A la Une

Le chef du Pentagone s’oppose à l’idée d’étouffer les émeutes des Etats-Unis d’Amérique après que Trump a menacé de déployer des troupes – puis se rétracte

Le rôle de l’Armée n’est pas de massacrer une partie de son peuple pour des buts ségrégationnistes et de tueries raciales

A fire set in the middle of a street is pictured during a protest against the death in Minneapolis police custody of African-American man George Floyd, in St Louis, Missouri, U.S. June 1, 2020. Picture taken June 1, 2020

© REUTERS / Lawrence Bryant

Auparavant, un média des Etats-Unis d’Amérique a cité plusieurs responsables du Pentagone actuels et anciens comme étant « préoccupés » par le prétendu accord d’Esper avec les plans de Trump de déployer des militaires pour arrêter les violentes manifestations dans le pays.

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique (EUA), Mark Esper, a déclaré qu’il ne soutenait pas l’idée du président Donald Trump d’utiliser la loi sur l’insurrection afin de déployer des forces militaires dans les villes des Etats-Unis d’Amérique pour réprimer les émeutes violentes en cours, qui étaient à l’origine déclenchées par la mort des Afro-Américains [dont MIRASTNEWS] George Floyd. Il a estimé queles troupes en service actif ne devraient être utilisées qu’en dernier recours, lorsque rien d’autre ne peut aider. Le chef du Pentagone a ajouté que les États-Unis d’Amérique ne sont actuellement pas dans une situation aussi désespérée.

« J’ai toujours cru et je continue de croire que la Garde nationale est la mieux placée pour fournir un soutien interne aux autorités civiles dans ces situations », a déclaré Esper.

Esper a également commenté un rapport des médias qui disait qu’il avait qualifié les villes des EUA englouties d’émeutes de « champ de bataille », admettant qu’il avait utilisé cette expression dans une conversation avec le président Donald Trump. Le chef du Pentagone a expliqué que le terme était utilisé comme lexique militaire et a ajouté que s’il avait eu la chance d’utiliser une autre expression, il l’aurait fait.

Le secrétaire à la Défense a développé un autre scandale politique récent aux États-Unis d’Amérique, à savoir sa marche aux côtés du président jusqu’à l’église épiscopale de Saint-Jean, qui a été précédée d’une dispersion violente de manifestants pacifiques de la place voisine. Il a expliqué qu’il était au courant de la marche à l’avance, mais qu’il pensait qu’elle visait à observer les dommages causés aux installations de Lafayette Park par les émeutiers. Esper a poursuivi en disant qu’il est difficile de garder les militaires à l’écart de la politique à l’approche d’une élection présidentielle.

Critique du plan de Trump de mettre fin aux manifestations à l’échelle nationale

Crédit: AFP © Brent Stirton / Getty Images
Des manifestants manifestent aux côtés de la Garde nationale à Los Angeles le 2 juin.

La marche et l’acceptation supposée d’Esper des plans de Trump de déployer des militaires dans des villes qui ne parviennent pas à apaiser les troubles ont suscité de nombreuses critiques de la part des médias et des politiciens des Etats-Unis d’Amérique. En outre, un rapport de Politico suggère que de nombreux responsables actuels et anciens du Pentagone étaient également « préoccupés » par les perspectives d’envoyer des militaires pour disperser la foule.

Les manifestations en cours ont éclaté la semaine dernière après un incident dans la ville de Minneapolis, où un homme afro-américain non armé nommé George Floyd a été tué lors de son arrestation par la police locale. L’homme a été étouffé après avoir été cloué au sol par l’un des officiers, qui a placé ses genoux sur son cou et son dos, les gardant en place pendant près de huit minutes alors que Floyd plaidait pour de l’air, [ne pouvant plus respirerMIRASTNEWS]..

«C’est une situation dynamique»: Esper fait volte-face sur le plan de retour de quelque 200 soldats de DC après sa visite au WH

Un integrante de la Guardia Nacional del Ejército de Washington D.C. cerca de unos vehículos militares en Washington (EE.UU.), el 3 de junio de 2020 Joshua Roberts / Reuters

Plusieurs centaines de soldats en service actif déployés dans la région de la capitale des Etats-Unis d’Amérique au milieu de protestations animées resteront dans la région pendant encore 24 heures dans un brusque renversement du plan antérieur du secrétaire à la Défense Mark Esper de les renvoyer chez eux.

Esper recule sur Trump voulant que des troupes soient déployées lors d’émeutes

Les émeutiers détestent quiconque en a plus qu’eux, noir, blanc, rouge ou marron.

Les affrontements brutaux entre la police et le public semblent s’apaiser, et il n’y a eu que des rapports sporadiques de pillages et d’autres chaos dans tout le pays.

Pourtant, la nuit a été remplie de tensions dans les grandes villes, où des dizaines de milliers de manifestants ont défié les couvre-feux pour exprimer leur indignation face au racisme et à la violence policière après la mort d’un autre homme noir en garde à vue.

Voici quelques développements importants:

  • Le président Trump a contesté les informations selon lesquelles il aurait été transporté dans un bunker souterrain lors de manifestations à l’extérieur de la Maison Blanche vendredi soir, affirmant qu’il s’était rendu plus tôt dans la journée « davantage pour une inspection ».
  • Le pape François a exhorté les gens à ne pas «tolérer ou fermer les yeux sur le racisme et l’exclusion sous quelque forme que ce soit» et a appelé à «la réconciliation nationale et la paix».
  • Le monument à un maire et à un officier de police notoire de Philadelphie, qui est devenu un point d’éclair des manifestations de la ville, a été supprimé avant le lever du soleil mercredi.
  • La mère de la fille de George Floyd a déclaré avoir expliqué sa mort en disant à l’enfant de 6 ans que son père ne pouvait pas respirer.
  • L’ancien président Barack Obama devrait faire ses premiers commentaires à la caméra mercredi sur la mort de Floyd et les manifestations à l’échelle nationale

À propos des éditeurs VT

Éditeurs VT
Les anciens combattants aujourd’hui
VT Editors est un compte de publication générale géré par Jim W. Dean et Gordon Duff. Tout le contenu du présent document appartient à Jim W. Dean et Gordon Duff et est protégé par des droits d’auteur.
editors@veteranstoday.com

Source: VETERANS TODAY

Traduction : MIRASTNEWS

Source : SPUTNIK NEWS

Le procureur général du Minnesota élève des accusations de meurtre au deuxième degré contre l’agent de police qui a tué George Floyd

Déjà l’ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, a été arrêté vendredi dernier.

Le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, a élevé mercredi les charges contre Derek Chauvin, l’ancien officier de police de Minneapolis qui a tué George Floyd, au meurtre au deuxième degré.

Des accusations seront également portées contre les trois autres agents impliqués dans l’arrestation de Floyd, a confirmé la sénatrice Amy Klobuchar via son compte Twitter.

Selon l’autopsie, George Floyd est décédé le 25 mai des suites d’une « arrestation cardiopulmonaire » survenue alors qu’il était réduit par un agent qui l’a immobilisé et a appliqué une « compression cervicale » à son genou pendant plus de huit minutes menotté et allongé sur le sol.

Plus d’informations bientôt.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. Le chef du Pentagone s’oppose à l’idée d’étouffer les émeutes des Etats-Unis d ’Amérique après que Trump a menacé de déployer des troupes – puis se rétracte | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :