A la Une

NE PAS EN RAJOUTER: La détection précoce de COVID-19 par la France soulève des questions sur l’origine mondiale

Une vraie science émet des hypothèses fortes, interroge, mène des investigations approfondies pour trouver des faits probants et des corrélations certaines susceptibles de faire émerger la vérité, afin de sortir des sentiers battus du charlatanisme anti-scientifique! – Jean de Dieu MOSSINGUE

Par Finian Cunningham

Par Finian Cunningham pour SCF – L’émergence de Covid-19 a été signalée pour la première fois par les autorités chinoises le 31 décembre, comme l’a reconnu l’Organisation mondiale de la santé. Mais cette émergence ne signifie pas nécessairement que la pandémie est originaire de Chine.

Au 30 janvier 2020, un rapport de situation de l’OMS citait près de 8 000 cas de maladie respiratoire dans le monde dans 18 pays différents. À ce stade, la grande majorité des infections se sont produites en Chine. Il a depuis explosé à quatre millions de cas dans pratiquement tous les 194 pays, les États-Unis d’Amérique accueillant de loin la majorité des infections et des décès (80 000 décès cette semaine).

Le début de la propagation de la maladie peut suggérer que la Chine et sa ville centrale de Wuhan sont à l’origine de la pandémie. Il est largement supposé que le nouveau coronavirus résidant chez les chauves-souris ou certains autres mammifères a infecté les humains.

Cependant, le rapport cette semaine qu’un hôpital en France a détecté Covid-19 chez un patient dès le 27 décembre 2019, soulève des questions sur l’origine mondiale. On pensait auparavant que le Français, qui s’est remis de la maladie, souffrait d’une pneumonie. L’hôpital de Paris a re-testé des échantillons biomédicaux de patients et a constaté que l’homme avait en fait contracté Covid-19.

Curieusement, le patient français n’avait pas voyagé depuis l’étranger avant de tomber malade à la fin de l’année dernière. Alors, comment cette conclusion concorde-t-elle avec les allégations selon lesquelles la maladie est originaire de Chine? Il a été émis l’hypothèse que la femme de l’homme qui travaillait près de l’aéroport international Charles De Gaulle pourrait avoir été exposée. Mais elle n’a montré aucun symptôme de la maladie. Son lien de porteur de maladie «asymptomatique» et son contact présumé avec des voyageurs aériens en provenance de Chine sont donc des spéculations ténues.

Les médecins français ne savent pas si le cas de l’homme cité représente le «patient zéro» de ce pays, c’est-à-dire le premier cas de Covid-19 en France. Mais la détection de la maladie en France le 27 décembre est un mois complet avant qu’elle ne soit officiellement enregistrée comme étant arrivée en France. En d’autres termes, on soupçonne maintenant que Covid-19 circulait sans être détecté en France et peut-être dans d’autres pays européens, ainsi qu’aux États-Unis d’Amérique, à la fin de l’année dernière. Bon nombre de ces infections et des décès qui l’accompagnent peuvent avoir été mal identifiés en raison de la grippe saisonnière ou de la pneumonie.

Il est compréhensible que les autorités chinoises soient «défensives», comme le New York Times le titre sournoisement, à propos de la Chine étant décrite comme «l’origine» de la pandémie de Covid-19.

Cette semaine, la Chine a été accusée de « censurer » un article rédigé par l’ambassadeur de l’Union européenne dans le pays. L’article a été publié dans le journal China Daily, mais la mention de «l’épidémie du coronavirus en Chine et de sa propagation ultérieure dans le reste du monde au cours des trois derniers mois…» a été supprimée. Cela a conduit à des récriminations dans les médias occidentaux au sujet de la tentative de l’UE de «censurer» l’État chinois.

Oui, la maladie semble être apparue pour la première fois en grand nombre en Chine fin décembre. Mais il n’est pas encore déterminé comment et où le virus est originaire. Cela nécessitera une étude scientifique plus approfondie. Ainsi, pour la Chine, brider les affirmations selon lesquelles elle est «l’origine» n’est pas nécessairement une censure sinistre, mais plutôt une prudence pour ne pas préjuger.

Ce que nous avons vu, c’est une hâte inconvenante de politiser la pandémie en vue de blâmer la Chine d’avoir infecté le reste du monde.

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump est le plus virulent à blâmer la Chine. Mais l’Australie, la Grande-Bretagne et l’UE ont également contrarié Pékin en exigeant une enquête «indépendante» sur l’origine de la maladie. La conclusion est que la Chine est en faute. Compte tenu de la façon dont les enquêtes dites «indépendantes» occidentales sont sujettes à des préjugés politiques pour parvenir à des conclusions préconçues (le crash de l’avion de ligne MH17 dirigé par les Pays-Bas, par exemple), on ne peut guère s’opposer à la méfiance de la Chine face à de tels appels.

Pourquoi la Chine devrait-elle se soumettre aux demandes occidentales «d’enquête» sur Covid-19 alors que ces demandes occidentales sont toutes à sens unique?

Pourquoi la limiter à la Chine? Des enquêtes internationales seraient certainement méritées pour déterminer l’apparence réelle de Covid-19 en Europe ou en Amérique du Nord. Le cas français de Covid-19 en décembre a été mal identifié car la pneumonie suggère que la maladie était présente en même temps que des cas à Wuhan en Chine.

Ensuite, il y a le cas d’épidémies de maladies respiratoires non identifiées et mortelles à Fairfax, en Virginie, en juillet 2019. Pourquoi les enquêteurs internationaux ne devraient-ils pas être autorisés à pénétrer aux États-Unis d’Amérique pour déterminer la nature précise de ces épidémies? Où sont-ils les premiers incidents de Covid-19, une nouvelle maladie inconnue qui a été identifiée pour la première fois en Chine quelques mois plus tard?

[L’enquête devrait être étendue dans tous les laboratoires secrets détenus et/ou gérés par le Pentagone dans le monde pour qu’elle soit sérieuse et complèteMIRASTNEWS].

L’administration Trump a fait des allégations non fondées que Covid-19 pourrait avoir été libéré par un laboratoire de Wuhan. Aucun élément de preuve n’a été fourni par Trump ou son secrétaire d’État haussier Mike Pompeo. Le consensus scientifique international a rejeté les allégations de Trump comme une «théorie du complot». L’Institut de virologie de Wuhan jouit d’une solide réputation en matière de garanties pour son étude des maladies infectieuses.

Fort Detrick Maryland         Fort Detrick, Maryland, Etats-Unis d’Amérique

On ne peut pas en dire autant du meilleur laboratoire de guerre biologique des États-Unis d’Amérique à Fort Detrick, dans le Maryland, qui a reçu l’ordre de fermer en août dernier par le Center for Disease Control fédéral en raison de préoccupations concernant des contrôles de sécurité de qualité inférieure et du danger de libérer des agents pathogènes mortels. Les scientifiques de l’armée des Etats-Unis d’Amérique étudient-ils de nouveaux coronavirus?

Si le laboratoire chinois de Wuhan peut être touché et enduit sans raison valable, pourquoi ne peut-il pas y avoir un centre de guerre biologique du Pentagone qui a dû être fermé par manque de sécurité? Les responsables chinois ont déjà établi un lien accusatoire avec le personnel des Etats-Unis d’Amérique participant aux Jeux mondiaux militaires à Wuhan en octobre 2019 comme étant une cause possible d’infection.

L’origine de Covid-19 est loin d’être claire. Trump veut faire du bouc émissaire la Chine pour des raisons cyniques évidentes de distraire de sa propre mauvaise gestion désastreuse de la maladie. Le même instinct de bouc émissaire s’applique à d’autres États occidentaux où les gouvernements ont négligé de protéger le public contre des dizaines de milliers de morts.

Des enquêtes sont en effet dues. Mais la détermination de l’origine de Covid-19 ne sera pas faite par des investigations politisées qui présument la faute de la Chine pour la pandémie.

Cet article vous a plu, partagez-le massivement.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

Le vaccin contre le Covid19 pourrait être bien pire que le virus lui-même

MIRASTNEWS

Source : FRN

Coronavirus: le premier cas connu de France « était en décembre »

Un médecin suggère que le virus est arrivé en France près d’un mois plus tôt que prévu

Un patient traité dans un hôpital près de Paris le 27 décembre pour une pneumonie présumée avait en fait le coronavirus, a déclaré son médecin.

Cela signifie que le virus est peut-être arrivé en Europe près d’un mois plus tôt que prévu. [Donc logiquement en Novembre 2019MIRASTNEWS].

Le Dr Yves Cohen a déclaré qu’un écouvillon prélevé à l’époque avait été récemment testé et qu’il était revenu positif pour Covid-19.

Le patient, qui s’est rétabli depuis, a déclaré qu’il ne savait pas où il avait attrapé le virus car il n’avait pas voyagé à l’étranger. [Ce qui suppose que la transmission s’est faite en FranceMIRASTNEWS].

Savoir qui était le premier cas est essentiel pour comprendre comment le virus s’est propagé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dit qu’il est possible que davantage de cas précoces soient révélés, et le porte-parole Christian Lindmeier a exhorté les pays à vérifier les dossiers de cas similaires afin d’avoir une image plus claire de l’épidémie.

Le ministère français de la Santé a déclaré à la BBC que le gouvernement obtenait une confirmation de l’affaire et qu’il envisagerait de nouvelles enquêtes si cela s’avérait nécessaire.

La France n’est pas le seul pays où les tests ultérieurs indiquent des cas antérieurs. Il y a deux semaines, un examen post mortem effectué en Californie a révélé que le premier décès lié au coronavirus aux États-Unis d’Amérique était presque un mois plus tôt que prévu.

Que savons-nous du nouveau cas?

Le Dr Cohen, chef de la médecine d’urgence aux hôpitaux Avicenne et Jean-Verdier près de Paris, a déclaré que le patient était un homme de 43 ans originaire de Bobigny, au nord-est de Paris.

Il a déclaré au programme Newsday de la BBC que le patient devait avoir été infecté entre le 14 et le 22 décembre, car les symptômes du coronavirus mettaient entre cinq et 14 jours à apparaître.

Le patient, Amirouche Hammar a été admise à l’hôpital le 27 décembre, présentant une toux sèche, de la fièvre et des difficultés respiratoires – des symptômes qui deviendront plus tard les principales indications de coronavirus.

C’était quatre jours avant que le bureau des pays de l’OMS en Chine ne soit informé de cas de pneumonie de cause inconnue détectés dans la ville chinoise de Wuhan.

Hammar a déclaré à la chaîne de télévision française BFMTV qu’il n’avait pas quitté la France avant de tomber malade. Le Dr Cohen a déclaré que si deux des enfants du patient étaient également tombés malades, sa femme n’avait montré aucun symptôme.

Mais le Dr Cohen a souligné que l’épouse du patient travaillait dans un supermarché près de l’aéroport Charles de Gaulle et aurait pu entrer en contact avec des personnes récemment arrivées de Chine. L’épouse du patient a déclaré que « souvent, les clients venaient directement de l’aéroport, toujours avec leurs valises ».

« Nous nous demandons si elle était asymptomatique », a déclaré le Dr Cohen.


Qu’est-ce que cela peut nous dire?

Le coronavirus aurait-il pu circuler en Europe fin 2019, plusieurs semaines avant qu’il ne soit officiellement reconnu et déclaré une menace là-bas? Telle est la suggestion faite après qu’un médecin français a révélé qu’il avait traité un patient à Paris avec tous les symptômes du coronavirus juste après Noël.

Comment cela change-t-il ce que nous savons de la pandémie? Il se peut que le résultat du test soit une erreur et ne change donc rien.

Mais si c’est correct, cela pourrait signifier que la propagation de la maladie se déroulait sans contrôle en Europe alors que tous les yeux étaient tournés vers l’Est à Wuhan.

Certes, tous les laboratoires en Europe avec des échantillons de patients malades présentant des symptômes similaires à cette époque pourraient vouloir effectuer un test pour le coronavirus pour voir ce qu’il révèle afin que nous puissions en savoir plus sur cette nouvelle maladie.


En quoi est-ce important?

Jusqu’à présent, ce qui aurait été les trois premiers cas de coronavirus en France a été confirmé le 24 janvier. Parmi ceux-ci, deux s’étaient rendus à Wuhan – où l’épidémie a été détectée pour la première fois – et le troisième était un membre de la famille proche.

Le résultat positif du test de M. Hammar suggère que le virus était présent en France beaucoup plus tôt.

Jusqu’à présent, la première transmission interhumaine en Europe était due à un Allemand infecté par un collègue chinois qui s’était rendu en Allemagne du 19 au 22 janvier.

Rowland Kao, professeur d’épidémiologie vétérinaire et de science des données à l’Université d’Édimbourg, a déclaré que s’il était confirmé, le cas de M. Hammar mettait en évidence la vitesse à laquelle une infection commençant dans une partie apparemment reculée du monde pouvait rapidement semer des infections ailleurs.

« Cela signifie que le délai dont nous disposons pour l’évaluation et la prise de décision peut être très court », a déclaré le professeur Kao.

Comment le nouveau cas a-t-il été trouvé?

Le Dr Cohen a déclaré à la BBC qu’il avait eu l’idée de revenir sur tous les patients qui avaient été dans des unités de soins intensifs suspectés de pneumonie entre le 2 décembre et le 16 janvier.

Il a trouvé 14 patients dont le test de pneumonie était négatif. Il a décongelé leurs échantillons et les a testés pour détecter des traces de Covid-19.

Il a dit que sur les 14 échantillons, un test positif pour les traces de Covid-19. Un deuxième test sur ce même échantillon est également revenu positif. Il a ajouté que le scanner thoracique du patient était également compatible avec les symptômes de Covid-19.

Un rapport complet devait être présenté plus tard cette semaine et serait publié par l’International Journal of Antimicrobial Agents, a ajouté le Dr Cohen.

Cet article vous a plu, partagez-le massivement.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : BBC

Coronavirus: premiers décès aux États-Unis d’Amérique quelques semaines plus tôt que prévu

Getty Images
Image caption Street art in Venice Beach

Une autopsie en Californie a révélé que le premier décès lié au coronavirus des Etats-Unis d’Amérique (EUA) est survenu quelques semaines plus tôt que prévu.

Le premier décès connu aux États-Unis d’Amérique a eu lieu à Seattle le 26 février et le premier en Californie le 4 mars.

De nouvelles informations d’un coroner du comté de Santa Clara modifient cette chronologie.

Les autopsies de deux personnes décédées les 6 et 17 février montrent qu’elles sont mortes avec Covid-19.

Des échantillons des autopsies ont été envoyés aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC), qui ont confirmé la présence du virus, a annoncé mardi le bureau du coroner du comté de Santa Clara en Californie.

La mort d’un troisième individu à Santa Clara le 6 mars a également été confirmée comme étant liée au coronavirus.

« Ces trois personnes sont décédées à la maison à une époque où des tests très limités n’étaient disponibles que par le biais du CDC », a indiqué le communiqué du coroner.

À l’époque, les critères du CDC ne limitaient les tests qu’aux personnes ayant des antécédents de voyage connus et qui présentaient des symptômes spécifiques.

Le communiqué du coroner indique que « nous prévoyons que des décès supplémentaires dus à Covid-19 seront identifiés », car davantage de décès font l’objet d’une enquête dans le comté de Santa Clara.

Le nombre de cas de virus confirmés aux États-Unis d’Amérique a atteint plus de 825 000 [à la date de l’article – MIRASTNEWS]. Au moins 45 000 personnes sont décédées, selon les données de l’Université Johns Hopkins.

Ailleurs en Californie, les responsables de la santé de Los Angeles ont confirmé 1 400 cas supplémentaires de coronavirus dans ce comté, soit une augmentation de près de 10% du nombre total.

Il y a maintenant un total de 15 153 cas à Los Angeles.

Le pic soudain est le résultat d’un «arriéré» de près de 1 200 cas provenant d’un seul laboratoire, selon la directrice de la santé publique, Barbara Ferrer.

«Au cours du week-end, nous avons reçu un arriéré important de résultats de tests d’un laboratoire», a-t-elle déclaré.

« Il s’agit d’un énorme décalage dans la communication des données au ministère de la Santé publique et nous travaillons dur pour nous assurer que nous n’avons pas d’arriérés à l’avenir. »

Cet article vous a plu, partagez-le massivement.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : BBC

Coronavirus: le premier cas confirmé de Covid-19 en Chine remonte au 17 novembre

  • Les dossiers du gouvernement suggèrent que la première personne infectée par une nouvelle maladie pourrait être un résident du Hubei âgé de 55 ans, mais le «patient zéro» n’a pas encore été confirmé
  • Les documents consultés par le Post pourraient aider les scientifiques à suivre la propagation de la maladie et peut-être à déterminer sa source

Le premier cas connu de Covid-19 en Chine remonte à novembre, mais la chasse au «patient zéro» continue. Photo: EPA-EFE

Le premier cas d’une personne en Chine souffrant de Covid-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, remonte au 17 novembre, selon les données du gouvernement vues par le South China Morning Post.

Jusqu’à présent, les autorités chinoises ont identifié au moins 266 personnes infectées l’année dernière, qui ont toutes été placées sous surveillance médicale à un moment donné.

Certains des cas étaient probablement antidatés après que les autorités sanitaires eurent testé des échantillons prélevés sur des patients suspects.

Des entretiens avec des dénonciateurs de la communauté médicale suggèrent que les médecins chinois ne se sont rendus compte de la nouvelle maladie qu’à la fin décembre.

Les scientifiques tentent de cartographier le schéma de la transmission précoce de Covid-19 depuis qu’une épidémie a été signalée dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, en janvier, deux mois avant que l’épidémie ne devienne une crise sanitaire mondiale.

Comprendre comment la maladie s’est propagée et déterminer comment les cas non détectés et sans papiers ont contribué à sa transmission amélioreront considérablement leur compréhension de l’ampleur de cette menace.

Selon les données du gouvernement vues par le Post, un homme de 55 ans de la province du Hubei aurait pu être la première personne à avoir contracté Covid-19 le 17 novembre.

À partir de cette date, un à cinq nouveaux cas ont été signalés chaque jour. Au 15 décembre, le nombre total d’infections était de 27 – la première augmentation quotidienne à deux chiffres a été signalée le 17 décembre – et au 20 décembre, le nombre total de cas confirmés avait atteint 60.

Le 27 décembre, Zhang Jixian, médecin de l’hôpital provincial de médecine intégrée chinoise et occidentale du Hubei, a déclaré aux autorités sanitaires chinoises que la maladie était causée par un nouveau coronavirus. À cette date, plus de 180 personnes avaient été infectées, même si les médecins ne les connaissaient peut-être pas tous à l’époque.

Au dernier jour de 2019, le nombre de cas confirmés était passé à 266, le premier jour de 2020, il était de 381.

Bien que les dossiers du gouvernement n’aient pas été rendus publics, ils fournissent des indices précieux sur la façon dont la maladie s’est propagée à ses débuts et la vitesse de sa transmission, ainsi que sur le nombre de cas confirmés enregistrés par Pékin.

Les scientifiques sont maintenant désireux d’identifier le soi-disant patient zéro, ce qui pourrait les aider à retrouver la source du coronavirus, qui est généralement considéré comme ayant sauté à l’homme d’un animal sauvage, peut-être une chauve-souris.

Sur les neuf premiers cas signalés en novembre – quatre hommes et cinq femmes – aucun n’a été confirmé comme étant «patient zéro». Ils étaient tous âgés de 39 à 79 ans, mais on ignore combien étaient des résidents de Wuhan, la capitale du Hubei et l’épicentre de l’épidémie.

Il est possible qu’il y ait eu des cas signalés remontant à plus tôt que ceux vus par le Post.

Selon le site Web de l’Organisation mondiale de la santé, le premier cas confirmé de Covid-19 en Chine a eu lieu le 8 décembre, mais l’organisme mondial ne suit pas la maladie elle-même mais compte sur les pays pour fournir ces informations.

Sur le site Web de la Chine, le premier cas confirmé de Covid-19 en Chine a eu lieu le 8 décembre, mais l’organisme mondial ne suit pas la maladie elle-même mais compte sur les nations pour fournir ces informations.

Un rapport publié dans la revue médicale The Lancet par des médecins chinois de l’hôpital Jinyintan de Wuhan, qui a traité certains des premiers patients, a fixé la date de la première infection connue au 1er décembre.

Le Dr Ai Fen, le premier dénonciateur connu, a déclaré au magazine People dans une interview qui a ensuite été censurée, que les tests ont montré qu’un patient de l’hôpital central de Wuhan avait été diagnostiqué le 16 décembre comme ayant contracté un coronavirus inconnu.

Les témoignages d’autres médecins semblent suggérer que la communauté médicale de Wuhan a été informée de la maladie fin décembre.

Des rapports précédents ont déclaré que bien que les médecins de la ville aient collecté des échantillons de cas suspects fin décembre, ils n’ont pas pu confirmer leurs conclusions car ils étaient embourbés par la bureaucratie, comme devoir obtenir l’approbation du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, qui pourrait prendre des jours. Il leur a également été ordonné de ne divulguer aucune information sur la nouvelle maladie au public.

Jusqu’au 11 janvier, les autorités sanitaires de Wuhan affirmaient toujours qu’il n’y avait que 41 cas confirmés.

Josephine Ma Josephine Ma


Josephine Ma est rédactrice en chef des informations sur la Chine. Elle couvre l’actualité chinoise pour le Post depuis plus de 20 ans. En tant que correspondante à Pékin, elle a rendu compte de tout, de l’épidémie de Sars en 2003 à l’émeute de Lhassa et aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. Depuis son retour à Hong Kong en 2009, elle est rédactrice en chef depuis près de 10 ans. Elle a un master en études du développement à la London School of Economics et un baccalauréat en langue anglaise à l’Université chinoise de Hong Kong.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : SMCP

Les résultats de l’inspection des CDC révèlent plus sur la suspension de recherche de Fort Detrick

Two soldiers stand guard at the main gate of Fort Detrick in Frederick, Maryland.

Deux soldats montent la garde à l’entrée principale de Fort Detrick à Frederick, Maryland, où se trouve l’Institut de recherche médicale de l’armée américaine sur les maladies infectieuses. (Getty Images / Alex Wong)

24 novembre 2019

The Frederick News-Post, Md. | Par Heather Mongilio

Le premier laboratoire biologique de l’armée à Fort Detrick a signalé deux brèches de confinement plus tôt cette année, ce qui a conduit les Centers for Disease and Control à interrompre ses recherches de haut niveau.

L’Institut de recherche médicale de l’armée des Etats-Unis d’Amérique sur les maladies infectieuses a annoncé vendredi qu’il allait redémarrer ses opérations à une échelle limitée.

Au fur et à mesure qu’il s’efforce de retrouver un statut opérationnel complet, de plus en plus de détails sur les événements conduisant à la fermeture font leur apparition.

Un rapport de constatations d’inspection, obtenu par le News-Post par le biais d’une demande de Freedom of Information Act, détaille certaines des observations trouvées lors des inspections du CDC ainsi que par des employés de l’USAMRIID qui ont signalé les problèmes.

Selon le rapport, les deux infractions signalées par l’USAMRIID au CDC ont montré que le laboratoire de l’Armée de terre n’avait pas « mis en œuvre et maintenu des procédures de confinement suffisantes pour contenir certains agents ou toxines », résultant d’opérations effectuées dans des laboratoires de niveau 3 et 4 de biosécurité. Les niveaux de sécurité biologique 3 et 4 sont les niveaux de confinement les plus élevés, nécessitant un équipement de protection spécial, un débit d’air et des procédures opérationnelles standard.

En raison des suppressions pour se protéger contre la notification de la libération d’un agent dans le cadre du programme Federal Select Agent, le résultat des deux infractions n’est pas clair.

La violation est un «mot chargé», a déclaré le colonel E. Darrin Cox, commandant de l’USAMRIID. Bien qu’il y ait eu une brèche, il n’y a eu aucune exposition, a-t-il déclaré. Personne n’a été exposé à aucun des agents ou toxines.

Chaque fois que USAMRIID détermine qu’il y a une panne des exigences, les employés doivent faire un rapport, a déclaré Cox.

Lorsque les violations ont été signalées, le commandant de l’USAMRIID à l’époque a donné son accord pour cesser tout travail effectué au laboratoire afin que le personnel puisse faire une pause de sécurité. C’était un arrêt volontaire, a expliqué Cox, qui n’était pas alors commandant.

Le CDC a inspecté USAMRIID en juin, dans le cadre d’une réglementation standard qui inclut des visites programmées et non programmées, selon les précédents rapports de News-Post. Le CDC a envoyé une lettre de préoccupation le 12 juillet, suivie d’une lettre de cessation et d’abstention le 15 juillet.

Peu de temps après, l’enregistrement de l’USAMRIID auprès du Federal Select Agent Program, qui réglemente certains agents et toxines, comme Ebola ou les bactéries à l’origine de la peste, a été suspendu. À l’époque, USAMRIID menait des travaux sur Ebola et les agents connus pour provoquer la tularémie, la peste et l’encéphalite équine vénézuélienne.

Qu’est ce qui ne s’est pas bien passé

Le CDC, dans ses conclusions d’inspection, a noté six dérogations à la réglementation fédérale pour la manipulation d’agents et de toxines sélectionnés. L’un de ces départs était les deux manquements.

Un autre départ est que le laboratoire militaire n’a pas systématiquement mis en œuvre des procédures de biosécurité et de confinement. Dans un cas, le personnel a délibérément ouvert la porte de la salle de l’autoclave pendant que l’employé enlevait les déchets biologiques dangereux.

« Cette déviation augmente le risque que l’air contaminé de la pièce [expurgé] ne s’échappe et ne soit aspiré dans la salle de l’autoclave, où les individus ne portent pas de protection respiratoire », selon le rapport.

Le rapport comprend une grande section expurgée pour se protéger contre la publication d’un rapport ou d’une inspection d’une personne enregistrée spécifique qui mettrait en danger la santé ou la sécurité publiques.

Ouvrir la porte était un « incident », a déclaré Cox, pas une des brèches. Il a été constaté par le CDC lors d’une de ses inspections.

La personne qui a maintenu la porte ouverte n’avait pas de mauvaise intention, a-t-il dit.

« Ils ne le faisaient pas pour bafouer ouvertement les règles », a déclaré Cox. « Ils le faisaient pour une raison qu’ils jugeaient raisonnable. Mais je veux dire, il n’était toujours pas conforme aux [procédures opérationnelles standard]. »

Il y a eu d’autres incidents, comme le calage de la porte, qui ont conduit le CDC à déterminer qu’il y avait un échec systématique, a-t-il déclaré.

Pour y remédier, le CDC exigeait que l’USAMRIID s’assure que le personnel était formé. Alors qu’il était sous le coup de la renonciation, l’USAMRIID a examiné sa formation, l’a validée pour s’assurer qu’elle fonctionnait, a formé son personnel et a validé sa formation, a déclaré Cox. Il continuera à surveiller pour s’assurer que la formation continue.

L’une des préoccupations était le système de décontamination des effluents d’USAMRIID. Le laboratoire avait opté pour le traitement chimique après que son système précédent ait été endommagé, selon les précédents rapports de News-Post.

Il reviendra à un système de décontamination thermique, a déclaré Cox.

Les résultats de l’inspection ont également révélé qu’USAMRIID ne disposait pas d’un inventaire complet et précis de ses agents sélectionnés. Cela a été résolu, a déclaré Cox.

Il y avait également des fissures dans la peinture qui ont été fixées, a-t-il dit.

L’inspection du CDC avait également de multiples préoccupations générales qui étaient traitées. Toutes les préoccupations du personnel concernant le non-respect du protocole ont été résolues, a-t-il déclaré.

« Tout dans la lettre [du CDC] a été abordé », a déclaré Cox.

Redémarrage des opérations

L’inscription au programme Federal Select Agent Program a été partiellement levée et USAMRIID pourra travailler sur cinq études portant sur certains agents et retrouver son statut opérationnel complet dans le Laboratory Response Network.

Le Laboratory Response Network est composé de trois laboratoires – un exploité par la Marine, USAMRIID et le CDC. Les trois sont chargés de déterminer le matériel inconnu.

Alors que les opérations ont été fermées à USAMRIID, le laboratoire de l’armée a encore fait du travail. Mais s’il a identifié quelque chose qui relevait du programme Federal Select Agent Program, il a soit stocké le matériel dans le congélateur, comme il l’était avec le reste des agents biologiques sélectionnés ou des toxines dont il dispose, soit l’a envoyé à l’un des autres laboratoires, a déclaré Cox.

Le Laboratory Response Network est mis en place de telle manière que si l’un des laboratoires ne peut pas fonctionner, comme l’USAMRIID ne le peut pas, les deux autres peuvent assumer le travail, a déclaré la porte-parole de l’USAMRIID Caree Vander Linden. Cela s’est produit avec le CDC au plus fort de l’épidémie d’Ebola en 2016, ce qui signifie que USAMRIID a pris plus de travail.

Pendant la suspension partielle, le CDC approuvera les études que les scientifiques de l’USAMRIID souhaitent faire, a déclaré Cox. La direction de l’USAMRIID devra envoyer un aperçu de la recherche proposée, y compris l’agent qu’elle impliquera, entre autres détails. Le personnel du CDC examinera ensuite le plan et interrogera les scientifiques pour s’assurer qu’ils sont formés et peuvent faire la recherche, a-t-il déclaré.

Il n’y a aucune inquiétude concernant la propriété intellectuelle dans le cadre du modèle d’approbation des CDC, a-t-il déclaré. Et il ne pensait pas que cela affecterait les subventions. Au cours de la fermeture, les scientifiques de l’USAMRIID ont pu continuer à rédiger des subventions, entre autres tâches, comme la consultation ou l’éducation, a-t-il déclaré.

Pendant l’arrêt, le personnel a compris l’importance de faire une pause et d’évaluer les procédures opérationnelles standard. Il n’y a pas eu de rotation importante du personnel à la suite de la fermeture.

« Ils comprennent l’importance de la mission », a déclaré Cox.

Mais les scientifiques seront ravis de rentrer au laboratoire, a-t-il déclaré.

Le maire Michael O’Connor et le directeur du comté Jan Gardner ont été informés que l’USAMRIID commencerait certaines de ses opérations dans ses laboratoires de niveau de sécurité biologique 3 et 4.

« De toute évidence, c’est une bonne nouvelle pour l’installation et les recherches qu’ils y effectuent », a déclaré O’Connor.

Il espère que USAMRIID fera des recherches à effectuer selon les normes du CDC, a déclaré O’Connor.

Bob Hawley, qui siège au comité consultatif communautaire du laboratoire de confinement, a déclaré qu’il était « merveilleux » qu’USAMRIID puisse recommencer une partie de son travail.

Il a rencontré Cox et Brig. Le général Talley, commandant de Fort Detrick, qui a décrit les procédures que USAMRIID suivra.

Cox s’est dit « ravi » que USAMRIID puisse recommencer son travail. Ils continueront de travailler avec le CDC jusqu’à ce que la suspension totale soit levée.

Cet article est écrit par Heather Mongilio de The Frederick News-Post, Md. Et a été légalement autorisé via la Tribune Content Agency via le réseau d’éditeurs NewsCred. Veuillez adresser toutes les questions de licence à legal@newscred.com.

[

Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit là d’un laboratoire de recherche militaire en Bio-armes de haut niveau et que certains éléments les plus sensibles ne peuvent être dévoilés, car couverts par le Secret Défense. Il est donc possible que de ce laboratoire soit sorti le Coronavirus COVID-19, même si d’autres pistes ne sont pas à négliger.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Military

Preuve non ambiguë💥 Coronavirus divulgué du laboratoire de Fort Detrick CIA?

Le 10 mars 2020, une pétition pour obtenir des informations sur Fort Detrick a été publiée sur le site Web de la maison blanche. La pétition énumère une série d’événements remarquables, qui mènent à une conclusion: que le coronavirus 2019 a été divulgué du laboratoire d’armes biologiques de la CIA à Fort Detrick des États-Unis d’Amérique. Passons maintenant en revue ces événements marquants.

En juillet 2019, le laboratoire d’armes biologiques de la CIA à Fort Detrick a été fermé par le CDC après l’échec de son inspection de sécurité.

Cela suggère que le CDC était au courant de la fuite de coronavirus dès juin et juillet 2019. Cela explique également pourquoi le CDC n’a pas permis aux médecins de tester les échantillons de grippe pour COVID 19, afin de couvrir la CIA.

En août 2019, des centaines d’Américains sont morts d’une mystérieuse maladie pulmonaire. CDC l’a blâmé sur les e-cigarettes.

En septembre 2019, la soi-disant «grippe» aux États-Unis d’Amérique a tué plus de 10 000 Américains. L’Institut national des allergies et des maladies infectieuses a octroyé à Greffex Inc. un contrat de 18 900 000 $ pour la fabrication du vaccin contre le coronavirus.

Le contrat de vaccination a été signalé par le Houston Business Journal et le New York Post, le 20 février 2020.

En octobre 2019, la CIA a participé à l’événement 2O1, intitulé nCoV-2019, un exercice de pandémie mondiale organisé par les États-Unis d’Amérique.

L’événement 2O1 était intitulé nCov 2019. Il simule une épidémie d’un nouveau coronavirus des chauves-souris aux porcs puis aux humains. L’événement 2O1 a prédit que le coronavirus serait plus transmissible, mais plus doux que le SRAS, exactement comme se comporte COVID 19.

Pendant 10 jours, l’équipe des Jeux militaires des Etats-Unis d’Amérique est restée à WuHan près du marché des fruits de mer de Chine méridionale. La plupart des soldats des Etats-Unis d’Amérique n’ont pas pu jouer à ce jeu à cause de la soi-disant «grippe».

En novembre 2019, COVID-19 a éclaté au South China Seafood Market.

Cette pétition a été supprimée du site Web de la Maison Blanche quelques heures après sa publication.

Donc, vous voyez, la liberté d’expression aux Etats-Unis d’Amérique est un mensonge.

Le faux Chrétien Trump proclame la journée nationale de prière pour les Américains touchés par le coronavirus. Mais leurs prières ne seront pas entendues. Leurs prières ne sont que des abominations insultant Dieu.

Dieu n’entend que ceux qui ont confessé leurs péchés.

Le coronavirus créé par la CIA, a tué 3000 Chinois. Les États-Unis d’Amérique ont non seulement exprimé aucun remords, mais continuent également d’utiliser leur virus pour diaboliser la Chine et le peuple chinois.

Les États-Unis d’Amérique n’ont jamais avoué leurs péchés ni se sont écartés de leur méchanceté. Par conséquent, Dieu ne les entendra pas. Leurs prières ne sont que des abominations insultant Dieu, qui les enverra dans l’enfer éternel.

Source : Grace Bride


Des chercheurs de l’armée à Fort Detrick qui ont aidé à découvrir un traitement contre le virus Ebola cherchent un vaccin contre le coronavirus

https://video.foxnews.com/v/embed.js?id=6145877013001&w=466&h=263Watch the latest video at foxnews.com

Des scientifiques de l’armée à Fort Detrick travaillent sans relâche pour trouver une solution médicale au coronavirus

Les mêmes chercheurs de l’armée ont trouvé des vaccins contre le charbon, la peste et le virus Ebola; Reportage de la correspondante de la sécurité nationale, Jennifer Griffin.

Publié le 30 mars

FORT DETRICK, Md. – Des chercheurs de l’armée à Fort Detrick travaillent rapidement à la culture de lots de COVID-19 pour tester les options de traitement et éventuellement trouver un vaccin contre les coronavirus.

« Ils prennent une partie du virus et le déposent sur les cellules », a expliqué la Dre Kathleen Gibson, chef de la division des services de laboratoire de base à l’Institut de recherche médicale des États-Unis d’Amérique sur les maladies infectieuses [USAMRIID] à travers une triple vitre alors que des chercheurs de l’Armée portaient l’équipement de protection fonctionnait avec le virus mortel. « Ils recherchent le virus qui va réellement tuer des parties des cellules et ils compteront ces parties tuées. »

Ce sont les mêmes scientifiques de l’armée qui ont aidé à développer des vaccins contre l’anthrax, la peste et Ebola. Maintenant, ils ont travaillé en double quart de travail, développant de grandes quantités de virus COVID-19 dans ce complexe de laboratoires tentaculaire.

« Nous avons plus de capacité pour mener plus d’études en même temps », a expliqué le colonel E. Darrin Cox, le commandant de l’USAMRIID. « Nous pouvons gérer les choses en parallèle plutôt que d’avoir à faire les choses séquentiellement, et cela a aidé à accélérer le processus de la science. »

Fort Detrick possède l’un des rares laboratoires du pays disposant d’équipements spécialisés de niveau de biosécurité 4, permettant aux chercheurs de travailler sur les virus les plus mortels.

Il a fallu deux semaines pour faire pousser beaucoup de COVID-19. Il y a un mois, Fort Detrick a reçu son premier flacon de virus des Centers for Disease Control and Prevention [CDC]. Ses scientifiques ont commencé le séquençage génétique du virus, en utilisant également des machines capables de tester rapidement et à grande échelle des médicaments.

« Nous avons une grande capacité pour pouvoir tester un très grand nombre de produits. La plupart des autres endroits n’ont pas cette infrastructure pour pouvoir développer ou tester autant de produits à la fois », selon le Dr John Dye, Chef d’immunologie virale USAMRIID. « Il y a au moins huit sociétés différentes qui développent des vaccins qui peuvent tous être évalués à la recherche de sécurité chez l’homme … Avoir plusieurs tirs au but est notre meilleure chance de pouvoir combattre le virus. »

Des chercheurs de l’armée ont injecté des composés tels que la chloroquine dans des flacons de COVID-19 pour voir comment il a réagi.

« Nous pouvons tester environ 300 médicaments ou composés dans chaque plaque », a déclaré le Dr Sheli Radoshitzky. « Nous ajoutons les composés en utilisant ce système robotique, puis nous transférons les plaques dans un bio-confinement où nous ajoutons le virus. »

Depuis 1969, ce dédale de laboratoires de recherche de l’armée, connu sous le nom de USAMRIID, a servi de laboratoire principal du Département de la défense pour la recherche médicale en défense biologique.

Il a travaillé avec des sociétés de biotechnologie telles que Gilead pour découvrir des médicaments dont Remdesivir – un antiviral pour lutter contre Ebola – qui pourrait fonctionner sur COVID-19. USAMRIID a travaillé avec le CDC, les National Institutes of Health [NIH] et des sociétés pharmaceutiques privées pour commercialiser ces médicaments.

En décembre dernier, un vaccin contre Ebola produit en collaboration avec Merck a reçu sa licence, une étape clé de l’approbation de la Food and Drug Administration [FDA]. Cela a pris plusieurs années, mais ces laboratoires de l’armée ont trouvé la particule clé qui a conduit à la découverte.

CORONAVIRUS: CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Les hommes et les femmes dans ces couloirs ont été parmi les premières bottes au sol lors de la première épidémie d’Ebola.

https://video.foxnews.com/v/embed.js?id=6145873057001&w=466&h=263Watch the latest video at foxnews.com

Les scientifiques de l’armée travaillant avec COVID-19 ont utilisé un équipement de niveau 3 parce que le virus est moins mortel qu’Ebola, mais reste très contagieux.

Un agent de biosécurité a montré à Fox News un sas où les scientifiques se sont décontaminés après avoir travaillé leur quart de travail. Ces douches chimiques à haute pression agissaient comme un lave-auto, les scientifiques se douchant dans leur équipement de protection.

Ces laboratoires de niveau 4 à Fort Detrick sont passés à la recherche COVID-19, doublant leur capacité à trouver des médicaments thérapeutiques et, éventuellement, un vaccin.

« Le vaccin contre l’anthrax … nous avons aidé à développer. Il y a aussi des vaccins contre la peste que nous avons développés ici, ainsi que les vaccins et les traitements contre le virus Ebola. Donc, il y a une longue histoire, au moins 50 ans ici de recherche et le développement de la paillasse au produit clinique final « , a expliqué Dye.

Ils ont utilisé des laboratoires d’éternuement – une technologie inventée par l’armée des Etats-Unis d’Amérique – pour tester la propagation du virus dans l’air.

«Cela vous imiterait et je marcherais dans l’éternuement de quelqu’un. Il y a un tourbillon de virus dans les gouttelettes, donc il n’existe pas seulement dans l’air, mais il se trouve dans de fines gouttelettes de différentes tailles», Maj Sabrina McGraw, scientifique au Centre d’aérobiologie de l’USAMRIID a expliqué: « De grosses gouttelettes atterriraient sur votre bouche et vos yeux, peut-être sur vos mains, sur des surfaces, de petites gouttelettes. Vous les respirez dans vos narines. Certains d’entre eux dépassent vos projections, pénètrent profondément dans les poumons.»

Un vaccin peut prendre 18 mois. Ces chercheurs ont évolué rapidement vers des essais sur animaux utilisant des thérapies connues. Les tests utilisant des furets peuvent éventuellement détenir la clé de la guérison du coronavirus chez l’homme, selon Cox.

« Les petits animaux, le furet est en fait un bon modèle. Et donc, le gène inhibiteur de l’ACE 2 que les furets possèdent est similaire à celui des humains », a déclaré Cox. « Une chose qui se passe en ce moment est la détermination active des modèles animaux appropriés pour poursuivre l’étude de COVID-19. »

Lorsqu’on lui a demandé quel serait son message aux Américains après avoir vu ces scientifiques de l’armée au travail, le secrétaire de l’armée Ryan McCarthy a déclaré: « Ces hommes et ces femmes ont déjà été là et ils ont prévalu … Nous allons trouver ce vaccin et nous allons gagner la fin. »

Covid-19 a-t-il pu naître sur le territoire américain?

Traduction: MIRASTNEWS

Source : FOX News


COVID-19 provient du laboratoire de bio-armes de l’armée américaine à Fort Detrick (qui a été fermé par le CDC en juillet en raison d’épidémies)

COVID-19: Toute vérité a trois étapes :

  • Tout d’abord, elle est ignorée.
  • Deuxièmement, elle est largement ridiculisée.
  • Troisièmement, elle est acceptée comme allant de soi.

Avec COVID-19, nous sommes maintenant entrés dans l’étape 2. Au début, les médias ont ignoré les affirmations et l’analyse selon lesquelles le virus aurait pu provenir des États-Unis d’Amérique. Mais les diffusions d’informations et le retraitement des preuves de tous les côtés, y compris aux États-Unis d’Amérique eux-mêmes, sont devenues trop intenses et maintenant les revendications sont ouvertement ridiculisées dans les médias occidentaux.

En bref, les virologues chinois ont découvert de manière concluante que la source d’origine du virus n’était pas de la Chine, ni de Wuhan, ni du marché des fruits de mer, mais avait été retracée aux États-Unis d’Amérique, un scénario possible étant donné que le virus aurait pu provenir des bio-armes de l’armée des Etats-Unis d’Amérique à Fort Detrick (qui a été fermé par le CDC en juillet en raison d’épidémies), et amené en Chine lors des Jeux militaires mondiaux en octobre 2019.

En outre, les virologues japonais et taïwanais sont arrivés indépendamment à la conclusion que le virus aurait pu provenir des États-Unis d’Amérique.

Les Américains ont fait de leur mieux avant le début pour détourner la culpabilité en créant des histoires de chauves-souris, de serpents, de pangolins, du marché des fruits de mer, l’Université de Wuhan étant une installation de bio-armes (ce qui n’est pas le cas), et le conte de la CIA a fuité via la VOA et Radio Free Asia que le virus a fui de cette université. Ils ont déclaré (en fait) que des chercheurs chinois avaient participé (il y a 7 ans) à des recherches similaires sur les virus financées par le NIH des Etats-Unis d’Amérique, insinuant ainsi en quelque sorte la culpabilité chinoise, ignorant que les recherches antérieures n’étaient pas pertinentes pour les événements actuels.

Je dois dire que les Américains se sont montrés très habiles à saisir le microphone en premier, pour créer un récit « officiel » d’un événement actuel tout en inondant les médias de suffisamment de doigt pour empêcher un public crédule le temps d’assembler logiquement les pièces sur les leurs.

Ils ont ignoré le fait bien réel que peu de nations créeraient ou libéreraient une arme biologique qui s’attaquerait principalement à elle-même. Ils ont également ignoré la probabilité géopolitique d’un «jeu final» – qu’un virus est une arme puissante de guerre économique, capable de faire à l’économie chinoise ce qu’une guerre commerciale ne pourrait pas faire.

Les lecteurs occasionnels ont tendance à ignorer le fait que, dans la mentalité des Etats-Unis d’Amérique, il existe de nombreuses raisons géopolitiques solides pour attaquer la Chine, l’Iran et l’Italie, les autres pays ne constituant que des dommages collatéraux malheureux.

De nombreux articles sur les virus contenant cela et des informations similaires avaient été publiés par des sites d’actualités Internet de deuxième niveau, certains articles ayant gagné un lectorat énorme avec des centaines de milliers de téléchargements et de nombreuses publications. Beaucoup de ces articles ont été traduits en 6 ou 7 langues et publiés sur des sites Web du monde entier. Simultanément, de nombreux messages ont été publiés sur les réseaux sociaux chinois spéculant sur les circonstances étranges et la longue chaîne de coïncidences inhabituelles qui ont conduit à l’épidémie de virus à Wuhan.

L’un des articles susmentionnés a été traduit et publié sur les réseaux sociaux chinois et a recueilli 76 000 commentaires au cours des 8 premières heures. Finalement, les principaux médias chinois ont fait les mêmes affirmations – que le virus aurait pu provenir des États-Unis d’Amérique et que les Américains se livraient à une dissimulation massive.

Coronavirus chinois: une mise à jour choquante. Le virus est-il originaire des États-Unis d’Amérique?

Ensuite, Zhao LiJian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a rendu l’histoire officielle à travers plusieurs publications sur les réseaux sociaux des Etats-Unis d’Amérique. Un article important des médias, dans le NYT, a noté que «les remarques de Zhao ont été diffusées sur la plateforme de médias sociaux la plus importante de Chine, Weibo. . . [et] avait été vu plus de 160 millions de fois, ainsi que des captures d’écran des messages Twitter originaux.

Il semble que les publications de LiJian sur Twitter, étant essentiellement une source officielle qui ne pouvait pas être facilement ignorée, affirmant que le virus avait été importé en Chine des États-Unis d’Amérique pendant les Jeux militaires et exigeant une explication des États-Unis d’Amérique, recevaient trop d’attention du public pour être ignorées. Tout cela a créé une pression politique suffisante pour forcer les médias occidentaux à répondre. Et bien sûr, ils ont répondu en ignorant les faits du message et en jetant le messager.

Le 12 mars, le UK Guardian a publié un article affirmant que la Chine «poussait la propagande» sur le virus en provenance des États-Unis d’Amérique. (1) Le 13 mars, le New York Times a publié un article similaire sur une «conspiration du coronavirus chinois» de fausses allégations concernant la source du virus. (2) Puis, le 14 mars, ABC News a publié un article intitulé «Fausses allégations sur les sources de coronavirus provoquant des frictions entre les États-Unis d’Amérique et la Chine», dans lesquelles cela a ridiculisé la Chine et les allégations d’un virus des Etats-Unis d’Amérique. (3)

Le Seattle Times a publié une version de l’histoire, déclarant: «La Chine pousse une nouvelle théorie sur les origines du coronavirus: c’est une maladie des Etats-Unis d’Amérique. . . introduite par des membres de l’armée des Etats-Unis d’Amérique qui ont visité Wuhan en octobre. Il n’y a pas la moindre preuve pour étayer cela, mais la notion a reçu l’approbation officielle du ministère chinois des Affaires étrangères, dont le porte-parole a accusé les responsables états-uniens de ne pas avoir dit clairement ce qu’ils savent de la maladie.» (4) The UK Independent a publié sa propre version de la «théorie du complot en Chine» (5), tout comme CNN (6).

L’article d’ABC affirmait que «le secrétaire adjoint David Stilwell a donné à l’ambassadeur [chinois] Cui Tiankai une «représentation très sévère des faits», affirmant que Cui était «très défensif» face à cet assaut «officiel » des Etats-Unis d’Amérique. Le département d’État des EUA aurait déclaré: «Nous voulions avertir le gouvernement [chinois] que nous ne tolérerions pas [les théories du complot] pour le bien du peuple chinois et du monde».

Suite à cela, le Washington Post, Bloomberg, et une demi-douzaine d’autres câbles de presse et médias ont contacté cet auteur pour des interviews, désireux d’avoir l’opportunité de saccager cette « théorie du complot » à sa source. L’ambassade des EUA à Pékin a également «tendu la main» à l’auteur «pour en parler».

Si la campagne d’information publique et la pression politique qui en résulte peuvent continuer, nous finirons par entrer dans la troisième étape où les médias commenceront à admettre d’abord la possibilité, puis la probabilité, puis le fait, que les États-Unis d’Amérique soient la source du virus «Chine».

*

Note aux lecteurs: veuillez cliquer sur les boutons de partage au-dessus ou en dessous. Transférez cet article à vos listes de diffusion. Crosspost sur votre site de blog, forums internet. etc.

Larry Romanoff

Larry Romanoff est consultant en gestion et homme d’affaires à la retraite. Il a occupé des postes de direction dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d’une entreprise d’import-export internationale. Il a été professeur invité à l’Université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas en affaires internationales à des classes EMBA supérieures. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l’Occident. Il peut être contacté au: 2186604556@qq.com. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG)

Traduction : MIRASTNEWS

Source : State of the Nation


L’histoire secrète de Fort Detrick, la base de la CIA pour des expériences de contrôle mental

Aujourd’hui, c’est un laboratoire de pointe. Dans les années 1950 et 1960, c’était le centre des expériences les plus sombres du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Stephen Kinzer, le 15 septembre 2019

L’étalement suburbain a englouti Fort Detrick (prononcé DEE-trick), la base de l’armée des Etats-Unis d’Amérique à 80 kilomètres de Washington dans la ville de Frederick, dans le Maryland | Mark Wilson / Getty Images

En 1954, un médecin de la prison du Kentucky a isolé sept détenus noirs et leur a donné des doses «doubles, triples et quadruples» de LSD pendant 77 jours consécutifs. Personne ne sait ce que sont devenues les victimes. Ils sont peut-être morts sans savoir qu’ils faisaient partie du programme hautement secret de la CIA pour développer des moyens de contrôler les esprits – un programme basé sur une base militaire peu connue avec un passé sombre, Fort Detrick.

L’étalement suburbain a englouti Fort Detrick (prononcé DEE-trick), la base de l’armée des Etats-Unis d’Amérique (EUA) à 80 kilomètres de Washington dans la ville de Frederick, dans le Maryland. Il y a soixante-seize ans, cependant, lorsque l’armée a choisi Detrick comme endroit pour développer ses plans super secrets de mener une guerre contre les germes, la zone autour de la base avait l’air très différente. En fait, elle a été choisie pour son isolement. En effet, Detrick, qui prospère encore aujourd’hui en tant que principale base de l’armée pour la recherche biologique et englobe maintenant près de 600 bâtiments sur 13 000 acres, a été pendant des années le centre nerveux littéral de l’empire caché de la CIA sur les produits chimiques et le contrôle de l’esprit.

Detrick est aujourd’hui l’un des laboratoires de pointe du monde pour la recherche sur les toxines et les anti-toxines, l’endroit où les défenses sont développées contre chaque fléau, des champignons des cultures à Ebola. Son rôle de premier plan dans le domaine est largement reconnu. Pendant des décennies, cependant, une grande partie de ce qui s’est passé à la base était un secret bien gardé. Les directeurs du programme de contrôle de l’esprit de la CIA MK-ULTRA, qui a utilisé Detrick comme base clé, ont détruit la plupart de leurs dossiers en 1973. Certains de ses secrets ont été révélés des documents déclassifiés, à travers des entretiens et à la suite d’enquêtes du Congrès. Ensemble, ces sources révèlent le rôle central de Detrick dans MK-ULTRA et dans la fabrication de poisons destinés à tuer des dirigeants étrangers.

En 1942, alarmée par les informations selon lesquelles les forces japonaises menaient une guerre contre les germes en Chine, l’armée des Etats-Unis d’Amérique a décidé de lancer un programme secret pour développer des armes biologiques. Il a embauché un biochimiste de l’Université du Wisconsin, Ira Baldwin, pour exécuter le programme, et lui a demandé de trouver un site pour un nouveau complexe de bio-recherche. Baldwin a choisi une base de la Garde nationale pour la plupart abandonnée sous le mont Catoctin appelée Detrick Field. Le 9 mars 1943, l’armée a annoncé qu’elle avait rebaptisé le camp de campagne Detrick, l’avait désigné comme quartier général des Laboratoires de guerre biologique de l’armée et acheté plusieurs fermes adjacentes pour offrir plus d’espace et d’intimité.

Après la Seconde Guerre mondiale, Detrick a perdu de son importance. La raison était simple: les États-Unis d’Amérique possédaient des armes nucléaires, donc le développement d’armes biologiques ne semblait plus urgent. Cependant, au début de la guerre froide, deux développements apparemment indépendants les uns des autres dans le monde ont stupéfait la nouvelle Agence centrale de renseignement et confié à Detrick une nouvelle mission.

En 1951, Dulles a embauché un chimiste pour concevoir et superviser une recherche systématique de la clé du contrôle de l’esprit.

Le premier était le procès-spectacle du primat catholique romain de Hongrie Joseph Cardinal Mindszenty pour trahison en 1949. Au procès, le cardinal semblait désorienté, parlait d’un ton monotone et avouait des crimes qu’il n’avait manifestement pas commis. Puis, après la fin de la guerre de Corée, il s’est avéré que de nombreux prisonniers états-uniens avaient signé des déclarations critiquant les États-Unis d’Amérique et, dans certains cas, avoué des crimes de guerre. La CIA a proposé la même explication pour les deux: le lavage de cerveau. Les communistes, a conclu la CIA, doivent avoir développé un médicament ou une technique qui leur a permis de contrôler les esprits humains. Aucune preuve de cela n’a jamais émergé, mais la CIA est tombée dur pour le fantasme.

Au printemps 1949, l’armée a créé une petite équipe super secrète de chimistes au Camp Detrick appelée la Division des opérations spéciales. Sa mission était de trouver des utilisations militaires pour les bactéries toxiques. L’utilisation coercitive des toxines était un nouveau domaine et les chimistes de la Division des opérations spéciales devaient décider comment commencer leurs recherches.

Dans le même temps, la CIA venait de créer son propre corps de magiciens chimistes. Des officiers de la CIA en Europe et en Asie capturaient régulièrement des agents ennemis présumés et voulaient développer de nouvelles façons d’éloigner les prisonniers interrogés de leur identité, de les inciter à révéler des secrets et peut-être même de les programmer pour qu’ils commettent des actes contre leur volonté. Allen Dulles, qui dirigeait la direction des opérations secrètes de la CIA et serait bientôt promu à la tête de l’Agence, considérait que son projet de contrôle de l’esprit – d’abord Bluebird, puis Artichoke, puis MK-ULTRA – était d’une importance suprême, la différence entre la survie et extinction des États-Unis d’Amérique.

En 1951, Dulles a embauché un chimiste pour concevoir et superviser une recherche systématique de la clé du contrôle de l’esprit. L’homme qu’il a choisi, Sidney Gottlieb ne faisait pas partie de l’aristocratie à la cuillère d’argent dans laquelle la plupart des officiers de la première CIA ont été recrutés, mais un Juif de 33 ans issu d’une famille d’immigrants qui boitait et bégayait. Il méditait également, vivait dans une cabane isolée sans eau courante et se levait avant l’aube pour traire ses chèvres.

Des officiers de la CIA en Europe et en Asie capturaient régulièrement des agents ennemis présumés et voulaient développer de nouvelles façons d’éloigner les prisonniers interrogés de leur identité | Saul Loeb / AFP via Getty Images

Gottlieb voulait utiliser les actifs de Detrick pour propulser son projet de contrôle mental vers de nouveaux sommets. Il a demandé à Dulles de négocier un accord qui officialiserait le lien entre l’armée et la CIA dans cette poursuite. Selon les dispositions de l’accord, selon un rapport ultérieur, «la CIA a acquis les connaissances, les compétences et les installations de l’armée pour développer des armes biologiques adaptées à la CIA».

Profitant de cet arrangement, Gottlieb a créé une enclave cachée de la CIA à l’intérieur du Camp Detrick. Sa poignée de chimistes de la CIA a travaillé si étroitement avec leurs camarades de la Division des opérations spéciales qu’ils sont devenus une seule unité.

Certains scientifiques en dehors du groupe soudé soupçonnaient ce qui se passait. « Savez-vous ce que signifie une « opération autonome et standard »? » demanda l’un d’eux des années plus tard. «La CIA en dirigeait un dans mon laboratoire. Ils testaient des substances psycho-chimiques et menaient des expériences dans mes laboratoires et ne me le disaient pas.»

Gottlieb a cherché sans relâche un moyen de faire exploser les esprits humains afin que de nouveaux puissent être implantés à leur place. Il a testé une étonnante variété de combinaisons de médicaments, souvent en conjonction avec d’autres tourments comme l’électrochoc ou la privation sensorielle. Aux États-Unis d’Amérique, ses victimes étaient des sujets involontaires dans les prisons et les hôpitaux, dont une prison fédérale à Atlanta et un centre de recherche sur les toxicomanies à Lexington, Kentucky.

En Europe et en Asie de l’Est, les victimes de Gottlieb étaient des prisonniers dans des centres de détention secrets. L’un de ces centres, construit au sous-sol d’une ancienne villa dans la ville allemande de Kronberg, pourrait avoir été la première prison secrète de la CIA. Alors que des scientifiques de la CIA et leurs anciens camarades nazis étaient assis devant la cheminée en pierre pour discuter des techniques de contrôle de l’esprit, les prisonniers des cellules du sous-sol étaient préparés comme sujets d’expériences brutales et parfois fatales.

En 1970, le président Nixon a ordonné à toutes les agences gouvernementales de détruire leurs réserves de toxines biologiques.

Ce sont les expériences les plus horribles que le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique ait jamais menées sur des êtres humains. Dans l’un d’eux, sept prisonniers de Lexington, Kentucky, ont reçu plusieurs doses de LSD pendant 77 jours consécutifs. Dans un autre, les Nord-Coréens capturés ont reçu des médicaments dépresseurs, puis ont reçu des stimulants puissants et ont été exposés à une chaleur intense et à des électrochocs alors qu’ils étaient dans un état de transition affaibli. Ces expériences ont détruit de nombreux esprits et causé un nombre inconnu de morts. Beaucoup de potions, pilules et aérosols administrés aux victimes ont été créés à Detrick.

Frank Olson est l’une des victimes les plus connues des expériences MK-ULTRA. Olson était un officier de la CIA qui avait passé toute sa carrière à Detrick et connaissait ses secrets les plus profonds. Quand il a commencé à songer à quitter la CIA, ses camarades ont vu une menace pour la sécurité. Gottlieb a convoqué l’équipe à une retraite et s’est arrangé pour qu’Olson soit drogué avec du LSD. Une semaine plus tard, Olson est décédé en plongeant d’une fenêtre d’hôtel à New York. La CIA l’a appelé suicide. La famille d’Olson pense qu’il a été jeté par la fenêtre pour l’empêcher de révéler ce qui se préparait à l’intérieur du camp Detrick.

Une décennie d’expériences intenses a enseigné à Gottlieb qu’il existe effectivement des moyens de détruire un esprit humain. Il n’a cependant jamais trouvé un moyen d’implanter un nouvel esprit dans le vide qui en résulte. Le Graal qu’il cherchait lui échappait. MK-ULTRA s’est soldé par un échec au début des années 1960. « La conclusion de toutes ces activités », a-t-il admis par la suite, « était qu’il était très difficile de manipuler le comportement humain de cette manière. »

Néanmoins, Fort Detrick, rebaptisé en 1956, est resté la base chimique de Gottlieb. Après la fin de MK-ULTRA, il l’a utilisé pour développer et stocker l’arsenal de poisons de la CIA. Dans ses congélateurs, il a gardé des agents biologiques qui pourraient causer des maladies comme la variole, la tuberculose et l’anthrax, et un certain nombre de toxines organiques, notamment le venin de serpent et le poison paralytique des mollusques. Il a développé des poisons destinés à tuer le dirigeant cubain Fidel Castro et le dirigeant congolais Patrice Lumumba.

Au cours de cette période, le profil public de Fort Detrick a augmenté de façon inconfortable. Personne ne savait que la CIA y fabriquait des poisons, mais son rôle en tant que principal centre de recherche du pays sur la guerre biologique et anti-récolte est devenu de plus en plus clair. Du milieu de 1959 au milieu de 1960, les manifestants se réunissaient une fois par semaine à la porte. « Aucune rationalisation de la « défense » ne peut justifier le mal de la destruction massive et de la maladie », ont-ils écrit dans un communiqué.

Detrick, sa base indispensable, contient encore des histoires inédites sur la cruauté qui a commencé là-bas.

En 1970, le président Nixon a ordonné à toutes les agences gouvernementales de détruire leurs réserves de toxines biologiques. Les scientifiques de l’armée se sont conformés consciencieusement. Gottlieb hésita. Il avait passé des années à assembler cette pharmacopée meurtrière et ne voulait pas la détruire. Après avoir rencontré le directeur de la CIA, Richard Helms, il a reconnu à contrecœur qu’il n’avait pas le choix.

Un lot, un poison de crustacés extrêmement puissant connu sous le nom de saxitoxine, a cependant échappé à la destruction. Deux conteneurs contenant près de onze grammes de saxitoxine – assez pour tuer 55 000 personnes – étaient dans le dépôt de Gottlieb à Fort Detrick. Avant que les techniciens de l’armée ne puissent les retirer, deux officiers de la Division des opérations spéciales les ont emballés dans le coffre d’une voiture et les ont conduits au Navy Bureau of Medicine and Surgery à Washington, où la CIA a maintenu un petit entrepôt de produits chimiques. Un des assistants de Gottlieb a déclaré plus tard qu’il avait ordonné cette opération sans en informer son patron. Au moment où la saxitoxine a été découverte et détruite en 1975, Gottlieb avait pris sa retraite.

Gottlieb était l’Américain inconnu le plus puissant du 20e siècle – sauf s’il y avait quelqu’un d’autre qui a mené des expériences brutales sur trois continents et avait un permis de tuer délivré par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique. Detrick, sa base indispensable, contient encore des histoires inédites de la cruauté qui a commencé là-bas – à seulement 80 kilomètres du centre du gouvernement qui les maintient scellés depuis des décennies.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Politico

1 Trackback / Pingback

  1. NE PAS EN RAJOUTER: La détection précoce de COVID-19 par la France soulève des questions sur l’or igine mondiale | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :