A la Une

Commencement du nouvel ordre mondial ou piratage? – Le plus grand scandale dans le domaine de la confidentialité des données

Douglas Hoyos-Trauttmansdorff – Photo (c) YouTube / Anjobi Videoarchiv, Capture d’écran.

Vienne – Le député libéral autrichien Douglas Hoyos (NeOs) et l’ONG epicenter.works ont dévoilé hier soir ce qui pourrait devenir « le plus grand scandale » dans le domaine de la confidentialité des données de l’histoire de l’Autriche.

Comme le député l’a expliqué aujourd’hui lors d’une conférence de presse, depuis « 22 heures hier soir, ce fichier a été déconnecté. Ainsi, nous avons atteint une première étape, en l’occurrence que les Autrichiennes et les Autrichiens sont devenus un peu plus sûrs » de leurs données. « Il y avait une base de données en libre accès pour quiconque et sur laquelle des données concernant plus d’un million de d’Autrichiens était visible et disponible », a-t-il poursuivi. « Que ce soient Alexander Van der Bellen [le président de la République], Elisabeth Köstinger [la ministre du Tourisme], Karl Nehammer [le ministre de l’Intérieur], Leonore Gewessler [la ministre de l’Environnement], Margarete Schramböck [la ministre des Questions numériques] et de nombreux autres qui ont pris contact avec nous. Je voudrais ici remercier les citoyens qui ont activement pris contact avec nous et nous ont dit qu’il y avait là quelque chose qui ne devrait pas être. C’était particulièrement au début essentiellement des gens concernés personnellement parce que notamment leur adresse était ainsi visible comme par exemple un psychothérapeute travaillant dans les prisons et où ce n’est pas sans risques que son adresse privée soit publique »

« Il y a aussi pleins d’autres gens dans ce fichier, où on ne peut pas vraiment comprendre pourquoi. […] Ainsi, une institutrice de maternelle a pris contact avec moi hier soir qui n’a jamais été à son propre compte et qui figure [dans ce fichier] aussi bien que mon coiffeur […] Il s’agit du plus grand scandale dans le domaine de la confidentialité des données » que l’Autriche ait jamais connu », résume M. Hoyos.

« Les données de plus d’un million de personnes » 

« Il s’agit [de données concernant] plus d’un million de personnes, peut-être même plus […] parce qu’il est peu clair d’où ces données proviennent et qui étaient disponibles librement sur internet. […] Ce fichier existe déjà depuis 2004, depuis seize ans […] et depuis cette date, toutes ces données sont libres d’accès. […] Et de plus, ces données n’ont pas été effacées. Nous avons par exemple le cas d’un citoyen allemand vivant en Suisse – son domicile principal se trouve en Suisse – lequel a été brièvement à son compte en Autriche il y a une dizaine d’années et qui figure encore dans ce fichier, ce qui est un scandale absolu. »

« Aucune base juridique pour que ce fichier soit public » 

 « De notre point de vue, il n’y a aucune base juridique pour que ce fichier soit public. […] À notre avis, au plus tard lors de l’introduction de la réglementation [européenne] sur la confidentialité des données il y a deux ans, le ministère aurait dû commencer à regarder » s’il était lui-même en conformité avec la nouvelle loi. « Il est incompréhensible de voir que des entreprises doivent remplir des standards très élevés [..] tandis que des ministères » ne s’y tiennent pas eux-mêmes. »

« Des données disponibles librement sans le moindre identifiant » 

« Et sur un point précis, il possible de déterminer la responsabilité du présent gouvernement : le fonds d’aide [notamment pour le coronavirus]. Comme vous l’avez peut-être entendu, on a besoin de ce numéro figurant dans ce ‹ fichier complémentaire › pour effectuer une demande d’aide. » Cela signifie qu’au moment où ce fonds d’aide a été mis en place pour la crise actuelle, le ministre et ses collaborateurs « auraient dû observer le déroulement de ce processus. Et au plus tard à ce moment-là, les collaborateurs du cabinet [du ministre] auraient dû regarder ce fichier […] et quiconque aurait la moindre notion de protection des données […] aurait dû voir immédiatement que quelque chose ne tourne pas rond : pas de capture, les données disponibles librement sans le moindre identifiant […] et au plus tard à ce moment-là […] les collaborateurs du ministère auraient dû donner l’alerte. »

« Nom, prénoms, date de naissance et adresse privée » 

« Il ne s’agit pas uniquement des deux ministères mais aussi de la Chambre de commerce [car celle-ci] introduit également des données dans ce fichier. Nous ne savons pas quels données elle y introduit et nous savons pas non plus à quelles données elle a peut-être accès par le biais de ces données. […] Nous savons qu’un certain nombre de données sont visibles pour nous : nom, prénoms, date de naissance et adresse privée, je le souligne bien, l’adresse privée, la dernière adresse privée, c’est-à-dire l’adresse actuelle, même si je ne suis plus à mon compte. Mais peut-être que d’autres données sont aussi stockées dans ce fichier… […] Les ministères ont été alertés d’une manière ou d’une autre et aurait [donc] dû être au courant […] notamment par des citoyens […] qui sont venus à nous parce que les ministères » n’ont pas réagi « à leurs demandes » d’explications et d’effacement de ces données. »

« Ce scandale doit être éclairci au plus vite »

Les autres partis de l’opposition se sont bien naturellement jetés sur cette affaire. « Le ministre des Finances, M. Blümel, ne peut simplement venir nous dire qu’il n’est au courant de rien. […] Ce scandale doit être éclairci au plus vite. On ne peut pas gérer des données sensibles de la sorte », a déclaré le délégué du SPÖ pour les questions économiques, Christoph Matznetter. Cela montre « une fois de plus combien l’ÖVP se préoccupe des droits des citoyens » a renchéri le secrétaire général du FPÖ, Michael Schnedlitz.

Source: Autriche Matin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :