A la Une

La livre sterling chute au plus bas niveau par rapport au dollar des Etats-Unis d’Amérique depuis 1985 + Plongeon du Dow Jones et fermeture des marchés

Pounds

© CC0

La livre a chuté aujourd’hui à son plus bas niveau par rapport au dollar des Etats-Unis d’Amérique depuis 1985.

Mercredi, la livre sterling est tombée à 1,183 £ pour un dollar, prolongeant une baisse au cours de la semaine dernière avec une baisse de 1,8%.

Viraj Patel @VPatelFX

The pound has fallen to its lowest level against the US dollar since 1985. An SOE country with a large external trade deficit requires funding via capital inflows. In a sudden stop of global capital flows – the currency adjusts to offset the lack of inflows. Can’t fight this

La « Sterling a achevé l’une de ses baisses de mémoire les plus prononcées en atteignant son niveau le plus faible depuis 1985, excluant … la brève plongée du crash flash d’octobre 2016 », a déclaré Neil Wilson, analyste de Markets.com.

Auparavant, la livre sterling avait chuté de 1,95 cents à 1,3005 £, perdant 1,5% par rapport au dollar en février.

Plus tôt, le chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak, a déclaré que le gouvernement britannique allouerait 330 milliards de livres pour soutenir les entreprises nationales au milieu de l’épidémie de la maladie du coronavirus.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Le Dow plonge de plus de 1 300 points alors que les plans de secours économique des Etats-Unis d’Amérique ne parviennent pas à apaiser les inquiétudes concernant COVID-19

Financial Markets Wall Street Download Comp  Tag as... Cancel Apply Back to search results3of26,228 results FINANCIAL MARKETS WALL STREET Overview Download now   Trader Fred DeMarco, left, works with colleagues in a booth on the floor of the New York Stock Exchange, Thursday, March 22, 2018. Stocks are falling sharply and bond prices are climbing after the Trump administration moved to place tariffs on some goods imported from China and restrict Chinese investment.

© AP Photo / Richard Drew

Malgré les plans pour stimuler la relance économique afin d’atténuer l’effet de la pandémie de COVID-19 sur l’économie des Etats-Unis d’Amérique, les traders de la Bourse de New York (NYSE) ont vu les valeurs boursières chuter mercredi.

L’indice Dow Jones Industrial Average (DJIA) a chuté de 1 338,46 points, et le S&P 500 a perdu 131,09 points en territoire rouge. Le Nasdaq Composite a glissé de 344,94 points. Les chiffres de clôture de mercredi interviennent après que Wall Street ait pu réaliser des gains la veille en prévision d’un éventuel plan de relance financière de 1000 milliards de dollars de l’administration Trump.

Les prix du pétrole, quant à eux, ont fortement chuté de plus de 17%, marquant leur plus bas niveau en 18 ans. Le brut Brent a chuté de plus de 9%.

Les actions et les matières premières ayant plongé, les analystes ont indiqué que ces mouvements signalaient un intérêt accru des investisseurs pour l’acquisition rapide de liquidités afin de mieux faire face au ralentissement économique provoqué par la pandémie. Les 50 États des Etats-Unis d’Amérique ont tous signalé des cas de COVID-19 et, selon le Johns Hopkins University Center for Systems Science and Engineering, au moins 115 personnes sont décédées dans le pays des suites d’avoir contracté le virus.

Le trading de la journée a également marqué une nouvelle session volatile au cours de laquelle les marchés ont été arrêtés pendant 15 minutes. Vers 13 heures environ heure locale, le S&P 500 a chuté de 7% et a déclenché un arrêt des «disjoncteurs» à l’échelle du marché, le quatrième incident de ce type survenu ces dernières semaines.

De plus, les chiffres de mercredi ont effacé les gains du DJIA depuis l’investiture du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump en janvier 2017.

« L’Amérique se terminera comme nous la connaissons »

Malgré les efforts de l’administration Trump pour mettre en place un plan de relance pour apaiser les inquiétudes économiques, certains experts appellent Trump à fermer le pays de la liberté.

Bill Ackman, fondateur et PDG du hedge fund Pershing Square Capital Management, a déclaré mercredi à CNBC que le président devait fermer le pays pour une période de 30 jours afin de contenir complètement la propagation du coronavirus.

« Ce qui effraie désormais le peuple et les entreprises des Etats-Unis d’Amérique, c’est le déploiement progressif », a-t-il déclaré à « Halftime Report » de CNBC. « Nous devons l’arrêter maintenant … C’est la seule réponse. »

«L’Amérique se terminera comme nous la connaissons. Je suis désolé de le dire, à moins que nous ne prenions cette option», a poursuivi Ackman.

Le Sénat des Etats-Unis d’Amérique votera sur une loi adoptée par la Chambre

Bien que l’annonce n’ait eu que peu d’effet sur le commerce, le chef de la majorité au Sénat des Etats-Unis d’Amérique, Mitch McConnell (R-KY), a révélé que les dirigeants du Congrès voteraient mercredi sur la loi de secours aux coronavirus COVID-19 adoptée par la Chambre.

Le vote final est descendu à 90 pour et 8 contre la Families First Coronavirus Response Act.

Senate Cloakroom

@SenateCloakroom

Passed, 90-8: H.R.6201, Families First Coronavirus Response Act.

Cependant, McConnell a poursuivi en notant qu’il n’ajournerait pas le Sénat tant que les législateurs n’auraient pas adopté un plan de relance économique de la «phase trois» qui est «beaucoup plus audacieux» que les mesures incluses dans la législation adoptée par la Chambre.

McConnell s’attend à ce que le nouveau projet de loi «prévoit un allégement important pour les petites entreprises partout au pays». Le projet de loi adopté par la Chambre élargit le financement fédéral de Medicaid et offre aux Américains jusqu’à deux semaines de congé de maladie payé en cas de test positif pour le nouveau coronavirus.

Trump, qui a invoqué mercredi la loi sur la production de défense lors d’un briefing à la Maison Blanche, a indiqué qu’il signerait la loi adoptée par la Chambre, si le Sénat l’envoyait à son bureau.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Effacement de dix mille points: les marchés continuent de plonger à la baisse, alors que les craintes de coronavirus secouent les investisseurs

Un trader travaille sur le parquet de la Bourse de New York, 18 mars 2020 © Reuters / Lucas Jackson

La crise actuelle de Covid-19 a fait des ravages sur les marchés mondiaux, les investisseurs ayant réagi de manière mitigée aux mesures de relance et aux efforts de confinement. Aux États-Unis d’Amérique, le Dow Jones a clôturé en baisse plus que jamais depuis l’élection de Donald Trump.

Malgré la signature par le président Donald Trump d’une législation en temps de guerre pour remédier aux pénuries d’équipements médicaux vitaux, le Dow Jones Industrial Average a clôturé à un peu moins de 20 000 points mercredi, soit une baisse de 6,3% la veille. Même mardi, l’annonce d’un plan de relance de mille milliards de dollars n’a provoqué qu’une légère remontée momentanée de la chute de l’indice.

RT

@RT_com

New York Stock Exchange shuts down floor after traders test positive for coronavirus https://on.rt.com/ad1b 

New York Stock Exchange shuts down floor after traders test positive for coronavirus — RT Business…

The New York Stock Exchange (NYSE) will shut down its trading floor and temporarily switch to electronic transactions after several traders were confirmed to carry the coronavirus.

rt.com

En perdant plus de 1400 points juste après le coup de sonnette d’ouverture, le Dow fermera finalement plus bas qu’à tout moment depuis l’inauguration de Trump, ce qui signifie que le coronavirus a – au moins temporairement – anéanti les gains de la présidence de Trump.

Pour les autres indices de Wall Street, les nouvelles n’ont pas été bien meilleures. Le S&P 500 et le Nasdaq Composite ont clôturé en baisse de 5,2% et 4,7% respectivement. La négociation a même été brièvement interrompue en début d’après-midi lorsqu’une baisse de 7% du S&P a déclenché le «disjoncteur» d’urgence de 15 minutes de la Bourse de New York.

Les actions négociées sur les bourses de Londres, Francfort et Paris ont connu une autre journée de pertes énormes, les indices clés se situant entre 3 et 5%. Comme aux États-Unis d’Amérique, la chute libre a ignoré un plan de relance britannique annoncé la veille, en plus de programmes similaires en Italie et en France, infectées par le virus.

Les actions australiennes ont mené les pertes en Asie-Pacifique, l’indice S & P / ASX 200 du pays ayant chuté de plus de 6%. L’indice Hang Seng de Hong Kong a chuté de plus de 4% à un plus bas de plus de trois ans. Le Shanghai Composite chinois et le Nikkei 225 japonais ont également perdu du terrain, perdant plus d’un pour cent et demi.

Le pétrole brut a également poursuivi sa spirale à la baisse, perdant 24% de sa valeur pour atterrir à 20 $ le baril, son prix le plus bas depuis février 2002. Les craintes liées au coronavirus associées à une guerre des prix entre l’Arabie saoudite et la Russie ont martelé la valeur du brut pendant plusieurs semaines.

La bourse des Etats-Unis d’Amérique a connu des montagnes russes – des baisses massives suivies d’énormes rebonds – alors que la panique des investisseurs entraînée par la propagation du coronavirus s’installe. Sur les marchés financiers, il s’est également reflété dans l’indice de volatilité CBOE, parfois appelé indice de peur. L’indice a tendance à augmenter pendant les turbulences du marché, et il a atteint des sommets historiques plus tôt cette semaine.

Le Dow et le S&P 500 sont entrés dans un marché baissier la semaine dernière, mettant fin à une course haussière historique. Le Dow Jones est déjà à plus de 30% de son record historique d’environ 29 500 points observé en février, à son plus bas mercredi de moins de 20 000 points.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La Bourse de New York fermera temporairement la salle des marchés pendant le coronavirus

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange near the end of the trading day, Monday, March 16, 2020

© AP Photo / Craig Ruttle

La Bourse de New York (NYSE) fermera temporairement sa salle des marchés et passera au commerce électronique à la suite de la pandémie de COVID-19.

Le trading entièrement électronique commencera avec l’ouverture du marché lundi, selon un rapport de CNBC. Les salles qui fermeront incluent la « salle des actions NYSE à New York, la salle des options NYSE des Etats-Unis d’Amérique à New York et la salle des options Arca de NYSE à San Francisco ».

Dans un communiqué publié mercredi, Stacey Cunningham, présidente du NYSE, a confirmé la nouvelle: « Les salles de NYSE offrent une valeur unique aux émetteurs et aux investisseurs, mais nos marchés sont pleinement capables de fonctionner de manière entièrement électronique pour servir tous les participants, et nous pouvons rouvrir de cette manière jusqu’à ce que nous puissions rouvrir nos salles de marché à nos membres. »

«Alors que nous prenons la mesure de précaution de fermer les salles de marché, nous continuons de croire fermement que les marchés devraient rester ouverts et accessibles aux investisseurs. Tous les marchés de NYSE continueront à fonctionner pendant les heures normales de négociation malgré la fermeture des salles de marché », a ajouté Cunningham.

Selon CNBC, la décision de fermer temporairement la salle du NYSE a été prise après que les employés du Big Board aient été testés positifs pour le coronavirus. Cette semaine, le NYSE avait également commencé à tester médicalement les personnes entrant dans sa salle des marchés, a rapporté CNBC.

«Nous avons mis en place un certain nombre de mesures de sécurité au cours des deux dernières semaines, et à partir de lundi de cette semaine, nous avons commencé les tests préventifs des employés et le dépistage de toute personne entrant dans le bâtiment. Si ce dépistage justifiait des tests supplémentaires, nous avons testé les gens et ils ont été renvoyés chez eux et n’ont pas eu accès au bâtiment. Quelques-uns de ces cas de test sont revenus positifs», a expliqué Cunningham.

Le Dow Jones Industrial Average a chuté de 1 338,46 points mercredi après-midi, tandis que le Nasdaq Composite a baissé de 344,94 points. Le S&P 500 a également glissé de 131,09 points à la fermeture du marché. De plus, les prix du pétrole ont chuté de près de 17%, atteignant le plus bas niveau en 18 ans. Ces trébuchements sont survenus même après que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a annoncé son plan de relance économique pour atténuer l’impact du coronavirus sur l’économie des Etats-Unis d’Amérique.

Le Sénat et la Chambre des représentants des Etats-Unis d’Amérique ont voté mercredi pour adopter une loi visant à étendre les congés payés et à fournir une assurance chômage au public des Etats-Unis d’Amérique au milieu de la pandémie meurtrière.

La législation offrirait des tests gratuits pour le virus et allouerait des fonds supplémentaires aux programmes gouvernementaux d’aide à la nutrition et à l’assurance-chômage. En vertu de la loi, les petites entreprises pourraient offrir deux semaines de congé maladie payé aux employés.

Mercredi, Trump a également invoqué la loi sur la production de défense, qui permettra aux entreprises civiles d’aider à produire les produits nécessaires à la défense nationale. Il a également annoncé que le ministère du Logement et du Développement urbain « apporterait un soulagement immédiat aux locataires et aux propriétaires en suspendant toutes les saisies et expulsions jusqu’à la fin avril ».

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :