A la Une

Vont-ils emprisonner Maduro ou Guaido?

Image d’archives

Nicolás Maduro, presidente de Venezuela

© AFP 2020 / Yuri Cortez

Le procureur général des Etats-Unis d’Amérique a accusé le président du Venezuela « d’avoir participé à une association de malfaiteurs », puis Mike Pompeo a offert une récompense de 15 millions de dollars pour des informations relatives au président vénézuélien. S’agit-il de l’impulsion finale de Maduro ou de l’épitaphe de toute une politique ratée envers le Venezuela?

Faisons un peu d’histoire dans les années 50 du 20e siècle, dans ce contexte de la guerre froide, les États-Unis d’Amérique ont gardé pour eux un dictateur au Venezuela: Marcos Evangelista Pérez Jiménez (MEPJ), implacable contre le communisme, tortionnaire, persécuteur et meurtrier de milliers de gauchistes; a créé un régime basé sur le sang et les incendies, a profité de la conjoncture mondiale des prix élevés du pétrole (guerre de Corée) pour mener à bien d’importants travaux de génie civil, qui constituent un élément fondamental de l’infrastructure de la nation sud-américaine.

MEPJ avec l’augmentation de son prestige international, en raison de ses réalisations incontestables en matière économique, entre 1949 et 1953, le Venezuela était le quatrième pays avec le revenu par habitant le plus élevé au monde, après les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France; et au-dessus de l’Allemagne fédérale, de l’URSS, de l’Italie et du Japon, il a tenté de contester l’hégémonie nord-américaine dans la région, avec la menace de créer un fonds d’investissement, qui voulait dynamiser son gouvernement avec une contribution initiale de 100 millions de dollars.

Une circonstance qui, bien sûr, n’était pas du goût des États-Unis d’Amérique, ni des institutions mondiales émergentes de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que d’autres mesures de nature nationaliste, telles que demander un meilleur équipement pour son armée, ainsi qu’une tentative de récupération par la force du territoire à l’est de la rivière Essequibo; Washington est parvenu à le renverser et à imposer un gouvernement plus enclin aux compagnies pétrolières nord-américaines, qu’ils ont commandées jusqu’à l’arrivée d’Hugo Chavez Frías en 1999.

Il est à noter que le 13 février 1954, la « Légion du mérite » a été décernée à MEPJ par l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Venezuela, Fletcher Warren, une haute décoration décernée à un étranger, un honneur qui avait été reçu par des personnalités telles que Le maréchal Gueorgi Zhúkov ou le généralissime Chiang Kai-Shek, pour se faire une idée de l’estime que l’administration Eisenhower avait pour son tyran.

Lorsque le renversement de ce gouvernement en 1958 a eu lieu, comme une « coïncidence » historique, MEPJ s’est réfugié aux États-Unis d’Amérique et à Miami, chez ses protecteurs et bienfaiteurs, un certain temps a passé et les circonstances ont changé, John Kennedy et Romulo Betancourt ont gagné, raison pour laquelle a été demandé en extradition, emprisonné et selon les propres mots de MEPJ dans son livre « Facing Infamy », humilié par la police de Floride au point de subir un examen rectal.

Il y a un adage dans les relations internationales, que les pouvoirs n’ont pas d’amis mais d’intérêts, la question de Juan Guaido est un vil canular insoutenable par les impératifs circonstanciels du Département d’État qui tombera tôt ou tard sous son propre poids, très probablement après la pandémie et la crise économique mondiale qui est à quelques jours d’exploser, changera le scénario politique et économique des gouvernements qui soutiennent l’auto-proclamé.

Nicolás Maduro, presidente de Venezuela

Pendant ce temps, Nicolas Maduro donne des conférences sur le bon gouvernement, la diplomatie et un leader exceptionnel dans le moment peut-être le plus difficile que la République a connu dans son histoire, l’accusant mensongèrement d’être un trafiquant de drogue, précisément le plus grand narco-État de l’histoire, après l’Empire Britannique et ses guerres de l’opium.

[Les vraies questions à se poser sont : quel est le vrai rôle de la DEA (Drug Enforcement Administration) des Etats-Unis d’Amérique dans la guerre contre la drogue dans le monde ? Étant donné qu’elle opère souvent clandestinement comme la CIA dans les autres pays, quel travail effectue-t-elle réellement ? Pourrait-elle avoir comme autre rôle et mission de dealer de la drogue pour faire tomber les résistants à l’État nord-américain ? En d’autres termes utilise-t-elle ses moyens, ses prérogatives et des taupes à l’intérieur des pays pour placer de la drogue afin d’indexer et accuser faussement des personnalités innocentes ? Quel est son rôle au Venezuela, sachant que ses complices internes disent qu’elle a des agents à l’intérieur de ce pays ? Cette organisation pourrait-elle être un cartel de la drogue déguisé, important cette substance aux États-Unis d’Amérique?MIRASTNEWS].

Le Venezuela va sûrement, après avoir vaincu la pandémie COVID-19, déclencher des élections législatives, la crise unira les forces démocratiques dans un seul sens de la reconstruction et il faudra, d’une manière ou d’une autre, rendre justice à cette opposition minoritaire et se délivrer de tant de dommages ayant été causés à la Nation.

Cependant, les temps changeront à coup sûr pour de bon, la justice devra être implantée dans ce nouvel ordre, qui accélère son arrivée avec la triste nouvelle de milliers de décès à cause d’un système de santé profondément inefficace et coûteux, ainsi que d’une économie mise au service des intérêts les plus égoïstes de l’histoire humaine.

Tout changement dépendra des États-Unis d’Amérique si l’économie est affectée, Trump a choisi de poursuivre les activités, de peur de perdre les élections, sera-ce une raison justifiée pour que les cadavres soient entassés par milliers dans les coins des États-Unis d’Amérique?, il se lèvera et nous verrons cependant que beaucoup de ceux qui veulent aujourd’hui voir Maduro derrière les barreaux, pourraient être humiliés par le doigt de l’inquisiteur impérial, lorsqu’ils doivent rendre des comptes à la justice.

Jesús Millán AlejosJesus Millan Alejos


L’OPINION DE L’AUTEUR NE CORRESPOND PAS NÉCESSAIREMENT À CELLE DE SPUTNIK ET LES TEXTES SONT AUTO-ÉDITÉS PAR LEURS PROPRES BLOGGERS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :