A la Une

Pétrole, corruption et mensonges en République du Congo

Image d’archives

En septembre 2019, le président de la République du Congo, , s’est rendu à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron, président de la France. Macron a signé une lettre d’intention engageant 65 millions de dollars des Etats-Unis d’Amérique (EUA) à l’Initiative forestière de l’Afrique centrale (CAFI) pour protéger les forêts de la République du Congo.

Quelques semaines plus tôt, lors du 59ème jour de l’indépendance de la République du Congo, Sassou NGUESSO a annoncé qu’une compagnie pétrolière congolaise, Petroleum Exploration and Production Africa (PEPA), avait découvert un champ pétrolier – le bloc Ngoki – avec 359 millions de barils de pétrole.

Des recherches récentes menées par Global Witness, les Spiegel, Mediapart et European Investigative Collaborations révèlent que l’évaluation de l’impact environnemental était presque entièrement antérieure à la découverte d’un énorme gisement de tourbe dans la Cuvette Centrale. Près des deux tiers du bloc Ngoki sont des tourbières. Pourtant, l’évaluation de l’impact sur l’environnement ne comprenait aucune analyse du risque pour les tourbières du forage pétrolier.

Global Witness décrit la Cuvette Centrale comme «l’une des plus grandes bombes à retardement au carbone de la planète» – si la région devait être exploitée par des compagnies pétrolières.

Dans son discours d’août 2019, Sassou NGUESSO a évoqué la «présence de réserves de haute qualité» dans le bloc Ngoki. «Ensuite, Sassou-NGUESSO a tourné son attention vers l’environnement», écrivent Sven Becker et Fritz Schaap dans le Spiegel.

Chantage environnemental

Le président Sassou NGUESSO a déclaré qu’il voulait «servir l’humanité» en protégeant les tourbières. Et Global Witness le rapporte en disant que,

«Notre pays n’a jamais esquivé l’obligation de protéger les tourbières et n’a aucune intention de le faire.»

La protection de l’environnement est un thème récurrent chez Sassou NGUESSO.

En 2016, lors de la COP 22 à Marakesh, il a lancé le Congo Basin Blue Fund, avec l’intention de lever 100 millions de dollars des EUA d’ici 2020. Le ministère de l’Environnement de Berlin a déclaré à Becker et Shaap que l’Allemagne avait versé 550 000 € au «Fonds Bleu».

En mars 2018, Sassou Nguesso a accueilli la troisième réunion des partenaires de la Global Peatlands Initiative à Brazzaville.

La Déclaration de Brazzaville a été l’un des résultats de cette réunion. REDD-Monitor a exploré l’histoire extraordinaire derrière la Déclaration de Brazzaville dans ce billet:

Un ancien haut fonctionnaire du gouvernement de la République du Congo a déclaré au Spiegel que Sassou NGUESSO avait fondé le Fonds Bleu «pour prendre l’argent pour lui-même».

Dans son discours d’août 2019, Sassou NGUESSO a ajouté une piqûre dans la queue. La République du Congo a un «droit au développement», a-t-il déclaré. Et la «compensation» promise à son pays «est toujours en suspens».

Becker et Schaap écrivent cela,

La menace de Sassou-NGUESSO a apparemment eu l’effet souhaité. Quelques semaines plus tard, le président français Emmanuel Macron a accueilli à Paris son homologue congolais, les deux dirigeants signant une déclaration d’intention qui promettait au pays africain 60 millions d’euros d’aide européenne, dont une contribution du ministère allemand de l’environnement. L’argent était destiné en partie à réduire les effets du forage pétrolier sur les tourbières. Sassou-NGUESSO, pour sa part, a promis de protéger l’écosystème.

Cela ressemblait à une situation gagnant-gagnant, mais il y avait un hic: la découverte présumée de vastes réserves de pétrole était apparemment fictive. Il semble que l’Europe ait été embobinée.

«Bamboozled» n’est peut-être pas le bon mot, étant donné que les pays européens encouragent précisément ce genre de comportement en poussant REDD et des mécanismes similaires de commerce du carbone depuis plus d’une décennie. Comme REDD-Monitor et d’autres l’ont souligné, il s’agit de la version chantage de la protection de l’environnement.

L’ancien membre de haut rang du gouvernement a déclaré au Spiegel que le message était clair: «Si vous ne nous donnez pas l’argent, nous détruirons la jungle.»

Becker et Schaap dévoilent le simulacre derrière cette tentative de chantage particulière. Il y a des années, des experts de sociétés pétrolières telles que Total et Shell avaient exploré la région pour trouver du pétrole et conclu que le forage ne serait pas rentable. En janvier 2016, Shell a déclaré que «la combinaison d’un risque élevé et d’une taille modeste des pistes identifiées» a conduit à une décision de ne pas investir dans le bloc Ngoki.

Mais comme le souligne Global Witness, l’accord de 65 millions de dollars des EUA avec CAFI n’interdit pas l’exploration pétrolière:

[L]’accord n’excluait pas les activités pétrolières ou minières dans les tourbières du Congo, s’engageant simplement à accorder aux tourbières un « statut juridique spécial » d’ici 2025. La menace d’exploration pétrolière dans la Cuvette était apparemment peu préoccupante pour les donateurs du Congo.

Becker et Schaap demandent si Sassou NGUESSO a menti sur les réserves de pétrole afin d’obtenir de l’aide. « Il y a beaucoup à dire qu’il pourrait en avoir », répondent-ils.

Dettes massives, corruption massive

Si la République du Congo est riche en ressources, elle a des dettes massives. La République du Congo est le plus grand producteur de pétrole brut de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale. Mais depuis que les prix du pétrole ont chuté en 2014, le pays a eu du mal à rembourser ses dettes – dont plus de 2,5 milliards de dollars des EUA dus à la Chine.

En juillet 2019, le Fonds monétaire international a approuvé un plan de sauvetage de 449 millions de dollars du pays.

Sassou NGUESSO est notoirement corrompu. Un peu plus d’une semaine après la signature de l’accord CAFI, la république de Saint-Marin, soupçonnée de blanchiment d’argent, a confisqué 19 millions de dollars des EUA sur des comptes privés appartenant à Sassou NGUESSO.

L’homme le plus riche de la République du Congo

Claude Wilfrid Etoka, le patron de PEPA, la société qui a annoncé la découverte de pétrole dans le bloc Ngoki, est l’homme le plus riche de la République du Congo. Depuis 2006, il vit au Maroc. Il a une valeur nette estimée à 500 millions de dollars états-uniens.

 

Claude Wilfrid Etoka – the Ngoki project’s major shareholder. Léonard Pongo / DER SPIEGEL

Etoka a bénéficié de liens étroits avec la famille de Sassou NGUESSO. Et selon Global Witness, l’un des neveux du président a été nommé directeur général du PEPA.

«Selon les dossiers d’une enquête française, Etoka profite largement de ses relations avec la compagnie pétrolière d’État du Congo», écrivent Becker et Schaap. La compagnie pétrolière d’État SNPC a accordé des droits de forage dans le bloc Ngoki à la société Etoka.

Global Witness répertorie certains des accords commerciaux d’Etoka avec l’État:

Son entreprise agroalimentaire Eco-Oil Energy exploite 50 000 hectares de plantations d’huile de palme auparavant gérées par des entreprises publiques. En 2015, le gouvernement congolais aurait également confié à la société Congo Capital Enterprises de M. Etoka la responsabilité de privatiser 46 entreprises publiques dans un éventail de secteurs allant de l’exploitation forestière à l’hydroélectricité, agissant en tant que courtier auprès d’investisseurs internationaux. Plus récemment, il a signé une joint-venture avec le ministère de l’Agriculture du Congo et un investisseur chinois pour créer une usine de tracteurs.

Etoka a signé un contrat avec la société française SMP Drilling pour des travaux d’exploration dans le bloc Ngoki en 2018. Le premier forage d’essai a eu lieu en mars 2019. Les travaux de SMP se sont terminés en août 2019. La société ne dirait pas au Spiegel s’il a trouvé du pétrole ou non.

SMP affirme ne pas avoir été payé en totalité et a déposé une réclamation contre PEPA pour 4,5 millions d’euros. Un tribunal de Brazzaville a ordonné la «saisie préliminaire des actifs de la société appartenant à la société Etoka», écrivent Becker et Schaap. Etoka prétend avoir payé toutes les factures liées à l’exercice d’essai.

Normes internationales les plus élevées?

Interrogée sur tout cela par les collaborations européennes d’investigation, la Central African Forest Initiative a répondu que son argent était géré par l’ONU conformément aux «normes internationales les plus élevées».

Le ministère allemand de l’Environnement a déclaré que son aide n’était pas utilisée pour soutenir des institutions gouvernementales.

Le président Sassou NGUESSO n’a pas répondu à la question de savoir s’il avait exagéré la découverte de pétrole pour encaisser l’argent du CAFI.

Mais lorsque Etoka a été confronté aux conclusions des journalistes d’investigation, il a admis que le bloc Ngoki ne produirait probablement qu’un septième du montant par jour annoncé en août 2019.

« Essentiellement, la réponse d’Etoka est la preuve que l’annonce de réserves massives de pétrole dans le bloc Ngoki était une imposture », notent Becker et Schaap.

Néanmoins, le projet pétrolier devrait se poursuivre.

L’Initiative sur les forêts d’Afrique centrale a récemment annoncé six projets en République du Congo totalisant 45 millions de dollars. Les projets comprennent l’aménagement du territoire, l’agro-écologie, la gestion durable des forêts, l’énergie durable pour Brazzaville, l’amélioration du système pour réaliser des études d’impact environnemental et social et le renforcement des capacités des ONG.

On exclut de la liste, assez prévisible, toute tentative d’empêcher l’industrie pétrolière de déclencher l’une des plus grandes bombes à retardement au carbone de la planète.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

MIRASTNEWS

Source : REDD MONITOR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :