A la Une

Le coronavirus mettra-t-il l’Union européenne KO? «Une faillite totale»

Ballon avec le drapeau de l'UE

© AP Photo / Francisco Seco

Critiquée depuis le début de la crise du coronavirus, l’UE a du mal à faire face. Devant l’hécatombe, l’Italie a dû demander de l’aide à des pays comme la Chine, la Russie ou Cuba. L’impuissance de Bruxelles pourrait-elle mener à l’explosion de l’UE? Florian Philippot, président des Patriotes, livre son analyse à Sputnik.

«Cette crise montre la faillite totale de l’Union européenne.»

Florian Philippot, président des Patriotes, parti politique pro-Frexit, rend l’Union européenne en partie responsable de la situation catastrophique qui est actuellement celle de plusieurs pays européens. Dans le sillage d’une épidémie de coronavirus qui a déjà fait plus de 15.000 morts à travers le monde, dont une nette majorité sur le Vieux Continent, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer le manque de réaction de l’Union européenne. Pour Florian Philippot, l’UE a même été un facteur aggravant de la crise:

«Les politiques de l’Union européenne nous ont clairement rendu vulnérables par rapport à cette épidémie. Tout d’abord car l’UE c’est l’austérité et donc des systèmes de santé qui ont été très affaiblis ces dernières années dans plusieurs pays dont la France. Ensuite, Bruxelles prône l’ouverture des frontières, ce qui a fait prendre du retard concernant leurs fermetures, mesure pourtant essentielle prise par la quasi-totalité des pays qui ont agi sérieusement pour lutter contre l’épidémie.»

Tous les regards tournés vers Rome

La réponse européenne concernant la situation italienne est sous le feu des critiques. Pays le plus touché au monde par l’épidémie de coronavirus avec plus de 5.400 morts, la Botte est quasiment à l’arrêt depuis le 10 mars et le début du confinement. Les conséquences sanitaires comme économiques sont désastreuses pour Rome. «Nous sommes absolument prêts à aider l’Italie pour tout ce dont elle aura besoin. C’est de la plus haute importance. Ce pays est gravement touché par le coronavirus. Par conséquent […], nous répondrons à tous leurs besoins», déclarait le 13 mars Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

Mais pour le moment, la concrétisation de ces paroles en actes semble patiner. Si Bruxelles a annoncé suspendre temporairement le respect de plusieurs règles de discipline budgétaire, en premier lieu desquelles figure la fameuse obligation d’avoir un déficit public inférieur à 3% du produit intérieur brut, l’Italie souhaite qu’elle agisse davantage. Rome a demandé à l’UE de faire tout ce qui était en son pouvoir afin d’aider le pays. L’Italie a proposé à ses partenaires européens la création de «corona bonds», des obligations mutualisant les dettes des pays de la zone euro. Un tel système avait déjà été envisagé par le passé, mais il s’était heurté à l’opposition de plusieurs pays du nord de l’Europe, l’Allemagne en tête.

Critique de la Raison Européenne @CRE_SciencesPo

On se demandait ce qui finirait par achever l’Union européenne, il se pourrait bien que ce soit le coronavirus.

Il est en train de montrer le vide des belles promesses, quand chaque pays s’en remet à lui-même.

L’Union européenne s’effondre actuellement dans un grand bruit mou. https://twitter.com/Mr_Frexit/status/1239858193125093376 

Monsieur_Frexit 🇫🇷 @Mr_Frexit

🇷🇸🇪🇺 Le President serbe Vucic : « La solidarité européenne n’existe pas. C’etait une fable sur papier. « 

Vidéo intégrée

Le recours au Mécanisme Européen de Stabilité (MES), outil qui a vu le jour en 2012 lors de la crise de la dette et doté d’une capacité de prêt de 410 milliards d’euros, a également été évoqué. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a dans un entretien au Financial Times daté du 20 mars appelé l’Union européenne à utiliser «toute la puissance» de ce fonds afin de répondre à la crise «sans précédent» du coronavirus. Pour le moment rien n’a été décidé. Pour le président des Patriotes, le mal est déjà fait:

«Les européistes répondent que l’Union européenne n’a pas de compétence en matière de santé ce qui est totalement fallacieux. Elle a bien une compétence: celle de flinguer tous les services publics en vous poussant à privatiser, à faire des économies et à mettre en place l’austérité. Je rappelle que plusieurs pays européens ont supprimé des milliers de postes dans l’hôpital public ces dernières années et ils l’ont fait pour répondre aux critères imposés par Bruxelles et du fait de leur appartenance à l’Union européenne et à la zone euro.»

Rome a demandé de l’aide à plusieurs pays hors Union européenne comme à la Chine, au Venezuela ou encore à Cuba. Quant à la Russie, elle a envoyé pas moins de 10 avions de transports militaires en Italie contenant notamment des médecins militaires russes et de l’équipement médical. Le 10e avion a décollé ce 23 mars de l’aéroport Chkalovsky à destination de la base militaire italienne de Pratica di Mare, à 30 kilomètres au sud-ouest de Rome. Le 21 mars, c’est Cuba qui dépêchait une équipe de 52 médecins et infirmiers qui, pour une partie, a déjà lutté contre le virus Ebola en Afrique. Quant à la Chine, elle a déjà envoyé plusieurs spécialistes et du matériel médical tels que des masques, des respirateurs et autres électrocardiographes.

«Le côté malfaisant de l’Union européenne a été révélé au grand jour ainsi que son inutilité face à cette crise. Nous voyons bien que les espaces de solidarité mis en place ne sont pas là où on pouvait les attendre. La solidarité peut se faire entre nations au niveau international comme on le voit avec la Chine, la Russie et Cuba qui viennent en aide à l’Italie. Il est idiot de confiner la solidarité sur un seul continent», pointe Florian Philippot.

Exemple frappant du manque de coordination dans la lutte contre le coronavirus au niveau européen: la saisie le 17 mars de 680.000 masques et d’appareils respiratoires dans un entrepôt d’une entreprise privée de Lovosice, au nord de Prague en République tchèque. D’abord présenté comme une opération visant à lutter contre le trafic de marchandises, le gouvernement tchèque a dû concéder que «malheureusement, après des investigations plus poussées, il s’est avéré qu’une plus petite partie de cette saisie était un don chinois pour l’Italie». Afin de régler la situation, Prague a annoncé le 23 mars avoir expédié 110.000 masques vers l’Italie.

«L’Union européenne, en poussant aux délocalisations, notamment en Chine, nous a mis en danger. Aujourd’hui, nous ne sommes même plus en mesure de fabriquer des masques en quantité suffisante, même chose pour les médicaments. Bruxelles nous a expliqué pendant des années que la mondialisation était formidable. Nous voyons aujourd’hui le résultat», constate Florian Philippot.

«Quand tout va mal, il faut compter sur la nation. Et c’est bien là l’enseignement majeur de cette crise. Très vite les Allemands ont fermé leurs frontières et interdit l’exportation de matériel médical. Et je ne leur en veux pas. Ils ont fait en sorte de protéger leur système de santé et leur population. L’Union européenne est inutile. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, en est réduit à faire des vidéos pour nous montrer comment nous laver les mains…», ironise le président des Patriotes.

Ursula von der Leyen

@vonderleyen

Thank you for nominating me, @DrTedros! challenge accepted!

Follow the @WHO guidelines, wash your hands 💦and protect yourself & others from the !

I now challenge:
👉@melindagates
👉Christine @Lagarde
👉@YoYo_Ma
👉@jensspahn

Stay safe & healthy!

Est-ce que la configuration actuelle est de nature à faire exploser une Union européenne déjà fragilisée avant la crise? Florian Philippot en doute, même s’il pense qu’un tournant peut avoir lieu au niveau de l’opinion publique:

«Je ne sous-estime jamais la capacité de résistance du système, y compris en tenant compte du caractère inédit de cette crise. Je reste donc prudent. En revanche, il m’apparaît clair que les opinions publiques vont évoluer. Nous le voyons déjà en Italie avec une satisfaction vis-à-vis de l’Union européenne en chute libre et des entreprises italiennes qui décrochent le drapeau européen de leur façade. Cependant, il ne faut pas croire que du jour au lendemain, après la crise, les dirigeants européistes, tels que Macron, effectueront un virage à 180° concernant leur politique vis-à-vis de l’Europe. Il faudra se battre. Et nous aurons désormais plus d’arguments pour convaincre l’opinion publique.»

Source: Sputnik News – France

Médecins cubains en Italie: «Cuba est un géant en matière de médecine»

médecins italiens

© REUTERS / Flavio Lo Scalzo

Face aux 5.476 morts italiens du coronavirus, Rome a demandé de l’aide internationale. Répondant à cet appel, Cuba, État pourtant vingt fois moins riche que l’Italie, a envoyé 52 médecins et infirmières dans la péninsule. Maurice Lemoine, spécialiste de l’Amérique latine, explique cette annonce étonnante à Sputnik.

Le monde vient au secours de l’Italie. Alors que le bilan de ce 23 mars fait état de 5.476 morts pour 59.138 cas, dix avions militaires russes ont atterri à Rome, transportant une centaine de virologues, d’épidémiologistes, des équipements de désinfection et de diagnostic. Trois millions de masques doivent arriver dans la péninsule, provenant de Chine, d’Égypte ou encore d’Inde.

Un autre pays, plus inattendu pour certains, est venu en renfort: il s’agit de Cuba. 36 médecins, 15 infirmiers et un administrateur ont été dépêchés de toute urgence de l’île tropicale le 22 mars, vers Italie. Ils viennent notamment aider la région de Lombardie à faire face aux vagues incessantes de contaminations au Covid-19. Parmi les Cubains arrivés, certains ont déjà acquis de l’expérience en matière épidémiologique en ayant combattu la fièvre Ebola en Afrique.

Voici une vidéo de leur arrivée ce week-end en Italie

🌿🐝 Реми φ🦞 @Callystor

Émouvante arrivée ce dimanche de soignants cubains à pour aider l’ face au . et la seraient-ils moins infréquentables qu’on nous le raconte en boucle?…

Jusqu’à présent, l’île des Caraïbes compte peu d’infectés au coronavirus SARS-Cov2. Seul un touriste italien est décédé. Bien que le tourisme représente une source importante de devises pour le pays, le gouvernement a toutefois pris la décision d’expulser l’ensemble de ses visiteurs. Mais comment expliquer l’envoi d’une cinquantaine de médecins en Italie? Ce n’est «pas une surprise» pour Maurice Lemoine, spécialiste de l’Amérique latine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique et auteur en 2019 de Venezuela, chronique d’une déstabilisation, (Éd. Le Temps des Cerises).

«Cuba est, dans le domaine de la santé, un pays qui vaut largement ce qu’on appelle les pays développés.»

Rappelons quelques chiffres. Au plan économique, le PIB (Produit intérieur brut) de La Havane s’élevait en 2018 à 96 milliards de dollars, ce qui la place au 65e rang mondial. Celui de l’Italie, la huitième puissance économique mondiale, est vingt fois plus élevé, avec 2.026 milliards de dollars la même année. Et pourtant, c’est ce pays, à la démographie et à l’économie modeste, qui vient en aide à l’Italie. Une aide internationale habituellement dirigée vers les pays en voie de développement qui ne date pas d’hier.

«Une politique de la révolution cubaine»

Dirigée depuis deux ans par Miguel Dias-Canel, l’île détient le record mondial de la densité de médecins par rapport au nombre d’habitants. Huit médecins pour 1.000 habitants sont effectivement présents à Cuba. Ils étaient 50.000 en 2015, Maurice Lemoine parle d’un chiffre de «30.000 médecins cubains qui travaillaient dans soixante-sept pays du monde» en 2019. Lors de l’épidémie d’Ebola, le personnel soignant cubain était présent dans huit pays. L’ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique se souvient également de l’Opération Miracle, lancée en 2004 par Fidel Castro et Hugo Chavez, afin de permettre la création de centres ophtalmologiques sur le continent, en soignant «des millions de personnes souffrant d’infections de la cataracte, de glaucomes».((inter))

«Interferon Alpha -2 b», remède contre le coronavirus?

Selon le journaliste, «Cuba est un géant en matière de médecine». D’accord, mais comment l’expliquer? Maurice Lemoine, qui parle ainsi d’une «politique de la révolution cubaine», avance trois facteurs. Le Lider Maximo, à la tête du pays durant quarante-neuf ans, a fait de «la santé une priorité». Le deuxième aspect est l’internationalisme dont Cuba se réclame. Et le troisième élément est le facteur financier, l’exportation de services médicaux étant devenue une importante rentrée de devises le budget du pays. Elle représente 6,3 milliards de dollars en 2018. S’il n’est pas au fait des tractations bilatérales, le spécialiste de la région pense toutefois que «l’Italie rémunérera Cuba».

«Après tout, exporter ses médecins, ce n’est pas plus honteux que d’exporter des armements, la France est le 3e exportateur d’armements dans le monde. On devrait quand même avoir une certaine sympathie pour ce petit pays de onze millions d’habitants.»

Au-delà du personnel médical en nombre à Cuba, Maurice Lemoine fait état d’une «puissance mondiale en matière de biotechnologies, qui en particulier, a mis au point un médicament qui s’appelle Interferon Alpha-2b, distribué dans plusieurs pays.» Un médicament qui pourrait être utilisé dans la lutte contre le coronavirus. L’ancien journaliste du Monde diplomatique affirme que la ville de Séville en Espagne et le gouvernement allemand ont déjà fait part de leur intérêt.

«On assiste au même phénomène qu’on a en France avec le professeur Raoult et la chloroquine. Cuba a fait savoir qu’il avait de l’Interferon, ça a évidemment donné lieu à des polémiques.»

L’Italie n’est pas le seul pays occidental à recevoir de l’aide médicale provenant de Cuba. Maurice Lemoine attire l’attention sur la France qui, également, fait appel aux médecins cubains. C’est notamment le cas pour la Guyane, réel désert médical. À l’occasion de l’adoption en 2019 du projet de loi sur la transformation du système de santé, un amendement a autorisé la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane à recruter du personnel médical hors de l’Union européenne. Le conseiller régional communiste François Jacquart a même tenté en octobre 2019 de faire recruter du personnel médical cubain de façon temporaire, afin de faire face au désert médical en Ardèche, sans succès.

Jean-Baptiste Mendès

Source: Sputnik News – France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :