A la Une

Égoïsme et non assistance à personnes en danger: Les USA tentent de racheter pour eux un projet de vaccin contre le Covid-19 développé en Allemagne, Berlin s’insurge

Vaccin

© AFP 2020 BRENDAN SMIALOWSKI

Le gouvernement d’Angela Merkel a accusé dimanche soir les Etats-Unis de Donald Trump d’avoir tenté de s’approprier un projet de vaccin contre le coronavirus développé par un laboratoire allemand, et prévenu qu’il ferait tout qu’il soit développé en Europe, rapporte l’AFP.

L’Allemagne «n’est pas à vendre», a protesté le ministre de l’Economie Peter Altmaier sur la chaîne de télévision publique ARD.

Et son homologue de l’Intérieur Horst Seehofer a confirmé la véracité des informations publiées le même jour par le quotidien allemand Die Welt sur une tentative du président américain Donald Trump de faire main basse sur un laboratoire allemand en lui proposant une très grosse somme d’argent.

«Je peux juste dire que j’ai entendu aujourd’hui à plusieurs reprises de la part de membres du gouvernement que c’est exact», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Il a annoncé dans la foulée que le sujet serait abordé lundi par le «comité de crise» du gouvernement chargé de piloter la lutte contre l’épidémie de coronavirus, qui a touché à ce jour en Allemagne près de 5.000 personnes et fait 12 morts.

Un laboratoire au cœur de la crise

Au centre du bras de fer: le laboratoire allemand CureVac, situé à Tübingen dans le sud-ouest du pays.

Il est un de ceux dans le monde qui travaillent sur un vaccin contre le Covid-19, en bénéficiant de subventions du gouvernement allemand. Il affirme être «à quelques mois» de pouvoir présenter un projet pour validation clinique.

Selon le journal allemand, le président américain, Donald Trump, essaie d’attirer à coups de millions de dollars des scientifiques allemands travaillant sur ce potentiel vaccin ou d’en obtenir l’exclusivité pour son pays en investissant dans l’entreprise.

Ce vaccin serait alors «seulement pour les Etats-Unis», a affirmé au journal une source proche du gouvernement allemand.

Un représentant gouvernemental américain, interrogé dimanche par l’AFP, a estimé que cette affaire était «grandement exagérée».

Parlant sous couvert de l’anonymat, il a indiqué que Washington avait parlé à plus de 25 laboratoires pharmaceutiques et assuré que «toute solution qui viendrait à être trouvée serait partagée avec le reste du monde».

Le PDG démissionne «sans raison»

La réalité est toutefois que le PDG de la société allemande a été personnellement invité par le président américain le 3 mars à la Maison Blanche pour discuter d’«un développement rapide d’un vaccin contre le coronavirus», selon un communiqué de ce laboratoire.

Curieusement, la société CureVac a annoncé une semaine plus tard le départ surprise de ce PDG, sans donner de raison.

C’est qu’entretemps la résistance s’est manifestement organisée côté allemand, et notamment au sein de l’entreprise concernée, face aux velléités américaines.

Le ministre allemand de l’Economie s’est ainsi félicité de la «décision formidable» de CureVac de refuser les avances américaines. Un responsable de l’entreprise, Franz-Werner Haas, a confirmé pour sa part l’intérêt de Washington mais a affirmé qu’il n’y avait pas eu d’«offre d’achat».

Donald Trump visé

Le président du parti libéral allemand (FDP), Christian Lindner, s’en est lui pris directement à Donald Trump.

«En période électorale tous les moyens sont bons manifestement pour le président américain», soucieux de s’assurer la gloire du premier vaccin, a-t-il dit. «La lutte contre le coronavirus est une tâche qui concerne l’humanité toute entière, il n’y a pas de place pour l’égoïsme», a-t-il ajouté.

«Il faut à tout prix empêcher la vente exclusive d’un éventuel vaccin aux Etats-Unis, il y a des limites au capitalisme», lui a fait écho un responsable du parti social-démocrate, membre de la coalition gouvernementale allemande, Karl Lauterbach.

Berlin a jugé «très important de pouvoir produire des vaccins en Allemagne et en Europe», et prévenu qu’il pouvait mettre son veto à des projets d’investissement dans des entreprises nationales jugées stratégiques.

«Le gouvernement a la possibilité d’examiner de près des acquisitions d’entreprises allemandes par des Etats étrangers, surtout s’il en va des intérêts de sécurité de l’Allemagne et de l’Europe», a averti le ministère de l’Economie.

Source: Sputnik News – France

La situation du coronavirus en France est «extrêmement préoccupante» et s’aggrave rapidement, prévient un haut responsable de la santé

FILE PHOTO. © AFP / Joel Saget

Les Français ne doivent pas sous-estimer la menace du coronavirus car la situation dans le pays est déjà désastreuse et risque de s’aggraver rapidement, a averti un responsable de la santé, ajoutant que les gens devaient rester chez eux.

Il y a près de 5 500 cas confirmés de coronavirus en France, avec plus de 400 personnes dans un état grave. La situation de l’épidémie est « extrêmement préoccupante », l’épidémie se déplaçant très rapidement, a déclaré le haut responsable de la santé Jerome Salomon.

«Le nombre de cas double tous les trois jours. Je voudrais que nos concitoyens se rendent compte qu’il y a des centaines de personnes malades, en réanimation», a-t-il déclaré à France Inter.

Salomon dirige le DGS, un service du ministère de la Solidarité et de la Santé chargé de protéger la santé publique, il est donc en première ligne dans la lutte contre l’épidémie. Il craint que le grand public ne prenne à la légère les instructions pour minimiser les contacts sociaux afin de stopper la propagation du virus.

« Beaucoup de gens ne comprennent pas qu’il est nécessaire de rester à la maison », a-t-il déclaré. En raison de cette faible conformité «nous ne parvenons pas à freiner l’épidémie».

De même, trop de jeunes sous-estiment les risques en ne prenant pas les précautions nécessaires, a déclaré le responsable.

« La moitié des personnes en soins intensifs ont moins de 65 ans. Un peu plus de 10% des décès ont moins de 65 ans », a averti Salomon. Il y a eu jusqu’à présent 127 décès dus à des coronavirus en France.

Il a également averti qu’il serait «catastrophique» si le virus était répandu et accablait les hôpitaux, auquel cas les médecins seraient obligés de donner la priorité à certains patients par rapport à d’autres.

Le gouvernement français a hésité à prendre des mesures strictes comme des contrôles aux frontières ou des fermetures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Sibeth Ndiaye, porte-parole de l’Elysée, a démenti lundi les informations des médias concernant un projet d’ordonnance d’auto-isolement partiel. Selon lui, il s’agissait de «fausses nouvelles».

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

L’Espagne enregistre plus de 1 000 cas de coronavirus en une journée et le nombre de morts s’élève à près de 300

Plus de 35% du total des personnes infectées sont hospitalisées. De ce nombre, 410 demeurent dans des unités de soins intensifs. 521 patients ont récupéré.

La Calle Alcalá, l’une des principales routes de Madrid, se vide pendant le confinement sous alarme. 15 mars 2020 Sergio Perez / Reuters

Les dernières données fournies par le ministère espagnol de la Santé reflètent une augmentation d’environ 1000 cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures. Ainsi, les positifs confirmés s’élèvent désormais à 8 744 cas à travers le pays, dont 3 215, un peu plus de 35%, sont hospitalisés.

Les cas les plus graves s’élèvent à 410, qui sont admis dans les unités de soins intensifs (USI). Pour sa part, le bilan des morts atteint 297, tandis que 521 patients se sont rétablis.

Le territoire le plus touché est la Communauté de Madrid, qui a déjà enregistré 4 665 infections. Cette région comprend également entre 60 et 70% des patients admis en soins intensifs et 213 décès, 71% du total, selon Fernando Simon, directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires (CCAES) du ministère de la Santé.

La situation la plus grave se produit dans trois régions: la Communauté de Madrid, la Catalogne (715) et le Pays basque (630), bien que le porte-parole de la Santé ait expliqué que dans les circonstances actuelles « il y a une plus grande probabilité que dans le reste du pays est plus répandu » et a mis en évidence le « stress supplémentaire sur les services de santé » qui est à l’origine de la propagation du nouveau virus.

Simon a comparu après la réunion du comité technique de gestion des coronavirus, qui a eu des représentants des quatre ministères chargés de gérer l’état d’alarme décrété par le gouvernement le samedi 15 mars. Avec lui, le chef d’état-major de la défense, Miguel Angel Vilarroya, représentant le ministère de la Défense; le lieutenant-général de la Garde civile, Laurentino Cena, et le directeur opérationnel de la police nationale, José Angel Gonzalez Jimenez, représentant le ministère de l’Intérieur; et la secrétaire générale des transports, María José Rallo.

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :