A la Une

Cameroun: US/France, stoppés (Zoom Afrique)

Au Cameroun aussi, l’axe US/France a remis les compteurs à zéro, cherchant à faire renaître la crise fabriquée de toute pièce qu’est la crise anglophone.

Zoom Afrique du 11 mai 2020

L’actualité en Afrique :

  • Le Cameroun cherche un nouveau partenaire pour construire la centrale de Limbe (350 MW), jusqu’ici promise à Eranove
  • La BAD octroie 26 milliards de FCFA pour la construction du pont sur le Logone reliant le Cameroun au Tchad
  • Des experts médicaux militaires chinois partagent leurs expériences de la lutte contre la COVID-19 avec leurs homologues sud-africains

Les analyses de la rédaction :

Cameroun : assassinat du maire de Mamfe, dans le Sud-Ouest anglophone

Partout dans le monde, les conquistadors occidentaux semblent remettre les compteurs à zéro. En Irak et au Levant, Américains et Cie se démènent pour faire revivre Daech, sans grand succès puisque désormais aussi bien en Syrie qu’en Irak, les forces nationales savent comment s’y prendre. Ainsi en Irak, au bout d’une semaine d’attaques sans relâche, les Américains ont été amenés à faire marche arrière en mettant un frein à leurs actes de sabotage contre la formation d’un cabinet. L’Irak vient de se doter d’un nouveau Premier ministre. Idem en Syrie où Daech a du mal à se remanifester. Plus proche de l’Afrique, à savoir en Libye, c’est toujours le même scénario de 2011 qui se répète à cette différence près que cette fois la France et les USA agissent dans l’ombre des Émirats et de la Turquie. Au Cameroun aussi, l’axe US/France a remis les compteurs à zéro, cherchant à faire renaître la crise fabriquée de toute pièce qu’est la crise anglophone. Ainsi, « le maire RDPC (parti au pouvoir) a été tué dimanche 10 mai près de Buéa. La presse mainstream dit que l’attaque qui a coûté la vie à cet élu a été perpétrée par un groupe de combattants séparatistes ambazoniens »; « “le maire Prisley Ojong”, 35 ans, a été lâchement abattu par des hommes armés dimanche autour de 10 heures ». Il se rendait à ce qu’il croyait être un rendez-vous très important, à la rencontre d’un groupe de séparatistes qui lui ont passé un appel, annonçant leur intention de déposer les armes. Le maire n’a pas vu le piège et s’est empressé de se rendre à son rendez-vous, accompagné de deux militaires et de son chauffeur. C’était une embuscade : « sur le chemin, sa voiture a subi des tirs, dont l’une des balles lui a été fatale. Les autres occupants du véhicule s’en sont sortis avec des blessures. »

Ainsi après avoir échoué une fois, l’axe US/France retente le coup. Rappelons que cet assassinat intervient sur un fond épidémique qui a particulièrement écorné l’image des puissances occidentales en Afrique non seulement parce que les Africains ont vu la vulnérabilité de ces dites puissances en termes de gestion de la crise, mais encore par le fait que la Covid-19 a encore une fois prouvé que les puissances atlantistes ne voient en Afrique qu’un continent « à traire », qu’un « continent cobaye », ne serait-ce que par tous ces vols bourrés de malades qu’ils ont eu le culot d’envoyer en Afrique contaminer les Africains, ou les utiliser pour faire avancer leur ridicule campagne de vaccination. Alors pourquoi ce retour à la case départ pour la crise anglophone ? La réponse est claire : les puissances colonialistes sont en déclin et donc à court d’idées. À qui en revient le mérite ? Aux peuples africains qui ont résisté et qui ont déjà largement gagné la bataille.

-Nouveau crime occidental contre le peuple africain : une société israélienne qui dit disposer d’un « remède » à la Covid-19 teste ce médicament au Congo…

Nouvelle bio-Kamikaze contre le peuple africain…

Luc Michel, géopoliticien, revient sur ce scandale. Voici la deuxième partie de son analyse.

Source : Press TV Français

Journal du 9 mai 2020

Moscou et Pékin rejettent la prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran

La Russie et la Chine briseront l’embargo imposé à l’Iran. ©Fars News

« Les États-Unis tentent de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, mais la Chine et la Russie s’y opposeront. Washington n’a aucun problème à contourner les lois afin de réaliser ses intentions », a déclaré lors d’une interview accordée à l’agence de presse Fars, le chercheur du Global Research Center.

L’embargo sur les armes imposé à l’Iran expirera en octobre prochain, mais les autorités américaines, dont le secrétaire d’État, Mike Pompeo, tentent depuis longtemps de le prolonger.

Certains ont laissé entendre que les États-Unis auraient du mal à persuader la Russie et la Chine de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, cependant les délégations de ces deux pays aux Nations unies ne se sont pas encore prononcées là-dessus.

Une autorité européenne a pour sa part déclaré que, de l’avis du Conseil de sécurité des Nations unies, l’action américaine pour activer le mécanisme de déclenchement entraînerait un bras de fer difficile. Même selon un diplomate du Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis échoueront dès qu’ils auront demandé une prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran.

À cet égard, le correspondant de Fars News a demandé lors d’une interview l’avis de Stephan Landman, chercheur au Global Research Center sur l’aboutissement des tentatives des États-Unis de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran et savoir quelle sera l’attitude des membres du Conseil de sécurité des Nations unies notamment la Chine et la Russie face aux actions américaines.

Quelle sera l’attitude des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, en particulier la Chine et la Russie, à l’égard des actions américaines ? Vous pouvez lire cette interview ci-dessous :

Le correspondant de Fars News : Étant donné que les États-Unis peuvent choisir de rétablir toutes les sanctions des Nations unies après avoir échoué à prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, cette décision sera-t-elle approuvée par les États parties prenantes à l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et par les Nations unies ?

Stephan Landman : La Russie et la Chine s’opposent aux politiques américaines envers l’Iran, y compris la prolongation de l’embargo sur les armes [non-balistiques] et l’activation du mécanisme de déclenchement. Il est difficile de prédire ce qu’ils feront à ce sujet.

À mon avis, l’Europe est également opposée aux objectifs des États-Unis, mais comme les pays européens et le Royaume-Uni sont considérés comme des colonies potentielles des États-Unis, il est difficile de prédire ce qu’ils feront à ce sujet.

Ils (les Européens) suivent souvent pas à pas les politiques américaines. Mais l’Allemagne s’oppose à la tentative de l’administration Trump de bloquer l’achèvement par la Russie du projet de pipeline Russian Stream 2. D’autres pays européens soutiennent également le projet.

Le correspondant de Fars News : Certains disent que si l’embargo sur les armes imposé à l’Iran prend fin, la politique de pression maximale des États-Unis contre l’Iran perdra de son efficacité ; à votre avis quelles seront les retombées de la fin de cet embargo pour les États-Unis ?

Stephan Landman : Lorsque l’embargo sur les armes imposé à l’Iran expirera en octobre prochain, je prévois que d’autres reprendront la vente d’armes à l’Iran et que sans l’ombre d’un doute l’administration Trump y régira en brandissant des menaces et par conséquent certains pays reculeront tandis que d’autres poursuivront leur démarche.

Les géopolitiques américaines entraîneront l’échec des États-Unis sur le long terme. Trump est encore pire que ses pires prédécesseurs. Je ne pense pas qu’il puisse briguer un second mandat et j’espère que ce ne sera pas le cas.

Le correspondant de Fars News : Étant donné que les États-Unis tentent de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, quels seront d’après vous les obstacles qui se dresseront devant ce pays ?

Stephan Landman : Les lois n’ont jamais fait obstacle au maximalisme des États-Unis mais l’opposition croissante de leurs alliés contre le plans américains nuit à Washington. En fait, les politiques des États-Unis nuisent à leurs alliés, c’est pourquoi ces derniers continuent de poursuive leur propre chemin.

Le correspondant de Fars News : Quelle sera à votre sens l’attitude des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies en particulier la Chine et la Russie face aux tentatives des États-Unis de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran ?

Stephan Landman : Si les États-Unis proposent une résolution au Conseil de sécurité pour la prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, la Russie et la Chine y opposeront probablement leur veto.

 Source: Press TV Français

1 Trackback / Pingback

  1. Cameroun: US/France, stoppés (Zoom Afrique) | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :