A la Une

Les Big Pharma auraient-ils des agents contaminateurs sur place ? – Le Congo déclare une nouvelle épidémie d’Ebola, 8 personnes désormais infectées

La République démocratique du Congo a signalé une nouvelle épidémie d’Ebola cette semaine. Le nouveau cluster a suscité la peur parmi les experts de la santé publique, car le pays africain est toujours aux prises avec la plus grande épidémie de rougeole au monde, ainsi que le coronavirus [, dont l’ampleur reste encore faible par rapport à ce qui s’est passé dans les pays comme la France, l’Italie, les Etats-Unis d’Amérique ou le Brésil par exemple, mais pourrait s’accélérer avec l’entrée massif d’éléments contaminants importés JDDM – MIRASTNEWS].

Lundi 1er juin, le ministère de la Santé publique a signalé six cas et quatre décès dans la ville occidentale de Mbandaka; ils ont ensuite confirmé deux autres cas deux jours plus tard. Un rapport de l’UNICEF, qui a un bureau dans la région, a également indiqué lundi qu’une cinquième personne était décédée du virus.

La situation complique également les efforts locaux et internationaux pour endiguer une épidémie d’Ebola dans la partie orientale du pays, une zone considérée comme l’une des régions les plus volatiles du continent. Il y a moins de deux mois, l’épidémie – qui avait duré près de deux ans et causé plus de 2 275 décès – était dans sa phase finale. Cependant, un nouveau cas a fait reculer le plan du gouvernement de déclarer la fin officielle de l’épidémie.

On ne sait pas non plus comment le virus est apparu à Mbandaka, une ville de 1,2 million d’habitants située à environ 750 miles à l’ouest de la frontière orientale du pays, en particulier depuis que le Congo a imposé des restrictions de voyage pour empêcher la propagation du coronavirus. Les experts étudient la possibilité d’un nouveau cas de transmission de l’animal à l’homme, d’autant plus que la ville avait précédemment été le centre d’une épidémie en 2018.

[Ce n’est pas la seule façon de propager la maladie, il se pourrait que ce soit des virus sortis des laboratoires contaminant directement des humains ou des animaux de laboratoires lâchés dans la nature dans l’objectif de contaminer les humains. Des experts et des témoignages ont montré que par le passé ce virus et d’autres comme le VIH ont été élaborés en laboratoire dans le but de contaminer et d’exterminer les africains. JDDM – MIRASTNEWS].

Selon les Centers for Disease Control and Prevention, une personne peut être infectée par le virus Ebola en entrant en contact avec un animal infecté, notamment des chauves-souris frugivores ou des singes. Il peut également se propager par la manipulation de viande d’animaux sauvages infectés par Ebola.

«C’est un rappel que COVID-19 n’est pas la seule menace pour la santé à laquelle les gens sont confrontés», a ajouté Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une crise de santé après l’autre

Outre la nouvelle épidémie d’Ebola, les autorités sanitaires du Congo se battent également pour contenir le coronavirus, qui est également concentré dans la région ouest du pays. Le Congo, l’un des pays les plus pauvres du monde [en dépit de l’abondance en ressources naturelles dont les populations et le pays ne profitent pas assezMIRASTNEWS], compte 3 644 cas confirmés et 78 décès, selon les données de l’Université Johns Hopkins. Cependant, son nombre réel de cas et de décès devrait être beaucoup plus élevé, étant donné que les tests ont été limités.

L’épidémie à Mbandaka inquiète les experts de la santé, d’autant plus que la ville est une plaque tournante pour se rendre dans la capitale, Kinshasa et les pays voisins. La capitale, qui compte environ 12 millions d’habitants, est l’épicentre actuel de l’épidémie de coronavirus dans le pays. En outre, Mbandaka est frontalière de la République du Congo et de la République centrafricaine – deux pays déchirés par la guerre avec des systèmes de santé encore plus faibles que celui du Congo (RDC).

En outre, le pays est également au cœur de la plus grande épidémie de rougeole au monde, qui a infecté 369 520 personnes et causé 6 779 décès depuis 2019. [Ces épidémies devraient plutôt attirer l’attention sur leur origine réelle, car les véritables causes doivent être détectées, sans cela, il y aura répétition à l’infini d’apparitions subites de virus nouveaux ou anciens. JDDM – MIRASTNEWS].

En réponse à la nouvelle flambée, le Dr Matshidiso Rebecca Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, a publié sur Twitter que l’agence mondiale de la santé travaillerait en collaboration avec les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies et le ministère de la Santé [de la République démocratique] du Congo pour y faire face.

«A chaque expérience, nous répondons plus vite? Et? plus efficacement», a déclaré Moeti.

Dr Matshidiso Moeti

@MoetiTshidi

The new outbreak in Mbandaka represents a challenge, but it’s one we are ready to tackle. @WHO has worked w/ @MinSanteRDC, @AfricaCDC & partners over the years to strengthen capacity to respond to outbreaks. With each experience we respond faster & more effectively.

Le dernier d’une série d’épidémies

Ebola, qui est l’abréviation de la maladie à virus Ebola, est une maladie mortelle qui provoque de la fièvre, des saignements, une faiblesse et des douleurs abdominales. Alors que le taux de mortalité moyen d’Ebola est d’environ 50%, certaines flambées ont eu des taux de létalité allant jusqu’à 90%. La maladie tire son nom de la rivière Ebola, où elle a été identifiée pour la première fois.

[Sans que l’on ne découvre son origine réelle, dont on dit sortie de laboratoires de certaines Grandes puissances. JDDM – MIRASTNEWS].

Le Congo a connu de nombreuses flambées d’Ebola ces dernières années, et la plupart ont été résolues rapidement. (Connexes: la «période d’incubation» se situe à propos d’Ebola et pourquoi l’Amérique est vulnérable à une épidémie d’Ebola de migrants infectés.)

À ce jour, la plus grande épidémie d’Ebola connue s’est produite en 2014, qui a tué plus de 11 000 personnes et touché la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone en Afrique de l’Ouest.

[Ici aussi des spécialistes indiquent que le virus sortait d’un laboratoire de la Région. L’objectif principal de la dissémination et la propagation selon nous, était de freiner l’expansion de la croissance économique du moment qui était assez élevée et d’affaiblir les Etats pour une prise de contrôle plus facile des ressources naturelles du Golfe de Guinée et des richesses régionales tant convoitées. JDDM – MIRASTNEWS].

Pandemic.news a plus d’informations sur l’épidémie de coronavirus de Wuhan [ou des Etats-Unis d’Amérique et alliés – MIRASTNEWS] en cours.

Les sources comprennent:

WSJ.com

NYTimes.com 1

Africa.CGTN.com

NYTimes.com 2

CDC.gov

Coronavirus.JHU.edu

Twitter.com

WHO.int

Ralph Flores    

Traduction et avis intégrés : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Natural News

1 Trackback / Pingback

  1. Les Big Pharma auraient-ils des agents contaminateurs sur place ? – Le Congo déclare une nouvelle épid émie d’Ebola, 8 personnes désormais infectées | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :