A la Une

« Le XXIe siècle sera asiatique »: les États-Unis voient leur influence diminuer

Au 21e siècle, l’Asie jouera un rôle de plus en plus important dans les affaires internationales. C’est une chose lorsque des experts de différents niveaux de compétence se disputent à ce sujet. Et une autre – lorsque ce sujet est soulevé par le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères. Et c’est exactement ce que Joseph Borrel a déclaré. Et franchement.

Thèses de Borrell

S’exprimant sur un lien vidéo lundi lors de la conférence annuelle des diplomates allemands, Borrel a déclaré que « nous vivons dans un monde sans dirigeants dans lequel l’Asie jouera un rôle de plus en plus important sur le plan économique, en termes de sécurité et de technologie ».

« Les analystes parlent depuis longtemps de la fin du système états-unien et du début du siècle asiatique. Cela se passe sous nos yeux », a souligné le chef de la diplomatie européenne.

Selon Borrell, « si le 21e siècle se révèle être asiatique, comme le 20e siècle était états-unien, une pandémie peut être considérée comme un tournant dans ce processus ». Selon lui, « la demande de coopération multilatérale n’a jamais été aussi grande, mais l’offre est à la traîne ».

Avec la thèse que le 20e siècle était états-unien, on peut au moins argumenter. Mais revenons à ce dont parlait Borrel. Et il a dit que les Américains ne sont pas très contents de l’entendre.

Selon lui, la crise actuelle était la première de ces dernières décennies, lorsque les États-Unis d’Amérique n’étaient pas à la tête de la réponse internationale.

« Peut-être qu’ils ne sont pas inquiets à ce sujet, mais où que vous regardiez, nous voyons une rivalité croissante, en particulier entre les États-Unis d’Amérique et la Chine », a déclaré Borrell, citant Interfax.

Ici, cependant, il convient de noter que les États-Unis d’Amérique eux-mêmes ont provoqué de nombreuses crises au cours des dernières décennies. Cette thèse est donc également très controversée.

Que doit faire l’Union européenne et pourquoi aura-t-elle du mal à le faire

Eh bien, comment l’UE devrait-elle agir dans les conditions actuelles? Selon Borrell, l’UE devrait suivre « ses propres intérêts et valeurs » et éviter « que l’un ou l’autre les utilise à leurs propres fins ».

Il estime également que le modèle européen de mondialisation est sous pression. Selon le chef de la diplomatie européenne, une approche plus stratégique est nécessaire pour contrôler ses vulnérabilités et ses dépendances. Selon les prévisions de Borrell, le monde « risque également de devenir moins libre, moins prospère, plus inégal, plus fragmenté ».

Bien sûr, une grande partie de ce que Borrell a dit reflète les contradictions entre les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne. De nombreuses capitales européennes ne cachent pas l’irritation que souvent Washington ne juge pas nécessaire de consulter les Européens sur certaines décisions.

Certes, dans l’UE, il y a des États qui sont prêts à soutenir les Américains sans égard. L’exemple le plus évident est la Pologne.

Donc quelque chose que Borrel déclare ne sera pas facile à mettre en pratique. Pour commencer, l’Union européenne doit surmonter la discorde dans ses propres rangs. Et c’est au moins une tâche non moins difficile que tous les défis évoqués par le chef de la diplomatie européenne.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Pravda.Ru

1 Trackback / Pingback

  1. « Le XXIe siècle sera asiatique »: les États-Unis voient leur influence diminuer | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :