A la Une

La Deutsche Bank proche de la faillite

Une banque allemande demande à ses employés de renoncer à leurs salaires pour réduire les coûts.

Soumis par InfoBrics, rédigé par Lucas Leiroz, chercheur en droit international à l’Université fédérale de Rio de Janeiro…

Il semble que l’effondrement de l’institution détruirait le système financier mondial.

La Deutsche Bank, l’une des plus grandes banques européennes, a récemment demandé à des centaines de ses dirigeants de renoncer volontairement à recevoir leurs salaires mensuels, conformément au programme de la banque visant à réduire les pertes. Officiellement, les cadres supérieurs ont renoncé volontairement à leurs salaires respectifs, abandonnant leurs revenus personnels pour tenter de sauver leur propre emploi. Comme l’a expliqué le directeur exécutif de la banque, Christian Zeving, « cette décision fait partie du programme de réduction des coûts ».

La Deutsche Bank est au milieu d’un programme d’austérité difficile pour essayer d’équilibrer la comptabilité après plusieurs années de pertes. D’ici la fin de 2022, la banque prévoit de réduire le nombre d’emplois à temps plein d’environ 18 000 employés, à 74 000 dans le monde. Depuis la crise de 2008, qui a ébranlé les fondements du système financier, la Deutsche Bank traverse une crise constante, devant faire face au grand défi d’équilibrer ses finances pour survivre. Cependant, la situation a commencé à s’aggraver considérablement depuis 2016, date à laquelle elle a ajouté une perte nette de près de 7 milliards d’euros (environ 7 800 millions (7,8 milliards) de dollars). En 2018, le Fonds monétaire international a reconnu DB comme «la plus grande source de risque parmi les banques d’importance systémique dans le monde».

En 2019, la Deutsche Bank a annoncé une fusion avec Commerzbank pour tenter de résoudre sa crise financière. Cependant, les régulateurs allemands ont opposé leur veto à l’accord, craignant qu’au lieu de sauver DB, la fusion ne détruise la Commerzbank, qui est la deuxième banque du pays. En juillet de la même année, Christian Zeving a annoncé la restructuration du géant financier, qui fait partie du licenciement de milliers de salariés dans le monde: « Je suis désolé que, pour la restauration de notre banque, nous devions appliquer des réductions massives », a déclaré le directeur exécutif de l’époque, expliquant que «cela servira les intérêts à long terme de la banque» et qu’une action décisive est donc nécessaire. Maintenant, de même, la Banque nuit à ses employés en essayant de «réduire les dépenses» en ne les payant pas au lieu de les licencier.

Début 2020, la banque a élaboré un plan de réduction de ses dépenses d’environ 2 milliards d’euros à 19,5 milliards d’euros. Cependant, la pandémie mondiale du nouveau coronavirus a déjà radicalement modifié ces plans et au cours du seul premier trimestre de l’année, elle a entraîné des pertes de plus de 5 600 millions (5,6 milliards) d’euros, ce qui représente déjà une dépense excessive de 15% par trimestre.

Le scénario semble cependant empirer, sans bonnes nouvelles pour DB. Des responsables des Etats-Unis d’Amérique pensent que la Deutsche Bank aurait été impliquée dans la fraude financière de Jeffrey Epstein, qui a été arrêté pour trafic sexuel et, selon les autorités, s’est suicidé dans une prison fédérale. La banque lui a non seulement accordé d’importants prêts, mais lui a également ouvert de nombreux comptes bancaires sous des noms fictifs. Selon le New York Times, le département des services financiers de New York annoncera des sanctions sévères contre la banque allemande avant la fin du mois de juillet, ce qui ne manquera pas de nuire à la situation financière de la banque et de contribuer à sa faillite éventuelle.

Actuellement, la DB est le principal mainteneur des économies européennes, malgré sa fragilité et ses difficultés financières. DB a de nombreux bonus en provenance d’Italie, d’Espagne, du Portugal et d’autres pays européens. La plus grande crainte de ces pays est une situation d’aggravation économique ou de faillite, dans laquelle la banque sera contrainte de vendre ces valeurs à bas prix, afin de rembourser ses dettes, ce qui pourrait réellement briser plusieurs économies européennes.

L’an dernier, le Financial Stability Board a publié un rapport avec la liste des soi-disant «trop gros pour faire faillite», qui se compose d’institutions financières dont la taille et le pouvoir sont si grands que leur faillite pourrait représenter une crise mondiale systématique, dans un effet domino, dont les conséquences seraient sans précédent et menaceraient la survie même du système financier.

La liste sert avant tout d’avertissement aux gouvernements des pays de ces institutions: en cas de faillite des banques, l’État doit injecter de l’argent public pour les sauver et éviter ainsi une crise mondiale. Cependant, cette liste est apparue dans un contexte pré-pandémique mondial, ce qui rend cette possibilité plus difficile maintenant.

Que feront les gouvernements européens de leurs institutions financières dans le chaos social, économique et politique généré par le nouveau coronavirus? Le gouvernement allemand investira-t-il de l’argent public dans la Deutsche Bank pour la sauver? Est-il toujours dans l’intérêt des gouvernements européens de sauver le capitalisme financier?

De nombreuses questions restent sans réponse. En fait, il est presque indéniable que le sort de la Deutsche Bank, sans une aide d’État forte, sera la chute et la faillite absolue, qui entraînera un changement obligatoire du système mondial, enterrant peut-être définitivement l’ère financière actuelle.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de The Duran.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : The Duran

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :