A la Une

WUHAN-GATES – 11. VIH DANS LE SRAS-2: Expériences dangereuses, anneau de scientifiques morts et d’espions au Canada, en Chine et aux États-Unis d’Amérique

Sommaire

1 – Le SRAS et le VIH dans les recherches canadiennes aussi

2 – Depuis 2004, le SRAS infecté par le VIH à Wuhan

3 – Les super-virus construits en Caroline du Nord

4 – Des scientifiques chinois sous enquête au Canada

5 – Des espions arrêtés aux États-Unis d’Amérique et des morts suspects

6 – Récapitulatif des rapports de WuhanGates 10

«La science, mon fils, si grand soit-elle, est toujours une mauvaise chose; c’est moins que rien comparé au formidable mystère de la divinité»

Saint Pio de Pietrelcina (de «Une pensée pour chaque jour» – publ. Padri Cappuccini, 1999)

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio pour VT Italy

VERSION ORIGINALE EN ITALIEN

La science humaine n’a jamais pu expliquer les stigmates de la crucifixion de Jésus-Christ qui a saigné pendant 50 ans entre les mains de Saint Pio. Alors que la science divine, inspirée de l’Esprit Saint, a permis au fervent chrétien catholique Louis Pasteur d’inventer la microbiologie qui l’a conduit à confirmer la réalité de l’abiogenèse (la génération spontanée de la vie) sur laquelle la théorie évolutionniste de Charles Darwin contraste avec celle créationniste de la Sainte Bible.

La science humaine des enfants de Darwin est aujourd’hui la première grande victime de la pandémie de CoVid-19. Je l’ai écrite il y a deux mois face à la mystérieuse propagation de l’infection, je la répète aujourd’hui avec plus de force après avoir démontré dans les derniers rapports WuhanGates 9 et 10 du cycle que non seulement une partie de la médecine a été détruite dans les abîmes insondables de ce nouveau CoronaVirus mais qu’une partie de celle-ci, cet expert en biologie moléculaire et en génie génétique, a menti lâchement et sans vergogne en sachant qu’il est mensonge.

WUHAN-GATES – 10. COMPLOT SOMBRE: Sommet de l’UE avec l’ONG 4 Gates, Big Pharma & FB avant la pandémie (SARS-2 construit avec le VIH)

En fait, pour empêcher l’humanité entière – affligée par le pire fléau des derniers siècles – surgit et met en contexte l’entreprise tourbillonnante et lucrative créée sur les vaccins et les armes bactériologiques par les nations les plus avancées, les scientifiques, forgés par un processus de vaccination mondial extrêmement extrême, ont cherché à cacher même l’hypothèse simple selon laquelle le SARS-CoV-2 pourrait avoir été créé en laboratoire avec la greffe fatale de séquences du virus du SIDA, comme l’ont déjà soutenu quatre études différentes de 13 scientifiques: 9 Indiens, 3 Français et maintenant aussi par un jeune chercheur italien (nous en parlerons après les vérifications nécessaires).

Pas seulement. Ils ont également tenté de contourner les demandes de renseignements de nous, journalistes d’investigation, en l’appelant plus largement CoVid-19 au lieu de SARS-CoV-2, car il a ensuite été renommé. Cela a retardé les découvertes de Gospa News sur des expériences avec des «recombinants» – deux virus associés à leur potentialisation dans la recherche d’un vaccin – entre le VIH et le SRAS-1 (la souche du syndrome respiratoire aigu sévère qui, en 2003, a touché 26 pays, provoquant 814 décès) a commencé depuis 2004 en Chine et à Wuhan grâce également au programme EPISARS de la Commission européenne présidé par Romano Prodi (WuhanGates 9).

C’est pourquoi la nouvelle souche de CoronaVirus est soupçonnée d’être une «bio-arme», échappée accidentellement ou intentionnellement libérée, dans le cadre d’expériences à «double usage» ou potentiellement à double usage médico-militaire menées dans des bio-laboratoires dangereux en toute sécurité BSL 2,3 ou 4, soumis à la surveillance de la Convention sur les armes biologiques de l’UNODA (Office des Nations Unies pour le désarmement) à Genève.

C’est pourquoi, à travers des analyses de génétique moléculaire scrupuleuses qui ne sont pas encore effectuées par les institutions publiques, on pourrait découvrir les caractéristiques uniques de ce pathogène et peut-être même de son fabricant, comme une balle est étudiée pour identifier le pistolet qui l’a tiré.

WUHAN-GATES – 3. «COVID-19 créé en laboratoire avec le VIH».  Le Nobel de Médicine confirme la recherche indienne divulguée par Gospa News

Le secret mortel de la nouvelle pandémie réside dans ce mélange de SRAS et de VIH: le lauréat du prix Nobel de médecine Luc Montagnier, aujourd’hui directeur de l’Université Jiao Tong de Shanghai mais déjà professeur très respecté de l’Institut Pasteur de Paris qui a collaboré à certaines de ces recherches.

Même Frank Plummer, le microbiologiste canadien décédé subitement à l’âge de 67 ans le 4 février 2020 le savait sans aucun doute. Il a été raillé par la BBC dans un article d’adieu «pour son travail révolutionnaire sur la compréhension de la transmission du VIH» mais aussi «pour les rôles de leadership dans les épidémies Sars, H1N1 et grippe Ebola».

Il est décédé seulement trois jours avant Li Wenliang, l’ophtalmologiste de 34 ans qui a signalé pour la première fois l’épidémie à Wuhan en la corrélant à celle de 2003 et, après avoir été censuré par le régime communiste, il aurait été infecté par le virus expirant en Réanimation au milieu d’un millier de suspects, comme au moins deux autres collègues chinois disparus. Cela s’est produit parmi un réseau d’espions au Canada et aux États-Unis d’Amérique.

Le regretté professeur Frank Plummer du Laboratoire national de microbiologie du Canada à Winnipeg

«Frank tenait particulièrement à ce que je saisisse son point de vue sur la recherche médicale et le sida, et était très critique à propos des énormes sommes d’argent dépensées pour trouver des traitements plutôt que pour comprendre le syndrome et prévenir le sida» a écrit à la mémoire du professeur émérite son ami Joan Baxter, journaliste canadien.

Plummer aurait été écourté par un effondrement mystérieux d’une crise cardiaque jamais prouvée par aucune autopsie afin d’inciter le site de contre-information GreatGameIndia à même l’hypothèse d’un meurtre (source 1).

Si c’était une hypothèse très hâtive lorsqu’elle est apparue, maintenant, après que 13 scientifiques ont prétendu avoir découvert les traces du VIH dans la nouvelle souche de CoronaVirus, il devient nécessaire d’approfondir chaque piste car l’un de ces chercheurs ne fait que mentionner les recherches de Plummer, menées avec l’expert virologue chinois Xianggou Qiu qui a fini par faire l’objet d’une enquête pour soupçon d’espionnage au Canada.

Là, elle a travaillé sur diverses études sur Ebola également financées par DTRA, l’Agence de réduction des menaces pour la défense du ministère de la Défense des EUA (Pentagone) qui gère directement 25 autres laboratoires dans le monde soupçonnés d’expériences occultes sur les armes bactériologiques.

Pandémie Bio-Weapon – 9. Supervirus créé par les États-Unis d’Amérique pendant le gouvernement d’Obama: 89 souches CoVid dans les tests les plus secrets de la CIA

L’une des expériences du Dr Qiu a été développée grâce à l’anticorps monoclonal ZMapp géré par le médecin Linda Mobula, chef de la division VIH / SIDA de l’USAID et technicien du département de médecine de l’Université John Hopkins, qui est dirigée par le Health and Safety Research Centre qui en octobre 2019 a organisé l’exercice présumé sur la pandémie financé par la fondation de Bill Gates et coordonné par l’ancien directeur adjoint de la CIA Avril Haines, ancien vice-conseiller de la Sécurité nationale de la Maison Blanche de l’administration Barack Obama.

L’ancien président du Parti démocrate, qui compte parmi les principaux donateurs Gates, a financé les recherches sur les supervirus du SRAS et du VIH chimériques dans le laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan et dans celui de l’Université de Caroline du Nord à Chapell Hill à travers les projets PREDICT de la même USAID, l’agence gouvernementale pour le développement international des EUA, souvent utilisée comme un outil opérationnel par la Central Intelligence Agency pour les plans de changement de régime à travers le monde.

Ces découvertes inquiétantes et ces coïncidences surprenantes sont maintenant devenues des confirmations quotidiennes d’un complot de plus en plus dense et diabolique qui est très difficile à déchiffrer comme dans le mémorable roman policier d’Agatha Christie « Meurtre à l’Orient Express ». Dans cette histoire, la capacité d’enquête du célèbre inspecteur Hercule Poirot a été mise à rude épreuve car il n’y avait pas un seul coupable mais tous les suspects avaient participé au crime pour des motifs différents.

Comment cela semble s’être produit dans cette terrible pandémie appelée «une affaire entre la Chine et les États-Unis d’Amérique» par Montagnier mais sur laquelle il y a aussi l’ombre de l’Union européenne et d’autres États Five Eyes, l’accord de renseignement des pays anglo-saxons, entre l’Australie mentionnée dans un autre article et le Canada dont nous parlons aujourd’hui.

1 – LE SRAS ET LE VIH DANS LES RECHERCHES CANADIENNES AUSSI

«N’est-il pas possible de faire un coronavirus biomimétique du VIH? N’est-il pas technologiquement possible de modifier un ancêtre du SRAS-CoV-2 pour produire un coronavirus biomimétique du VIH afin de développer un vaccin potentiel contre le SIDA (Du et al., 2009)? Esiste un laboratorio in grado di realizzare tale impresa intellettuale e tecnologica?»

Le professeur Pierre Bricace, ancien directeur du département de génie biologique de l’Université de Pau, dans les Pyrénées Atlantiques, s’interroge dans l’une de ses trois études publiées sur le site spécialisé ResearchGate, couvertes par notre précédent reportage WuhanGates 8 en relation avec les traces de Il a trouvé le VIH dans la nouvelle souche CoronaVirus (source 2).

WUHAN-GATES – 8. «SRAS-2: Virus OGM construit avec le VIH». Un bio-ingénieur, ancien professeur de l’OTAN, a détruit la théorie de l’origine naturelle

«Sous la direction du professeur Dr Frank Plummer, le Laboratoire national de microbiologie du Canada (NMLC) a acquis un échantillon du virus MERS au Centre médical Erasmus de Rotterdam, en 2013. Existe-t-il un laboratoire capable d’une telle prouesse intellectuelle et technologique? Le NMLC, à Winnipeg, était dirigé par le Dr Frank Plummer, membre de l’Agence nationale de la santé publique du Canada (CNSAP), dont le NMCL est un département. En tant qu’expert de renommée mondiale sur le sida, avec plus de 300 publications et plus de 16 000 citations, le professeur Plummer a également travaillé à l’Université de Sheffield et à l’Université du Manitoba, où il dirigeait le Département de microbiologie médicale et des maladies infectieuses. Plummer a été le premier à mettre en évidence (Fowke et al., 1996) l’existence d’individus résistants à l’infection à VIH, parmi une population de travailleuses du sexe africaines, au Kenya, Nairobi ».

Laboratoire national de microbiologie du Canada à Winnipeg

«Depuis 2004, avec des équipes de chercheurs chinois hébergés au sein du LNMC, il travaille sur les virus du SIDA (Luo et al., 2011) et du SRAS (Berry et al., 2004). Il s’intéresse vivement aux protéines structurales de ces virus; en particulier les protéines d’enveloppe (Ao et al., 2019) .L’une des dirigeantes des équipes de recherche du NMLC, également directrice du programme de thérapie par vaccin antiviral, Mme Xiangguo Qiu, est une chercheuse exceptionnelle. Ses œuvres ont été référencées avec plus de 4000 citations. Les équipes avec lesquelles elle a travaillé ont développé des compétences en développement de vaccins pour le févervirus Lassa, le virus Ebola et le virus Marburg. Pour ce faire, ils ont utilisé l’un des vecteurs connus des coronavirus de chauve-souris comme modèle animal, le furet (Wong et al., 2018), le vecteur du précédent SARS-CoV-1».

Le virologue Xiangguo Qiu à l’intérieur du Laboratoire national de microbiologie du Canada à Winnipeg

Voici le passage fondamental mis en évidence par l’universitaire français, ancien conférencier de l’OTAN et expert en génétique moléculaire, cette branche du génie biologique capable de recréer artificiellement des virus et des fragments de ceux-ci.

«Avec d’autres équipes de chercheurs chinois, elle a réalisé des travaux sur la production de clones mimétiques du virus Ebola (Ao et al., 2019). Elle a publié des résultats concernant les protéines structurales de ces virus et leurs modifications génétiques en relation avec les phénomènes d’entrée et de réplication du virus dans ses cellules hôtes. Ces équipes ont démontré des compétences dans l’utilisation d’outils logiciels d’intelligence artificielle (Capuzzi et al., 2018). Sous la direction de Frank Plummer et sous la direction (ou la participation) de Xiangguo Qiu, d’autres équipes de chercheurs chinois ont construit des virus biomimétiques du VIH (Tang et al., 2012) exprimant des protéases modifiées (Luo et al., 2012) ou des protéines de surface modifiées».

WUHAN-GATES – 9. LES PREUVES: Le VIH inséré dans le virus chimérique du SRAS en 2007. Merci aux fonds de la Commission australienne et européenne

«N’est-ce pas le cas pour ceux de 2019n-CoV (Coutardet al., 2020)? Que fallait-il de plus pour créer un candidat vaccin contre le VIH? Seul un coronavirus supposé sans danger humanisé l’était! Ne pourrions-nous pas nous protéger du SIDA en ne risquant qu’un simple rhume? Quoi de plus terne et bénin qu’un rhume? Tout était disponible en 2012, avant l’acquisition de la souche MERS» conclut Bricage en résumant en une phrase les découvertes faites également par Gospa News à WuhanGates 9 grâce à diverses recherches sur le SRAS et les recombinants VIH, y compris celles effectuées d’abord à Wuhan puis à Chapel Hill grâce à la contribution de l’USAID (CIA).

2 – DEPUIS 2004 LE SRAS INFECTE PAR LE VIH A WUHAN

Si nous donnons cette importance au bio-ingénieur français, c’est précisément parce qu’il certifie les mêmes résultats auxquels nos investigations avaient abouti avant de lire son étude scientifique éclairante.

Dans le rapport précédent, nous avons mentionné diverses expériences, dont celle de 2006 de la School of Life Sciences de l’Université de Xiamen à Fujian en Chine sur la «Préparation d’un ARN blindé chimérique comme calibrateur polyvalent pour les tests de virus multiples» où, comme test, ils ont «Vwe essayé pour emballer directement une séquence d’ARN étranger de 1200 nucléotides contenant des fragments de gènes du virus de l’hépatite C (VHC), du VIH-1, du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 1 (SARS-CoV1) et du SARS-CoV2 dans le vecteur de production d’ARN blindé d’origine pAR-1 (8)». Effrayant!

Un virus du SRAS-CoV2 est déjà mentionné à l’époque, mais on ne sait pas quelles corrélations il a avec le virus actuel car la communauté scientifique nie faussement sa construction en laboratoire et ne fait donc même pas d’autres tentatives dans ce sens.

Laboratoire Bsl 4 de l’Institut de virologie de Wuhan

Dans WuhanGates 9, nous avons également vu que dans une étude de 2007 «un MAb (anticorps monoclonal) contre la p24 du VIH a été généré par le groupe VIH du Wuhan Institute of Virology» mais sur la dynamique de construction de cette «p24» dans les notes que vous pouvez lire uniquement «résultats non publiés». Nous avons découvert plus tard que cette recherche n’était pas la première dans laquelle une chauve-souris chinoise en fer à cheval SARS-CoV était infectée par un pseudovirus basé sur le VIH.

En fait, des scientifiques de l’Institut de virologie de la province du Hubei ont participé à une étude de 2004 (publiée en 2005) réalisée par le Département de génétique et de biologie cellulaire de l’Université de Pékin grâce au financement de diverses institutions gouvernementales chinoises et de la Programme EPISARS de la Commission européenne (développé sous la coordination de l’Institut Pasteur de Paris intitulé) «Identification de deux résidus d’acides aminés critiques de la protéine de pointe du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère pour sa variation dans la transition du tropisme zoonotique via une double stratégie de substitution».

«Dans cette étude, les effets des variations de RBD sur l’infectiosité du SRAS-CoV dans les cellules humaines ont été étudiés en utilisant les virus pseudotypés VIH / SRAS» se lit dans le texte de recherche où RBD signifie le domaine de liaison des récepteurs en référence à l’enzyme ACE2 de la protéine S Spike qui permet au virus tueur d’attaquer les cellules humaines.

Le chef du centre de recherche sur les maladies infectieuses de l’Institut de virologie de Wuhan Shi Zhengli

En 2013, le tournant de carrière du biologiste Shi Zhengli, le chercheur de Wuhan surnommé «chauve-souris» pour avoir passé 15 ans à étudier ces mammifères volants, grâce à la recherche «Isolement et caractérisation d’un coronavirus de type SRAS chauve-souris utilisant le récepteur ACE2» Dans lequel WIV 1 a été isolé puis utilisé pour d’autres études dangereuses.

Les expériences ont eu lieudans le cadre du projet PREDICT 2 financé non seulement par l’USAID (CIA) mais aussi par Eco HealthAlliance, une ONG privée de New York soutenue par le géant pharmaceutique Johnson & Johnson, condamné à plusieurs reprises pour de graves violations, ainsi que par des Américains, des Les universités saoudiennes, comme décrit dans WuhanGates 1.

WUHAN-GATES – 1. GOLDEN INTRIGUES BIOWEAPON-VACCINES parmi la Chine, les États-Unis, la CIA, l’Arabie saoudite et Big Pharma J&J – GSK

Plus loin dans cette étude, le pathogène du SIDA est mentionné en référence à l’anticorps mentionné dans les expériences précédentes: «Pour la détection du VIH-1 p24 dans les surnageants, l’anticorps monoclonal contre le VIH p24 (p24MAb) a été utilisé comme anticorps primaire». Cela suffit, même pour nous, profanes biologiquement, pour démontrer le fondement et la vérification des analyses extrêmement techniques publiées par le professeur Bricage.

3 – LES SUPERVIRUS CONSTRUITS EN CAROLINE DU NORD

«En se concentrant sur des séquences de virus de type SRAS isolées de chauves-souris chinoises en fer à cheval, les résultats indiquent une menace importante posée par WIV1-CoV. Le WIV1-CoV chimérique et de pleine longueur se réplique facilement et efficacement dans les cultures des voies respiratoires humaines et in vivo, ce qui suggère une capacité de transmission directe aux humains. De plus, bien que les traitements par anticorps monoclonaux s’avèrent efficaces, l’approche vaccinale basée sur le SRAS n’a pas réussi à conférer une protection. Ensemble, l’étude indique une menace permanente posée par les virus liés à WIV1 et la nécessité de poursuivre l’étude et la surveillance».

C’est le résultat des recherches ultérieures développées par les départements d’épidémiologie et de microbiologie de l’Université de Caroline du Nord(UNC) qui ont sauté sous le feu des projecteurs de nombreux médias pour avoir effectué dans ses laboratoires BSl 4 à Chapel Hill une précédente étude similaire sur le supervirus chimérique hautement létal appelé SHC014-MA15, après quoi celui-ci plus tard WIV1-MA15 a été développé. (Lire plus)

LE POSTE COMPLET CONTINUE ICI

6 – DIX RAPPORTS DE DIX RAPPORTS DE WUHAN-GATES

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

Pas de reproduction sans autorisation – version originale italienne

SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – RAPPORTS WUHAN-GATES

GOSPA NEWS – ENQUÊTES SUR LES CORONAVIRUS

1 – GREATGAMEINDIA – PLOMBIER ASSASSINÉ

2 – PORTE DE RECHERCHE – BRICAGE SUR SARS-COV-2 – MAI

3 – CENTRE BEGIN-SADAT POUR LES ETUDES STRATEGIQUES – ESPIONS CHINOIS

GOSPA NEWS – LOBBY DES ARMES


Détails de l’auteur

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Directeur, Gospa News
Fabio est directeur et éditeur de Gospa News; un journal d’information chrétien. Fabio Giuseppe Carlo Carisio, né le 24/2/1967 à Borgosesia, a commencé à travailler comme reporter puisqu’il n’avait que 19 ans dans la région alpine de Valsesia, Piémont, sa région natale en Italie. Après des études de littérature et d’histoire à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, il est devenu directeur adjoint d’un journal local et spécialisé dans les reportages judiciaires. Pendant une quinzaine d’années, il est correspondant du nord de l’Italie pour les journaux italiens Libero et Il Giornale, écrivant également d’importantes révélations sur le massacre d’Ustica, un rapport sur la franc-maçonnerie et le crime organisé. Avec des enquêtes indépendantes, il collabore avec Carabinieri et Guardia di Finanza dans des enquêtes importantes qui se terminent par l’arrestation d’entrepreneurs de Camorra ou de politiciens corrompus. En juillet 2018, il a trouvé le webmedia de contre-information Gospa News axé sur la géopolitique, le terrorisme, le Moyen-Orient et le renseignement militaire. Il est correspondant d’Italie pour le site d’information français Reseau International. Il travaille depuis de nombreuses années pour le magazine Art & Wine en tant que critique d’art et commissaire d’exposition http://www.art-wine.eu/  
https://www.gospanews.net/
redazione@gospanews.net
Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction, commentaires et Titre 1 : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : VETERANS TODAY

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. WUHAN-GATES – 11. VIH DANS LE SRAS-2: Expériences dangereuses, anneau de scientifiques morts et d ’espions au Canada, en Chine et aux États-Unis d’Amérique | Raimanet
  2. WUHAN-GATES – 12. Ancien chef du renseignement britannique du MI6: «SARS-2 Built in Bio-Lab». Photos et preuves de tests de dépistage du VIH – MIRASTNEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :