A la Une

Bill Gates et le MIT développent une nouvelle «identification de tatouage» pour vérifier les vaccinations + Commentaires intégrés

Alors que les tatouages ​​continuent de se généraliser dans certaines données démographiques de la société, il n’est pas surprenant que les grandes sociétés pharmaceutiques soient désireuses de déployer cette dernière solution de «technologie portable».

Pour vous assurer que vous avez reçu toutes les doses requises de vaccins prescrits par le gouvernement, les scientifiques du MIT ont créé une nouvelle encre qui peut être intégrée dans la peau et qui peut être lue à l’aide d’une application spéciale de caméra infrarouge pour téléphone intelligent.

Rapports du futurisme

«Le« tatouage »invisible qui accompagne le vaccin est un motif composé de minuscules points quantiques – de minuscules cristaux semi-conducteurs qui réfléchissent la lumière – qui brillent sous la lumière infrarouge. Le schéma – et le vaccin – pénètrent dans la peau à l’aide de micro-aiguilles solubles de haute technologie constituées d’un mélange de polymères et de sucre. »

Les résultats des groupes de recherche ont été publiés cette semaine dans la revue Science Translational Medicine.

«En d’autres termes, ils ont trouvé un moyen secret d’intégrer le dossier d’une vaccination directement dans la peau d’un patient plutôt que de le documenter électroniquement ou sur papier – et leur système de suivi à faible risque pourrait grandement simplifier le processus de tenue de dossiers de vaccination précis , surtout à plus grande échelle. »

«Dans les zones où les cartes de vaccination papier sont souvent perdues ou inexistantes et où les bases de données électroniques sont inconnues, cette technologie pourrait permettre la détection rapide et anonyme des antécédents de vaccination des patients pour garantir que chaque enfant est vacciné», a déclaré le chercheur du MIT, Kevin McHugh.

Plus intéressant est cependant l’utilité de cette nouvelle technologie du point de vue de l’entreprise, une technologie en aval comme celle-ci rendra la production et la distribution plus efficaces en amont, car les fabricants de vaccins peuvent identifier plus efficacement qui a besoin de quel produit.

Essentiellement, il s’agit d’une nouvelle technologie qui peut permettre aux administrateurs publics, aux forces de l’ordre et aux employeurs des entreprises de vérifier en quelques secondes pour vous assurer que vous êtes «en sécurité» à proximité «et ne constitue pas un danger pour le reste de la communauté.»

Fait intéressant, le financement de cette nouvelle technologie de tatouage de vaccin provient de la Fondation Bill et Melinda Gates qui a financé la recherche de l’équipe.

«Selon une histoire de Scientific American, le projet est né à la suite d’une demande directe du fondateur de Microsoft, Bill Gates lui-même, qui a été personnellement impliqué dans les efforts visant à éradiquer la polio et la rougeole grâce aux vaccinations

L’utilisation de tatouages ​​pour l’administration de vaccins n’est pas nouvelle cependant, et le MIT et la famille Gates ont probablement été inspirés par un programme lancé il y a plus de 10 ans, dans lequel un groupe de scientifiques allemands a commencé à utiliser des tatouages ​​sur des souris comme moyen de livrer une nouvelle génération de vaccins expérimentaux à ADN, notamment avec le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH).

Il convient de noter que la Fondation Bill et Melinda Gates a été fortement critiquée pour un «projet de santé» de vaccination contre le VPH agressif en Inde, qui, selon les rapports locaux, a fait que de nombreuses jeunes filles soient tombées malades, y compris certains décès.

En 2009, plusieurs écoles pour enfants tribaux du district de Khammam à Telangana – alors une partie de l’Andhra Pradesh indivise – sont devenues des sites d’études d’observation pour un vaccin contre le cancer du col de l’utérus qui a été administré à des milliers de filles âgées de 9 à 15 ans. Vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) en trois cycles cette année-là sous la supervision de fonctionnaires du département de la santé de l’État. Le vaccin utilisé était Gardasil, fabriqué par Merck. Il a été administré à environ 16 000 filles dans le district, dont beaucoup sont restées dans des foyers gérés par le gouvernement de l’État destinés aux étudiants tribaux.

Des mois plus tard, de nombreuses filles ont commencé à tomber malades et, en 2010, cinq d’entre elles sont mortes. Deux autres décès ont été signalés à Vadodara, dans le Gujarat, où environ 14 000 enfants étudiant dans des écoles destinées aux enfants des tribus ont également été vaccinés avec une autre marque de vaccin contre le VPH, Cervarix, fabriqué par GSK. Plus tôt dans la semaine, l’Associated Press a rapporté que des dizaines d’adolescentes avaient été hospitalisées dans une petite ville du nord de la Colombie avec des symptômes que les parents soupçonnaient d’être une réaction indésirable à Gardasil.

Bien que de grande ampleur, cet incident tragique n’est qu’un des nombreux événements documentés impliquant Gardasil, y compris de nombreux procès (par exemple, voir ici et ici) qui ont été trouvés en faveur des victimes.

Cette technologie pourrait-elle être utilisée par les gouvernements comme outil d’exclusion ou comme mécanisme d’ingénierie sociale? Il est certain que le potentiel est là pour rationaliser ces deux méthodes de «gestion des personnes». Actuellement, le gouvernement états-unien met en œuvre discrètement la REAL ID Act qui oblige désormais les Américains à détenir une pièce d’identité biométrique pour voyager en avion. Les législateurs des Etats-Unis d’Amérique (EUA) ont fait pression pour cela à partir des années 1980, lorsque l’ancien procureur général William French Smith avait proposé de mettre en œuvre un « système d’identification nationale parfaitement inoffensif » pour lequel un autre ministre du Cabinet à l’époque proposait également de « tatouer un numéro sur l’avant-bras de chaque Américain. » Pour certains, cela peut sembler être de la science-fiction, et pourtant cela a été ouvertement discuté par le gouvernement pendant des décennies.

Sans surprise, la presse de l’establishment, financée par des sociétés transnationales telles que les sociétés pharmaceutiques Merck et GSK, ainsi que des fonctionnaires et des services gouvernementaux, fait activement campagne pour mettre fin à toute question ou requête concernant la sécurité des vaccins. Toute dissidence ou sceptique est étiqueté par les médias et le gouvernement avec le terme péjoratif «anti-vaxers». La publication grand public Quartz donne ici l’argument de l’establishment contre les « anti-vaxers »:

Cette connexion est rejetée par les scientifiques traditionnels. Andrew Wakefield, la source de cette théorie du complot, a été radié par le General Medical Council du Royaume-Uni pour son comportement malhonnête et irresponsable, et ses recherches publiées ont été retirées par The Lancet. Plus tôt cette année, une étude portant sur plus de 650 000 enfants au Danemark a conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’un lien entre le ROR et l’autisme – même parmi les enfants qui présentaient un risque accru, tels que ceux avec des frères et sœurs autistes. Pourtant, les idées de Wakefield continuent d’avoir une énorme influence. Une enquête auprès de 2600 parents publiée en janvier par la Royal Society for Public Health montre que 21% des parents au Royaume-Uni pensent que le ROR cause des effets secondaires indésirables et près de 10% des parents ont choisi de ne pas donner le vaccin ROR à leur enfant, principalement en raison de craintes sur les effets secondaires.

Fait intéressant, pour renforcer cette affirmation, ils fournissent des données de sondage dérivées du complexe industriel pharmaceutique lui-même:

En juin, The Wellcome Trust a publié les résultats d’une enquête auprès de plus de 140 000 personnes. Seulement 73% en Europe du Nord (qui comprend le Royaume-Uni), 59% en Europe occidentale et 40% en Europe orientale étaient d’accord avec l’affirmation selon laquelle les vaccins sont sûrs. Le chiffre était de 72% pour les États-Unis d’Amérique. L’OMS a classé l’hésitation vaccinale parmi les dix principales menaces pour la santé dans le monde pour 2019 et «qui menace d’inverser les progrès réalisés dans la lutte contre les maladies évitables par la vaccination».

[Pourtant en suivant le raisonnement dans une vidéo de 3 professeurs-chercheurs africains (la virologue sénégalaise Pr Ndèye Coumba Touré Kane, le congolais de RDC Dr Jérôme Munyangi (qui a déjà subi les affres de l’OMS dans le passé et des graves faits de violence en RDC lui ayant failli coûté la vie) et le Pr Aimé Bonny sur Sputnik ce matin dans un article, un parmi eux, (le Pr Aimé Bonny soutenait que les publications sont toujours retenues lorsque l’étude est bien faite et que toutes les avancées scientifiques positives étaient acceptées et publiées comme il le dit dans les grandes revues.

Ne reconnait-il pas que dans ce cercle il existe une certaine corruption que le président Trump a demandé d’éradiquer et qu’il y règne aussi une atmosphère délétère qui sort du discours réellement scientifique ? Un exemple, il n’y a pas si longtemps le Dr Jérôme Munyangi expert de son état n’était pas écouté, alors que le milliardaire Bill Gates non expert dans le domaine est plus écouté et prône même d’imposer manu-militari ses solutions vaccinales à toute la planète, dont l’Afrique. Est-on sûr de la composition, de la fiabilité et de l’efficacité de ce vaccin ? Est-on sûr que ce serait le même qui serait distribué en occident et ailleurs ?

Combien de temps prend généralement en période de recherche et développement normale la réalisation d’un tel produit pour qu’il soit à peu près efficace, quand bien même que son efficacité est mis en doute aux Etats-Unis d’Amérique où des experts on constaté qu’il y a plus de dégâts que de bienfaits ? L’OMS gérée par des experts assermentés, a-t-elle tenu compte de ses délais pour donner carte blanche à ces producteurs? Or un expert s’il n’est pas convaincu de la qualité et de la fiabilité d’un vaccin ou d’un médicament a le droit d’apporter scientifiquement sa contribution par des arguments contraires. D’où vient le fait que certaines études sont soit annulées, soit retirées sans un grand débat ? De plus, pourquoi l’OMS ou toute autre institution cataloguerait-elle certains experts réticents ?

Ces experts africains reconnus, de grande valeur doivent mesurer la teneur et la portée des arguments souvent avancées dans les discussions ou contributions publiques, car les difficultés de parcours n’arrivent pas qu’aux autres. La preuve, le Professeur Jérôme Munyangi qui était avec eux malgré des publications scientifiques bien placées dans les revues, a eu le plus grand à faire admettre que les solutions de ses protocoles trouvés, issues d’études et recherches sérieuses pouvaient guérir le paludisme. L’OMS a plutôt privilégié d’autres options. De plus à côté, il existe selon le président malgache plus d’une cinquantaine de médicament nocifs qui tuent et permis par l’OMS en Afrique.

Dans le passé, selon diverses sources, certains chercheurs africains qui avaient trouvé des procédés pour soigner des maladies graves comme le VIH/SIDA ont été éliminés physiquement, un des camarades de Jérôme Munyangi y a laissé sa peau. Il n’est donc pas possible d’écarter toutes ses éventualités, étant donné qu’interviennent plusieurs types d’intérêts extra-scientifiques. Le président malgache a eu au moins le mérite de poser le débat sur la table et a préciser la différence admise par l’OMS qui existe entre essai clinique et observation clinique faite d’ailleurs par des experts de l’INRA (si mes souvenirs sont bons. Dès que l’OMS a accepté le dialogue, le président n’a pas manqué de demander le concours de l’OMS dans l’accompagnement  de la réalisation de futures injections par exemple.

Ce que doivent faire les experts africains c’est d’aider les malgaches à réaliser des essais ou observations cliniques aux normes si ce n’est pas déjà fait. Si les scientifiques sénégalais ont approuvé le produit, cela suppose qu’il est passé à la loupe de l’expérimentation scientifique, même s’ils doivent poursuivre plus loin cette tâche. Face à une maladie comme le COVID-19, on attend pas de commencer à faire des études pour soigner les malades, il faut se servir d’abord des solutions qui existent pour les soulager ou les soigner, c’est le rôle d’un médecin celui de sauver d’abord des vies quand cela est possible, le reste provenant de la recherche et développement se fait avec le temps par étapes successives. Les malgaches ont commencé des études sur l’artémésia  depuis un certain temps qui ont abouti au COVID ORGANICS  et rien ne prouve qu’ils n’ont pas un protocole déterminé à proposer à l’OMS étant donné qu’ils veulent passer aux injections en sollicitant un accompagnement.

C’est une démarche scientifique qui est suivie lorsque les partenaires internationaux sont à l’écoute et acceptent de vérifier de la pertinence et la véracité de la démarche et la qualité du produit. C’est sans doute à cause de cela que le respect finira par être instauré entre les scientifiques africains et les autres, surtout si les moyens sont mis à leur disposition par les autorités. Dans cette affaire, il faut garder la raison et rester solidaire et vigilant pour éviter la surprise un jour. Ne pas jouer ses cordes du violon sans l’accorder à celles des autres pour aboutir à des sons accordés et à une musique harmonieuse. – JDDM – MIRASTNEWS].

Cependant, il existe de nombreuses sources de recherches et de données indépendantes qui sont maintenant disponibles et qui indiquent comment la prescription excessive de vaccins peut poser un risque grave pour la santé.

Une étude récente de Neil Z. Miller intitulée Combiner les vaccins de l’enfant en une seule visite n’est pas sûre, décrit un schéma clair de risque, en particulier en ce qui concerne la sur-administration de vaccins aux jeunes enfants.

De nombreuses autres études ont été publiées qui délimitent les risques liés à la sur-vaccination, certaines de leurs conclusions sont résumées ici.

Regardez cette bande-annonce du film indépendant Vaxxed II:

Traduction et commentaires intégrés : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : 21 St Century WIRE

1 Trackback / Pingback

  1. Bill Gates et le MIT développent une nouvelle «identification de tatouage» pour vérifier les vaccinati ons + Commentaires intégrés | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :