A la Une

Le coronavirus a-t-il été créé par un scientifique chinois qui a tenté de couvrir ses traces – et a échoué? + Notre avis

Note de l’éditeur: Le rapport suivant explique comment le coronavirus a probablement été créé dans un biolab par un scientifique chinois qui a ensuite tenté de couvrir ses traces après son évasion.

(Article republié de LifeSiteNews.com)

15 mai 2020 (LifeSiteNews) – Le Dr Shi Zhengli, connue sous le nom de batwoman chinoise, était inquiète. Sa création, un coronavirus hautement infectieux, avait fui de son laboratoire en octobre. Les premiers efforts pour arrêter le cercle élargi des infections avaient échoué. Il s’était propagé comme une traînée de poudre dans la ville densément peuplée de Wuhan.

Les autorités communistes craignaient également que la source de l’épidémie ne soit retracée au laboratoire de Wuhan. Pour brouiller les eaux, le 3 janvier, la Commission nationale de la santé de la Chine a ordonné à tous les biolabs en Chine de détruire non seulement les échantillons du SARS-CoV-2 qu’ils avaient isolés de ceux infectés, mais aussi le séquençage génétique du brin d’ARN du virus. Le Dr Shi devait être trop heureuse de couvrir ses propres traces – des preuves suggèrent qu’elle avait déjà commencé à le faire – en détruisant les preuves des origines réelles du virus mortel dans son laboratoire.

C’était l’équivalent d’essayer d’essuyer les empreintes digitales d’un pistolet qui venait d’être utilisé pour commettre un meurtre.

Le « pistolet » lui-même ne pouvait cependant pas être détruit. En fait, l’arme du crime utilisée était en train de se répliquer par des milliards au sein de chaque personne atteinte du virus de la Chine.

Le Dr Shi et ses supérieurs, y compris sans aucun doute le général de division Chen Wei, chef du programme des armes biologiques de l’APL, savaient que le coronavirus qu’elle avait assemblé à l’aide de la technologie recombinante était si différent des autres coronavirus connus qu’il éveillerait des soupçons. Aucun des autres bêta-coronavirus connus, de la famille d’où provenait son coronavirus «épine dorsale», ne ressemblait à la séquence génétique qu’elle avait insérée pour la rendre plus contagieuse pour l’homme.

Pour renforcer l’histoire de couverture du «marché humide», à savoir que ce nouveau pathogène provenait de la nature et non de son laboratoire, il fallait faire quelque chose. Et cela devait être fait rapidement, car à ce moment-là, le coronavirus chinois s’était propagé au reste du monde. La colère contre la Chine pour son manque de transparence sur les origines et les caractéristiques du virus augmentait.

Le Dr Shi a décidé de «découvrir» un nouveau coronavirus de chauve-souris qui était très similaire à celui qu’elle avait créé. Cette «découverte» prouverait que des coronavirus similaires au SARS-CoV-2 ont été trouvés dans la nature, et ainsi détourner la suspicion croissante qu’elle l’avait conçue dans son laboratoire.

La similitude entre les deux coronavirus – y compris leur capacité commune à infecter les humains – renforcerait considérablement son histoire selon laquelle le SRAS-CoV-2 était passé d’une chauve-souris à un humain, peut-être à travers certaines espèces intermédiaires au marché humide de Wuhan.

Donc, tout ce que le Dr Shi avait à faire était de s’asseoir devant son clavier d’ordinateur, d’ouvrir un fichier de mots et de commencer à fabriquer l’analogue SARS-CoV-2 qu’elle prétendrait avoir trouvé dans la nature sept ans auparavant. Tout ce qu’elle avait à faire était de taper la séquence génétique de sa propre création, SARS-CoV-2, en changeant de temps en temps quelques nucléotides pour imiter les «mutations aléatoires» qui se produisent régulièrement dans la nature.

Elle aurait facilement pu terminer la partie «saisie de données» de sa tâche en une journée, car elle ne faisait que saisir une chaîne de lettres alternant entre les quatre nucléotides A, U, G et C. Et les coronavirus contiennent moins de 30 000 nucléotides différents.

Le Dr Shi a enregistré son nouveau virus le 27 janvier 2020 auprès du National Center for Biotechnology Information (NCBI) des U.S.National Institutes of Health, le référentiel habituel de ces informations. Elle l’a appelé RaTG-13, Ra pour Rhinolophus affinis, le nom latin de la chauve-souris intermédiaire en fer à cheval, et 13 pour 2013, l’année où elle l’aurait soi-disant «découverte».

Beaucoup de gens ont été séduits par l’intelligente «découverte» du Dr Shi, qui ressemble de plus en plus à une contrefaçon. Personne d’autre n’a vérifié indépendamment son existence. Aucun autre laboratoire n’en a un échantillon, et personne d’autre ne l’a jamais séquencé. Et bien sûr, ils ne le feront probablement jamais, car de plus en plus de preuves suggèrent qu’il n’existe que dans une chaîne de lettres sur son ordinateur.

C’était un plan brillant, et il a presque réussi. La communauté de virologie chinoise – suivant de nouvelles directives strictes du Parti – a publié une série d’études suggérant que l’existence de RaTG-13 prouve que le SRAS-CoV-2 est venu de la nature. Ils affirment que d’autres «cousins ​​germains» du coronavirus chinois seront bientôt trouvés dans la nature si nous continuons à chercher. Ils effectuent des analyses génomiques montrant que RaTG-13 et SARS-CoV-2 sont identiques à 96% sur toute la séquence du génome viral. Ils calculent que les deux partagent un ancêtre commun il y a quelques décennies.

En fait, la seule chose que les deux génomes viraux ont en commun est le Dr Shi elle-même, qui a conçu l’un et semble avoir fabriqué l’autre.

Cependant, aussi intelligente que Batwoman, elle n’a pas commis la supercherie parfaite. Elle a laissé quelques indices clés qui révèlent, aussi clairement que les empreintes digitales sur une arme de meurtre, ce qu’elle faisait.

Un blogueur, écrivant sur Nerd Has Power, a brillamment dévoilé ces résultats à partir des données. Les efforts du blogueur peuvent être lus ici si vous avez un après-midi libre et une solide formation en mathématiques. Je propose ici un résumé de l’une des critiques du blogueur, dans l’espoir de rendre l’argumentation générale du blogueur accessible au profane. Parce qu’il a publié ses données brutes, moi et d’autres avons pu examiner et vérifier son travail. Je propose ici un résumé de l’une des critiques du blogueur, dans l’espoir de rendre l’argumentation générale du blogueur accessible au profane.

Un ratio impossible: à mesure que les virus évoluent, ils mutent. C’est-à-dire que l’un des quatre nucléotides est remplacé aléatoirement par un autre. La plupart de ces mutations aléatoires ne produisent pas de changements dans les acides aminés qui composent la protéine. De telles mutations sont appelées «synonymes», car le «codon» à trois nucléotides code toujours pour le même acide aminé malgré le changement. Comme un synonyme dans un thésaurus, il «semble» différent mais «signifie» – en termes d’acide aminé et de protéine résultante – la même chose.

Mais il y a ensuite des mutations «non synonymes». Ce sont des mutations qui modifient l’acide aminé résultant et donc la configuration de la protéine résultante. Dans la nature, le rapport des synonymes aux non-synonymes est d’environ 5: 1.

C’est là que le Dr Shi a eu des ennuis. En tapant la séquence génomique de sa «découverte», elle a fait trop de changements non synonymes au début. Puis, un tiers de la séquence, elle a apparemment réalisé son erreur. Après cela, elle a apporté bien trop peu de modifications non synonymes. Ainsi, alors que le génome entier a le rapport 5: 1 attendu, il y a des étirements où le rapport est plus proche de 2: 1, et d’autres étirements longs où il est aussi élevé que 44: 1.

Les mutations de la nature sont aléatoires. Les «mutations» du Dr Shi ne le sont pas. Le Dr Lawrence Sellin a calculé que les chances que ses «mutations» se produisent naturellement dans un seul domaine – la protéine critique de pointe – à près de dix millions pour un.

Si RaTG-13 n’est qu’une tromperie stratégique, comme je le pense, alors quel véritable coronavirus le Dr Shi a-t-il amélioré dans la recherche sur le «gain de fonction» pour créer le SARS-CoV-2 hautement infectieux? Les preuves suggèrent qu’un coronavirus d’un biolab de l’Armée de libération du peuple pourrait avoir joué ce rôle.

Si les recherches du Dr Shi étaient liées de quelque manière que ce soit au programme de recherche sur les armes biologiques de l’APL, cela expliquerait en grande partie le comportement bizarre de la Chine – le secret, le mensonge en série, la quarantaine brutale, la persécution des dénonciateurs, l’ensemencement du virus dans le monde entier, et le rejet furieux par Pékin de l’idée d’une commission internationale pour enquêter sur l’origine et la propagation de la maladie. Tout cela semble extrêmement surmené, même par les normes d’un parti communiste conspirateur dont les dirigeants souffrent d’une paranoïa pathologique.

Quoi qu’il en soit, il y a une chose dans la recherche du Dr Shi que nous connaissons avec une certitude absolue: les États-Unis d’Amérique aidaient à la financer. À partir de 2013, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, dirigé par le désormais célèbre Dr Anthony Fauci, a donné 7,4 millions de dollars pour la recherche portant sur le gain de fonction et la collecte et l’étude des coronavirus de chauve-souris, dont 600 000 dollars sont allés au Wuhan Institut de virologie. Une grande partie du reste est allée à d’autres laboratoires en Chine.

Si le Dr Fauci connaissait aussi bien le Parti communiste chinois que les virus, il n’aurait pas envoyé un centime de l’institut de virologie de Wuhan. Il aurait su que la RPC a un programme de longue date pour développer des armes biologiques. Il aurait conclu que le seul laboratoire de confinement élevé BSL-4 de Chine était l’endroit évident pour mener au moins une partie de ces recherches. Et il savait certainement que la recherche sur le «gain de fonction» qu’il finançait avait le potentiel de créer des «agents pathogènes à potentiel pandémique» qui pourraient ne pas être utilisés à des fins pacifiques.

Apparemment, aucune de ces considérations ne lui est venue à l’esprit.

Maintenant que les services de renseignement occidentaux ont conclu que le SRAS-CoV-2 est probablement une chimère artificielle qui s’est échappée d’un laboratoire – un laboratoire qu’ils finançaient – vous pourriez penser que le Dr Fauci serait enclin à réévaluer le rôle qu’il a joué dans ce monde débâcle.

Au lieu de cela, il continue de nous dire qu’il n’y a « aucune preuve scientifique que le coronavirus a été fabriqué dans un laboratoire chinois » et qu’il n’y a « aucune preuve » qu’il a fui du laboratoire.

C’est une triste fin d’une carrière au moins longue, sinon particulièrement illustre.

[Notre avis

Si l’on suppose que cette hypothèse ait une forte probabilité de réalisation et donc de confirmation des faits, alors pourquoi les Etats-Unis d’Amérique qui réclament une enquête en Chine rechignent-ils à l’idée que la même investigation soit faite dans leurs laboratoires secrets ? Car si elle n’est pas vérifiée d’un côté, il faudrait bien que la vérité éclate d’une manière ou d’une autre.

De même, ayant financé les laboratoires de Chine dont Wuhan, l’on sait dans la culture capitaliste que la main qui donne contrôle aussi les activités. Le don a été fait pour des objectifs précis à atteindre, car même en Afrique lorsque des dons sont effectués par la main gauche, la main droite trouve le moyen de reprendre le montant multiplié par des chiffres astronomiques.

Si la Chine avait fait cette manipulation, alors les Etats-Unis d’Amérique sont au courant de ces développements sachant qu’eux-mêmes menaient des études en rapport avec le « gain de fonction » par exemple à l’Université de Caroline du Nord. Il serait donc raisonnable de penser que ce n’est pas seulement l’APL de Chine qui aurait profité des résultats de cette recherche, mais la partie états-unienne aussi.

D’autre part, les Etats-Unis d’Amérique connaissant la nature des travaux réalisés par les chinois pourraient tout aussi avoir devancé les chinois en créant la maladie COVID-19, la disséminer et propager en Chine pour faire croire que ce sont les chinois qui en seraient à l’origine.

Si l’on veut être correct et départager les deux parties, il faut donc que les deux pays acceptent la neutralité et que la totalité de leurs laboratoires soient visités par des enquêteurs indépendants, afin que les résultats de l’enquête ne soient pas biaisés ou faussées, par exemple en empruntant des fausses pistes.

Il faudrait également que les laboratoires de pays partenaires et amis soient visités pour les mêmes raisons, par exemple l’Institut Pasteur en France qui possède aussi un brevet Coronavirus, ceux de Grande-Bretagne ou du Canada. Cela est d’autant plus important qu’il est nécessaire de lever le soupçon répandu des vaccins pour tuer.

JDDMMIRASTNEWS]

En savoir plus sur: LifeSiteNews.com

Précédent: «Ils ne veulent pas retourner au travail» – Un restaurant accuse la loi CARES de pénurie de main-d’œuvre
Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction, commentaires et Titre 1 : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : Natural News

1 Trackback / Pingback

  1. Le coronavirus a-t-il été créé par un scientifique chinois qui a tenté de couvrir ses traces – et a échoué? + Notre avis | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :