A la Une

Comme pour Hugo CHAVEZ et Fidel CASTRO en leur temps, le complot meurtrier du Diable contre Maduro est en cours

Image d’archives

Les Etats-Unis d’Amérique veulent corrompre les agents de l’État vénézuélien de spolier en toute tranquillité les richesses et les ressources de ce pays résistant et aux hommes d’honneur.

Nicolás Maduro, el presidente de Venezuela (archivo)

© Sputnik / Alexei Druzhinin

Les États-Unis d’Amérique ont mis un prix sur la tête de Nicolas Maduro et Diosdado Cabello. Le même jour, l’un des principaux acteurs d’une tentative de coup d’État, un fugitif en Colombie, a avoué son plan. Pourquoi les États-Unis d’Amérique accélèrent-ils la tentative de renversement dans le contexte de la pandémie de COVID-19?

Seul le panneau indiquant «mort ou vivant» manquait pour compléter la scène dans laquelle le procureur général des Etats-Unis d’Amérique, William Barr, a annoncé ce jeudi 26 mars au monde entier qu’il avait des prix contre les chefs du Venezuela, le Président Nicolas Maduro, et le Président de l’Assemblée nationale constituante, Diosdado Cabello. Quinze et 10 millions de dollars respectivement.

L’argent ira à ceux qui fournissent des informations « qui peuvent conduire à l’arrestation et à la détention » non seulement de Maduro et Cabello, mais aussi d’un groupe de dirigeants et de responsables vénézuéliens, tels que le ministre Tareck El Aissami, le ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez et le Président de la Cour suprême de justice, Maikel Moreno.

L’annonce avait été anticipée par les journalistes de l’opposition vénézuélienne et les médias états-uniens, comme CNN, depuis le début jeudi, mais avec une erreur: ils ont affirmé que les États-Unis d’Amérique (EUA ; USA) déclareraient le Venezuela un État terroriste.

L’accusation [mensongèreMIRASTNEWS] était motivée par le narco-terrorisme, pour avoir voulu «inonder» les États-Unis d’Amérique de cocaïne: selon Barr, le Venezuela a envoyé entre 200 et 250 tonnes aux États-Unis d’Amérique. C’était une justification non étayée dans les mêmes données des Etats-Unis d’Amérique: la même base de données consolidée interagences anti-drogue des États-Unis d’Amérique montre, par exemple, que 1 400 tonnes métriques transitent par le Guatemala.

Non seulement cela, mais environ 90% de la cocaïne destinée aux États-Unis d’Amérique passe par les routes des Caraïbes occidentales et du Pacifique oriental, et non par les Caraïbes orientales. En d’autres termes, la cocaïne provient du principal producteur de cette drogue dans le monde: la Colombie [pays allié, complice et géré par les Etats-Unis d’AmériqueMIRASTNEWS].

L’accusation contre le gouvernement vénézuélien était alors une ruse pour justifier une récompense d’un million de dollars qui représente un point de non-retour dans la tentative soutenue des États-Unis d’Amérique de renverser Maduro.

Le contexte

La signalisation des Etats-Unis d’Amérique en tant que film Western se déroule dans un contexte qui a deux temps liés qui expliquent pourquoi la mesure: l’international et le national.

La scène internationale est marquée par le fait que « le Venezuela progresse en termes de reconnaissance, de soutien à la lutte contre les sanctions, comme dans le cas de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet », explique Eduardo Viloria. , Documentariste et communicateur vénézuélien.

Cette avancée intervient dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus, qui a mis le blanc sur le noir, le caractère criminel du blocus que les États-Unis d’Amérique, ouvertement et reconnu, maintient sur le Venezuela.

À cette reconnaissance, il est ajouté que les alliés géopolitiques du gouvernement vénézuélien, la Chine, la Russie et Cuba, « réussissent à faire face à la pandémie », analyse Viloria, et que le gouvernement a « le soutien de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Organisation des Nations Unies, de la Croix-Rouge, et sa légitimité grandit, démontrant le caractère efficace de son gouvernement. »

Au niveau national, les événements ont également été favorables au gouvernement. Dans le cas de la lutte contre la pandémie, la stratégie de quarantaine et de détection précoce a permis de maintenir les chiffres bas par rapport aux autres pays de la région: 107 cas, 1 décédé et 2125 personnes qui doivent être dépistées d’urgence, selon Maduro a rapporté jeudi soir.

Le gouvernement a réussi à déployer une réponse rapide et réelle, ce qui a – simultanément – encore réduit le chiffre de Juan Guaido. Il y a « une déflation conséquente de Guaido qui a également l’intention d’apparaître avant la pandémie comme s’il avait une solution au point que la chose est la pantomime ».

À cet élément s’ajoute un autre, qui consolide la position de Maduro: « la progression vers un éventuel accord avec des facteurs d’opposition démocratiques, des dialogues qui reconnaissent Maduro comme souverain et s’opposent au blocus et à l’ingérence ».

Cette tendance, qui était en cours de consolidation, est devenue plus large et plus solide après la lutte contre la pandémie, compte tenu de la situation d’urgence nationale et de la nécessité de résoudre la menace, en laissant de côté les divergences politiques.

De cet accord, « seule l’aile la plus extrême, Guaido, Voluntad Popular, Vente Venezuela, se retire, et à Primero Justicia un facteur comme Henrique Capriles ouvre la possibilité d’un accord ».

Les effets des millions

« C’est une torpille, un coup dur pour le conseil d’administration afin que tous ces mouvements qui se déroulaient en faveur du Venezuela, du gouvernement, soient altérés, interrompus, reprennent une autre voie, au niveau international et national », analyse Viloria.

La décision annoncée par les États-Unis d’Amérique est un feu vert pour une tentative d’opération militaire: « Avoir un prix sur la tête est pratiquement un moyen de l’assassiner, il reste à la merci d’une force paramilitaire mercenaire qui le poursuit. »

C’est aussi une tentative de générer une panne ou une trahison interne motivée par l’impact psychologique généré par l’annonce, c’est-à-dire la tentative de montrer la «menace crédible» annoncée à plusieurs reprises par les États-Unis d’Amérique.

Par conséquent, après l’annonce de Barr, le cas de Manuel Antonio Noriega, président du Panama, a été rappelé sur les réseaux sociaux dans le cadre de l’opération médiatique « menace crédible », sur laquelle le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a mis un prix avant l’invasion de 1989 qui a produit environ 655 morts panaméens, civils et militaires.

Parallèlement à cela, il y a l’effet possible que l’offre économique annoncée cherche à générer: « La récompense, qui pointe, dans notre cas, vers la politique intérieure, vers une nouvelle tentative de fracture, brise l’unité interne, car l’argent offert peut être un crochet, une tentation pour les facteurs militaires, des forces de sécurité, de trahir. »

Enfin, Viloria souligne que l’action nord-américaine pourrait également affecter certains secteurs de dialogue de l’opposition:

« Maintenant, il ne s’agit pas seulement de la reconnaissance du gouvernement démocratique et légitime, dans lequel il y avait un accord, ce serait aujourd’hui que ces facteurs d’opposition, pour sortir et aller parler, devraient pratiquement assumer un discours de défense directe de Maduro avant une accusation de trafic de drogue. »

L’opération bâclée

Viloria place tous les points de la séquence des derniers jours pour les rejoindre. Tout d’abord, le 23 mars, un véhicule doté d’un arsenal militaire en Colombie a été capturé. Deuxièmement, le 25, le gouvernement vénézuélien affirme que ces armes étaient destinées au Venezuela pour servir une tentative de coup d’État coordonnée par l’ancien général vénézuélien Cliver Alcala, fugitif en Colombie.

Troisièmement, le 26 au matin, les États-Unis d’Amérique mettent le prix non seulement sur la tête de Maduro et de Diosdado, mais aussi sur d’anciens responsables, comme Alcala lui-même. Le même après-midi, l’ancien général de division avoue publiquement qu’il commandait l’opération visant à introduire des armes au Venezuela.

L’objectif, a-t-il avoué, était « de créer une unité militaire qui soit satisfaite de l’idée de libérer le pays et d’éliminer chirurgicalement les objectifs ».

Comme l’a rapporté Jorge Rodríguez, ministre de la Communication, puis Maduro, Alcala a subi des pressions de la part des États-Unis d’Amérique pour mener à bien les opérations et, compte tenu de son échec, a été inscrit sur la liste des personnes persécutées par la justice nord-américaine.

« Guaido a rencontré Alcala et ils ont signé un contrat avec le représentant de la DEA et le gouvernement Ivan Duque où ils lui ont donné toutes les garanties. Pourquoi les États-Unis d’Amérique l’ont-ils jeté sur le pyjama aujourd’hui? Parce qu’il a échoué, nous l’avons fait échouer. »

Alcala dénonce que Guaido était dans le plan, qu’il avait signé un contrat avec des conseillers des Etats-Unis d’Amérique et différents politiciens vénézuéliens fugitifs de la justice, tels que Leopoldo Lopez ou Juan José Rendon.

« Il indique clairement que l’opération a été démantelée, infiltrée, disjointe, qu’il y a eu une fuite d’informations par les mêmes facteurs d’opposition qui font partie du « gouvernement intérimaire » », analyse Viloria.

La menace

La nouvelle étape franchie avec le prix sur les têtes de Maduro et de Diosdado, ainsi que la preuve d’une des opérations militaires en cours depuis le territoire colombien, confirment que, dans le contexte de la pandémie de coronavirus, les États-Unis d’Amérique non seulement ne supprimeront pas le blocus économique, mais accélèrent la tentative de renversement.

Le contexte de choc mondial est perçu comme favorable du point de vue nord-américain: toutes les caméras du monde se concentrent sur un seul problème et presque tous les gouvernements sont confrontés à des situations de crise ou d’état d’urgence interne. [Comme si la pandémie de Coronavirus a été voulue, planifiée et exécutée par une intelligence dans des officines secrètes et laboratoires secrets pour atteindre des objectifs non avoués MIRASTNEWS].

Mais, non seulement le contexte leur ouvre des portes pour tenter de nouvelles actions, mais la même situation de crise économique qui annonce déjà des récessions et qui est marquée par l’effondrement des prix du pétrole, accélère la nécessité d’accéder aux réserves pétrolières vénézuéliennes.

Cela explique comment, en ce moment, les États-Unis d’Amérique annoncent publiquement que Maduro vaut 15 millions de dollars et Cabello 10, c’est-à-dire qu’ils ouvrent les portes à la tentative de meurtre, à l’extraction et aux actions directes, à la fois via des acteurs sous contrat et directement depuis qu’ils sont recherchés par la justice nord-américaine pour trafic de drogue.

Dans ce scénario, Maduro est revenu pour lancer un appel au dialogue interne, à la fois avec ceux qui ont parlé, mais aussi avec ceux qui ont refusé: « Je veux le dialogue, quelles que soient les circonstances et malgré le fait que vous vouliez me tuer ».

[Il y a là nécessité que la Russie, la Chine et autres alliés du Venezuela ne se focalisent pas seulement sur la pandémie du Coronavirus et qu’ils prennent ce problème à bras le corps pour en faire échec. JDDM – MIRASTNEWS]

Marco Teruggi

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

«Tu es un minable, Donald Trump» : Maduro répond à Washington sur son inculpation

«Tu es un minable, Donald Trump» : Maduro répond à Washington sur son inculpation

© Manaure Quintero
Le président vénézuélien Nicolas Maduro prend la parole lors d’une conférence de presse au Palais Miraflores à Caracas, Venezuela, le 12 mars 2020. (Image d’illustration)

Le président vénézuélien a vigoureusement rejeté les accusations de narco-terrorisme formulées à son encontre par les Etats-Unis. Il a qualifié Donald Trump de «minable» qui agit comme un «cowboy » et un «escroc».

«Tu es un minable, Donald Trump.» Le président vénézuélien Nicolas Maduro, dont la tête a été mise à prix par le gouvernement américain le 26 mars, a vivement réagi aux accusations de Washington qui l’accuse de narcotrafic. «[Trump] n’agit pas seulement comme un cowboy, raciste et suprémaciste, il gère les relations internationales comme un escroc», a lancé Nicolas Maduro lors d’une allocution télévisée.

Plus tôt, les Etats-Unis ont annoncé, par la voix de leur procureur général Bill Barr, offrir une récompense pouvant atteindre 15 millions de dollars pour toute information permettant d’arrêter le président vénézuélien Nicolas Maduro qui venait d’être inculpé pour «narco-terrorisme» par la justice américaine.

«Offrir des récompenses, comme le faisaient les cowboys racistes du Far West, montre le désespoir de l’élite suprémaciste de Washington et son obsession envers le Venezuela», a commenté le chef de la diplomatie vénézuélienne Jorge Arreaza qui a qualifié cette attaque de «nouvelle forme de coup d’Etat».

«Le Venezuela détient le record de la lutte contre le narcotrafic depuis 15 ans. C’est en Colombie que s’est formé un narco-Etat», a répondu Nicolas Maduro avant de prévenir : «Si un jour l’impérialisme et l’oligarchie colombienne osent toucher un cheveu de notre tête, préparez-vous à la fureur bolivarienne d’un peuple qui s’en prendra à vous tous.»

Le ministère de Affaire étrangères colombien a publié le même jour un communiqué dans lequel on peut lire : «Nos autorités soulignent depuis longtemps la nécessité de traduire ces personnes protégées par le régime illégitime de Nicolas Maduro en justice.» Le président colombien Ivan Duque est un allié de Washington et soutient ouvertement l’opposant Juan Guaido, autoproclamé président du Venezuela et reconnu comme tel par les Etats-Unis et la Colombie, malgré l’absence de tout mandat populaire.

La gauche latino-américaine réagit

Cette accusation étasunienne a fait réagir de nombreuses personnalités politiques du continent latino-américain, à l’image du chef de la diplomatie cubaine, Bruno Rordriguez, qui a condamné une «accusation immorale basée sur des mensonges éhontés». «En ces temps de Covid-19, le gouvernement étasunien démontre qu’il constitue la principale menace pesant sur la paix et la tranquillité de notre Amérique», a écrit Bruno Rodriguez sur son compte Twitter.

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

Condeno inmoral acusación de vs pdte @NicolasMaduro y por narcoterrorismo. Se basa en desvergonzadas mentiras. Aún en tiempos de , el gobierno de EEUU demuestra que constituye la principal amenaza a la paz y tranquilidad de . |

«Vraiment Trump est fou, ou il cherche seulement à détourner l’attention de sa terrible gestion de la crise sanitaire», a pour sa part commenté l’ancien président équatorien Rafael Correa.

Rafael Correa

@MashiRafael

Realmente Trump está chiflado, o solo busca distraer la atención de su pésimo manejo de la crisis sanitaria.🤦🏻‍♀️

L’ancien président bolivien Evo Morales s’est également indigné des accusations américaines. «Encore une fois, en pleine pandémie, le gouvernement des Etats-Unis violent le droit international et tentent d’intimider le gouvernement légal et légitime du Venezuela. Nous savons tous que son intention est de s’approprier le pétrole du Venezuela», a écrit Evo Morales sur son compte Twitter.

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Nuevamente, y en medio de la pandemia, el gobierno de los viola el derecho internacional e intenta amedrentar al gobierno legal y legítimo de . Todos sabemos que lo que pretende es apropiarse de su petróleo.

Urgence sanitaire et non-assistance à populations en danger : Le FMI refuse d’aider le Venezuela à lutter contre le coronavirus

Fondo Monetario Internacional

Source : RT France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :