A la Une

Théorie de la vérité : WUHANGATE – 9 – VIH inséré dans le virus chimérique du SRAS en 2007 (photos). Merci aux Australiens et aux fonds de la Commission européenne

Résumé du rapport

1 – Les mondialistes mettent la main sur le SRAS-VIH OGM dangereux

2 – La Commission européenne de Prodi et l’Australie ont financé les tests de Wuhan

3 – Virus chimériques de type SRAS infectés par le VIH

4 – Stratagene: le kit des mutations génétiques

5 – Vaccin contre le VIH grâce à une grippe

6 – Autres recherches sur le pathogène du SIDA à Wuhan

«S’ils me persécutent, ils vous persécuteront également; s’ils ont observé ma parole, ils observeront aussi la tienne».

Jésus-Christ – Évangile de Jean (15.20)

VERSION ORIGINALE EN ITALIEN

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

«Dans cette étude, un système de pseudovirus basé sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) a été utilisé pour résoudre ces problèmes. Nos résultats ont indiqué que la protéine SL-CoV S est incapable d’utiliser des protéines ACE2 de différentes espèces pour l’entrée des cellules et que la protéine SARS-CoV S n’a pas non plus réussi à se lier à la molécule ACE2 de la chauve-souris en fer à cheval, Rhinolophus pearsonii. D’autre part, nous avons démontré qu’après remplacement d’un petit segment (aa 310 à 518) de Rp3-S par la séquence apparentée de BJ01-S, la protéine CS imite la fonction de BJ01-S en ce qui concerne l’utilisation des récepteurs dans le Système de dosage des pseudovirus du VIH».

Quelques lignes publiées à la page 1900 du vol. 82 du Journal of Virology de février 2008 nie toute la communauté scientifique mondiale.

«Les astuces fonctionnent parfois mais s’autodétruisent toujours», écrit le poète chrétien libanais Gibran Kahlil Gibran.

C’est le «pistolet fumant» qui témoigne de la construction dans le laboratoire d’un CoronaVirus chimérique avec le greffage du pathogène du SIDA qui a eu lieu dans le très lointain décembre 2007 à l’Institut de virologie de Wuhan géré par l’Académie chinoise des sciences.

Maintenant, certains généticiens devraient rechercher «la balle biologique» qui a vraiment déclenché la pandémie actuelle afin de retracer également l’endroit où elle a explosé: accidentellement pour un test qui s’est mal terminé ou volontairement pour une guerre bactériologique planétaire. Et puis voyez si elles coïncident…

S’il est en effet certain que dans le centre de recherche proche de l’épidémie asiatique, ils en savent beaucoup plus qu’ils ne disent – même pour la censure imposée par le régime communiste qui pourrait entraîner la peine de mort pour espionnage – il n’y a aucune certitude que l’acte répréhensible ait eu lieu là et pas plutôt dans les nombreux centres de recherche de l’armée des Etats-Unis d’Amérique ou dans certains pays de l’ancienne Union soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine où le Pentagone, siège du ministère de la Défense à Washington, gère des bio-laboratoires top secrets, même dans l’ombre diplomatique de la CIA, comme souligné dans les rapports précédents.

Il suffit de regarder la vidéo déclassifiée de l’US Navy sur la guerre biologique datée de 1952 et publiée exclusivement par Gospa News pour se souvenir de l’énorme potentiel du Pentagone.

Aujourd’hui, cependant, nous avons la preuve irréfutable qu’un organisme génétiquement modifié avait déjà été conçu en Chine il y a 13 ans, avec des caractéristiques biologiques moléculaires analogues à celles trouvées par d’illustres scientifiques dans les séquences génomiques de souche virale du nouveau SRAS-CoV-2 dévastateur et hautement mortel.

Mais ces courageux chercheurs ont été boycottés et disqualifiés par les médias et leurs collègues qui ont banalement soutenu la thèse d’une présence désinvolte des traces du VIH, par d’autres qui ont même menti en niant l’existence de tests similaires et par d’autres qui ont affirmé l’engagement d’insérer un virus dans un autre trop complexe et trop cher.

C’est la seule vraie déclaration, mais les centaines de millions de dollars d’affaires qui ont été créées autour du génie génétique et des biotechnologies sont maintenant si tourbillonnantes qu’elles justifient un financement énorme, même de la part d’institutions éloignées comme l’Union européenne

Ce n’est que la première, par ordre chronologique, des expériences menées à Wuhan avec un supervirus chimérique obtenu entre ces deux pathogènes, donc défini recombinant. En fait, il y en a d’autres réalisés par la suite dans le laboratoire de la province du Hubei avant même qu’en 2015 il obtienne la certification de biosécurité BSL-4.

1 – LES MONDIALISTES DONNENT UN COUP DE MAINS SUR LE SRAS OGM-DANGEREUX OGM

Beaucoup d’entre elles, comme nous l’avons déjà vu dans le rapport «CoronaVirus Bio-Weapons 9» et plus en détail dans «WuhanGate 4 et 5», ont été menées avec le soutien de l‘agence gouvernementale des Etats-Unis d’Amérique USAID, l’outil du puissant Central Intelligence. L’Agence pour les opérations financières à l’étranger visait également les coups d’État masqués (le soi-disant changement de régime pour la démocratie), et avec la contribution du NIAID, le National Institute Alergy Infective Diseases dirigé par le désormais lugubriquement célèbre Anthony Fauci.

Mais dans l’océan des études de virologie, nous en avons trouvé une douzaine avec l’utilisation de la combinaison brûlante du SRAS et du VIH, également réalisée auparavant: à Pékin en 2004 et 2005, à New York en 2005, en Suisse et à Taiwan en 2006.

Pandémie d’Armes biologiques – 9. Supervirus créé par les États-Unis d’Amérique pendant le gouvernement d’Obama: 89 souches CoVid dans les tests les plus secrets de la CIA

Cela s’est produit pour une raison très simple que j’essaie d’expliquer même aux lecteurs sans compétences techniques. Les réactions de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), identifiée comme le récepteur de la protéine S (Spike) qui devient le «tueur» qui permet au virus SARS-Cov (la souche 1 isolée en 2003) d’attaquer les cellules humaines, ont été testé avec l’immunodéficience humaine VIH-1 en tenant compte de l’affinité entre les deux agents viraux de la grippe / pneumonie et du SIDA.

Mais si tout cela est si évident, pourquoi la théorie exprimée par le virologue français Luc Montagnier qui a remporté en 2008 le prix Nobel de médecine juste après avoir découvert le fonctionnement de l’immunodéficience humaine et avant, entre 1982 et 1985, les souches virales des virus VIH-1 et VIH-2, a été rejetée par la communauté scientifique?

Qui mieux que lui, dans le monde, peut prétendre avoir identifié des insertions du virus du sida dans le SRAS-CoV-2, qui a infecté jusqu’à présent plus de 4,6 millions de personnes et tué (aggravant directement ou indirectement des maladies préexistantes) plus de 309 mille dans le monde?

Très simple: parce que dans ces recherches risquées de vaccins potentiels, qui peuvent également être utilisés comme armes biologiques grâce à l’amélioration des supervirus de laboratoire pour les tests, de nombreuses nations du monde et les plus grandes institutions internationales ont pris la main.

Cela est confirmé par l’expérience de 2007 réalisée non seulement par l’Institut de Wuhan de l’Académie chinoise des sciences mais aussi par le Laboratoire de prolifération cellulaire du ministère de l’Éducation du Collège des sciences humaines de l’Université de Pékin, par la East China Normal Université de Shanghai, de l’industrie agroalimentaire australienne CSIRO Livestock et du Centre australien de recherche coopérative en biosécurité pour les maladies infectieuses émergentes à Geelong.

Cette expérience du centre de recherche de la province du Hubei a également été financée en grande partie par les Chinois, par le biais du ministère des Sciences et de la Technologie, de l’Académie des Scienses et de la Fondation nationale des sciences de la nature de Chine pour la recherche créative, mais aussi par l’institution d’Océanie que je viens de mentionner et d’une du Vieux Continent

Laboratoire Bsl 4 de l’Institut de virologie de Wuhan

Eh bien oui, chers concitoyens de l’Union européenne, le laboratoire le plus suspect de la planète, le désormais tristement célèbre Institut de virologie de Wuhan, nous l’avons également aidé avec nos contributions fiscales!

Même Bruxelles, en fait, a soutenu la recherche sur ces supervirus chimériques appelés SARS-Like (codés SL) potentiellement mortels comme celui qui s’est retrouvé sous les projecteurs du Leonardo Scientific TG3 de RAI3 Italian TV pour une étude de 2015 et qui est devenu virale dans les médias après le déclenchement de la pandémie.

Comme nous l’avons signalé dans un autre article, en réalité, les études sur les supervirus étaient au moins 2 mais gérées par Wuhan en collaboration avec l’Université de Caroline du Nord (qui en a réalisé une principalement dans ses laboratoires) grâce à l’immense et inconnu archives de «virus chimérique» et d’autres matériels génétiques infectés par des brevets par les Chinois, pour cette raison un partenaire international dans la recherche biologique.

La nouvelle que vient de publier le British Daily Mail selon laquelle le gouvernement de Pékin a reconnu avoir détruit des échantillons de CoronaVirus le 3 janvier est donc peu pertinente. Dans la documentation en notre possession, nous avons compté 27 de ces SL génétiquement modifiés. Parce que les virus sauvages isolés des chauves-souris en fer à cheval dans le projet USAID seraient d’environ 160.

WUHAN-GATES – 5. La FDA accepte GILEAD Antiviral: Joue grâce à l’OMS, au Chinese Lab & Soros. Tests de tueur de bio-armes avec la CIA et le Pentagone

Mais ce n’est pas le Parlement européen qui a mis une arme potentiellement mortelle entre les mains des scientifiques cyniques du Parti communiste chinois. Non. C’est cet organe technique de nomination politique appelé la Commission européenne à travers un projet spécifique appelé Programme EPISARS dont, mystérieusement, presque toutes les traces sur le web ont disparu…

L’OMS imposera le vaccin du COVID en Afrique Après son assemblée générale : les africains doivent refuser fermement et sans ménagement

Et comme la mauvaise nouvelle pour l’Italie ne manque jamais, cela me fait mal – mais cela ne m’étonne pas – de devoir souligner que le projet a été lancé juste au moment où un Italien, Romano Prodi, a été nommé à la présidence de la CE, nommé pour conduire le «Conseil des ministres de l’UE grâce au soutien politique des partis de centre gauche de L’Ulivo (Olivier), aux excellentes relations avec son prédécesseur Mario Monti, un lien entre la politique, les spéculateurs de la haute finance et le consortium Bilderberg, et enfin le roi des mondialistes internationaux.

CoronaVirus: urgence en Italie dans les griffes du hall de McKinsey avec Bilderberg, BCG, Gates et CIA

Je me réfère à l’alliance stratégique avec le ploutarque occulte George Soros, manipulateur de dizaines de députés mais surtout financier du Parti démocrate des Etats-Unis d’Amérique qui avec le président Barack Obama a lancé le plan de 10 vaccins obligatoires pour l’Italie. Just Gospa News a découvert que le philanthrope autoproclamé de la New York Open Society est également un grand actionnaire de la Big pharma californienne Gilead: celui qui fait de l’argent sur la pandémie grâce à un rétroviral né précisément pour lutter contre le VIH comme le montre le dossier précédent.

La controverse Honoris Causa confiée à Soros par la Faculté des sciences économiques de l’Université de Bologne présidée par Stefano Zamagni, directeur de l’Olivier pour les politiques sociales et les ressources humaines, a suscité de nombreuses controverses le 30 octobre 1995. Cela s’est produit devant Prodi, candidat et futur premier ministre de gauche en 1996, se réjouissant également de la préface de la version italienne du livre du magnat hongrois, détesté par de nombreux Italiens pour avoir mené des spéculations sur la lire qui, en 1992, a fait exploser la dette publique. Mais nous parlerons davantage de ces sinistres intrigues politiques dans un prochain reportage encore plus déroutant.

2 – LA COMMISION PRODI DE L’UE A FINANCÉ LES ESSAIS À WUHAN

Et bien le 1er avril 2004 la commission Prodi dont Monti lui-même était membre, a mis de côté un budget de près de 2 millions d’euros (exactement 1 906 539 euros dans la subvention n ° 511063) pour aider la Chine dans ses recherches sur le SRAS: le syndrome respiratoire sévère qui, en 2003, a tué 814 personnes en Asie infectant plus de 80 000 personnes et faisant encore plus peur aux gens. Cela s’est rapidement produit comme si l’État Profond souhaitant vraiment imposer le Nouvel Ordre Mondial l’avait méticuleusement conçu

«Y avait-il d’autres CoV «humains» capables d’induire des maladies respiratoires? Aurions-nous les outils de diagnostic appropriés pour différencier le SRAS de la grippe, lors d’infections respiratoires aiguës? Les anticorps neutralisants joueraient-ils un rôle de protection contre la réinfection; si oui, une telle immunité serait-elle à long terme, sachant le déclin rapide de l’immunité protectrice associée à d’autres CoV humains?» ce sont les questions que EPISARS a posées dans le projet en répondant dans le document final.

Ancien président de la Commission européenne Romano Prodi

«L’épidémie de SRAS a été exemplaire en ce qu’elle a permis à la communauté scientifique et de santé publique d’étudier l’émergence d’un virus dans les populations humaines à une époque où des outils épidémiologiques et virologiques étaient disponibles pour des études approfondies. Les résultats ont été remarquables, avec la maîtrise de l’épidémie en six mois. EPISARS a considérablement contribué à ce résultat, notamment avec l’identification des chauves-souris en fer à cheval en tant que réservoirs pour les coronavirus de type SRAS, et avec la documentation du rôle crucial joué par les civettes palmistes masquées dans la propagation de la maladie à l’homme. Inutile de dire que notre contribution, bien que très importante, est un effort gigantesque réunissant des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des systèmes nationaux de surveillance sentinelle et des laboratoires de premier ordre». Une pure rhétorique pompeuse des pires auto-célébrations…

WUHAN-GATES – 4. «Covid-19 manipulé, CHINE-EUA Affaire Cachée». Recours collectif pour une arme biologique au Texas

À en juger par les 309 000 morts aujourd’hui, on soupçonne à juste titre que le programme a plutôt contribué à créer, plutôt qu’à prévenir, de nouvelles épidémies! En effet, il a certainement stimulé ces expériences jugées dangereuses et éthiquement douteuses par le professeur Montagnier pour la combinaison virale SRAS-VIH, détectée dans la nouvelle souche CoronaVirus de la pandémie actuelle également par un groupe de scientifiques indiens de la Kuzuma School of Biology à New Delhi qui selon le lauréat du prix Nobel, ils ont ensuite été « contraints de se rétracter » de l’étude publiée.

Montagnier, aujourd’hui chef du département de l’Université Tao Jong de Shanghai où il réside actuellement, a été directeur de l’unité de virologie du célèbre Institut Pasteur à Paris jusqu’en 2000, devenant plus tard académicien émérite du CNRS de cette université.

Savez-vous qui était la personne de contact de l’Union européenne pour le projet EPISARS à l’Institut de virologie de Wuhan? Juste l’institut Pasteur, qui a cependant supprimé toutes les informations sur ce programme telles qu’elles apparaissent sur le site Internet de Cordis, le seul dans l’UE à signaler quelques nouvelles car même l’adresse Internet officielle EPISARS n’est plus joignable…

WUHAN-GATES – 3. «COVID-19 créé en laboratoire avec le VIH». Medicine Nobel confirme la recherche indienne divulguée par Gospa News

Il est donc très probable que le lauréat du prix Nobel en sache beaucoup plus que ce qu’il a révélé dans les entretiens et publié dans son étude officielle sur Research Gate depuis l’ouverture du laboratoire de Wuhan en 2004 également grâce à une collaboration de la Chine avec la France, qui a ensuite été remplacé en 2009 par l’agence gouvernementale des Etats-Unis d’Amérique USAID grâce au projet PREDICT 2.

Il a également été financé par Eco HealthAlliance, une ONG privée de New York soutenue par le géant pharmaceutique Johnson & Johnson, condamné à plusieurs reprises pour de graves violations, ainsi que par des universités états-uniennes, chinoises et saoudiennes comme décrit dans WuhanGate 1. Le même plan, cependant, comprend parmi les partenaires mondiaux, l’Organisation mondiale de la santé, le NIAID de Fauci, capable de fournir 3,7 millions de dollars à Wuhan, et le CDC (Centre pour la prévention et le contrôle des maladies).

3 – VIRUS CHIMÉRIQUES SARS INFECTÉS PAR LE VIH

Dans le rapport WuhanGate 8, nous avons publié un aperçu mondial des recherches d’un autre professeur français, Pierre Bricage, qui a non seulement démontré la validité de la thèse de ses collègues en Inde sur les traces du VIH dans le SRAS-Cov-2, mais a ajouté des détails analytiques surprenants grâce à sa grande expérience à la tête de la génétique moléculaire qui lui a permis de devenir directeur du Département de génie biologique de l’Université de Pau (Beaume, Pyrénées-Atlantiques) et professeur également pour l’OTAN.

«Ce virus ne pouvait pas avoir émergé spontanément par des mutations naturelles et des recombinaisons de souches sauvages, il s’agit d’une chimère génétique avec des insertions artificielles de gènes modifiés, un génome artificiel d’un coronavirus au sein d’une capside d’un virus de l’immunodéficience humaine (VIH)» a écrit dans son étude dans lequel il élabore une hypothèse biochimique si parfaite en décrivant les différentes létalités de la pandémie actuelle pour raviver la suspicion que le nouveau CoronaVirus pourrait être une arme bio-génétique calibrée pour cibler les groupes ethniques d’une manière différente, comme le soutiennent des experts autorisés.

Professeur émérite Pierre Bricage, ingénieur biologique expert en génétique moléculaire et ancien maître de conférences OTAN

«N’est-il pas possible de faire un coronavirus biomimétique du VIH? N’est-il pas technologiquement possible de modifier un ancêtre du SRAS-CoV-2 pour produire un coronavirus biomimétique du VIH afin de développer un vaccin potentiel contre le SIDA (Du et al., 2009)?» Le professeur Bricage mentionne ensuite certaines recherches de manière générique (à l’exception d’une dont nous discuterons séparément car elle est enveloppée d’un énorme mystère).

Ici, cependant, nous analyserons en détail ceux où le soi-disant recombinant basé sur des virus chimériques créés en laboratoire et donc appelé SARS-Like, tous paraphés SL, apparaît, toujours à partir des expériences menées en 2007 à Wuhan grâce à des fonds de la Commission européenne. Le texte de l’étude «Différence d’utilisation des récepteurs entre le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le coronavirus de type SRAS d’origine chauve-souris» est une preuve d’incrédulité…

«Nous avons cloné et exprimé le gène ACE2 de la chauve-souris R. pearsonii et examiné les capacités des protéines ACE2 de l’homme, de la civette de palme et de R. pearsonii à soutenir l’infection par des pseudovirus à base de VIH contenant différentes constructions de protéines S. Nos résultats ont indiqué que la protéine de chauve-souris SL-CoV (Rp3) S n’est pas en mesure d’utiliser ACE2 pour l’entrée cellulaire, quelle que soit l’origine de la molécule ACE2. Nous avons également démontré que le SARS-CoV S humain ne peut pas utiliser le RpACE2 chauve-souris comme récepteur fonctionnel. D’autre part, nous avons démontré qu’après remplacement d’un petit segment (aa 310 à 518) de Rp3-S par la séquence apparentée de BJ01-S, la protéine CS imite la fonction de BJ01-S en ce qui concerne l’utilisation des récepteurs dans le Système de dosage des pseudovirus du VIH».

Construction et analyse fonctionnelle de pseudovirus dérivés de différentes constructions de protéines CS. (A) Présentation schématique des constructions de la protéine SARS-CoV S humaine (BJ01-S), de la chauve-souris SL-CoV S (Rp3-S) et de différentes protéines CS. Les nombres dans les indices indiquent les emplacements des acides aminés des séquences BJ01-S utilisées pour remplacer la région correspondante de Rp3-S. La boîte ouverte indique l’emplacement du RBM.

Pour nous, profanes de biochimie, nous ne comprenons pas beaucoup le langage technique. Il suffit de savoir que la combinaison entre les deux pathogènes puissants et létaux est sans doute évoquée, mais surtout qu’il s’agit du remplacement de petits segments faisant référence à l’anticorps BJO1-S humanisé basé sur le VIH.

Inévitable que les mots de Bricage me reviennent en référence à l’analyse du SRAS-Cov-2 qui, nous le répétons, ne peut pas être considéré comme l’héritier génétique de celui de 2007 qui vient d’être décrit, sans comparaison moléculaire, mais il aurait été créé d’une manière analogue selon neuf indiens et deux scientifiques français…

WUHAN-GATES – 8. «SRAS-2: Virus OGM construit avec le VIH». Un bio-ingénieur, ancien professeur de l’OTAN, a détruit la théorie de l’origine naturelle

«Les changements observés dans ses séquences protéiques (3 inserts provenant de gp120 HIV et 1 insert de HIV gag) augmentent tous la densité des charges positives à la surface de ces molécules. Un tel changement non aléatoire implique l’utilisation d’un outil logiciel d’ingénierie des protéines pour dépister les modifications génétiques avant de les faire», a écrit le bio-ingénieur sur la pandémie de Covid-19.

4 – STRATAGENE, LE KIT DES MUTATIONS GÉNÉTIQUES

Au moins aujourd’hui, nous savons que ces outils Wuhan les avaient déjà dès 2007, où nous pouvions conclure l’article ici, mais les liens avec d’autres études sont intéressants. Pour accéder aux découvertes d’aujourd’hui, j’ai tourné les yeux vers l’ordinateur et la tablette en lisant les titres et en parcourant des dizaines de recherches.

Au final, j’ai découvert que de nombreux secrets de la biologie moléculaire se trouvent dans les notes sous la rubrique Matériaux et méthodes: les «pseudovirus à base de VIH ont été préparés comme décrit précédemment (37)» indique un lien qui nous ramène dans le temps vers la capitale de la Chine.

La recherche date de 2005 et s’intitule «Identification de deux résidus d’acides aminés critiques de la protéine de pointe du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère pour sa variation dans la transition du tropisme zoonotique via une stratégie de double substitution» et nous ne mentionnons qu’un exemple de passage.

La ricerca è del 2005, si intitola «Identificazione Di Due Residui Di Aminoacidi Critici Della Grave Sindrome Respiratoria Acuta Proteina Spike Di Coronavirus Per La Sua Variazione Nella Transizione Del Tropismo Zoonotico Doppia strategia di sostituzione» et ne citiamo solo un passaggio esemplaggio esempl

«Virus pseudotypés – Des virus pseudotypés VIH-luc / SRAS ont été générés comme décrit précédemment (23, 24). En bref, 10_g de pNL.4.3.Luc.E_R_ (HIV-luc) (25) et 10_g de gêne S ou de ses plasmides exprimant des mutants ont été co-transfectés dans 2_106 293T par la méthode standard de précipitation au phosphate de calcium (26). Les gènes Plasmides-Mutant S ont été générés par mutagenèse dirigée dans le contexte du plasmide d’expression pTSh (17, 23, 24), qui contient le gène BJ01 S humanisé à l’aide d’un kit QuikChange (Stratagene). Pour construire une série de gènes Fc-S C-terminaux (acides aminés 14 à 520), nous avons amplifié les séquences codantes entre les résidus N-terminaux 14 et 520 de la protéine S du gène S pleine longueur et du mutant correspondant. Gènes S avec amorces: avant 5_CGCGGATCCATGGATGCAATGAAGA-3_, inverse pour 5_CCGGAATTCGATCAGGTCGGTGC-3_ ».

Si vous voulez jouer le petit chimiste, passez à Stratagene: le kit de mutagenèse QuikChange Site-Directed original est utilisé pour effectuer des mutations ponctuelles, changer des acides aminés et supprimer ou insérer un ou plusieurs acides aminés.

Revenons un instant à SARS-Cov-2, le tueur de 2020 décrit par le méticuleux professeur Bricage en référence aux séquences que lui-même Montagnier et la Kuzuma School of Biology ont identifiées comme VIH: «Aucun de ces 4 inserts ne peut résulter d’une mutation aléatoire ponctuelle. Ce type de mutation n’affecte généralement qu’un seul acide aminé et non un schéma protéique défini (une série d’acides aminés spécifiquement modifiés). Une mutation ponctuelle peut également entraîner un changement dans le cadre de lecture, mais cela se traduit généralement par une protéine non fonctionnelle».

L’étude de la Kuzuma School of Biology sur la glycoprotéine Spike du virus 2019-nCoV. Les inserts du VIH sont les perles colorées (rouge, orange, jaune et vert), au site de liaison de la protéine.

Stratagene efficace! Cela peut coûter très cher… Mais les Chinois ne connaissent pas les coûts de la technologie, surtout si, comme dans le cas de l’étude de 2005 que je viens de mentionner, le Département de Biologie Cellulaire et Génétique de l’Université de Pékin était également soutenu par le «Sixième Cadre» Programme «EPISARS» de la Commission européenne».

La même université avait également mené en 2004 l’expérience dénommée «Clonage d’expression des récepteurs fonctionnels utilisés par le coronavirus du SRAS»: «Lorsque l’ADNc ACE2 humain était transduit en cellules NIH3T3, les cellules NIH3T3 exprimant ACE2 pouvaient être infectées par un pseudovirus VIH / SARS. Ces données ont clairement démontré que l’ACE2 était le récepteur fonctionnel du SRAS-CoV», indique l’étude.

5 – LA VACCINATION AU VIH GRÂCE À LA GRIPPE

Quittons la Chine un instant et partons pour la Suisse où, en 2006, le service de recherche de l’hôpital cantonal de Saint-Gall a commencé à chercher «Vers un vaccin multigène anti-VIH à base de coronavirus».

«L’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) représente l’une des principales menaces pour la santé dans le monde en développement. Le traitement coûteux des personnes infectées avec plusieurs médicaments anti-VIH hautement efficaces n’est abordable que dans les pays industrialisés. Ainsi, une stratégie de vaccination efficace est nécessaire pour empêcher la propagation de l’infection. La biologie moléculaire des coronavirus et les caractéristiques particulières du coronavirus humain 229E (HCoV 229E) indiquent que les vecteurs vaccinaux basés sur HCoV 229E peuvent devenir une nouvelle classe de vaccins hautement efficaces».

WUHAN-GATES – 2. SUIVI DU VIH À L’INTÉRIEUR DU CORONAVIRUS «BIO-WEAPON». La preuve de la recherche indienne cachée mystérieusement

Cette étude, certainement pragmatique comme effrayante, rappelle une phrase ironique du professeur français Bricage: «Ne pourrait-on pas se protéger du sida en ne risquant qu’un simple rhume? Quoi de plus terne et bénin qu’un rhume?» le professeur s’est demandé dans ses recherches après avoir également mis en évidence certains effets secondaires possibles que nous analyserons dans le prochain article.

La même année, les instituts nationaux de recherche en santé de Miaoli à Taïwan ont travaillé exactement dans la direction opposée:«Identification de vaccins synthétiques candidats contre l’infection par le SRAS CoV», mais à l’intérieur il y a toujours le pseudovirus SRAS / VIH.

Mais le premier véritable «Conception d’inhibiteurs d’entrée du SARS-CoV à base de protéines recombinantes ciblant les régions de répétition de l’heptade du domaine de la protéine spike S2» a été publié en avril 2005 par le Département de virologie moléculaire de l’Académie chinoise des sciences qui a créé et renforcé l’Institut de virologie de Wuhan comme centre d’excellence.

Nous pourrions nous arrêter ici pour démontrer le mensonge de cette communauté scientifique qui a déclaré la possibilité d’insérer des séquences de VIH dans les SARS-Likes comme farfelues et trop laborieuses.

Mais nous ne voulons pas faire de mal au Lindsley F. Kimball Research Institute du New York Blood Center qui a développé en 2005 la recherche d’un vaccin basé sur la protéine recombinante rOv-ASP-1 qui s’est avéré être un puissant adjuvant «a été confirmée chez des souris vaccinées avec un peptide 37-mère de la protéine S du SARS-CoV et un antigène polypeptidique chimérique du VIH-1 gp120-CD4 ».

«Transfert transspécifique de virus: implications pour l’utilisation de vecteurs viraux dans la recherche biomédicale, la thérapie génique et comme vaccins à virus vivants» est le titre éloquent de l’étude publiée en octobre de la même année par le GMO National Institute of Public Health et l’environnement à Bilthoven (Pays-Bas). Mais de tous, il est le seul «bioéthique» et aussi prophétique car il vise à «évaluer le risque pour l’activité» que d’autres tiennent désormais pour acquis.

Beaucoup plus inquiétant, cependant, l’expérience de biogénétique moléculaire de quatre chercheurs de l’École des sciences de la vie de l’Université de Xiamen dans la province de Fujian en Chine s’est concentrée en 2006 sur la «Préparation d’un ARN chimérique blindé en tant que calibrateur polyvalent pour des tests de virus multiples» où comme test, ils ont «Vwe a essayé de conditionner directement une séquence d’ARN étranger de 1200 nucléotides contenant des fragments de gènes du virus de l’hépatite C (VHC), du VIH-1, du coronavirus 1 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV1) et du SARS-CoV2 dans le vecteur de production d’ARN blindé original pAR-1 (8)».

6 – AUTRES RECHERCHES DE WUHAN AVEC LE PATHOGENE DU SIDA

En 2009, cependant, l’Institut de virologie de Wuhan a de nouveau publié l’étude «Différence d’immunogénicité entre le coronavirus du SRAS et les protéines de pointe du coronavirus de type chauve-souris du SRAS (S)» dans laquelle «l’immunogénicité de la protéine SL-CoV S (S (SL)) a été étudiée et comparée à celle du SRAS-CoV (S(SARS)). L’immunisation à l’ADN chez la souris avec S (SL) a provoqué un titre élevé d’anticorps contre le S (SL) pseudotypé par le VIH. Les sérums avaient une faible réactivité croisée, mais aucune activité de neutralisation, pour le S pseudotypé VIH (SRAS)».

Une autre recherche similaire, même dans le titre «Immunogénicité de la glycoprotéine de pointe du coronavirus de type SRAS de chauve-souris» a également été publiée en février 2010 et dirigée comme toutes les autres par Shi Zhengli, le chef du Centre de recherche sur les maladies infectieuses, sans surprise surnommée «Bat Woman» en Chine.

Le chef du centre de recherche sur les maladies infectieuses de l’Institut de virologie de Wuhan Shi Zhengli

«Pour mieux comprendre la base de cette différence, nous avons mis en place un système d’adénovirus recombinant exprimant la protéine S de SL-CoV (rAd-Rp3-S) pour étudier sa caractérisation immunitaire. Nos résultats ont montré que les souris immunisées généraient de fortes réponses immunitaires humorales contre la protéine SL-CoV S. De plus, une forte réponse immunitaire cellulaire démontrée par des niveaux élevés d’IFN-γ et d’IL-6 a également été observée chez ces souris. Cependant, l’anticorps induit de ces souris a eu une réaction croisée plus faible avec la protéine SARS-CoV S et n’a pas neutralisé le VIH pseudotypé avec la protéine SARS-CoV S», lisons-nous sur des articles.

LE POSTE COMPLET CONTINUE EN VERSION ITALIENNE AVEC LA MACHINE DE TRADUCTION

Version anglaise à venir

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

Pas de reproduction sans autorisation – version originale italienne


SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – ENQUÊTES SUR LES CORONAVIRUS

NOUVELLES GOSPA – LOBBY DES ARMES

PORTE DE RECHERCHE – BRICAGE SUR LE SRAS-COV-2

Détails de l’auteur

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Directeur, Gospa News
Fabio est directeur et éditeur de Gospa News; un journal d’information chrétien. Fabio Giuseppe Carlo Carisio, né le 24/2/1967 à Borgosesia, a commencé à travailler comme reporter puisqu’il n’avait que 19 ans dans la région alpine de Valsesia, Piémont, sa région natale en Italie. Après des études de littérature et d’histoire à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, il est devenu directeur adjoint d’un journal local et spécialisé dans les reportages judiciaires. Pendant environ 15 ans, il est correspondant du nord de l’Italie pour les journaux italiens Libero et Il Giornale, écrivant également d’importantes révélations sur le massacre d’Ustica, un rapport sur la franc-maçonnerie et le crime organisé. Avec des enquêtes indépendantes, il collabore avec Carabinieri et Guardia di Finanza dans des enquêtes importantes qui se terminent par l’arrestation d’entrepreneurs de Camorra ou de politiciens corrompus. En juillet 2018, il a trouvé le webmedia de contre-information Gospa News axé sur la géopolitique, le terrorisme, le Moyen-Orient et le renseignement militaire. Il est correspondant d’Italie pour le site d’information français Reseau International. Il travaille depuis de nombreuses années pour le magazine Art & Wine en tant que critique d’art et commissaire d’exposition http://www.art-wine.eu/
https://www.gospanews.net/
redazione@gospanews.net

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Economiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors-classe en Analyse stragique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : VETERANS TODAY

4 Trackbacks / Pingbacks

  1. Théorie de la vérité : WUHANGATE – 9 – VIH inséré dans le virus chimérique du SR AS en 2007 (photos). Merci aux Australiens et aux fonds de la Commission européenne | Boycott
  2. Théorie véridique : WUHAN-GATES – 10. COMPLOT SOMBRE: Sommet de l’UE avec l’ONG 4 Gates, Big Pharma & FB avant la pandémie (SARS-2 construit avec le VIH) – MIRASTNEWS
  3. WUHAN-GATES – 9. THE PROOFS: HIV inserted in SARS chimeric virus in 2007. Thanks to Australian & EU Commission Funds – gospanews.net
  4. WUHAN-GATES – 9. LE PROVE: HIV inserito in un virus SARS nel 2007. Grazie ai milioni UE della Commissione Prodi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :