A la Une

Crise de Corona: Washington veut transmettre son propre échec à la Chine avec une campagne de propagande

Image d’archives

Source: Reuters © Yuri Gripas
À maintes reprises, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump ressemble à un homme motivé face à la crise de Corona dans son propre pays. Une stratégie de communication est désormais développée pour regagner la souveraineté sur les événements.

Les États-Unis d’Amérique sont devenus l’épicentre de la crise corona. Les actions de Washington semblent lentes et inadéquates. Pour détourner l’attention de leur propre misère, Pékin devrait maintenant servir de croque-mitaine. Une lettre perforée de Washington explique comment.

Aucun autre pays au monde ne compte actuellement plus de cas de couronne que les États-Unis d’Amérique. Maintenant, les États-Unis d’Amérique ont battu un autre triste record. Nulle part – pas même en Italie – il n’y a eu plus de décès en 24 heures qu’à l’étranger. Les États-Unis d’Amérique ont enregistré 1169 décès supplémentaires entre 20 h 30 HE et mercredi soir à la même heure jeudi soir. Selon l’Université Johns Hopkins, le nombre total de morts entre la côte ouest et la côte est désormais de 5 926.

La situation semble s’éloigner de Washington alors que la pandémie corona se propage à travers le pays. Cela peut également être dû au fait que le président des EUA Trump est souvent en contradiction avec les membres de son propre groupe de travail Corona. L’actionnisme remplace une gestion de crise bien pensée et coordonnée. Cependant, Washington ne se concentre désormais plus uniquement sur la lutte efficace contre le COVID-19 à l’intérieur de ses propres frontières.

Afin de regagner la souveraineté sur les événements dramatiques et de couvrir ses propres lacunes, le plan de Washington est de pointer du doigt la Chine et d’indiquer une « campagne de camouflage » à Pékin. Le site d’actualités Daily Beast affirme avoir reçu des informations de la part de responsables du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique. En conséquence, il s’agit d’une directive de communication lancée par Washington pour ses propres agences fédérales et leurs employés.

La lettre, qui « semble avoir son origine au Conseil de sécurité nationale » et a été envoyée il y a quelques jours à des responsables du ministère des Affaires étrangères, aborde d’abord la situation locale en Chine. Les données sur les cas de virus corona et les décès associés, ainsi que sur l’environnement commercial local et les restrictions de transport, sont discutées. Cependant, il existe également des lignes directrices sur la façon dont les responsables états-uniens doivent réagir et répondre aux questions sur le virus Corona et la réponse de la Maison Blanche à la Chine.

Une section du document crevé est donc intitulée « NSC Top Lines: [République populaire de Chine] Propagande et désinformation à propos de la pandémie du virus de Wuhan ».

«Les responsables du Parti communiste chinois à Wuhan et à Pékin avaient la responsabilité particulière d’informer le peuple chinois et le monde de la menace [par Corona, éd. Rouge.] Pour être informé, car ils ont été les premiers à le découvrir», précise le document correspondant.

Et plus loin:

Au lieu de cela, le (…) gouvernement a gardé le secret. Rouge.] Des nouvelles hebdomadaires du virus contre son propre peuple tout en supprimant les informations et en punissant les médecins qui ont sonné l’alarme. Le parti était plus préoccupé par sa réputation que par la souffrance de son propre peuple.

Pour au moins reprendre le contrôle du récit corona, les responsables fédéraux états-uniens seraient instamment priés de se conformer au mandat de communication du Conseil de sécurité nationale. Cela devrait également donner l’impression d’une évaluation de la situation cohérente avec ce qu’a déclaré le président Trump. Plus récemment, il a parlé à plusieurs reprises du « virus de la Chine », qui a également été régulièrement critiqué avec véhémence par Pékin. Les médecins et les scientifiques de la Task Force des Etats-Unis d’Amérique pour lutter contre la crise corona préfèrent toujours le terme coronavirus.

«Ces bases de la conversation sont tout ce dont vous parlez vraiment en ce moment. Tout tourne autour de la Chine. On nous dit d’essayer de diffuser ce message de toutes les manières possibles, y compris les conférences de presse et les apparitions télévisées», ont déclaré des responsables de Washington au Daily Beast.

Malgré une demande, la Maison Blanche n’a pas encore répondu aux révélations.

«Le [Parti communiste chinois] a désespérément besoin d’une campagne de propagande pour transférer la responsabilité de la pandémie mondiale aux États-Unis d’Amérique. Cette tentative a échoué», explique le journal de Washington de manière conspiratrice.

Dans une formule accrocheuse, la Chine ne vise qu’à « sauver la face ».

«Grâce aux efforts de dissimulation, les experts chinois et internationaux n’ont pas réussi à contenir l’épidémie en Chine et à arrêter l’expansion mondiale. Il est plus important de sauver des vies que de sauver la face», a déclaré le responsable états-unien.

Cependant, le PR Corona prévoit également de présenter les pratiques des Etats-Unis d’Amérique pendant la crise de Corona comme un acte d’« humanisme extraordinaire ». Ainsi, malgré les machinations supposément sombres et opaques de Pékin, ils sont toujours prêts à aider la Chine.

Les États-Unis d’Amérique et le peuple états-unien démontrent une fois de plus qu’ils sont les plus grands humanistes que le monde ait jamais connus. Les États-Unis d’Amérique sont prêts à fournir davantage d’aide à la Chine si le Parti communiste chinois nous le permet.

Les Français ont récemment pu se faire une idée très particulière de « l’humanisme » états-unien [que leurs dirigeants ont souvent louéMIRASTNEWS]. Pékin fournit depuis des semaines du matériel médical d’urgence dans le monde entier aux pays dans le besoin en raison de la crise corona. La France voulait et devait aussi en bénéficier, mais Paris n’avait pas compté sur Washington.

Emballé de masques de protection, un avion de transport correspondant en Chine attendait le départ pour la France. Mais les Américains-états-uniens ont quand même offert au fournisseur de logistique chinois trois fois la valeur de la cargaison sur le tarmac. En conséquence, l’avion a décollé vers les États-Unis d’Amérique et non vers la France.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Coronavirus, une arme destinée à tuer

Un technicien de laboratoire à Wuhan travaille avec des échantillons récupérés sur des personnes à tester pour le nouveau coronavirus, le 6 février 2020. ©AFP

Il n’est caché à personne que les États-Unis n’ont jamais hésité, pendant leur histoire, à avoir recours aux armes chimiques et biologiques, là où ils en sentaient le besoin : face aux indigènes, lors de la guerre civile américaine, au Vietnam, en Irak et finalement en Syrie. Cet antécédent pas très clair nous permet de nous interroger si le coronavirus a été créé dans les laboratoires américains dans le cadre d’une guerre biologique.

Les rétrovirus sont des virus à ARN monocaténaire de polarité positive. Le virus de VIH en est un exemple. Le génie génétique est en mesure de manipuler un rétrovirus, dans un laboratoire, pour en accélérer le rythme de propagation.

L’idée qui suggère la naissance d’une pandémie en raison de la mutation d’une mouche du vinaigre ou d’un rat de laboratoire est aussi simpliste que celle de la mutation d’un rétrovirus.

Un hiver chaud que nous avons vécu et un été frais qui nous attend, la ville de Wuhan, en tant que le point de départ de la pandémie, où se trouvent des laboratoires des armes biologiques et les recherches menées par les États-Unis destinées à manipuler les rétrovirus des chauves-souris afin de les adapter au génome d’un être humain ; voici les facteurs qui laissent penser que le coronavirus aurait été créé en laboratoire.

Selon des rapports, élaborés par des sources à l’industrie médicale qui faisaient partie des études sur la Covid-19, les caractéristiques du nouveau coronavirus (rapide mutation, affaiblissement graduel, etc.) prouvent que ledit virus a été créé en laboratoire. Les personnes touchées par le coronavirus qui guérissent souffriront toujours des problèmes dans leurs poumons et elles risqueraient même d’attraper le cancer.

Théoriquement parlant, le nouveau coronavirus est une excellente option pour servir d’une arme biologique. Premièrement, il s’agit d’un virus qui attaque le système respiratoire, ce qui lui offre une propagation rapide et efficace. Deuxièmement, la période d’incubation du coronavirus est assez longue. Troisièmement, le coronavirus réprime, dès son infiltration dans le corps, toute réaction du système d’immunité.

Or, de grands médias américains rejettent catégoriquement toute hypothèse sur le caractère artificiel du coronavirus. Par exemple, les chercheurs américains et chinois ont dénoncé un article, rédigé par un scientifique indien, selon lequel le coronavirus aurait fait l’objet de quatre importantes modifications génétiques. Selon l’article indien, toutes ces quatre modifications génétiques ressemblent à des restes des acides aminés qui se trouvent dans les principales protéines de la structure du virus de VIH-1. Il est donc peu probable que la ressemblance entre le coronavirus et le virus de VIH soit accidentelle. Cela veut dire que le coronavirus pourrait être créé en laboratoire. Mais les scientifiques qui rejettent cette hypothèse, que veulent-ils cacher ?

Source: Press TV

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :