A la Une

CoronaVirus Armes-Bio – 7. Missions militaires secrètes NWO -CIA-DEM en Ukraine, Fort Detrick, Sigonella, Wuhan, Modena

  • Les centres du Pentagone pour la guerre bactériologique en Géorgie et en Ukraine après les coups d’État colorés
  • Recherche nord-américaine sur CoronaVirus en 2007
  • Accidents mystérieux dans l’activité biochimique de Fort Detrick
  • Des suspects sur les troupes des Etats-Unis d’Amérique à Wuhan pour les Jeux de 2019
  • Crémations étouffées par l’armée en Emilia sans aucune autopsie

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

VERSION ORIGINALE IN ITALIENNE – 24 mars 2020

Il est troublant de découvrir que toutes les recherches les plus importantes sur les armes bactériologiques financées et coordonnées par le Pentagone se sont développées surtout dans deux pays, la Géorgie et l’Ukraine, qui sont devenus une colonie des des Etats-Unis d’Amérique (EUA) grâce aux révolutions colorées que le financier de l’Open Society George Soros en a tout le mérite.

CORONAVIRUS – 10. L’intrigue en 100 lignes: des bio-armes de la CIA à la prophétie du Nouvel Ordre Mondial

Cela s’est produit précisément dans les années où la «reine» de l’intelligence des Dems, Avril Haines, travaillait au sommet de la Central Intelligence Agency et de la Sécurité nationale de la Maison Blanche, avant de prédire, avec des talents prophétiques exceptionnels, la pandémie de pathogène infectieux, lors d’une conférence en 2018 puis lors de l’exercice présumé sur l’urgence simulée pour CoronaVirus en octobre 2019 à New York.

CoronaVirus BioWeapon – 6. Prophétie sur la pandémie et la NWO par la reine Obama-Biden de la CIA

Ces recherches ont été effectuées (mais se poursuivent car certains mécanismes du Pentagone une fois mis en place se déroulent de manière presque autonome) en République d’Ukraine à Kiev, en particulier après le coup d’État ouvertement soutenu et financé par Washington sous le gouvernement de l’ancien président démocrate Barack Obama et de son adjoint Joe Biden, s’est retrouvé dans le collimateur des affaires louches de son fils Hunter, impliqué avec «l’élève» du secrétaire d’État John Kerry dans la plus grande compagnie d’énergie ukrainienne Burisma avec des licences pour l’extraction de gaz et de pétrole dans le Donbass – la région parlant russe depuis 2014, coupée d’une guerre civile presque oubliée.

Pandémie Bio-Weapon – 9. Supervirus créé par les États-Unis d’Amérique pendant le gouvernement d’Obama: 89 souches CoVid dans les tests Top Secret de la CIA

Comme nous l’avons souligné dans les rapports précédents, Obama était également le promoteur du plan pilote de vaccination «imposé» à l’Italie par le Global Health Security Agenda (GHSA), avec les vaccins du britannique GlaxoSmithKline, auquel ont participé les fonds d’investissement états-uniens pour le Lobby des Armes et par Bill Gates, premier prophète de la pandémie en 2015.

Le projet des 10 vaccins obligatoires a été mis en œuvre en 2017 (décret Lorenzin) par l’ancien Premier ministre italien Paolo Gentiloni, allié de Soros et aujourd’hui commissaire européen, conformément aux souhaits du Parti démocrate.

UE: 3 COMMISSAIRES ET 73 DÉLÉGUÉS DANS LA LISTE SOROS. BEAUCOUP DE PROS « PAS DE GENRE »

Il convient de rappeler que le gouvernement PD est né avec Matteo Renzi qui, par une autre coïncidence mystérieuse, est devenu premier ministre avec la bénédiction de l’ancien président des Etats-Unis d’Amérique le 22 février 2014, exactement le même jour que Viktor Ianoukovich, président de L’Ukraine, légitimement élu, a été contraint de fuir le coup d’État sur la place du Warp (Maïdan), même avec des tirs de tireurs d’élite sur la foule qui a fait 104 morts.

Cela s’est produit avec une fusillade similaire à celle attribuée à une opération clandestine de la CIA à Caracas en 2002, lorsque le président de la République bolivarienne du Venezuela, Hugo Chavez, a ensuite été arrêté par les services spéciaux des Etats-Unis d’Amérique, puis libéré avec la médiation du cardinal local pour la contre-révolution massive de la population qui lui est fidèle.

DONBASS: MASSACRE POUR LE GAZ

Parmi les victimes du massacre de la place Maidan en Ukraine du 20 février 2014, il y avait 87 manifestants mais aussi 17 policiers démontrant que les mystérieux assassins n’appartenaient certainement pas à la police gouvernementale, comme le prétendaient au contraire les révolutionnaires.

Au cours des manifestations, les émeutiers ont été pilotés par CANVAS (le centre de Belgrade du Otpor à poing fermé créé par la CIA à Belgrade pendant la guerre des Balkans) qui, sur son site officiel, se vante ouvertement de ce coup d’État ainsi qu’en Géorgie (Révolution de Roses, 2003). Comme l’a constaté un journaliste de guerre italien, certains de ces tireurs d’élite étaient en fait de nationalité géorgienne…

HONG KONG: PACIFISTES US-CANVAS MOLOTOV: incendies sur le campus et dans le métro, un homme incendié, un législateur poignardé

Il y a en effet de plus en plus de coïncidences qui horrifieraient Leroy Jethro Gibbs, l’agent fédéral légendaire de la série télévisée à succès NCIS (Naval Criminal Investigative Service) pour laquelle «les coïncidences n’existent pas».

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec le syndrome respiratoire aigu sévère SRAS-Cov-2 alors que la pandémie actuelle a été renommée, ce qui en Italie a atteint une mortalité de 8%, portant les morts à plus de 5 400 au cours des dernières heures?

Premièrement, il souligne que le soi-disant État international profond, l’entité maçonnique, financière, politique et militaire cachée, récemment dévoilée et «louée» par un ancien directeur de la CIA d’extraction de Dem, ne pose pas de problème majeur pour provoquer «des garanties humaines dommages» pour poursuivre ses objectifs géopolitiques.

Deuxièmement, nous ne le saurons peut-être jamais…

Parce qu’une dernière opération militaire menée avec des protocoles de secret maximum efface les traces de tout lien possible entre les recherches bactériologiques développées par les «sous-traitants» du Pentagone, siège du Département de la Défense à Washington, et la pandémie violente qui a éclaté en Italie…

CRÉATIONS TOP SECRET EN ITALIE

Les dernières opérations mystérieuses sont les incinérations massives des décès de CoVid-19 gérés par l’armée italienne pour la situation d’urgence en Lombardie et en particulier à Bergame, sans effectuer d’abord les autopsies nécessaires pour révéler l’identité génomique virale.

À Wuhan, les scientifiques ont effectué des autopsies sur certains des défunts et découvert deux génotypes du CoronaVirus: le «S» de morbidité intense mais de mortalité très faible et le «L» très agressif, avec une infectiosité et une létalité très élevées, résultant en un «remodelage» du précédent provoqué par l’intervention humaine: selon l’hypothèse des médecins pour les thérapies conséquentes, selon celles des analystes du renseignement pour un précédent «modelage».

Le résumé de l’article publié dans la National Science Review

Les enquêtes scientifiques devraient se concentrer sur cette «piste» principale, mais tous les médecins italiens, dont 4 000 ont été infectés, sont trop occupés à faire face aux défis des hôpitaux surpeuplés de personnes positives pour CoVid-19 et, par conséquent, les autopsies effectuées jusqu’à présent sont un nombre infinitésimal et insignifiant. Dans le secteur de la défense…

«Bouches cousues» est le seul commentaire qu’un opérateur de protection civile sur le terrain aujourd’hui, un ancien officier militaire avec une longue expérience des missions à l’étranger et formé aux urgences des attaques NBCR (Nuclear Bacteriological Chemical and Radiological), ajoute après avoir signalé l’indiscrétion que dans les crématoriums, il y aurait même des «crémations de groupe». Comme il n’est pas permis de poser des questions au Commissaire aux situations d’urgence lors des conférences de presse quotidiennes de la Protection civile à Rome, ce doute et d’autres restent ouverts.

Jusqu’à présent, deux colonnes militaires ont quitté la province de Bergame, escortées par les Carabiniers avec une dizaine de camions pour effectuer un premier transport de 60 cercueils le 18 mars au crématorium de Modène (Modena) et un autre de 70 le 21 mars à celui de Ferrare. D’autres voyages ultérieurs avec les morts à incinérer ont été effectués dans le Piémont vers les usines de Serravalle Scrivia, Trecate et Domodossola. De toute évidence, les proches des victimes ont été empêchés de les voir et de célébrer les rites funéraires des décrets d’urgence sur le risque d’infection.

«En Lombardie, de nombreux facteurs contribuent à ces données: l’âge moyen, la densité de population – Il faut voir ce virus comme un opportuniste: avant de déclarer les morts, il est important de faire une autopsie et de pouvoir dire de quoi est est mort le patient» à la lumière du virologue Maria Rita Gismondo, mais, comme dit, les médecins et les établissements de santé sont juste assez pour faire face aux urgences des vivants qui viennent au service d’urgence souvent déjà dans le Code jaune pour une insuffisance respiratoire sévère.

ENTREPRENEURS PRIVÉS AU SERVICE DE LA CIA EN GÉORGIE

Mais nous voyons dans un voyage rapide toutes les missions militaires suspectes parmi lesquelles la recherche et la diffusion de la bio-arme de plus en plus probable pourraient se nicher. Pour ce faire, nous reprenons l’enquête sur la journaliste bulgare Dilyana Gaytandzhieva, celle qui a découvert les armes livrées par la CIA à l’Etat islamique de leur ami Al Baghdadi, que nous mentionnions dans notre premier rapport du 4 février en référence aux  bio-armes bactériologiques génétiques, ou plutôt capables de cibler un groupe ethnique spécifique d’une manière plus virulente qu’un autre: tout comme cela se passe en Italie et en Iran…

La journaliste Dilyana Gaytandzhieva qui a découvert le commerce d’armes de la CIA pour les terroristes de l’Etat islamique

«Les bio-laboratoires des Etats-Unis d’Amérique sont financés par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – Cooperative Biological Engagement Program (CBEP), et sont situés dans d’anciens pays de l’Union soviétique tels que la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, Un journaliste d’Asie du Sud-Est et d’Afrique» a indiqué avoir signalé au moins 25 centres de recherche qui, selon les renseignements russes, seraient au moins cent.

Parmi les premiers à se retrouver sous l’objectif de tous les médias du monde, il était le plus célèbre: le Pentagone Lugar Center en Géorgie. Il est situé à seulement 17 km de la base aérienne militaire des Etats-Unis d’Amérique Vaziani, dans la capitale Tbilissi. Le programme militaire comprend des biologistes de l’Unité de recherche médicale de l’armée des Etats-Unis d’Amérique (Géorgie) (USAMRU-G) ainsi que des entrepreneurs privés. Le laboratoire de biosécurité de niveau 3 n’est accessible qu’aux citoyens des Etats-Unis d’Amérique disposant d’une autorisation de sécurité. Ils bénéficient de l’immunité diplomatique.

CoronaVirus – 1. « C’EST UNE BIO-ARME ». Un expert états-unien accuse la Chine mais oublie 25 laboratoires secrets du Pentagone pour des «attaques ethniques»

Nous en avons parlé dans deux rapports précédents et à l’agence de défense du ministère de la Défense contre les menaces (DTRA) qui représente l’ingénieux «diaphragme» entre le Pentagone, un gouvernement soumis aux lois nationales et internationales, et les «entrepreneurs», ou des entreprises privées qui basé sur la confidentialité des brevets industriels et les contraintes sur le secret militaire peuvent aller au-delà de tout contrôle politique. Parmi les entreprises états-uniennes qui travaillent chez Lugar depuis des années, les plus connues sont trois: CH2M Hill, Metabiota et Battelle.

«En plus du Pentagone, ces entrepreneurs privés effectuent des recherches biologiques pour la CIA et diverses autres agences gouvernementales» a ajouté le journaliste bulgare se référant également à la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) qui a lancé en 2014 un secteur spécifique d’expérimentation sur les armes bactériologiques appelé Office des Technologies Biologiques (BTO), au sein duquel le projet «Insectes Alliés» a été développé, officiellement pour les exploiter, par le biais de modifications génétiques, dans la lutte contre les ravageurs agricoles, mais pas seulement: selon certains experts.

Le Pentagone a investi au moins 65 millions de dollars dans l’édition de gènes. Le DARPA a attribué 7 équipes de recherche pour développer des outils pour l’ingénierie du génome chez les insectes, les rongeurs et les bactéries dans le cadre du programme Safe Gene du DARPA, en utilisant une nouvelle technologie CRISPR-Cas9.

«Cependant, un groupe de scientifiques indépendants très respectés a révélé dans une analyse cinglante du programme que, loin d’un projet de recherche «défensif», le programme Insect Allies visait à créer et à livrer «une nouvelle classe d’armes biologiques». Les scientifiques, écrivant dans la revue Science et dirigés par Richard Guy Reeves, de l’Institut Max Planck pour la biologie évolutive en Allemagne, ont averti que le programme de la DARPA – qui utilise des insectes comme véhicule comme agents d’altération génétique environnementale horizontale (HEGAAS) – a révélé» une intention de développer un moyen de livraison d’HEGAA à des fins offensives (je souligne)»a précisé le site états-unien de contre-information UNZ.

Nous analyserons avant tout l’activité de Battelle car elle est impliquée dans un projet de la CIA et indirectement impliquée dans un incident très suspect survenu sur une base militaire des Etats-Unis d’Amérique en juillet dernier.

DES ACCIDENTS MISTERIEUX DE BIO-SECURITE A FORT DETRICK

«Battelle en tant que sous-traitant de 59 millions de dollars au Lugar Center possède une vaste expérience dans la recherche sur les bio-agents, car la société a déjà travaillé sur le programme états-unien de bio-armes dans le cadre de 11 contrats antérieurs avec l’armée des Etats-Unis d’Amérique (1952-1966)» souligne Gaytandzhieva en 2018 dossier republié par Nature.

«La société privée travaille pour les laboratoires biologiques DTRA du Pentagone en Afghanistan, en Arménie, en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et au Vietnam. Battelle effectue de la recherche, du développement, des tests et des évaluations en utilisant à la fois des produits chimiques hautement toxiques et des agents biologiques hautement pathogènes pour un large éventail d’organismes gouvernementaux des Etats-Unis d’Amérique. Il a obtenu au total quelque 2 milliards de dollars de contrats fédéraux et se classe 23 sur la liste des 100 meilleurs entrepreneurs du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique».

De 1997 à 2000, le Battelle Memorial Institute a lancé le projet Clear Vision avec la CIA pour reconstruire et tester un projectile d’anthrax de l’ère soviétique et vérifier la propagation possible de cet agent biologique et d’autres par des bombardiers.

«L’opération clandestine CIA-Battelle a été omise des déclarations de la Convention états-unienne sur les armes biologiques soumises à l’ONU» soutient le rapport.

Battelle a exploité un laboratoire Top Secret Bio (National Biodefense Analysis and Countermeasures Center – NBACC) à Fort Detrick, Maryland dans le cadre d’un contrat avec le Département de la sécurité intérieure (DHS) des Etats-Unis d’Amérique au cours de la dernière décennie. La société a obtenu un contrat fédéral de 344,4 millions de dollars (2006-2016) et un autre contrat de 17,3 millions de dollars (2015-2026) par DHS.

C’est précisément l’époque où la «prophétesse de la CIA» de la pandémie actuelle, Avil Haines, était conseillère adjointe à la sécurité nationale de la Maison Blanche. Et c’est précisément ici que la première surprise à la suite de l’enquête du journaliste bulgare arrive.

Institut de recherche médicale de l’armée des États-Unis sur les maladies infectieuses à Fort Detrick (Maryland)

«Il est également important de souligner le fait que les principaux laboratoires de l’armée des Etats-Unis d’Amérique impliqués dans l’étude des agents pathogènes mortels, y compris les coronavirus, Ebola et autres, ont été soudainement fermés en juillet dernier après que le Center for Disease Control and Prevention (CDC) ait identifié les principaux «la biosécurité devient caduque» dans l’établissement» nous lisons dans un récent article de l’UNZ sur une circonstance rapportée par de nombreux autres médias, dont Veterans Today ces derniers jours.

«L’installation de l’Institut de recherche médicale des Etats-Unis d’Amérique sur les maladies infectieuses (USAMRIID) à Fort Detrick, Maryland – le principal laboratoire de l’armée des Etats-Unis d’Amérique pour la recherche sur la «défense biologique» depuis la fin des années 1960 – a été contrainte d’arrêter toutes les recherches qu’elle menait avec une série d’agents pathogènes mortels après que le CDC a constaté qu’il manquait « de systèmes suffisants en place pour décontaminer les eaux usées » de ses laboratoires de haute sécurité et que le personnel n’avait pas suivi les procédures de sécurité, entre autres manquements. L’installation contient des laboratoires de biosécurité de niveau 3 et de niveau 4. Bien que l’on ne sache pas si des expériences impliquant des coronavirus étaient en cours à l’époque, USAMRIID a récemment été impliqué dans des recherches confirmées par la récente préoccupation du Pentagone concernant l’utilisation des chauves-souris comme armes biologiques».

Il ne faut pas oublier que la chauve-souris (avec la mangouste) était soupçonnée par les scientifiques d’être le porteur du SRAS-CoV-2 des animaux aux humains, évidemment avant que les chimistes chinois ne découvrent l’existence non seulement de l’étrange protéine «S modelée» mais aussi le double génotype du virus…

«La décision de fermer USAMRIID a suscité étonnamment peu de couverture médiatique, tout comme la décision surprenante du CDC de permettre à l’installation en difficulté de« reprendre partiellement» la recherche fin novembre dernier, même si l’installation n’était et n’est toujours pas à «pleine capacité opérationnelle». Les antécédents problématiques de sécurité de l’USAMRIID dans ces installations sont particulièrement préoccupants compte tenu de la récente flambée de coronavirus en Chine. Comme ce rapport le révélera bientôt, cela est dû au fait que l’USAMRIID a un partenariat étroit et vieux de plusieurs décennies avec l’Institut de virologie médicale de l’Université de Wuhan lors de la première explosion épidémique, qui semble maintenant presque totalement surmontée dans le pays.

RECHERCHES CIA-PENTAGON SUR LE CORONAVIRUS

Les corrélations entre les deux pays sont plus importantes que vous ne l’imaginez: parmi eux, une étude menée par le ministère des Sciences de Pékin a conduit à la découverte de 89 souches de CoronaVirus bat en collaboration avec l’agence USAID (l’agence gouvernementale d’aide aux pays en développement qui finance souvent des mouvements politiques pour le changement de régime comme cela s’est produit en Syrie et au Venezuela) la CIA, le Pentagone et l’Institut de la santé et des services sociaux à Washington.

    GUAIDO ‘: OBAMA A BLANCHI L’AGENT DES ETAS-UNIS D’AMERIQUE À CARACAS

Un utilisateur arabe de Facebook a récemment publié une vidéo en français qui est devenue virale (et plus tard bloquée par FB) soulevant des soupçons sur un brevet européen du Centre national de recherche Pasteur de l’Université Diderot de Paris concernant une «nouvelle souche de CoronaVirus associée à Sars» déposée dès 2004. Mais la controverse n’était pas fondée, car elle faisait référence à la recherche du vaccin sur le premier SRAS qui a frappé la Chine et d’autres pays en 2003, mais «seulement» 814 décès contre plus de 15 000 de la pandémie actuelle de SRAS 2.

Brevets de recherche du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et de GSK et le premier de l’Institut Pasteur de Paris répartis sur le premier type de Sars

Cependant, il est important de noter que parmi les premiers à développer ces études visant également de nouvelles «applications», le Département de la Santé (HHS) des Etats-Unis d’Amérique a déposé un enregistrement états-unien et le géant habituel des vaccins GlaxoSmithKline. Le brevet européen a curieusement été « réactivé » le 20 mars 2020, probablement dans le cadre d’une recherche contre CoVid-19.

Page de titre du brevet déposé par le US Department of Health en 2007 (fichier pdf disponible sur demande par email)

C’est toujours le journaliste bulgare qui rappelle que «de nombreuses études ont été réalisées dans le cadre du programme d’engagement biologique coopératif DTRA (CBEP) dans la recherche de pathogènes mortels d’importance militaire chez les chauves-souris».

L’un d’eux est précisément celui de la grande souche virale de CoronaVirus, qui comprend la grippe simple mais aussi le SRAS et son «cousin» MERS, le syndrome respiratoire aigu du Moyen-Orient qui, en juin 2017, a tué 699 personnes et infecté 1 980 personnes dans 15 pays.

«MERS-CoV est l’un des virus conçus par les États-Unis d’Amérique et étudiés par le Pentagone, ainsi que la grippe et le SRAS. La confirmation de cette pratique est l’interdiction temporaire imposée par Obama en 2014 sur le financement gouvernemental de ces recherches «à double usage». Le moratoire a été levé en 2017 et les expériences se sont poursuivies. Aux États-Unis d’Amérique, des expériences de renforcement des agents pathogènes pandémiques potentiels (PPP) sont légales», souligne un journaliste en référence au Statut de la Cour pénale internationale (CPI) à Rome, qui les interdit à l’article 8 mais n’a jamais été signé par le gouvernement nord-américain.

Exactement en 2015, cependant, une nouvelle étude sur le virus Corona, officiellement pour prévenir la bronchite aviaire chez les poulets, a été lancée par le Pirbright Institute au Royaume-Uni puis enregistrée en 2018 avec un brevet états-unien, comme spécifié dans le premier rapport de Gospa News sur l’épidémie.

Eh bien, parmi les bailleurs de fonds du centre de recherche, il y a encore une fois la Fondation Bill & Melinda Gates, sponsor des Dems et Obama, mais surtout la recherche sur le nouveau vaccin CoVid-19 de l’Australian Queensland University en collaboration avec l’habituel GSK.

CoronaVirus BIO-ARME – 3. VACCIN EN OR DE GSK. Partenaire Big Pharma de Bill Gates, Pentagone et le Lobby Sioniste au Etats-Unis d’Amérique

Il y aurait beaucoup à écrire sur les épisodes suspects entre les États-Unis d’Amérique et la Chine, y compris deux arrestations qui, cependant, n’ont pas permis de déterminer avec certitude les finalités des actions illégales. Comme l’a rappelé Veterans Today le 28 janvier, le professeur Charles Lieber, président du département de biologie chimique de Harvard, est arrêté pour avoir dirigé une équipe de recherche chinoise axée sur l’utilisation des nanotechnologies pour identifier les virus.

En décembre 2019, un chercheur médical chinois, Zheng Zaosong, du Beth Israel Deaconess Medical Center, a plutôt été arrêté par l’agent spécial du FBI Kara Spice qui l’a trouvé en possession de 21 ampoules contenant un «liquide brun» qui semblait être «biologique» matériel «provenant d’un laboratoire de Boston. Son ami chercheur a admis que d’autres camarades avaient réussi à amener des échantillons en Chine: on ne sait pas si pour des études biogénétiques sur des échantillons des Etats-Unis d’Amérique ou si par sabotage.

LES BIOLOGISTES DES ETAS-UNIS D’AMERIQUE DE LA MARINE À SIGONELLA AVANT L’ÉPIDÉMIE

Au cours du même mois, cependant, quelque chose d’encore plus sensationnel s’est produit entre l’Égypte et l’Italie lorsque la Naval Medical Resarch Unit, appelée NAMRU 3, a été transférée de la base historique du Caire où elle opérait depuis 1946 à la Naval Air Station de Sigonella, qui serait la principale station militaire de la CIA non seulement en Sicile mais dans toute l’Italie.

NAMRU3 est le département de la marine des Etats-Unis d’Amérique qui mène des recherches et des expériences sur les agents pathogènes viraux ou bactériens qui peuvent infecter les troupes états-uniennes. Mais selon un article du 27 janvier 2012 dans le journal égyptien Al-Wafd ce serait un petit laboratoire d’horreurs…

«Lorsque vous passez à côté du grand siège de la NAMRU situé dans le quartier d’Al-Abbasia, au cœur du Caire avec sa porte renforcée de fer et de béton, le vaste espace de terrain plat qui l’entoure, les caméras de sécurité et les hauts murs qui le protége, on ne peut manquer de soupçonner la grande importance de ce qu’il y a à l’intérieur de ce bâtiment. Les chercheurs de l’unité et les médecins américains-états-uniens jouissent de l’immunité diplomatique. En fait, certains d’entre eux appartiennent à la CIA», a écrit le journal arabe.

«Depuis la fondation de l’unité NAMRU en Egypte, des dizaines de maladies virales nouvelles et modifiées ont été découvertes. Cela peut faire soupçonner que ces agents pathogènes sont importés. Aucun institut de recherche médicale n’a plus infiltré l’Égypte que le NAMRU, qui contrôle les secrets des virus utilisés dans la destruction massive et les armes biologiques».

En confirmation de cela, Al-Wafd rappelle que l’Éthiopie avait décidé de fermer l’unité NAMRU sur son territoire, en raison d’accusations et de soupçons concernant son activité, qui avait été élargie en Égypte à la suite d’un accord avec le ministère de la Santé et avec l’hôpital de les Fièvres d’Abbassie.

CoronaVirus BioWeapon – 5. Cardinal Blames: «Un pays riche a semé ce poison. L’ONU doit enquêter»

«Déjà en 1976, le public égyptien a pris connaissance du nom de NAMRU à l’occasion d’une épidémie de méningite en Egypte». L’unité de recherche médicale de l’US Navy a proposé de collaborer avec l’hôpital Abbassia, mais les études sur les victimes sont restées secrètes car 50 des 857 personnes infectées sont décédées juste après l’intervention des médecins des Etats-Unis d’Amérique avec l’administration d’un médicament qui a provoqué des effets secondaires. Les cobayes humains n’étaient-ils pas au courant?

«En 2006, la NAMRU a déclenché un autre scandale, qui s’est calmé avec une rapidité suspecte. Une délégation de NAMRU des Etats-Unis d’Amérique a visité le siège de l’hôpital Al-‘Abbasia, et la grippe aviaire a été découverte plusieurs jours plus tard [en Égypte]. Les médecins égyptiens ont pu éliminer [la maladie] presque complètement en six mois, mais Maher Abaza [un puissant oligarque menotté avec Moubarak – ndlr.] a été nommé ministre de l’Agriculture et a décidé, sans raison de suspendre la participation de l’Égypte à la gestion du virus en échange d’un contrat avec NAMRU-3. Plus tard, les Égyptiens ont été frappés par un mutant non traitable du virus de la grippe aviaire. Ce virus mutant est apparu après que NAMRU a reçu des échantillons [de sang] de patients égyptiens, qui ont été envoyés aux États-Unis d’Amérique».

En juillet 2019, le commandement de la Naval Medical Research Unit No.3 (NAMRU-3) stationnée au Caire (Égypte) depuis la Seconde Guerre mondiale a pris ses fonctions dans la grande base aérienne et navale sicilienne en occupant temporairement le bâtiment No. 318, en attendant le début de la rénovation et de l’agrandissement du bâtiment No. 303 au NAS 1 (la plus ancienne station de Sigonella, réservée aux États-Unis d’Amérique). Le déménagement a été achevé en décembre et l’unité est devenue opérationnelle en février.

Station aéronavale de Sigonella à l’aéroport «Cosimo Di Palma» de l’armée de l’air italienne à Lentini (Syracuse)

«À ce jour, il n’est pas possible de savoir si et quand le mouvement soudain a été autorisé par l’exécutif et pourquoi le Parlement n’a pas été informé malgré la pertinence politico-stratégique et «scientifique» de l’unité des Etats-Unis d’Amérique, dépendant directement du Naval Medical Research Center of US Navy and Marine Corps, basé à Silver Spring, Maryland», a à juste titre alarmé le blogueur Antonio Mazzeo.

Les drones géants Global Hawk RQ-4 de l’US Air Force ont également été déployés au même endroit. L’attention du site Veterans Today s’est concentrée sur eux qui ont signalé l’indiscrétion inquiétante de sources de renseignement étrangères selon laquelle l’attaque biologique en Italie aurait été rendue plus meurtrière qu’ailleurs pour une interaction du virus avec un agent chimique nerveux, le terrible gaz Sarin, utilisé en microdoses pour ne pas le rendre détectable.

Nous rapportons ces informations pour l’exhaustivité des informations même si les experts médicaux NBCR opérant dans les salles d’urgence des hôpitaux italiens pour faire face à l’épidémie n’ont pas détecté de symptômes similaires chez les patients et ont confirmé qu’à l’heure actuelle, au stade MaxiEmergency, seul le protocole de santé bactériologique .

MASSACRE SUSPICIEUX DES MILITAIRES EN UKRAINE

Mais revenons à l’Ukraine dans les années qui ont suivi le coup d’État de la révolution orange promu par Soros, le principal financier de la propagande médiatique de novembre 2013 avec les ambassades américaine-états-unienne et britannique mais aussi du Parti démocrate pour lequel il a déjà souscrit à un super contribution de 5,1 millions de dollars au Comité d’action politique (PAC) avant même de savoir qui sera le candidat pour remporter les primaires.

UkraineGate: un journaliste islamique financé par Obama-Biden et Soros lors du coup d’État de 2014, désormais au sommet de l’industrie des armes

Pour le moment, la course voit Joe Biden comme son favori, connu pour la gestion directe des financements militaires et de sécurité publique en Ukraine et remis en cause à plusieurs reprises par divers dossiers dans le cadre de la destitution contre l’actuel président Donald Trump sur l’UkraineGate pour laquelle l’ancien directeur de la CIA a remercié l’Etat profond (Deep State).

«Parmi l’ensemble d’accords bilatéraux entre les États-Unis d’Amérique et l’Ukraine, il y a la création du Centre des sciences et de la technologie en Ukraine (STCU) – une organisation internationale financée principalement par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique qui a obtenu le statut diplomatique. Le STCU soutient officiellement des projets de scientifiques précédemment impliqués dans le programme soviétique d’armes biologiques. Au cours des 20 dernières années, le STCU a investi plus de 285 millions de dollars dans le financement et la gestion de quelque 1 850 projets de scientifiques qui travaillaient auparavant sur le développement d’armes de destruction massive», a souligné un journaliste bulgare.

UKRAINEGATE: une «note» d’enquête accuse également Joe Biden et John Kerry. Réouverture de l’enquête

«L’un des laboratoires du Pentagone est situé à Kharkiv, où en janvier 2016 au moins 20 soldats ukrainiens sont morts du virus de la grippe en seulement deux jours et 200 autres ont été hospitalisés. Le gouvernement ukrainien n’a pas rendu compte des morts des soldats ukrainiens à Kharkiv. En mars 2016, 364 décès ont été signalés dans toute l’Ukraine (81,3% dus à la grippe porcine A (H1N1) pdm09 – la même souche qui a provoqué la pandémie mondiale en 2009). Selon les informations du DPR, le laboratoire bio des Etats-Unis d’Amérique de Kharkiv a divulgué le virus mortel. La police enquête sur une infection par une maladie incurable».

Une infection très suspecte à l’hépatite A s’est propagée rapidement en quelques mois seulement dans le sud-est de l’Ukraine, où se trouvent la plupart des biolabs du Pentagone.

La liste des infections virales pourrait se poursuivre avec les cas de choléra (2011, 2014 et 2015) et d’hépatite A (2017). Alors qu’une étrange épidémie de fièvre hémorragique de Crimée du Congo-Crimée (CCHFV) est apparue en Afghanistan après le lancement du Programme coopératif d’engagement biologique (CBEP) de l’agence DTRA avec divers prestataires liés au Lugar Center de Géorgie.

Le chef de la CIA pour le Moyen-Orient, Soleimani Killer et Ben Laden Hunter, sont morts à bord d’un avion à réaction en Afghanistan. Tasnim & Mirror raconté après VT & Gospa News

Des coïncidences comme celle pour laquelle un avion espion des Etats-Unis d’Amérique, le bombardier Northrop Grumman E-11A, s’est écrasé dans la région de Gazni, dans lequel serait également décédé le commandant de la CIA au Moyen-Orient, Mike D’Andrea, surnommé Dark Prince, quelques semaines avant la propagation de la pandémie de CoVid-19 en Iran après sa propagation en Chine.

Afghanistan: le Pentagone a confirmé l’identité des aviateurs morts. Le pilote a travaillé pour Intelligence CIA

La condition de la mort de l’agent de contre-espionnage de Langley demeure, car le Pentagone n’a confirmé que la mort des deux pilotes, dont l’un était certainement un agent de la CIA, mais a nié l’existence d’un équipage comme si l’avion de surveillance n’en avait pas malgré des machines électroniques sophistiquées à gérer. …

JEUX MILITAIRES À WUHAN: IDÉAL POUR LES NANO-DRONES DE LA CIA

Mais les coïncidences commencent à être trop nombreuses. Comme celui déjà mentionné dans l’article précédent sur les Jeux militaires mondiaux de Wuhan auquel une délégation des Etats-Unis d’Amérique a participé en octobre 2019, tandis que l’ancien directeur adjoint de la CIA, Avril Haines à New York, a participé à l’exercice simulé sur la pandémie par CoronaVirus financé et prophétisé en 2015 par Bill Gates.

BioArme CoronaVirus – 4. PANDÉMIQUE! Comme prévu dans le forum Bill Gates (vidéo) avec l’ex-CIA. L’Italie et l’Iran massacrés dans la guerre biologique pour leur Accord A.I.  

«L’équipe des Etats-Unis d’Amérique a si mal fait qu’elle a été qualifiée de «soldats de la sauce de soja» par les Chinois. En fait, beaucoup n’ont jamais assisté à aucun événement et sont restés proches du marché de gros des fruits de mer de Huanan, où la maladie serait apparue quelques jours seulement après le départ des États-Unis d’Amérique de la région.»Veterans Today a écrit qu’il s’agissait d’une fausse équipe.

L’équipe militaire des Etats-Unis d’Amérique est rentrée chez elle le 28 octobre 2019 et, dans les 2 semaines (juste la période d’incubation virale), les premiers cas de contact humain avec COVID 19 ont été constatés à Wuhan. Les Chinois n’ont pas pu trouver le patient zéro et ils soupçonnaient donc qu’il s’agissait d’un officier militaire des Etats-Unis d’Amérique demandant officiellement aux États-Unis d’Amérique des informations sur leur première infection.

Mais si vous voulez donner du crédit à la théorie de la propagation du virus avec des nano-drones par des agents de la CIA sous couverture, rapportée dans l’article précédent sur la base d’informations de renseignement, il est clair que le concept du «patient» zéro est surmonté par une propagation artificielle qui aurait pu être mise en œuvre sur une grande surface avec l’UAV Black Hornet 3 de 10 cm déjà largement utilisé dans les armées de l’OTAN comme véhicule d’espionnage ou avec DragonflEye, les cyber-libellules génétiquement modifiées et contrôlées à distance avec de la lumière qui peut également transporter des micro-caméras ou petites charges utiles telles que des micro-capsules virales. Ou être les mêmes «insectes alliés» de la recherche du Pentagone sur les germes pathogènes…

BioArme CoronaVirus – 2. Sources Intel: «Diffusé par la CIA avec nano-Uav» comme Cyber-DragonflEye. Alerte en Iran et en Italie

Cela n’a pas à ressembler à de la science-fiction car ces nano-drones sont des projets que la CIA étudie depuis la lointaine 1970 et la très petite taille des kits peut facilement tenir dans une boîte à chaussures, sans risque d’infection par la gestion des virus: ils sont donc très faciles à cacher surtout quand une délégation sportive arrive à l’étranger…

Si la dispersion hypothétique de l’arme bactériologique en Iran peut s’expliquer par les opérations états-uniennes en Afghanistan, également confirmées par l’abattage de l’avion réputé commandant en vol de la Central Intelligence Agency, qu’en Italie n’a même pas besoin d’explications techniques depuis que les agents secrets du contre-espionnage américain jouissent d’une totale liberté de mouvement et les départements militaires peuvent même transférer une unité sophistiquée de médecins biologiques et de chercheurs scientifiques d’Afrique vers la Sicile sans même que le Parlement italien n’en discute.

L’UKRAINEGATE, LE TERRAIN DE LA CIA-ATAT PROFOND CONTRE TRUMP avec deux dénonciateurs et des liens avec l’Italie

Les indices d’une action militaire coordonnée par la guerre biologique avec le DEEP STATE et la CIA, qui ont voyagé main dans la main pour la même admission de ses dirigeants qu’au moment de l’opération P2-Gladio-Stay Behind, sont désormais macroscopiques. Selon Veterans Today, le contre-espionnage israélien du tristement célèbre Mossad de Tel-Aviv, partenaire fondamental des stratégies géopolitiques des sionistes dans le domaine de la guerre et des armes, aurait pu jouer un rôle dans le complot.

LOBBY DES ARMES – 3: MAGNAT SIONISTE DES DRONES ESPION-TUEURS RÉCOMPENSÉS PAR LES Francs-Maçons AMÉRICAINS ET LA REINE DU ROYAUME-UNI

Cela expliquerait également la hâte et le secret avec lesquels les cadavres des victimes italiennes sont incinérés sans s’attarder sur les autopsies: la seule preuve potentielle d’une arme virale bio-génétique.

Reste à savoir si le président républicain Donald Trump, aujourd’hui en grande difficulté face aux élections du fait de l’urgence qui a fait plus de 200 morts aux États-Unis d’Amérique, ou son prédécesseur, était au courant de cet hypothétique plan diabolique encore plus imprégné par le spectre du Nouvel Ordre Mondial. Et, au cas où, même si leur équivalent à Rome en avait été informé…

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

Pas de reproduction sans autorisation

Fabio Giuseppe Carlo Carisio


  SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – CORONA VIRUS INVESTIGATIONS

GOSPA NEWS – WEAPONS LOBBY REPORTS

GOSPA NEWS – WARZONE REPORTS

DILYANA REPORT – 25 US BIOWEAPONS LABORATORIES

UNZ – MODERNA VACCINES AND DARPA

AL WAFD – NAMRU DANGEROUS LABS

ANTONIO MAZZEO – I MISTERI DI SIGONELLA

VETERANS TODAY – BIO-CRIMES: TWO ARRESTS

VETERANS TODAY – WORLD MILITARY GAMES WUHAN

VETERANS TODAY – INTEL SOURCE: VIRUS AND SARIN

LAROUCHE – BIDEN AND HAINES

WASHINGTON POST – BIDEN AND CIA RUSSIAGATE

VETERANS TODAY – IRANIAN MEDICIANS LETTER

STRATEGIKA51 – CORONAVIRUS E SOSPETTI DI BIOARMA

TELEGRAPH – CAMBRIDGE UNIVERSITY BIO-WEAPONS ALERT

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Gospa News

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. CoronaVirus Armes-Bio – 7. Missions militaires secrètes NWO -CIA-DEM en Ukraine, Fort Detrick, Sigonell a, Wuhan, Modena | Raimanet
  2. Ni laboratoire, ni marché frais? Selon l’étude, l’épidémie de COVID-19 n’a pas commencé à Wuhan – MIRASTNEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :