A la Une

Mort invisible: le monde reviendra-t-il à l’utilisation d’armes biologiques?

Image d’archives

Símbolo del riesgo biológico

© CC BY 2.0 / Tony Webster / BIOHAZARD

Le 26 mars marque le 45e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention sur les armes biologiques, qui interdisait sa production et son utilisation. Le traité a mis fin à l’utilisation de différents virus et toxines pour éliminer ou blesser l’ennemi. Sputnik explique la raison pour laquelle certains pays dans le monde ont accepté la convention et raconte comment elle fonctionne aujourd’hui.

Les armes biologiques dans l’histoire humaine

L’histoire des armes biologiques remonte à l’Antiquité. Par exemple, les Romains utilisaient différentes maladies contre leurs adversaires lorsqu’ils entouraient d’autres citadelles. La tactique était très simple. Les corps de soldats morts d’une maladie contagieuse, comme la peste ou la variole, ont été jetés sur un château, a déclaré Igor Nikulin, ex-membre de la commission des Nations Unies sur les armes biologiques, lors d’un entretien avec Sputnik.

De la même manière, Jani Beg, l’un des chefs de la Horde d’or – l’un des États qui ont succédé à l’empire mongol – a utilisé la peste contre les habitants de l’une des colonies génoises de Crimée, Cafa – actuellement Feodosia. Les habitants de la citadelle ont refusé de se rendre et le Khan n’a pas pu la prendre de force car elle était bien défendue. Il a fini par jeter le cadavre d’un soldat qui avait été malade, provoquant une épidémie de peste, a-t-il ajouté.

Les Anglais utilisaient la variole comme arme lorsqu’ils étaient en guerre contre les tribus indigènes d’Amérique du Nord. Lorsqu’ils maintinrent le siège de l’un des puissants ennemis, les Anglais leur présentèrent des couvertures en signe de bonne volonté lors des négociations. Cependant, ils étaient infectés et espéraient, avec eux, propager la variole aux populations autochtones et gagner, a poursuivi l’interviewé.

Comment les pays ont-ils élaboré la convention?

L’accord actuel a été précédé du Protocole sur l’interdiction de l’emploi en temps de guerre de gaz suffocants, toxiques ou similaires et de moyens bactériologiques, mieux connu sous le nom de Protocole de Genève, qui a été signé en juin 1925. Mais dans les années 1960, ils avaient Plusieurs incidents qui ont eu lieu ayant conduit la communauté internationale à esquisser un nouvel accord. En conséquence, la plupart des pays ont accepté et ratifié le nouveau traité, y compris les États-Unis d’Amérique et l’URSS, a-t-il souligné.

À la fin des années 80, le système de contrôle de l’interdiction des armes biologiques est apparu. Un groupe de travail trilatéral a même été créé, composé de la Russie, des États-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni qui contrôlaient le respect de la convention. Un protocole sur les mesures de contrôle et la création d’une organisation internationale qui ressemblerait à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques était prévu pour 2001, a déclaré Nikulin.

« Cependant, les parties américaines-états-uniennes et britanniques ont en fait contrecarré les négociations et refusé de signer le nouveau protocole », a expliqué la personne interrogée.

La convention actuelle sert de déclaration commune, car il n’y a aucun contrôle international sur le respect des clauses de la convention de 1975. « C’est un gros problème aujourd’hui pour tout le monde », a-t-il souligné.

Contrôle des armes biologiques, presque inexistant

Le contrôle des armes biologiques est possible, mais pour cela, il sera nécessaire de créer un groupe de travail trilatéral ayant une approbation internationale. Mais pour l’instant ni les Américains ni les Britanniques ne sont d’accord, a-t-il dit.

« Aujourd’hui, il est important de revenir à la confiance qui existait à la fin des années 80 et au début des années 90. Si un cas suspect se posant pouvant être lié à des armes biologiques, une enquête internationale est nécessaire. Il faut réagir d’une manière ou d’une autre à ces situations », a-t-il déclaré.

Cependant, ni les États-Unis d’Amérique ni le Royaume-Uni n’autorisent quiconque à visiter leurs installations microbiologiques. Ce qui est extrêmement inquiétant car personne ne sait ce qui existe chez eux, a-t-il regretté.

En juin 2019, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Riabkov, a noté que la position des États-Unis d’Amérique sur la Convention sur les armes biologiques était « hypocrite ». Il a ensuite déclaré qu’il ne comprenait pas ce qui empêchait Washington de débloquer les négociations sur les mécanismes de vérification de ladite convention. Le vice-ministre a ajouté que, dans le même temps, les États-Unis d’Amérique veulent avoir accès aux installations microbiologiques d’autres pays. [Quand le diable tient sa victime disent les religieux, il ne lâche pas volontairement, sauf s’il est contraint et forcé de le faire par une force contraire supérieure. JDDM – MIRASTNEWS].

Selon le diplomate, les États-Unis d’Amérique tentent délibérément de saper le système international existant qui réglemente ce domaine. Le vice-ministre a déclaré que les spécialistes conviennent que les mécanismes de vérification serviraient à accroître l’efficacité et à améliorer la convention existante.

Est-il possible de créer artificiellement une arme bactériologique?

Aujourd’hui, certains croient que le virus du SRAS-CoV-2 a été délibérément créé et qu’à un moment donné, il est devenu incontrôlable et s’est propagé dans le monde entier. Ces gens croient que le virus n’aurait pas pu évoluer tout seul et a été créé pour être utilisé comme une arme biologique. Cependant, de nombreux experts estiment à leur tour que la théorie est loin d’être vraie. [Dans ce cas qu’est-ce qui prouve que la leur est vraie ? Par quels arguments scientifiques convaincantes contrecarrent-ils les accusations des autres ? JDDM – MIRASTNEWS].

Des spécialistes de différents pays insistent sur le fait que le SARS-CoV-2 ne pourrait pas être créé artificiellement et que ce coronavirus est l’évolution des coronavirus qui existaient auparavant. Donc pour l’instant, il n’est pas clair quelle est la véritable origine de ce nouveau virus. Les opinions sont très différentes et, dans certains cas, deviennent même le sujet de différentes théories du complot.

En d’autres termes, il y a ceux qui prétendent que les armes bactériologiques peuvent être créées dans un laboratoire en tenant compte des capacités de la science moderne. Mais l’information sur ces projets – s’ils existent vraiment – n’est évidemment pas publique. Si cela s’avérait vrai, la Convention de 1975 ne fonctionnerait pas. Quelque chose que personne ne peut garantir jusqu’à présent.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :