A la Une

Etat d’urgence décrété en Espagne, imposant de nombreuses restrictions de sécurité

People wearing protective masks walk out of a supermarket, amidst concerns over Spain's coronavirus outbreak in central Madrid

© REUTERS / JAVIER BARBANCHO

Le nombre de cas confirmés de coronavirus (COVID-19) en Espagne a augmenté de plus de 1 500 en 24 heures, dépassant 6 250, selon les autorités sanitaires. Le nombre de morts de l’infection de Coronavirus est passé à 193, avec 133 victimes dans la seule capitale de Madrid.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a déclaré samedi dans un discours télévisé l’état d’urgence dans le pays au milieu du coronavirus de Wuhan, soulignant que la pandémie en cours nécessite des « décisions extraordinaires ».

EL PAÍS

@el_pais

Directo | Sánchez: « Quedan suspendidas los desfiles, las fiestas populares y las verbenas » https://bit.ly/39Rbwqg 

« Pendant un état d’urgence, les gens ne pourront se déplacer dans la rue que pour acheter de la nourriture, des produits pharmaceutiques et des produits de première nécessité », a déclaré Sanchez.

La nouvelle mesure imposée prévoit une fermeture partielle de 15 jours à l’échelle nationale, y compris la fermeture de tous les magasins en Espagne, à l’exception des pharmacies et de ceux qui vendent de la nourriture et d’autres produits de première nécessité. Tous les événements publics seront également interdits à travers le pays.

L’état d’urgence prévoit également une suspension partielle de tout le trafic ferroviaire et maritime national, selon Sanchez. Les résidents espagnols sont invités à travailler à domicile.

Plus tôt, l’Espagne a fermé toutes les écoles et a alloué le premier paquet d’aide économique de plusieurs millions d’euros pour lutter contre la propagation du COVID-19.

L’Espagne reste un foyer pour la pandémie, parmi d’autres nations européennes, dont l’Italie et l’Allemagne. Plus tôt cette semaine, les nations du monde entier ont commencé à suspendre partiellement ou complètement le trafic aérien avec l’Espagne et d’autres pays de l’UE qui ont été touchés par la maladie contagieuse.

Madrid est Ground Zero pour l’épidémie espagnole. Les autorités de Madrid ont fermé des écoles, des universités, des musées, des théâtres et des bibliothèques.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

La femme de Pedro Sanchez testée positive pour COVID-19

Pedro Sánchez, presidente del Gobierno español, con su esposa María Begoña Gómez Fernández

© AFP 2020 / Niklas Halle’n

Selon le Palacio de la Moncloa, Begoña Gomez, l’épouse du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a été testée positive pour le coronavirus qui a été pratiqué ces dernières heures.

Il est assuré que « Mme Gomez et le président se portent bien, tous deux restent à La Moncloa et suivent à tout moment les mesures préventives mises en place par les autorités sanitaires ».

Plus d’informations, bientôt

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Le RZD russe suspend le trafic ferroviaire Moscou-Berlin et Moscou-Paris

El tren Moscú-París

© Sputnik / Mikhail Voskresensky

MOSCOU  – La compagnie des chemins de fer russes, RZD, suspend depuis le 15 mars la circulation des trains entre Moscou et Berlin et entre Moscou et Paris après la décision de la Pologne de fermer la communication ferroviaire internationale en raison du coronavirus, a fait savoir la compagnie.

Les trains RZD qui couvrent la route entre Moscou et Berlin et la route entre Moscou et Paris traversent le territoire de la Pologne.

« Conformément à la notification de PKP Intercity sur la fermeture des communications ferroviaires à travers la République de Pologne du 14 au 15 mars 2020 pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus jusqu’à nouvel ordre, la circulation des trains internationaux de voyageurs est suspendue », indique la déclaration RZD.

Il est précisé que « les liaisons suivantes entre Moscou et Berlin, entre Moscou et Paris sont annulées: trains № 13 / 440-441 / 14 entre Moscou et Berlin avec départ de Moscou le 15 mars, avec départ de Berlin le 16 mars, № 23/452 / 322-323 / 453/24 entre Moscou et Paris avec départ de Moscou le 17 mars, avec départ de Paris le 19 mars. »

COVID-19, une pneumonie causée par le nouveau coronavirus détecté pour la première fois fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan, a laissé un bilan de plus de 140 000 personnes infectées et de plus de 5 000 décès dans quelque 120 pays.

L’Europe est actuellement le foyer principal de la maladie avec plus de 38 200 personnes infectées et 1 530 morts.

Le 11 mars, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré le COVID-19 comme pandémie mondiale.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

«Soyons clairs, il faut se préparer au pire», alertent des médecins français

Coronavirus en France

© Sputnik .

Les médecins français affichent une inquiétude grandissante face au coronavirus et reconnaissent s’être trompés en le comparant à une grippe. Ils affirment désormais qu’il faut se préparer au pire, selon Le Parisien.

Face au nombre de malades qui bondit, les médecins ont changé de ton et donnent libre cours à leur inquiétude, reconnaissant que comparer le coronavirus à une grippe était une erreur, relate Le Parisien.

«C’est bien plus grave», a confié au journal Gilles Pialoux, chef du service infectiologie de l’hôpital Tenon de Paris.

La réalité est telle qu’il s’agit d’un virus plus contagieux et mortel que la grippe. Si le taux de mortalité pour cette dernière est de 0,1%, celle pour le coronavirus est de 2% à 3%.

«Bien sûr, ce n’est pas Ebola. Mais les Chinois ont montré qu’un patient peut aller bien et d’un coup, la deuxième semaine, au 8e ou 10e jour, il se retrouve en réanimation», a expliqué le docteur.

Des jeunes plus souvent contaminés

Une autre inquiétude tient au fait que désormais les personnes admises en réanimation ne sont plus uniquement fragiles et âgées. Souvent, ce sont des jeunes de 30 ou 40 ans sans pathologie.

Une infirmière a confirmé au Parisien qu’il y en avait sans antécédents médicaux dans un état gravissime.

«Pourquoi certaines tirent la mauvaise carte de la forme grave, ça on ne sait pas», a signalé Gilles Pialoux.

Le virus ne mute pas, mais se répand vite

Jean-Michel Constantin, secrétaire général adjoint de la Société française d’anesthésie et de réanimation, explique cela au Parisien par le fait «que la contamination est telle qu’on finit par avoir également des formes critiques chez des jeunes». Selon lui, le virus n’est pas en train de muter, mais il se répand vite.

Il a, par contre, rassuré sur la capacité à prendre en charge tous les malades: «On a de la marge. On n’est pas pris de cours».

Pourtant, les patients doivent rester en moyenne 20 jours en réanimation sous ventilation artificielle, ce qui ne permet pas à d’autres malades d’y accéder.

Les personnes guéries épuisées pendant six mois

«C’est la mauvaise nouvelle dans la mauvaise nouvelle. Soyons clairs, il faut se préparer au pire», a estimé M. Pialoux

Le journal constate en conclusion que 80% des malades sont sauvés et qu’ils n’auront pas des séquelles pulmonaires.

«Mais ils seront épuisés pendant six mois. Et ils devront passer par une phase de rééducation à cause d’une atteinte neuromusculaire», a résumé Jean-Michel Constantin.

En ce qui concerne les mesures d’urgence à prendre, Éric Caumes, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, a été péremptoire: «Il faut confiner».

Et d’ajouter: «On a toujours un train de retard. Arrêtons de courir après l’épidémie.»

Source: Sputnik News – France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :