (HDP), basé au Kurdistan, Necdet Ipekyuz a accusé «Idlib est devenu un nid pour tous les djihadistes. Il est devenu un point chaud pour la Turquie et le monde. Et qui protège ces djihadistes? Qui les protège?»

Erdogan a emprisonné de nombreux membres du Parlement du HDP et les personnes nommées par l’AKP ont remplacé les maires du Parti. Des dizaines de milliers de personnes ont été emprisonnées et des dizaines de milliers licenciées. Les médias ont été largement réduits au silence par la répression pure et simple – la Turquie a emprisonné plus de journalistes que n’importe quel pays dans le monde – ou la possession par les hommes d’affaires pro-Erdogan.

Mais les sacs mortuaires commencent à rentrer à la maison après une guerre qui ressemble à beaucoup de Turcs comme un bourbier. La guerre coûte cher à un moment de graves difficultés économiques pour l’économie turque. Le chômage est obstinément élevé et la livre continue de chuter. Les sondages montrent qu’une majorité de Turcs – 57% – se préoccupent davantage de l’économie que du terrorisme. Alors que les Turcs se sont rassemblés autour des soldats, avant le récent incident, plus de la moitié de la population était opposée à toute escalade de la guerre.

Et la Turquie semble de plus en plus isolée. Erdogan a convoqué une session d’urgence de l’OTAN le 28 février, mais n’a obtenu qu’un soutien «moral». L’OTAN ne veut rien avoir à faire avec la Syrie et ne veut certainement pas une confrontation avec la Russie, en particulier parce que de nombreux membres de l’alliance ne sont pas à l’aise avec l’intervention de la Turquie en Syrie. En tout cas, la Turquie n’est pas attaquée. Seuls ses soldats, qui occupent des parties de la Syrie en violation du droit international, sont vulnérables.

Les Américains ont également exclu la création d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus d’Idlib.

Erdogan n’est pas seulement pressé par l’opposition, mais par le Parti du mouvement nationaliste (MHP) au sein de sa propre coalition au pouvoir. Le MHP, ou les «loups gris», représentent depuis longtemps l’extrême droite de la Turquie. «La nation turque doit entrer à Damas avec l’armée turque», explique Devlet Bahceli, chef du MHP.

Erdogan n’a pas l’intention de marcher sur la capitale syrienne, même s’il pourrait y arriver. Le président souhaite que la Turquie soit un acteur régional et l’occupation de certaines parties de la Syrie maintient Ankara au conseil d’administration. Mais ce raisonnement est désormais assiégé.

Les alliés de la Turquie dans la guerre civile syrienne ne sont efficaces que s’ils sont dirigés et soutenus par l’armée turque. Mais sans couverture aérienne, l’armée turque est sévèrement limitée dans ce qu’elle peut faire, et les Russes perdent patience. Moscou voudrait que la guerre en Syrie prenne fin et ramène une partie de ses militaires chez eux, et Erdogan rend cela difficile.

Moscou peut aussi être difficile, comme la Turquie le découvrira bientôt. Les deux pays sont étroitement liés à l’énergie et, avec les sanctions bloquant le pétrole et le gaz iraniens, Ankara est de plus en plus dépendante des sources d’énergie russes. La Russie vient de construire le nouveau gazoduc TurkStream à travers la mer Noire et construit une centrale nucléaire pour la Turquie. Erdogan ne peut aller si loin que dans l’aliénation de la Russie.

Bloqué en Syrie et soumis à des pressions chez lui, les choix d’Erdogan sont de plus en plus limités. Il peut essayer d’intensifier l’implication turque en Syrie, mais les risques sont élevés. Il a déchaîné les réfugiés en Europe, mais peu y vont et l’Europe les bloque brutalement. Il pourrait demander la tenue d’élections anticipées avant que son soutien interne ne s’érode davantage, mais il pourrait tout simplement perdre ces élections, d’autant plus que l’AKP s’est scindé en deux partis. Un récent sondage a révélé que 50% des Turcs disent qu’ils ne voteront pas pour Erdogan.

Ou il pourrait revenir à sa politique fructueuse d’il y a dix ans de «pas de problèmes avec les voisins».

Conn Hallinan

Conn Hallinan peut être lu sur disptachesfromtheedgeblog.wordpress.com et middleempireseries.wordpress.com

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Counter Punch

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :