A la Une

Les Etats Profonds à l’origine de la maladie COVID-19 sont les grands bénéficiaires des événements se déroulant aux Etats-Unis d’Amérique…

…En effet, il apparaît que celui des Etats-Unis d’Amérique a lui-même intentionnellement organisé les derniers évènements pour atteindre des buts politiques précis, étant donné que depuis des lustres les tueries des Africains-Américains s’enchaînent sans que Justice réelle ne soit rendue, et ce même sous le pouvoir démocrate de Barack OBAMA.

Le Président Trump qui a volontairement choisi dès le départ de suivre la voie tracée par ses prédécesseurs, se trouve piéger dans une impasse politique par son inexpérience dans le domaine et son incapacité à s’adapter aux évolutions rapides des situations et évènements politiques mouvants, pour prendre des décisions dotées de grande sagesse et ponctuées de justice pour l’intérêt général de la nation.

Le croisé anti-vax Kennedy accuse les copains de Gates Birx et Redfield – maintenant en charge du vaccin Covid, de mentir sur le VIH

Il n’a pas compris que cette fois c’est la goutte d’eau qui a débordé le vase, les esprits échauffés étant préparés à refuser l’injustice raciale. Il n’a pas su comprendre au bon moment que c’est l’unité nationale qui était en jeu et que tout cela se jouait contre sa réélection.

La démocratie sur la défensive dans l’Amérique de Trump

Coronavirus, effondrement économique et maintenant manifestations de masse pour l’égalité raciale: les États-Unis d’Amérique  sont confrontés à un trio de crises profondes. Au lieu d’offrir un leadership, le président Donald Trump exacerbe les divisions et montre des tendances autoritaires. Avec l’élection présidentielle dans quelques mois, la santé du pays est en jeu… LIRE LA SUITE….

Les Etats Profonds gagnent sur tous les fronts. Ils font diversion sur leur responsabilité de la création de la maladie COVID-19 à Coronavirus manipulé en Laboratoire et se saisissent de l’occasion d’écarter malicieusement du pouvoir le Président Trump qui, s’il n’y prend garde, court le risque de ne pas être réélu, car une grande partie de la population aura remarqué ses carences en matière de gestion des crises.

Les Etats Profonds eux, avancent leurs pions, savourent l’effet d’aubaine et profitent de toutes les occasions possibles en passant par diverses organisations par exemple l’OMS, pour prendre des décisions visant à faire accepter certaines décisions imposées aux populations des pays faibles, dont les Etats n’ont par exemple pas les structures nécessaires permettant la vérification de la qualité et la fiabilité des vaccins ou médicaments qui sont inoculés à leurs populations.

Rétrospective : Robert F Kennedy Jr. expose le plan de dictature des vaccins de Bill Gates – cite le «complexe du Messie» tordu de Gates

Bill Gates par exemple, un des acteurs principaux finançant l’OMS qui réfléchissait sur la manière de procéder pour se recréer une virginité auprès de l’opinion publique mondiale a engagé une contre offensive médiatique. Va-t-il essayer de retarder l’échéance de ses premières ambitions en association avec l’Etat Profond des Etats-Unis d’Amérique et avancer en réajustant continuellement ses plans, sans perdre de vue les objectifs préalablement définis ?

L’Etat Profond des Etats-Unis d’Amérique a décidé d’agir sur tous les fronts en mettant en branle toute sa machinerie, usant de tous les moyens en mettant à contribution tous ses pions, dont George Soros à qui la mission principale consiste à agiter et manipuler les esprits les plus faibles et faciles à corrompre.

KENNEDY: Voici pourquoi Bill Gates veut une indemnisation pour les vaccins – Êtes-vous prêts à prendre le risque?

Dans cette affaire, les grands perdants seraient les populations qui prises au dépourvu dans les griffes du géant Ogre, parce qu’endormies et manipulées, se verront  par surprise imposer des décisions et solutions futures par potions magiques interposées qu’elles seront obligées d’accepter, malgré le fait qu’elles impacteront négativement leur quotidien, leurs vies et l’état de leur humanité, en raison de leur non fiabilité et de l’obscurantisme scientifique qui les entourent.

Robert F Kennedy Jr. expose le plan de dictature des vaccins de Bill Gates – cite le «complexe du Messie» tordu de Gates

Aux États-Unis, le fossé économique entre Noirs et Blancs au même niveau qu’en 1968

À Anna, dans l’Illinois (États-Unis), une manifestante, Jessica Moore, tente de dialoguer avec un contre-manifestant, opposé au rassemblement du 4 juin dénonçant la mort de George Floyd lors d’un contrôle de police à Minneapolis.   PHOTO / Brian Munoz / REUTERS

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

EXPOSÉ: L’OMS admet avoir utilisé une fausse étude du Lancet pour arrêter l’hydroxychloroquine – tuer des dizaines de milliers de personnes

Dans une révélation étonnante, l’OMS a été forcée d’admettre qu’une étude sur laquelle elle s’appuyait, qui avait retiré l’hydroxychloroquine d’une liste de thérapies COVID-19 pour une étude plus approfondie, était entièrement fictive.

L’OMS dit maintenant qu’elle remettra le médicament sur la liste, ce qui implique également que le médicament est efficace contre le COVID-19. Son efficacité est bien établie et la fausse étude a fonctionné contre des dizaines de milliers de cas non testés du médicament travaillant pour guérir COVID-19.

Le retrait du médicament de la liste a aggravé la position des hôpitaux et des pharmacies qui refusaient d’utiliser ou de remplir des ordonnances sur le médicament vital.

Cela a eu pour conséquence de tuer inutilement des dizaines de milliers de patients atteints de COVID-19, en particulier aux États-Unis d’Amérique où les hôpitaux de New York et de Los Angeles ont refusé d’utiliser le médicament qui sauve des vies.

Ceci est un exemple clair de meurtre intentionnel de personnes.

Par magie, un groupe de recherche dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant et qui se révèle être simplement une façade pour un écrivain de fanfiction / science-fiction et un modèle nu, a réussi à convaincre la principale organisation mondiale de santé publique mandatée par l’ONU lors de sa montée d’une pandémie entourant précisément l’utilité de ce médicament.

Ainsi, leur fausse étude a été maintenue au-dessus de toutes les autres, surtout des cas concrets d’utilisation de ce médicament et utilisé pour créer une politique qui a conduit au meurtre de dizaines de milliers de personnes innocentes.

Pendant ce temps, des émeutes sont utilisées pour détourner l’attention d’Hillary Clinton de ses dépositions sur des courriels et des audiences du Congrès interrogeant des dirigeants de réseaux sociaux et des dirigeants interrogés sur leur objectif de ne pas autoriser les publicités de Donald Trump.

Joaquin Flores, rédacteur en chef

WASHINGTON, DC – La firme des Etats-Unis d’Amérique au centre d’une controverse sur l’étude de l’effet de l’hydroxychloroquine sur les patients de Covid-19 ne compte qu’une poignée d’employés qui ont peu ou pas de formation scientifique, selon une enquête du journal britannique The Guardian.

Le journal a déclaré que son enquête sur la «minuscule» entreprise états-unienne Surgisphere avait révélé que la poignée d’employés de l’entreprise comprenait un écrivain de science-fiction et un modèle de contenu pour adultes (c’est-à-dire une pornstar).

La société basée à Chicago possède la base de données douteuse qui a été utilisée dans des études publiées dans The Lancet ainsi que dans le New England Journal of Medicine, les deux revues médicales les plus citées au monde.

L’étude a lié l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients de Covid-19 à une augmentation des risques cardiaques, ce qui a incité l’Organisation mondiale de la santé à arrêter son utilisation dans un essai mondial appelé Solidarité.

Le directeur général de Surgisphere, Sapan Desai, a réfuté les allégations de failles dans les données que son entreprise avait traitées auprès de 90 000 patients dans 671 hôpitaux à travers le monde.

« Il y a toujours un malentendu fondamental sur ce qu’est notre système et comment il fonctionne », a déclaré Desai au journal, soulignant que The Guardian avait établi des « liens non liés » et incorporé des inexactitudes avec un parti pris clair pour tenter de discréditer l’entreprise et son travail.

L’OMS a repris l’utilisation du HCQ après que The Lancet, qui a publié une étude basée sur les données fournies par Surgisphere, ait déclaré qu’elle examinait les données et les méthodes de l’étude qui avaient été critiquées par un grand nombre d’experts.

«Nous publions une expression de préoccupation pour alerter les lecteurs sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à notre attention. Nous mettrons à jour cet avis dès que nous aurons de plus amples informations», a indiqué mercredi un communiqué publié par The Lancet.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Fort Russ

ÉTUDE: Quatre doses d’hydroxychloroquine fonctionnent pour PRÉVENIR le coronavirus chez les travailleurs de la santé

Par Milan Sharma – 4 juin 2020 – L’étude Lancet et les essais de solidarité de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) peuvent avoir mis une pause sur l’utilisation du médicament antipaludique hydroxychloroquine (HCQ) comme prophylaxie ou traitement pour réduire le risque de coronavirus nouveau. Cependant, une étude cas-témoins réalisée par l’organisme de recherche indien, l’ICMR continue de se rallier à son utilisation chez les travailleurs de la santé (TS) qui courent un risque élevé de contracter Covid-19.

L’enquête cas-témoins de l’ICMR révèle que la consommation de quatre doses d’entretien d’hydroxychloroquine ou plus a entraîné une baisse significative des probabilités que les agents de santé soient infectés par l’infection à coronavirus.

L’étude du ICMR indique que «le simple fait de lancer une prophylaxie HCQ n’a pas réduit les chances de contracter l’infection Covid-19 chez les travailleurs de la santé. Cependant, avec l’apport de quatre doses d’entretien ou plus de HCQ, l’effet protecteur a commencé à apparaître. Une réduction significative d’environ 80% des probabilités d’infection à Covid-19 chez les travailleurs de la santé a été identifiée avec la prise de six doses ou plus de prophylaxie HCQ. Cette relation dose-réponse a renforcé les résultats de l’étude.»

« Biologiquement, il semble plausible que la prophylaxie HCQ, avant le début de l’infection, puisse empêcher le virus de prendre pied », ont déclaré les chercheurs dans l’étude.

Le groupe de travail national sur les coronavirus en Inde a recommandé une dose d’entretien une fois par semaine pendant sept semaines, soit 400 mg une fois par semaine, après la dose de charge de 400 mg. L’adhésion à ce régime recommandé est soulignée par les résultats de l’étude, ont déclaré les chercheurs.

Les scientifiques qui ont co-écrit l’étude ont déclaré: «Il a été remarqué qu’à partir de la 4e semaine, il y a une réduction du risque de contracter le virus Covid-19 si la dose d’entretien est prise comme prescrit pendant sept semaines. Bien sûr, cela n’exclut pas la minimisation des risques des travailleurs de première ligne qui traitent des patients Covid-19 tout en portant des EPI et en prenant des précautions supplémentaires.»

Les données ont été collectées du 8 mai au 23 mai 2020. Des médecins, des infirmières, du personnel d’entretien ménager, des agents de sécurité ainsi que des techniciens de laboratoire et des techniciens de salle d’opération, testés entre la première semaine d’avril 2020 et la première semaine de mai 2020, ont formé le pool d’échantillons dont les cas et les contrôles ont été tirés.

La taille de l’échantillon se composait de 378 travailleurs de la santé symptomatiques testés positifs pour le coronavirus. Ils ont été définis comme des cas. 373 travailleurs de la santé symptomatiques qui se sont révélés négatifs faisaient partie du groupe témoin. Un total de 751 personnes ont formé la taille de l’échantillon pour l’étude.

De ce nombre, 58% des cas et environ la moitié des témoins étaient des hommes.

« Sur les 172 cas et 193 témoins signalant un apport en HCQ, aucune différence significative dans la survenue d’effets indésirables n’a été notée », note l’étude.

Les trois effets secondaires les plus courants du HCQ tels que rapportés par les cas et les témoins étaient les nausées (8%), les maux de tête (5%) et la diarrhée (4%). Bien qu’aucun des contrôles du HCQ ne se soit plaint de palpitations, un seul cas (1/172, 0,6%) a signalé la même chose.

L’étude a également révélé que les symptômes gastro-intestinaux tels que l’acidité et les vomissements suivant la prise de HCQ variaient de 0,6% dans les cas à environ 2% chez les témoins. Très peu de cas (0,6%) et de témoins (1,4%) ont présenté des éruptions cutanées après avoir consommé de l’hydroxychloroquine.

L’étude mentionne également comment la recherche médicale internationale examine l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour le traitement, comme l’étude Lancet qui a déclaré que la consommation de HCQ pourrait entraîner un risque accru de mortalité chez les patients atteints de coronavirus.

«Alors que l’étude observationnelle impliquant une analyse du registre était axée sur le traitement des patients Covid-19 hospitalisés, nous avons mis l’accent sur la prévention des infections chez les travailleurs de la santé. Dans les contextes de traitement, les patients sévères de Covid-19 sont susceptibles d’avoir une charge virale et des niveaux de cytokines très élevés, qui peuvent ne pas être améliorés par la thérapie HCQ. L’analyse basée sur le registre a en outre enregistré des fréquences plus élevées d’arythmies ventriculaires chez les patients recevant HCQ. Les toxicités de HCQ sont susceptibles d’être peu fréquentes dans les groupes sains sous traitement prophylactique, comme observé chez les participants à notre étude. Biologiquement, il semble plausible que la prophylaxie HCQ, avant le début de l’infection, puisse empêcher le virus de prendre pied», a-t-il déclaré.

L’étude vient en tant que calculatrice pour la fraternité médicale jusqu’à ce que les essais cliniques sur HCQ donnent des résultats définitifs. «Tant que les résultats des essais cliniques sur la prophylaxie HCQ ne seront pas disponibles, cette étude fournit des informations exploitables aux décideurs politiques pour protéger les travailleurs de la santé à l’avant-garde de la réponse des coronavirus. Le message de santé publique de l’apport soutenu de prophylaxie HCQ ainsi que l’utilisation appropriée des EPI doivent être pris en considération conjointement avec l’homéostasie à risque opérant à des niveaux individuels.» A déclaré l’étude ICMR.

Traduction : MIRASTNEWS

Sourtce : Front Russ

1 Trackback / Pingback

  1. Les Etats Profonds à l’origine de la maladie COVID-19 sont les grands bénéficiaires des év énements se déroulant aux Etats-Unis d’Amérique… | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :