A la Une

Le Dr Francis Boyle, créateur de la loi américaine sur les armes biologiques affirme que le coronavirus est une arme de guerre biologique + Pr Luc Montagnier

Dans une interview explosive, le Dr Francis Boyle, qui a rédigé la loi sur les armes biologiques, a fait une déclaration détaillée déclarant que le coronavirus de Wuhan 2019 est une arme de guerre biologique offensive et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le sait déjà.

06/02/2020

Le Dr Francis Boyle, créateur de la loi sur les armes biologiques, déclare que le coronavirus est une arme de guerre biologique

Francis Boyle est professeur de droit international à l’Université de l’Illinois College of Law. Il a rédigé la législation nationale américaine de mise en œuvre de la Convention sur les armes biologiques, connue sous le nom de «Loi sur la lutte contre le terrorisme des armes biologiques de 1989», qui a été approuvée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain et promulguée par le président George HW Bush.

Dans une interview exclusive accordée à Geopolitics and Empire, le Dr Boyle discute de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine et du laboratoire de biosécurité de niveau 4 (BSL-4) dont il pense que la maladie infectieuse s’est échappée. Il pense que le virus est potentiellement mortel et constitue une arme de guerre biologique offensive ou un agent d’armes à double usage de guerre biologique génétiquement modifié avec des propriétés de gain de fonction, c’est pourquoi le gouvernement chinois a initialement tenté de le couvrir et prend maintenant des mesures drastiques pour le contenir.

Le laboratoire Wuhan BSL-4 est également un laboratoire de recherche spécialement désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Dr Boyle soutient que l’OMS sait très bien ce qui se passe.

Le Dr Boyle aborde également le rapport exclusif de GreatGameIndia, Coronavirus Bioweapon – où nous avons expliqué en détail comment des agents chinois de la lutte biologique travaillant au laboratoire canadien de Winnipeg ont été impliqués dans la contrebande de Coronavirus au laboratoire de Wuhan d’où on pense que la fuite aurait eu lieu.

Interview du Dr Francis Boyle

Time : 38 mn 52 / [1]

 

 

La position du Dr Boyle contraste fortement avec la version des médias grand public selon laquelle le virus provient d’un marché de fruits de mer, qui est de plus en plus remis en question par de nombreux experts.

Récemment, le sénateur américain Tom Cotton, de l’Arkansas, a également démantelé jeudi l’affirmation des médias grand public selon laquelle l’épidémie de coronavirus était due à un marché vendant des animaux morts et vivants.

Dans une vidéo accompagnant son billet, le sénateur Cotton a expliqué que le marché de Wuhan a été démontré par les experts comme n’étant pas la source de la contagion mortelle.

Tom Cotton a fait référence à une étude du Lancet qui a montré que bon nombre des premiers cas du nouveau coronavirus, y compris le patient zéro, n’avaient aucun lien avec le marché de Wuhan – ce qui mine de façon dévastatrice l’affirmation des médias mainstream.

Comme l’a dit un épidémiologiste : « Ce virus est entré dans le marché des fruits de mer avant d’en sortir ». « Nous ne savons toujours pas d’où il provient. », a déclaré M. Cotton.

« Je voudrais noter que Wuhan possède également l’unique super laboratoire de biosécurité de  niveau quatre en Chine qui travaille avec les agents pathogènes les plus mortels au monde, y compris, oui, les coronavirus. »

Tom Cotton

@SenTomCotton

China claimed—for almost two months—that coronavirus had originated in a Wuhan seafood market. That is not the case. @TheLancet published a study demonstrating that of the original 40 cases, 14 of them had no contact with the seafood market, including Patient Zero.

De telles préoccupations ont également été soulevées par JR Nyquist , l’auteur bien connu des livres « Origines de la quatrième guerre mondiale » et «Le fou et son ennemi», ainsi que co-auteur de «Les nouvelles tactiques de la guerre mondiale». Dans son article perspicace, il a publié des discours secrets prononcés par le ministre chinois de la Défense, le général Chi Haotian, à des cadres de haut niveau du Parti communiste, expliquant un plan à long terme pour assurer une renaissance nationale chinoise dont le catalyseur serait le plan secret de la Chine de créer des armes virales.

Nyquist a donné trois points de données différents pour justifier son analyse du Coronavirus. Il écrit :

«Le troisième point de données mérite d’être examiné : la revue GreatGameIndia a publié un article intitulé « Coronavirus Bioweapon – Comment la Chine a volé le coronavirus du Canada et l’a armé».

« Les auteurs ont eu l’intelligence de rassembler un article du Khan’s Virology Journal ainsi qu’une nouvelle d’une violation de la sécurité par des ressortissants chinois au Canadian (P4) National Microbiology Lab de Winnipeg, où le nouveau coronavirus aurait été stocké avec d’autres organismes létaux. En mai dernier, la Gendarmerie royale du Canada a été appelée pour enquêter ; fin juillet, les Chinois ont été expulsés de l’établissement . Le scientifique chinois en chef (Dr Xiangguo Qiu) aurait fait des voyages entre Winnipeg et Wuhan. »

«Nous avons ici une théorie plausible des voyages de l’organisme NCoV: d’abord découvert en Arabie Saoudite , puis étudié au Canada d’où il a été volé par un scientifique chinois et amené à Wuhan. Tout comme la déclaration du chef du renseignement de Taiwan en 2008, l’article de GreatGameIndia a fait l’ objet d’attaques intensives . Quelle que soit la vérité, le fait de la proximité et de l’improbabilité d’une mutation doit figurer dans nos calculs.»

«Il est très probable que l’organisme 2019-nCoV soit une version militaire du NCoV découvert par des médecins saoudiens en 2012.»

Pendant ce temps, le récit des médias traditionnels maintient toujours que l’origine du coronavirus 2019 est le marché des fruits de mer de Wuhan. Après que GreatGameIndia a publié l’article sur Coronavirus Bioweapon – non seulement notre base de données a été trafiquée et nos rapports bloqués par Facebook sur la faible raison qu’ils ne pouvaient pas trouver la page Facebook de GreatGameIndia , mais le rapport lui-même a été violemment attaqué par le magazine Foreign Policy, PolitiFact (connu largement comme le bras de propagande de Facebook) et BuzzFeedNews.

Ce n’est pas seulement GreatGameIndia qui fut violemment attaqué. Zero Hedge, un blog de médias alternatifs populaire a été suspendu par Twitter pour avoir publié un article lié à une étude de scientifiques indiens qui a conclu que le coronavirus de Wuhan 2019 n’était pas naturellement évolué, ce qui augmente la probabilité qu’il fut créé dans un laboratoire. Étonnamment, l’étude elle-même a fait l’objet de vives critiques en ligne de la part des experts des médias sociaux, entraînant le retrait du document par les scientifiques.

En représailles, l’Inde a lancé une enquête à grande échelle contre l’Institut chinois de virologie de Wuhan. Le gouvernement indien a ordonné une enquête sur une étude menée dans l’État du nord-est du Nagaland (près de la Chine) par des chercheurs des États-Unis, de la Chine et de l’Inde sur des chauves-souris et des humains portant des anticorps contre des virus mortels comme Ebola.

L’étude a été examinée au peigne fin car deux des 12 chercheurs appartenaient au département des maladies infectieuses émergentes de l’Institut de virologie de Wuhan, et elle a été financée par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du département de la Défense des États-Unis.

L’étude, menée par des scientifiques du Tata Institute of Fundamental Research, du National Center for Biological Sciences (NCBS), du Wuhan Institute of Virology, de l’Uniformed Services University of the Health Sciences aux États-Unis et de la Duke-National University à Singapour, est actuellement à l’étude pour savoir comment les scientifiques ont été autorisés à accéder à des échantillons vivants de chauves-souris et de chasseurs de chauves-souris (humains) sans les autorisations nécessaires.

Les résultats de l’étude ont été publiés en octobre de l’année dernière dans la revue PLOS Neglected Tropical Diseases, créée à l’origine par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Comme le dit l’auteur JR Nyquist :

« Nous devons avoir une enquête sur l’épidémie de Wuhan. Les Chinois doivent accorder au monde une totale transparence. La vérité doit sortir. Si les responsables chinois sont innocents, ils n’ont rien à cacher. S’ils sont coupables, ils refuseront de coopérer. »

« La véritable préoccupation ici est de savoir si le reste du monde a le courage d’exiger une enquête réelle et approfondie. Nous ne devons pas avoir peur de cette demande et ne pas permettre aux « intérêts économiques » de jouer un jeu de déni timide et malhonnête. Nous avons besoin d’une enquête honnête. Nous en avons besoin maintenant. »

Coronavirus – World Map – 28.03.20 – 01.36 am

Bonus

Time : 5 mn 56 / [3]

Time : 38 mn 15 / [4]

« Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. »

Nicholas Murray Butler (1862-1947), Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie et du Council on Foreign Relations

Coïncidence… !?

En 2018, L’OMS nous préparait en ces termes : « La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale meurtrière. » [1]

Pour illustration

La vérité est ailleurs

Source :

https://www.marianne.net/coronavirus-chine-laboratoire-franco-chinois

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0166354220300528

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30183-5/fulltext

https://www.ccn.com/israeli-analyst-one-coronavirus-conspiracy-theory-less-crazy-than-you-think/

https://www.zerohedge.com/health/creator-bioweapons-act-says-coronavirus-biological-warfare-weapon

https://greatgameindia.com/dr-francis-boyle-creator-of-bioweapons-act-says-coronavirus-is-biological-warfare-weapon/

https://fr.theepochtimes.com/coronavirus-plans-de-guerre-biologique-de-chine-se-retournent-contre-meme-1228734.html

[1] https://aphadolie.com/2018/03/13/loms-avertit-que-la-mysterieuse-maladie-x-pourrait-etre-la-prochaine-epidemie-mondiale/

Article :

Zero Hedge / Traduction rapprochée : Aphadolie.com

Vidéo :

[1] Wuhan Coronavirus IS an Offensive Biological Warfare Weapon Dr Francis Boyle

[2] China claimed—for almost two months—that coronavirus had originated in a Wuhan seafood market. That is not the case. @TheLancet – Tom Cotton / Twitter

[3] Un laboratoire financé par Soros à Wuhan – Ciel Voilé / YouTube

[4] Coronavirus, la piste de l’arme bactériologique chinoise – philippe jandrok / YouTube

Note :

Zero Hedge est un site traitant de finance à Wall Street. Il s’est fait connaître pour avoir révélé en 2009 que Goldman Sachs avait accès à des informations confidentielles concernant le trading algorithmique. En septembre 2009, le site attirait plus de 300 000 visiteurs uniques par mois, le plaçant parmi les blogs de la finance les plus lus au monde. Matt Taibbi cite Zero Hedge comme ayant évalué avec précision le niveau de corruption dans le secteur bancaire, questionnant pourquoi les médias financiers traditionnels n’avaient pas détecté plus tôt la corruption à Goldman Sachs.

Source: Aphadolie

Coronavirus : « Le Covid-19 serait un virus manipulé » – Pr. Luc Montagnier, prix Nobel français de médecine [Vidéos]

17/04/2020

Time : 11 mn 21 / [1]

 

« C’est un travail d’apprenti sorcier », Pr Luc Montagnier

D’après le Professeur Luc Montagnier, virologue et Prix Nobel de médecine, le Covid-19 serait « sorti d’un laboratoire chinois avec de l’ADN de VIH », rapporte CNews.

Pour illustration

Les Etats-Unis annoncent mener une enquête sur l’origine du coronavirus Covid-19 apparu en Wuhan en Chine en décembre dernier, n’excluant pas le rôle d’un laboratoire de Wuhan. Ces révélations, rejointes par un chercheur français, divisent déjà au sein du gouvernement américain alors que la Chine dément formellement.

D’où vient le Covid-19 ?

Cette question n’est toujours pas formellement tranchée. Apparu fin 2019 sans doute dans un marché de plein air de Wuhan, ville de la province du Hubei en Chine, ce type de coronavirus s’est rapidement propagé au point d’avoir contaminé mi-avril plus de 2 millions de personnes dans le monde et provoqué le confinement de plus de la moitié de l’humanité. La thèse, aujourd’hui principalement défendue par les experts et l’OMS, explique que ce virus présent chez les chauves-souris aurait muté pour être transmis à une espèce animale présente sur ce marché. Cette espèce animale, encore non identifiée, aurait ensuite transmis le Covid-19 à l’homme.

Si, en France, des questions se posent sur la propagation du coronavirus et sur les explications apportées par la Chine au début de l’épidémie (« On ne sait pas. Et même, il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas. », a notamment confié Emmanuel Macron dans une interview au Financial Times le 16 avril), aux Etats-Unis, la polémique s’intensifie sur l’origine même de ce coronavirus au point de faire naître des spéculations sur un laboratoire de Wuhan [Voir source]. Voici le point sur ces informations.

Laboratoire de Wuhan : que dit le Washington Post ?

Plusieurs médias américains ont cependant évoqué une toute autre piste ces derniers jours. Deux médias américains, le journal The Washington Post et la chaîne de télévision Fox News, ont en effet relancé l’étrange thèse, d’abord apparue sous forme de rumeurs virales sur le web, autour d’un laboratoire chinois de Wuhan. Le Washington Post assure que l’ambassade des Etats-Unis a alerté à plusieurs reprises le département d’Etat américain il y’a deux ans sur des « mesures de sécurité jugées insuffisantes » dans un laboratoire de Wuhan étudiant les coronavirus chez les chauve-souris. (Voir l’enquête complète du Washington Post sur le laboratoire de Wuhan.)

Laboratoire de Wuhan : l’accusation de Fox News, une enquête du gouvernement

Fox News, plus mystérieux selon l’AFP, évoque « plusieurs sources » pensant que le Covid-19 proviendrait de ce laboratoire (voir l’enquête sur le site de Fox News). Contrairement aux multiples thèses conspirationnistes développées et abondamment reprises sur le web ces dernières semaines, la chaîne proche des conservateurs américains évoque de son côté « un virus naturel ». D’où proviendrait-t-il ? Pour Fox News, il aurait pu fuiter du laboratoire de Wuhan en raison de mauvais protocoles de sécurité. Le mystérieux « patient zéro » du Covid-19 pourrait être, toujours selon Fox News, un employé du laboratoire accidentellement contaminé.

Interrogé sur cette même chaîne Fox News, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avoue que le gouvernement américain a ouvert une enquête sur l’origine du Covid-19. « Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur la façon dont ce virus s’est propagé, a contaminé le monde et a provoqué une telle tragédie. », a-t-il souligné. « Rien que le fait qu’il faille poser ces questions, rien que le fait que nous n’en connaissons pas les réponses, que la Chine n’a pas partagé les réponses, cela en dit long. », a-t-il ensuite jugé. « Ce que nous savons, c’est que ce virus est né à Wuhan, en Chine. Ce que nous savons, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan n’est qu’à quelques kilomètres du marché de rue. Il y a encore beaucoup à apprendre. », a encore insisté le chef de la diplomatie américaine.

D’autres membres du gouvernement démentent la thèse du laboratoire chinois

Il n’en fallait pas plus à Donald Trump pour s’emparer d’un tel sujet polémique mais aussi stratégique dans la guerre d’influence que se mène la Chine et les Etats-Unis. « Je peux vous dire que nous entendons de plus en plus cette histoire. Nous allons voir. », a éludé cette semaine le président américain dans des propos évasifs mais propres à relancer une polémique qui divise au sein même de l’exécutif américain. « Une majorité d’éléments à ce stade indiquent qu’il était naturel, d’origine naturelle. », a ainsi contré le ministre américain de la Défense Mark Esper quand le chef d’état-major Mark Milley a contré ce qu’il juge être des « rumeurs et spéculations ».

Pr Luc Montagnier / Pour illustration

En France, la thèse explosive polémique de Luc Montagnier

Virologue reconnu, récompensé du prix Nobel de médecine en 2008 pour ses travaux sur le virus du Sida, le VIH, le professeur Luc Montagnier a défendu une thèse également polémique dans une interview publiée le 16 avril par le site Pourquoi Docteurs. « C’est une belle légende, ce n’est pas possible. Le virus sort d’un laboratoire de Wuhan. », explique-t-il notamment au sujet du marché aux animaux de Wuhan, source présumée du Covid-19. « Le laboratoire de la ville de Wuhan s’est spécialisé sur ces coronavirus depuis le début des années 2000. Ils ont une expertise dans ce domaine. », affirme-t-il. Luc Montagnier va même plus loin et assure avoir travaillé dans les moindres détails sur la séquence du virus Covid-19. « On a pas été les premiers, puisqu’un groupe de chercheurs indiens a essayé de publier une étude qui montre que le génome complet de ce coronavirus [a] des séquences d’un autre virus, qui est le VIH, le virus du sida. » [Voir source], assure-t-il avant de préciser que l’étude a été dépubliée mais que « la vérité scientifique émerge toujours ». Pour vous faire votre avis, vous pouvez retrouver en cliquant ci-après l’interview audio du professeur Montagnier accordée au site Pourquoi Docteur ?.

La Chine dément la thèse d’une fuite depuis le laboratoire de Wuhan

Le sujet, explosif, a valu une réponse rapide de Pékin par la voix d’un porte-parole de la diplomatie chinoise. « De nombreux experts médicaux réputés dans le monde estiment que l’hypothèse d’une soi-disant fuite n’a aucune base scientifique. », a expliqué Zhao Lijian dans des propos rapportés par l’AFP. Depuis plusieurs semaines, les interrogations et critiques pleuvent sur la Chine, accusée de ne pas avoir fait toute la lumière sur l’origine du virus mais aussi de ne pas avoir assez alerté du sérieux de la situation et de la dangerosité de ce nouveau virus, accusations démenties vigoureusement par le régime chinois. Dans une interview au Financial Times jeudi 16 avril, Emmanuel Macron avait ainsi fait part de ses doutes sur la propagation de l’épidémie en Chine. « La transparence, l’immédiateté de l’info n’a rien à voir, les réseaux ne sont pas libres dans ces pays, vous ne savez pas ce qui s’y passe vraiment. Compte tenu de ces différences, n’ayons pas une espèce de naïveté qui consiste à dire que [la gestion de l’épidémie par la Chine, ndlr] c’est beaucoup plus fort. On ne sait pas. Et même, il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas. »

Voir source [1]

Voir source [1]

Time : 4 mn / [2]

 

https://dai.ly/x7tcp7a

https://dailymotion.com/video/x7tcp7a

https://dailymotion.com/video/x7tcp7a?autoplay=1

Time : 23 mn 46 / [3]

 

Time : 37 mn 51 / [4]

 

La vérité est ailleurs

Pr Luc Montagnier / Pour illustration

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoire_P4

https://en.wikipedia.org/wiki/Biosafety_level

https://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_Montagnier

https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_de_virologie_de_Wuhan

https://www.foxnews.com/world/wuhan-laboratory-china-coronavirus-controversy

https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2493415-laboratoire-de-wuhan-une-enquete-polemique-aux-etats-unis-sur-l-origine-du-coronavirus/

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

Étude révélant la présence des séquences HIV: https://bit.ly/SARS2HIV

[1] Publication scientifique : https://zenodo.org/record/3724003#.XpiUbcgzZPY

Article :

La Rédaction / linternaute.com

Vidéo :

[1] SARS-CoV-2 serait « un virus manipulé par les Chinois avec de l’ADN de VIH » Pr Luc Montagnier ? – L’HEURE DE SE REVEILLER / YouTube

[2] Luc Montagnier affirme que le coronavirus Sars-CoV-2 est un virus manipulé en laboratoire – CNEWS / Dailymotion

[3] Coronavirus – Pr Luc Montagnier [Full version]

[4] Coronavirus – Pr Luc Montagnier [Full version]

Source: Aphadolie

« COVID-19 créé en laboratoire avec le VIH ». Medicine Nobel confirme la recherche indienne divulguée par VT

Révélation éclatante du célèbre virologue français qui a découvert les secrets du SIDA et travaille maintenant à l’Université de Shanghai

«N’ayez donc pas peur d’eux, car il n’y a rien de caché qui ne soit divulgué, ni de caché qui ne soit révélé. Ce que je vous dis dans l’obscurité, parlez à la lumière du jour; ce qui te chuchote à l’oreille, proclame des toits »

Jésus-Christ (Évangile de Matthieu 10, 26)

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio pour VT Italy

VERSION ORIGINALE EN ITALIEN

La bombe a explosé! Après des généraux iraniens, des experts internationaux, des politiciens états-uniens et même un cardinal, c’est maintenant un Nobel de médecine, il a crié ce que toute la communauté scientifique dans son cœur sait peut-être mais n’a pas le courage d’admettre, allant jusqu’à intimider des collègues qui osent le déclarer et le prouver: Covid-19 est un supervirus génétiquement manipulé créé en laboratoire!

La nouvelle est entrée en arrière-plan dans les journaux grand public qui, pendant trois mois, ont non seulement rapporté la thèse « officielle » d’un agent pathogène produit par une évolution naturelle du virus à partir de la chauve-souris chinoise en fer à cheval, mais l’ont également « flattée » en cachant le webmedia qui – comme Gospa News – ont toujours soutenu la validité de la théorie des armes bactériologiques, depuis le premier article, le 5 février 2020.

Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine 2008, aux microphones du podcast français, spécialisé en médecine et santé, «Pourquoi Docteur» a déchiré le voile du silence, a brisé le sépulcre des tabous, accréditant les recherches del’école de Kusuma Biology of New Delhi, retiré par les auteurs mais republié dans le monde entier par moi sur Gospa Newset Veterans Today il y a quelques jours et immédiatement visé par le scepticisme des scientifiques improvisés.

Une recherche indienne sensationnellement et mystérieusement retirée découverte par Gospa News et VT

«Avec mon collègue, le biomathématicien Jean-Claude Perez, nous avons soigneusement analysé la description du génome de ce virus ARN. Nous n’étions pas les premiers, un groupe de chercheurs indiens a tenté de publier une étude montrant que le génome complet de ce virus se trouve dans les séquences d’un autre virus: celui du SIDA. L’équipe indienne s’est rétractée après la publication. Mais la vérité scientifique émerge toujours. La séquence du SIDA a été insérée dans le génome du coronavirus pour tenter de fabriquer le vaccin», a expliqué Montagnier.

Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel de virologie français en médecine en 2008 pour ses recherches sur le SIDA

En 7 lignes, l’un des plus grands experts mondiaux de la médecine fait des «tabula rasa» d’hypothèses quelque peu sibyllines promues jusqu’à présent par des virologues, peut-être même induites par une femme de ménage inquiète de la sécurité nationale face à la confirmation d’une pandémie capable de provoquer 120 mille morts.

Ses paroles ont un poids énorme: parce qu’en 2008, Montagnier a découvert le virus de l’immunodéficience humaine VIH comme cause de l’épidémie de sida à tel point qu’il a remporté le prix Nobel de médecine avec Françoise Barré-Sinoussi et Harald zur Hausen.

«Le coronavirus serait un virus manipulé, sorti accidentellement d’un laboratoire chinois à Wuhan où le vaccin contre le SIDA était à l’étude. Le professeur Luc Montagnier l’a dit», écrit l’Agence italienne de journalisme (AGI), l’un des rares grands médias à avoir fait la une des journaux.

Cependant, il le publie avec moins de preuves par rapport à un autre article sur les déclarations de l’immunologiste états-unien Anthony Fauci, directeur de l’American National Institute of Allergy and Infectious Diseases, qui soutenait constamment l’origine naturelle du virus.

Comme nous l’avons montré dans 12 rapports détaillés sur la théorie des armes biologiques, les États-Unis d’Amérique sont parmi les principaux suspects, avec la Chine, de cette pandémie.

Il est donc compréhensible que le médecin états-unien tente de détourner l’attention de l’hypothèse d’un agent pathogène manipulé par la bio-ingénierie puisque l’expérience la plus dérangeante a été menée par la biosécurité 3 du centre Burnett Womack Biohazard sur le site de Chapell Hill de l’Université de Caroline du Nord ensemble avec le laboratoire de biosécurité 4 de l’Institut de virologie de Wuhan.

Pas seulement. La recherche avait été soutenue par l’institut où Fauci travaille grâce à des «subventions du National Institute of Allergy & Infectious Disease et du National Institute of Aging des États-Unis d’Amérique National Institutes of Health (NIH), de la National Natural Science Foundation of China et du Financement USAID-EPT-PREDICT d’EcoHealth Alliance », comme indiqué dans le résumé publié par Nature Medicine publié dans le rapport no. 9.

L’essai a conduit à «construire un CoV chimérique avec un gène CoV S de chauve-souris (SHC014) dans le squelette d’un CoV du SRAS qui s’est adapté pour infecter des souris (MA15) et est capable d’infecter des cellules humaines».

Les chercheurs Shan-Lu Liu, Linda J. Saif, Susan R. Weiss et Lishan Su ont écrit que dans une étude du 28 février, dans laquelle ils montraient cependant quelques divergences fondamentales, égales à 96% pour environ 5 000 nucléotides, entre ce CoronaVirus «chimérique», c’est-à-dire créé en laboratoire et qui n’existe pas dans la nature, et le véritable agent pathogène actuel de la pandémie de SRAS-Cov-2, ainsi appelé de l’acronyme anglais de Acute Respiratory Severe Syndrome.

Mais dans l’étude sur les supervirus menée principalement dans les laboratoires Chapel Hill de l’Université de Caroline du Nord, mention a également été faite des expériences «similaires à celles utilisant un pseudovirus basé sur le VIH, préparées comme précédemment décrites et testées sur des cellules HeLa (Wuhan Institute of Virology ) que les orthologues de l’ACE2 ont exprimé ».

Au-delà des détails techniques pour les experts en biochimie, il est fait référence au pathogène du SIDA utilisé dans le laboratoire chinois où la pandémie s’est déclarée!

Malgré la différence entre Covid-19 et le supervirus chimérique, rien ne nous empêche de penser que ce «prototype», a ensuite été modifié dans l’un des 25 laboratoires militaires du Pentagone des Etats-Unis d’Amérique, où des projets hautement secrets sont également gérés directement par le Central Intelligence Agencyou dans l’un des 11 sites existants sur le territoire des Etats-Unis d’Amérique uniquement (sur lesquels nous écrirons sous peu), y compris le National Biodefense Analysis and Countermeasures Center – NBACC of the USAMRIID (US Army Medical Institute of Infectious Diseases) à Fort Detrick, Maryland, fermé en juillet dernier pour une mystérieuse perte de biosécurité toujours plus détaillée.

Ou que ce «supervirus chimérique» hautement mortel, tel que le génotype «L» de Covid-19, a pu être traité plus avant à l’Institut de virologie de Wuhan lui-même, autour duquel il y a eu de nombreux décès suspects (dont nous écrirons sous peu), dissimulés par le secret militaire proverbial chinois imposé par le risque d’une peine capitale pour espionnage ou terrorisme.

Laboratoires de biosécurité BSL 4 de l’Institut de virologie de Wuhan en Chine

Montagnier est un virologue célèbre, il était un illustre professeur et chercheur de l’Institut Pasteur à Paris (l’un des premiers à élaborer une recherche sur la première souche CoronaVirus du SRAS en 2003) mais depuis quelques années il travaille dans le plus important centre de recherche de Shanghai, l’Université Jiao Tong.

Par conséquent, il n’est nullement étranger aux questions liées à la Chine et connaît certainement le laboratoire de Wuhan fortement souhaité par l’entourage de l’ancien président Jiang Zemin, leader historique du Parti communiste chinois qui est devenu populaire dans le monde pour les procès internationaux pour violations des droits de l’homme dans le Tibet et pour le surnom de «bourreau de Tiananmen».

C’est en fait Zemin qui a ordonné aux chars d’avancer contre les étudiants qui manifestaient sur la place le 4 juin 1989 pour exiger plus de démocratie. Comme nous le savons, la révolte a été réprimée dans le sang avec environ 10 000 décès jamais confirmés par des sources officielles.

Maintenant, Montagnier non seulement confirme la validité de l’étude indienne sur les traces du VIH à l’intérieur de Covid-19, rapportée par moi dans les passages essentiels de Gospa News et Veterans Today, mais soutient l’hypothèse «moins grave», à savoir celle d’une libération accidentelle du virus génétiquement manipulé.

Le scoop de Pourquoi Docteur avec l’entrevue avec Montagnier

«L’histoire du marché aux poissons est une belle légende mais il n’est pas possible que ce soit seulement un virus transmis par une chauve-souris, c’est probablement à partir de cela qu’ils ont commencé, puis ils l’ont modifié. Peut-être voulaient-ils fabriquer un vaccin contre le SIDA en utilisant un coronavirus comme vecteur d’antigène. On peut dire un travail d’apprentis sorciers. Parce qu’il ne faut pas oublier que nous sommes dans le monde de la nature, il y a des équilibres à respecter», a déclaré Montagnier péremptoirement.

Selon le scientifique, les éléments altérés de ce virus seront cependant éliminés au fur et à mesure de sa propagation: «La nature n’accepte aucune manipulation moléculaire, elle éliminera ces changements contre nature et même si rien n’est fait, les choses s’amélioreront, mais malheureusement après de nombreux décès».

Cela pourrait être corrigé par une intervention humaine: «À l’aide d’interférences, nous pourrions éliminer ces séquences et par conséquent arrêter la pandémie. Mais il faudrait de nombreux moyens», a expliqué le virologue, réfutant ainsi les thèses bizarres sur les radiofréquences qui auraient pu potentialiser le virus.

Le professeur français conclut son discours avec l’espoir que les responsables assumeront leurs responsabilités en niant toute intention de complot.

«Le théoricien du complot est celui qui cache la vérité. Mais je crois que dans ce cas, c’est le gouvernement de Pékin qui a caché des choses. Mais la vérité, cependant, ressort comme je l’ai dit. Mais «errare humanum est», et il n’est pas nécessaire de porter des accusations maintenant ni d’ouvrir des enquêtes. La Chine est un grand pays et j’espère qu’elle sera capable de reconnaître une erreur», a-t-il conclu, tirant les mêmes conclusions sur la libération accidentelle d’un virus manipulé qui appartenait déjà au Dr Francis Boyle, l’ancien consultant de la Maison Blanche sur les bio-armes.

Après tout, l’admission d’une «perte» dans un laboratoire de biosécurité pourrait être la solution la plus simple même pour toute l’intelligence du monde qui ne devrait donc pas enquêter sur la responsabilité d’une éventuelle guerre biologique et «d’un poison disséminé d’un pays riche» comme revendiqué par le Cardinal Métropolitain de Sri Lanka.

Merci mon Dieu, les enquêtes que nous menons vont dans la bonne direction – puisque même un prix Nobel de médecine a confirmé notre scoop sur le VIH dans Covid-19 – mais elles nous conduisent à découvrir l’intrigue cachée de «l’État profond chinois» Qui pourrait également être impliqué pour des raisons géopolitiques dans le complot du Nouvel Ordre Mondial.

Un État Profond encore plus submergé, inquiétant et dangereux que celui des États-Unis d’Amérique que nous avons déjà démasqué en partie du reportage n.6 au numéro 12. Mais dont nous dévoilerons bientôt le tissage…

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS pour VETERANS AUJOURD’HUI uniquement pas de reproduction sans autorisation


SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – ENQUÊTES SUR LES CORONAVIRUS

NOUVELLES GOSPA – LOBBY DES ARMES

AGI – NOBEL MEDICINA: «LE VIH DANS LE SRAS-2»

Détails de l’auteur

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Directeur, Gospa News
Fabio est directeur et éditeur de Gospa News; un journal d’information chrétien. Fabio Giuseppe Carlo Carisio, né le 24/2/1967 à Borgosesia, a commencé à travailler comme reporter puisqu’il n’avait que 19 ans dans la région alpine de Valsesia, Piémont, sa région natale en Italie. Après des études de littérature et d’histoire à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, il est devenu directeur adjoint d’un journal local et spécialisé dans les reportages judiciaires. Pendant une quinzaine d’années, il est correspondant du nord de l’Italie pour les journaux italiens Libero et Il Giornale. Dans le cadre d’enquêtes indépendantes, il collabore avec Carabinieri et Guardia di Finanza dans des enquêtes importantes qui se terminent par l’arrestation d’entrepreneurs de Camorra ou de politiciens corrompus. En juillet 2018, il a trouvé le webmedia de contre-information Gospa News axé sur la géopolitique, le terrorisme, le Moyen-Orient et le renseignement militaire. Il est correspondant d’Italie pour le site d’information français Reseau International. Il travaille depuis de nombreuses années pour le magazine Art & Wine en tant que critique d’art et commissaire d’exposition http://www.art-wine.eu/
https://www.gospanews.net/

redazione@gospanews.net

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : VETERANS TODAY

Massacre en Nouvelle-Écosse: un homme armé est décédé après avoir tué 16 personnes lors des tirs de masse les plus meurtriers au Canada

Des agents de la GRC maintiennent un barrage routier après avoir neutralisé un tireur de la Nouvelle-Écosse © Reuters / John Morris

Au moins 16 personnes, dont un officier, ont été tuées à plusieurs endroits dans la province canadienne de la Nouvelle-Écosse, avant que le tireur ne soit neutralisé lors d’une vaste chasse à l’homme, a annoncé la Gendarmerie royale du Canada.

Le tireur, identifié par la police comme étant Gabriel Wortman, 51 ans, a fait une fusillade dans une zone rurale près de la ville de Portapique tard samedi.

Const. Heidi Stevenson, une vétéran de 23 ans de la GRC et mère de deux enfants, a été tuée en réponse à l’incident du tireur actif, tandis qu’un autre agent de la GRC est hospitalisé pour des blessures ne mettant pas sa vie en danger.

Dans l’ensemble, avant que le tireur ne soit retrouvé, au moins 16 personnes ont perdu la vie, ce qui en fait le tir de masse le plus meurtrier de l’histoire du Canada. Les autorités ont averti plus tôt qu’il pourrait y avoir plus de victimes car elles menaient toujours une enquête.

Mercedes Stephenson

@MercedesGlobal

The RCMP say officers responding to the 911 calls last night found multiple bodies inside and outside of the home they were called to.

Mercedes Stephenson

@MercedesGlobal

« In excess of ten people have been killed » RCMP say, but investigation still ongoing, but aren’t sure if that is the final number. There are still more areas police are investigating.

Les agents ont répondu à plusieurs appels au 911 et trouvé plusieurs victimes à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, a déclaré Chris Leather, l’officier des opérations criminelles de la GRC en Nouvelle-Écosse. Le tireur n’était pas là. La police a déclaré qu’il avait commis plusieurs homicides dans le nord de la province.

« Si vous le voyez, appelez le 911. N’approchez pas », a tweeté la GRC dimanche matin, qualifiant le suspect « armé et dangereux ».

RCMP, Nova Scotia

@RCMPNS

: Gabriel Wortman may be driving what appears to be an RCMP vehicle & may be wearing an RCMP uniform. There’s 1 difference btwn his car and our RCMP vehicles: the car #. The suspect’s car is 28B11, behind rear passenger window. If you see 28B11 call 911 immediately.

Le suspect a mené la police lors d’une longue chasse à l’homme, vêtu au moins partiellement d’un uniforme de police et voyageant dans une voiture ressemblant à un véhicule des forces de l’ordre.

La poursuite a longé l’une des autoroutes les plus fréquentées de la province et s’est terminée près d’une station-service à environ 35 kilomètres au nord d’Halifax vers midi. Le tireur est décédé, a déclaré Leather sans entrer dans les détails. Il a confirmé qu’il y avait eu un échange de tirs.

« Il s’agit de l’un des actes de violence les plus insensés de l’histoire de notre province », a déclaré le premier ministre Stephen McNeil.

RCMP, Nova Scotia

@RCMPNS

51-year-old Gabriel Wortman is the suspect in our active shooter investigation in . There are several victims. He is considered armed & dangerous. If you see him, call 911. DO NOT approach. He’s described as a white man, bald, 6’2-6’3 with green eyes.

Portapique en tant que communauté rurale avec de nombreuses maisons saisonnières. Le nombre de ses résidents, parmi lesquels il y a beaucoup de personnes âgées, varie entre 100 et 250 personnes, selon la saison, selon CBC.

Wortman aurait possédé des cliniques de prothèses dentaires et d’autres propriétés à Portapique. La police a déclaré qu’elle ne connaissait pas encore le motif du déchaînement, mais il semblait être « de nature très aléatoire », car certaines des victimes n’avaient aucun lien avec le tireur.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La vie continue, un peu de détente partagée

Koffi Olomide, Cindy – Le Coeur & Quartier Latin – Dernier Zénith de Paris 2009 HD

https://dai.ly/x7tcp7a

1 Trackback / Pingback

  1. Le Dr Francis Boyle, créateur de la loi américaine sur les armes biologiques affirme que le coronavirus est un e arme de guerre biologique + Pr Luc Montagnier | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :