A la Une

Les envahisseurs – Un grand convoi militaire des Etats-Unis d’Amérique entre dans le nord-est de la Syrie depuis l’Irak

Image d’archives

Les nombres de cas d’infections de COVID-19 et de terroristes vont-ils s’accroître?

Image d’archives

Beyrouth, Liban (16 h 50) – Un important convoi militaire des Etats-Unis d’Amérique (EUA) est entré lundi dans le nord-est de la Syrie, apportant avec lui des renforts et des fournitures.

L’armée des EUA est entrée dans le gouvernorat syrien d’Al-Hasakah depuis l’Irak voisin, se dirigeant vers le district d’Al-Malikiyah près du poste frontière.

Une source dans la région a déclaré à Al-Masdar que des dizaines de véhicules états-uniens étaient entrés au passage d’Al-Walid avant de se diriger vers la base aérienne du district d’Al-Malikiyah d’Al-Hasakah.

Malgré le retrait de la plupart de leurs forces du nord de la Syrie, l’armée des EUA continue de contrôler certaines des bases qu’elles ont construites dans le gouvernorat d’Al-Hasakah, en particulier les installations près des champs de pétrole.

La plupart des troupes états-uniennes en Syrie ont été redéployées dans la région orientale du pays, où elles contrôlent actuellement le plus grand champ pétrolier du pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

L’EI profite de la crise des coronavirus pour lancer plusieurs attaques contre des militaires syriens

BEYROUTH, LIBAN (15 h 00) – L’État islamique (ISIS / ISIL / IS / Daesh) a de nouveau refait surface en Syrie, leurs cellules dormantes ayant effectué plusieurs attaques dans les régions orientales et centrales du pays.

Dimanche, l’État islamique a commencé à mener un certain nombre d’attaques à distance contre l’armée arabe syrienne (AAA) et les Forces de défense nationale (FDN), faisant plusieurs victimes dans les rangs des troupes gouvernementales.

À un moment donné au cours de leurs attaques, l’État islamique a même réussi à garder du terrain le long de la frontière administrative de Deir Ezzor-Homs avant de se retirer dans le désert.

L’État islamique a poursuivi sa campagne la nuit dernière, lorsqu’il a organisé des embuscades dans les régions de Badiya Al-Mayadeen et d’Albukamal.

ISIS a été en mesure d’exploiter les épidémies de coronavirus en cours en Irak et en Syrie pour lancer une série d’attaques contre les armées des pays susmentionnés.

En réponse à ces attaques, l’armée syrienne a déployé des renforts dans l’est du pays, dans l’espoir de contenir les activités du groupe terroriste entre les gouvernorats de Homs, Al-Raqqa et Deir Ezzor.

[Plus les forces étrangères resteront en Syrie et renforceront leurs forces militaires, plus les organisations terroristes se renforceront et la guerre se poursuivra – MIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AMN

La Turquie tire sur l’AAS à l’ouest d’Alep dans le contexte d’un «régime de silence»

88242e4b-9892-45d3-8a5e-cc199eaf1142

DAMAS – L’artillerie turque viole de plus en plus le cessez-le-feu dans les provinces d’Idlib et d’Alep, établi le 6 mars selon les accords de la Russie et de la Turquie.

Depuis début avril, l’armée turque a tiré à plusieurs reprises sur les positions des troupes gouvernementales sur le territoire de la base du 46e régiment des Forces armées syriennes à l’ouest d’Alep.

Cette installation stratégique est adjacente au bastion des militants – la ville d’Atareb. Par conséquent, Ankara et les militants du Front de libération nationale (FLN, NLF), qu’il soutient, mènent des bombardements presque quotidiens dans cette direction, rapporte le portail des observateurs militaires aujourd’hui 6 avril.

Un groupe de militants a tenté de pénétrer le territoire de la base et a été visé par l’armée syrienne à l’aide de mitrailleuses lourdes et d’armes automatiques. En réponse, le système turc de lanceurs multiples (MLRS) a ouvert le feu sur eux. Plusieurs roquettes ont explosé à la base. Selon le commandement syrien, il n’y a eu aucune perte. Les islamistes eux-mêmes rapportent que le bombardement provenait de la position de tir des militaires turcs.

Les obusiers turcs et le MLRS ont ouvert le feu sur la base du 46e régiment également les 2 et 3 avril.

Comme le rapporte BulgarianMilitary.com, beaucoup indique qu’Ankara se prépare soigneusement à une éventuelle reprise des hostilités dans le nord-ouest de la République arabe, où un cessez-le-feu est actuellement généralement respecté. [C’était à prévoir, en allant à Moscou pour le ‘cessez-le feu’, Erdogan en mauvaise posture ne cherchait qu’un moyen de renforcer militairement en toutes sécurité ses troupes et armementsMIRASTNEWS].

Au cours du dernier mois depuis la mise en place du «régime du silence», l’armée turque a regroupé ses forces et les militants NFO soutenus par eux, déployé des centaines de véhicules blindés supplémentaires, des obusiers, du MLRS et d’autres armes de frappe dans les provinces d’Idlib et d’Alep.

Dans le même temps, la mission d’Ankara de retirer tous les militants islamistes «inconciliables» des régions sud du front d’Idlib, qui lui a été assignée par les accords russo-turcs du 5 mars, a en fait été frustrée.

Au sud de l’autoroute M-4 (Alep-Lattaquié), le long duquel un couloir de sécurité devrait être créé dans la zone de désescalade d’Idlib, des terroristes demeurent, en particulier le Parti islamique du Turkestan.

Contexte

En février, la Turquie a perdu au moins 62 soldats tués en Syrie, près de 100 soldats ont été blessés, des dizaines de véhicules blindés turcs ont été détruits et plus de dix drones, dont des drones, ont été abattus. Washington a accusé à plusieurs reprises Moscou d’être impliqué dans la mort de soldats turcs, la Russie rejette ces allégations.

Début mars, les présidents de la Russie et de la Turquie, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, ont conclu un accord selon lequel un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la zone de désescalade d’Idlib.

Le président syrien Bachar al-Assad a déclaré plus tard que si les États-Unis d’Amérique et l’armée turque ne quittaient pas le pays, Damas pourrait recourir à la force.

La raison des négociations russo-turques était une forte aggravation de la situation à Idlib, où une offensive à grande échelle de l’armée syrienne contre les positions de l’opposition armée et des terroristes a commencé en janvier.

Les forces gouvernementales ont repris près de la moitié de la zone de désescalade d’Idlib et laissé un certain nombre de postes d’observation turcs. Après cela, Ankara a fortement augmenté son contingent militaire dans la région et lancé l’opération «Spring Shield» pour repousser les troupes syriennes. La Turquie est également soutenue par des militants qui lui sont fidèles.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : BulgarianMilitary.com

Un nouveau convoi des Etats-Unis d’Amérique de matériel logistique et militaire entre à Hasaka en Syrie

Les forces d’occupation états-uniennes ont poursuivi leurs violations des lois internationales et sont entrées dans un nouveau convoi de 35 camions chargés de matériel militaire et logistique vers ses bases illégales et ses points d’occupation dans la région syrienne d’al-Jazira en provenance du nord de l’Irak.

Les forces d’occupation américaines ont poursuivi leurs violations des lois internationales et sont entrées dans un nouveau convoi de 35 camions chargés de matériel militaire et logistique vers ses bases illégales et ses points d’occupation dans la région syrienne d’al-Jazira en provenance du nord de l’Irak.

Des sources civiles ont déclaré que 35 camions sont entrés dans les territoires syriens en provenance d’Irak par le passage illégal d’al-Walid dans la campagne d’al-Ya’rubia, à l’extrême nord-est de Hasaka, chargés de matériel logistique et militaire, dont la majorité est allée aux véhicules illégaux dans la base de l’aéroport de Khrab al-Jeer dans la région d’al-Malikiyah.

Les sources ont souligné que les forces d’occupation états-uniennes renforçaient leur présence illégale dans l’aéroport militaire de Khrab al-Jeer et dans d’autres zones qu’elles occupaient en envoyant périodiquement des convois dans ces zones, chargés de matériel logistique et d’équipement militaire.

Au cours des derniers mois, les forces d’occupation états-uniennes ont pénétré à Hasaka des milliers de camions chargés d’armes, d’équipements militaires et logistiques à travers des passages illégaux pour renforcer leur présence dans la région syrienne d’al-Jazira afin de voler du pétrole, des ressources souterraines syriennes et les principales récoltes.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Agence de presse AhlulBayt (ABNA)

La Turquie utilise le coronavirus comme arme de guerre contre les Kurdes – le Canary

La Turquie utilise la pandémie de coronavirus comme un outil pour maintenir sa guerre contre les communautés kurdes majoritaires à la maison et à travers la frontière en Syrie, a déclaré le site d’information le Canary.

La Turquie a effectivement coupé l’approvisionnement en eau de la province syrienne de Hasakah, une zone sous le contrôle d’un gouvernement dirigé par les Kurdes dans le nord-est, après que des bombardements par des groupes armés soutenus par la Turquie aient endommagé une canalisation d’eau, selon l’article.

La Turquie a lancé une opération militaire dans le nord de la Syrie ciblant les forces kurdes en octobre, assurant le contrôle d’une grande partie du territoire de la région.

« L’interruption de l’approvisionnement en eau au cours des efforts actuels pour freiner la propagation de la maladie à coronavirus expose les enfants et les familles à un risque inacceptable. Le lavage des mains avec du savon est essentiel dans la lutte contre le COVID-19 », a déclaré le site britannique de gauche, cité par le représentant de l’UNICEF en Syrie, indique Fran Equiza.

En Turquie, environ 8 500 personnes, y compris des législateurs et des journalistes, restent derrière les barreaux pour des liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), où ils sont menacés par la pandémie de COVID-19, selon l’article.

Il a indiqué qu’il y avait un manque de propreté appropriée dans les prisons nécessaires pour lutter contre la pandémie et que les responsables de la prison ont refusé de référer les personnes présentant des symptômes aux unités médicales.

Le gouvernement turc s’apprête à accorder des amnisties à un tiers des 300 000 habitants du pays dans le but de lutter contre la pandémie, mais les prisonniers politiques, y compris ceux qui purgent des liens avec le PKK, ne feront pas partie des personnes envisagées pour libération anticipée.

Mais la pandémie n’a pas empêché la police d’attaquer les funérailles du musicien Helin Bölek, membre du groupe de gauche Grup Yorum accusé par le gouvernement de liens avec le DHKP-C, un groupe marxiste militant considéré comme une organisation terroriste par Ankara, indique le Canary.

Vendredi, la police anti-émeute a attaqué les funérailles de Bölek avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes, tandis que plusieurs personnes ont été violemment arrêtées, a rapporté l’agence de presse pro-kurde Fırat.

L’utilisation par la Turquie du coronavirus comme arme et menace, bien que sans surprise, appelle ceux qui ont un mandat à élever la voix des personnes emprisonnées, réprimées, tuées et menacées par l’État turc, a déclaré le Canary.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Ahval

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :