A la Une

Blague du président des EUA ? Trump ordonne à la marine états-unienne de détruire les bateaux iraniens s’ils « dérangent nos navires »

Image d’archives

(Icon image) Porte-avions des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique en août 2018

Le président des Etats-Unis d’Amérique (EUA) Trump a ordonné à la marine états-unienne de détruire les bateaux iraniens s’ils « harcelaient » les navires états-uniens. La raison en est un incident survenu la semaine dernière dans le golfe Persique au cours duquel des vedettes iraniennes se sont approchées de navires américains.

Le président des EUA a ordonné à la marine de son pays de tirer et de détruire toutes les « canonnières iraniennes » si elles « dérangent nos navires en mer ». En début d’après-midi mercredi de l’heure allemande, le président a écrit sur Twitter:

J’ai demandé à la marine des EUA d’abattre et de détruire toutes les canonnières iraniennes si elles dérangent nos navires en mer.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

I have instructed the United States Navy to shoot down and destroy any and all Iranian gunboats if they harass our ships at sea.

L’annonce de Trump est apparemment la réponse à un incident survenu la semaine dernière dans le golfe Persique. Onze vedettes rapides de la Garde révolutionnaire iranienne se sont approchées des navires de la marine états-unienne et les auraient pressés. L’US Navy parle de « manœuvres dangereuses et ennuyeuses » que les bateaux auraient effectuées contre six navires de guerre états-uniens qui se trouvaient dans les eaux internationales du golfe Persique.

Les bateaux iraniens ont « franchi à plusieurs reprises la proue et la poupe des « navires de guerre américains » à une distance extrêmement courte et à grande vitesse ». Selon le US Central Command, un tel bateau s’est approché d’un navire états-unien jusqu’à environ neuf mètres. Les marins des EUA ont émis plusieurs avertissements qui ont été ignorés. Ce n’est qu’au bout d’une heure que les forces iraniennes se sont retirées.

Une vidéo montre un soldat iranien debout sur une mitrailleuse lourde devant la marine états-unienne.

Téhéran a rejeté les allégations des EUA et a publié sa propre vidéo de l’incident montrant les bateaux faisant le tour des navires états-uniens pendant une heure. Le gouvernement iranien considère les activités de la marine états-unienne dans le golfe Persique comme une provocation et condamne les patrouilles des Etats-Unis d’Amérique comme une « aventure ».

Les États-Unis d’Amérique et l’Iran étaient au bord de la guerre au début de l’année lorsque les États-Unis d’Amérique ont tué le général iranien Qassem Soleimani lors d’une attaque illégale par drone à l’extérieur d’un aéroport irakien à Bagdad.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

 

 

Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a qualifié dans un communiqué de « hollywoodienne » et « factice » la version américaine de ce qui s’est passé le 15 avril dans le golfe Persique.

« Après la publication d’un communiqué de la cinquième flotte de la marine américaine, les déclarations subséquentes des autorités politiques et militaires américaines qui ont prétendu que 11 bateaux du CGRI se sont dangereusement rapprochés le 15 avril 2020 des navires américains dans le nord du golfe Persique, nous conseillons aux Américains de se conformer aux réglementations internationales et aux protocoles maritimes dans le golfe Persique et la mer d’Oman, et de s’abstenir de toute aventure ou récit faux ou contrefait », a déclaré le bureau des relations publiques du CGRI dans un communiqué.

Le communiqué a souligné que la marine du CGRI et les forces armées de la République islamique d’Iran considèrent les comportements dangereux des étrangers dans la région comme une des menaces pour leur sécurité nationale et répondront avec force à toute erreur de calcul.
Fabrice Beaur, expert pour l’ONG EODE et André Chamy, juriste international, s’expriment sur le sujet.

Source: Press TV

La Turquie menace Assad, défie poutine

Un soldat turc patrouillant avec des troupes dans la ville d’Atareb, dans la campagne occidentale de la province d’Alep en Syrie, marche devant un char M-60T, le 19 février 2020. ©AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi le gouvernement syrien de « violation d’un cessez-le-feu dans la région nord-ouest d’Idlib» , prétendant que « Damas utilisait l’épidémie de coronavirus comme une opportunité pour intensifier ses opérations contre les groupes armés à Idlib, a rapporté Reuters.

S’exprimant à Istanbul après une réunion du cabinet, Erdogan a déclaré que la Turquie ne permettrait à aucun « groupe noir » de la région de violer le cessez-le-feu, avertissant que Damas subirait de « lourdes pertes » s’il persistait.

La Turquie et la Russie, qui soutiennent les parties adverses dans la guerre en Syrie, ont convenu le 5 mars de mettre fin aux hostilités dans le nord-ouest de la Syrie.

« Alors que la Turquie maintient son engagement envers l’accord de cessez-le-feu du 5 mars avec la Russie, elle ne permettra aucune agression du régime [syrien] », a prétendu Erdogan cité par TRT.

Erdogan a prononcé des propos interventionnistes sur les affaires intérieures de la Syrie alors que son propre pays vit une crise en raison de la propagation du coronavirus qui a jusqu’à présent infecté plus de 90 980 personnes et en a tué 2 140 autres.

Cela intervient alors qu’une source syrienne a affirmé qu’Ankara cherchait à transmettre le coronavirus au nord et à l’est de la Syrie.

Ardal Kobani, le commandant des Forces démocratiques kurdes (FDS) sur le front d’Aïn Issa dans la province de Raqqa a déclaré dans une interview avec l’agence de presse Hawar (ANHA) que la Turquie envisageait toujours d’occuper le nord et l’est de la Syrie.

« Les signes suggèrent que la Turquie se prépare à lancer une offensive à grande échelle dans le nord et l’est de la Syrie », a-t-il indiqué.

Le commandant des FDS a dit que la Turquie s’est concentrée sur l’occupation des régions du nord et de l’est de la Syrie à un moment où le monde est préoccupé par la lutte contre la pandémie de coronavirus.

« Les occupants [turcs] profitent du statu quo, pour occuper davantage de zones et ciblent délibérément des civils. Les gens résistent sur deux fronts, ils résistent d’une part pour empêcher la propagation du coronavirus et d’autre part, ils résistent aux attaques de l’armée d’occupation turque. L’État d’occupation turc tente de transmettre le coronavirus dans nos régions pour mettre le nord et l’est de la Syrie en difficulté », a ajouté M. Kobani.

Il a poursuivi que nous avons des informations indiquant que des personnes infectées par le coronavirus ont été transférées dans la région de Serêkaniyê (Ras Aïn, Tel Abyad et Afrin), et « elles [les forces à la solde de la Turquie] essaient également de transférer des personnes infectées à Aïn Issa », a-t-il ajouté.

L’agence officielle syrienne SANA a annoncé ce lundi que « les forces d’occupation turque ont fait entrer des équipements logistiques et des armes dans les villages et les localités qu’elles occupent avec leurs mercenaires dans la banlieue de Hassaké ».

Des sources locales ont indiqué à SANA qu’un convoi composé de 40 pick-up qui transportaient des mercenaires terroristes de l’occupant turc, s’était rendu depuis le sud du village de Doueira vers la ville de Ras al-Aïn et s’était orienté ensuite vers les territoires turcs.

Les sources ont souligné qu’auparavant les forces d’occupation turque avaient fait entrer 3 camions chargés de roquettes et d’équipements logistiques via le village de Sukaria vers celui de Dawodiya dans la banlieue nord de Hassaké.

Source: Press TV

Koweït: une vingtaine de militaires américains contaminés

Le camp militaire d’Arifjan au Koweït. (Photo à titre d’illustration)

Au Koweït, une vingtaine de militaires américains ont été contaminés par le coronavirus.

Le quotidien koweïtien al-Qabas a rapporté, mardi 21 avril, qu’une vingtaine de militaires de l’armée américaine déployés dans le camp d’Arifjan ainsi que des ouvriers des sociétés qui travaillaient avec ce camp avaient été testés positifs au coronavirus.

« Les personnes contaminées avaient fréquenté une Philippine chargée de superviser les logements des ouvriers à l’intérieur du camp d’Arifjan », a indiqué le quotidien koweïtien.

Al-Qabas a ajouté que la Philippine et toutes les personnes qui l’avaient contactée ont été mises en quarantaine dans un hôpital du ministère de la Santé.

Les sources ont souligné que l’administration du camp d’Arifjan et d’autres bases ont décidé d’empêcher les ouvriers d’entrer ou de sortir par mesure de précaution pour éviter la transmission de l’infection.

Après avoir contaminé les GI’s en Italie puis en Corée du Sud au point de pousser les troupes US à réduire et à reporter leurs exercices conjoints avec Séoul, le virus qui s’en est d’abord pris aux adversaires des États-Unis à savoir la Chine puis l’Iran a commencé à répandre à une vitesse exponentielle non seulement sur le sol des États-Unis, mais en plus dans les bases militaires et les navires de guerre américains en Asie de l’Ouest.

L’US Navy ordonne la mise en quarantaine aux navires qui ont fait escale dans le Pacifique en raison de « problèmes de coronavirus », ce qui veut dire que les marins auraient très probablement attrapé le virus lorsqu’ils étaient en contact avec les militaires des pays « alliés », la Corée du Sud et le Japon entre autres. C’est pourquoi, tous les navires de guerre que les USA ont mobilisés dans le Pacifique dans le strict objectif de défier la Chine, devront, rester en mer pendant 14 jours afin de surveiller les marins pour tout symptôme de coronavirus.

En Irak, des sources irakiennes non officielles ont rapporté, le 11 avril, qu’entre 22 et 25 soldats américains avaient contracté la maladie Covid-19 dans la base d’Aïn al-Asad.

Selon le site d’information irakien Almaalomah, citant les sources irakiennes, les autorités d’Erbil ont évacué l’un des grands hôtels de la ville pour que les forces américaines en quarantaine y passent leur confinement. Cinq d’entre eux, transférés en soins intensifs, seraient dans un état critique dans un hôpital à Erbil.

Le 25 mars, le membre de la commission de la défense et de la sécurité du Parlement irakien, Badr al-Ziadi, a annoncé qu’un grand nombre de soldats américains avaient contracté le coronavirus. Il a aussi mis en garde contre les déplacements des GI’s dans les villes irakiennes.

De même, un responsable militaire américain a déclaré vendredi 10 avril que 447 personnes avaient été testées positives à la Covid-19 sur le porte-avions Theodore Roosevelt.

Plus tôt, 72 militaires américains déployés en Corée du Sud ont été annoncés positifs au nouveau coronavirus.

Source: Press TV

1 Trackback / Pingback

  1. Blague du président des EUA ? Trump ordonne à la marine états-unienne de détruire les bateaux iranie ns s’ils « dérangent nos navires » | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :