A la Une

FUITES JUDICIAIRES EN ITALIE. Risque d’expulsion pour 10 magistrats dans le cercle des Dem européens d’Obama-Gate avec l’affaire des vaccins

SOMMAIRE

1 – Risque d’expulsion pour 10 magistrats

2 – Ingérence dans les organes constitutionnels

3 – Sous-secrétaire de 3 gouvernements à l’intérieur de Magic Ring

4 – Palamara blâme le puissant procureur de gauche

5 – Le juge: « Palamara dit des noms: seulement au début »

6 – Broadsides par les avocats anti-mob VS l’ancien président de la République

7 – Magistrats, espions, maçons dans les intrigues des Dem d’Italie-Us

8 – Du scandale de l’Unicef ​​aux expériences sur le SRAS pour les vaccins

« Parce que celui qui est puissant a fait de grandes choses pour moi, et saint est son nom; …

Il a montré sa puissance avec son bras,

Il a dispersé les orgueilleux dans la vanité de leur cœur.

Il a renversé les puissants de leurs trônes,

et a exalté les humbles … « 

Magnificat de Maria – Évangile de Luc (1. 46-55)

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Version originale italienne

Enfin, la Cour de cassation pointe du doigt 10 magistrats soulignant leurs intrigues louches pour guider le choix du procureur de Rome destiné à reprendre les dossiers brûlants du CONSIP dans lesquels est également inculpé l’ancien ministre des Sports Luca Lotti, un député italien qui s’est suspendu lui-même du Parti démocrate pour cette question.

 WUHAN-GATES – 12. Ancien chef du renseignement britannique du MI6: « SARS-2 Built in Bio-Lab ». Photos et preuves de tests de dépistage du VIH

Mais la boîte de Pandore découverte a dévoilé un « cercle magique » dessiné dans l’ombre du PD italien qui fait également apparaître des courants de tissages internationaux sous le signe des démocrates italo-américains déjà apparus en Ukraine contre le président Donald Trump, à partir duquel lui est apparu l’antithétique ObamaGate, ainsi que ceux découverts par Gospa News dans la triade faisant la promotion de la Big Pharma et des vaccins entre l’ancien président des Etats-Unis d’Amérique Barack Obama et ses deux grands donateurs Bill Gates et George Soros.

1 – RISQUE D’EXPULSION POUR 10 MAGISTRATS

Consip est la station thermale contrôlée par le ministère italien de l’Économie qui gère les contrats milliardaires pour l’administration publique qui se sont retrouvés dans l’œil de l’ouragan pour l’arrestation d’un homme d’affaires napolitain accusé d’avoir versé des pots-de-vin à certains dirigeants de l’entreprise elle-même.

Lotti, ancien ministre du gouvernement Gentiloni – devrait être clarifié – il est accusé seulement d’avoir aidé et divulgué des services secrets. C’était précisément le sommet entre les magistrats sympathisants de l’aile rouge et le politicien Lotti, ancien sous-secrétaire du Premier ministre Matteo Renzi – dont il était un bras droit fidèle au point d’être co-enquêté avec son père Tiziano Renzi à l’affaire Consip – les faire aboutir à de graves difficultés devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) afin de risquer même la révocation de la magistrature. Mais pas assez pour l’instant pour justifier une enquête pénale.

CONSIP: VENGEANCE DE LA TOGE CONTRE L’ANCIEN MINISTRE LOTTI ET RENZI SENIOR

Seul le procureur romain adjoint Luca Palamara, déjà expulsé du syndicat National Association of Magistrates et suspendu de ses fonctions et de son salaire, fait en effet l’objet d’une enquête pour corruption dans des documents judiciaires et est considéré comme le principal moteur de ce «ver dans le CSM», comme il l’a défini, l’ancien procureur et parlementaire anti-mafia Giuseppe Ayala.

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella, et l’ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature et procureur Luca Palamara font actuellement l’objet d’enquêtes pour corruption dans des actes juridiques.

Il est le seul des 10 touchés par une enquête pénale aux côtés de Luigi Spina, le prétendu «espion» qui, en raison de son rôle de membre du même Conseil supérieur de la magistrature, a révélé à Palamara le contenu de l’enquête lancée par le procureur de Pérouse (compétent pour les crimes des juges de la capitale) contre lui.

TOGES SALES: AUSSI DANS LES PROBLÈMES LE PROCUREUR GÉNÉRAL, MATTARELLA DÉMISSIONNE

Tout tourne autour des écoutes téléphoniques de conversations enflammées entre magistrats et politiciens recueillies par les procureurs de Pérouse grâce au cheval de Troie introduit par le GICO (Investigation Group Organized Crime) de la Guardia di Finanza dont le scandale que nous avons rebaptisé PalamaraGate a émergé dans toute son ampleur dévastatrice.

Déjà les fragments de ces enregistrements avaient rapporté que la réunion du 8 mai 2019, au cours de laquelle ils ont tenté de tisser le complot pour amener un «ami» à la tête du parquet de Rome, en raison de la retraite du procureur Pignatone, un magistrat estimé par beaucoup de la catégorie s’est retrouvée à son tour au centre d’autres interceptions embarrassantes, qui feront l’objet d’un dossier annoncé par le sénateur Maurizio Gasparri de Forza Italia, avant de recevoir une lettre anonyme avec menaces de mort.

2 – INTERFÉRENCE AVEC LES ORGANES CONSTITUTIONNELS

Maintenant, c’est le nouveau procureur général de la cassation Giovanni Salvi (le précédent Riccardo Fuzio a demandé une retraite anticipée parce qu’il était impliqué dans le scandale et a enquêté pour avoir également fait des révélations de secrets de bureau à son collègue Palamara) pour fournir tous les détails sur un dîner qui Dante Alighieri n’aurait pas hésité à définir «condamné» à l’hôtel Champagne à Rome.

Le procureur général de la Cassation italienne Giovanni Salvi

Selon le journal italien Repubblica, AG Salvi dit: «Ce sont dix postes pour lesquels une audience a été demandée pour les participants individuels: Luca Palamara, et les anciens directeurs du CSM Luigi Spina, Gianluigi Morlini, Corrado Cartoni, Paolo Criscuoli, Antonio Hare, pour les discours prononcés ce soir-là et donc pour la conduite incorrecte envers des collègues qui se sont portés candidats à la procuration de Piazzale Clodio. L’ingérence dans l’exercice des organes constitutionnels a également été contestée, en raison du caractère offensant des comportements commis».

La mesure disciplinaire a également été engagée à l’encontre de l’ancien procureur de Rome Stefano Fava (qui a déjà demandé le transfèrement), de l’ex-procureur du procureur national anti-mafia Cesare Sirignano (déjà muté du CSM lors d’une précédente procédure disciplinaire) et pour deux magistrats secrétaires du Conseil qui, pourtant, selon Salvi, «ont un rôle mineur».

Cependant, on ne sait pas qui sont les 10 autres robes, pour un total de 20, contre lesquelles la première Commission du CSM, celle qui consacre la sanction para-disciplinaire du transfert de fonction pour «incompatibilité environnementale», a entamé les enquêtes préliminaires.

JUSTICE CORROMPUE, MATTARELLA AVEUGLE: De l’affaire Trani au PalamaraGate pro-PD et contre Salvini.Tremblement de terre entre les robes rouges

Comme vous le savez, le Conseil supérieur de la magistrature est l’organe autonome de magistrats composé de porte-parole et de membres non professionnels ayant une expérience jurisprudentielle (avocats) et une nomination politique. Le CSM est la fine membrane entre la politique et le judiciaire qui permet à ce dernier d’être indépendant au regard de la séparation entre les pouvoirs législatif (Parlement), exécutif (Gouvernement) et judiciaire, inscrit dans la Charte constitutionnelle.

Mais dans ce cas, les juges auraient abusé de leur autonomie pour créer un réseau capable de conspirer contre d’autres collègues en collusion intime avec des représentants des démocrates, également déterminés à comploter contre l’opposant politique Matteo Salvini, chef de la Ligue, tel qu’il ressortait d’autres chats déconcertants.

3 – SOUS-SECRÉTAIRE DE 3 GOUVERNEMENTS DU CERCLE MAGIQUE

Pour confirmer cet entrelacs malsain de robes rouges et de parlement, parmi les destinataires de l’enquête qui pourrait coûter l’expulsion (ou le transfert à un autre bureau) il y a aussi «le député renzien (groupe Matteo Renzi – ed) Cosimo Maria Ferri pour qui le procureur général a invité le CSM de demander à la Chambre l’autorisation d’utiliser ses écoutes téléphoniques», écrit Repubblica.

Ferri n’est pas n’importe quel député puisqu’il était sous-secrétaire à la justice dans trois gouvernements de gauche (Letta, Renzi et Gentiloni). Un anneau important apparaît dans le soi-disant «cercle magique» enregistré par PD, avec lequel il a été élu à la Chambre avant de rejoindre en tant que membre indépendant du groupe de Italia Viva fondé par Renzi qui au Sénat est fondamental pour la majorité PD -5 étoiles du gouvernement Conte Bis.

PALAMARA-GATE – 2. L’enquête du PM choisi par MONTI et RENZI sur la TOGHE ROUGE du PD « Cercle Magique ». Inciucio M5S, FI et LEGA chez CSM

La référence est au soi-disant « lis magique » politique, car l’entoruage de l’ex-premier Renzi a été défini par le symbole floral de Florence où il est devenu président de la province et maire avant d’être indiqué en 2014 par le président Giorgio Napolitano comme président du Conseil, mais surtout le puissant « cercle magique » qui a émergé des interrogatoires des juges de Pérouse en relation avec le député Dem Giovanni Legnini qui est devenu vice-président du CSM.

À ce poste, en septembre 2018, il a été remplacé par son compagnon de parti David Ermini, député en charge du ministère de la Justice des démocrates, nommé après une scission au sein du CSM et un autre dîner suspect qui s’est retrouvé sous les projecteurs des médias car il a été mentionné par Palamara lui-même dans un entretien avec Repubblica lors d’une explosion dans laquelle il dénonce une faute généralisée dans les batailles entre les courants syndicaux des robes et n’accepte pas de passer pour un bouc émissaire.

« Je trouve physiologique que ceux qui ont certains postes représentatifs dans le système judiciaire parlent avec la politique », a déclaré le procureur désormais suspendu de ses fonctions et de son salaire dans la République comme le rapporte The National Primacy qui s’attarde sur d’autres détails très intéressants.

4 – LES ACCUSATIONS DE PALAMARA À LA PUISSANTE TOGA ROUGE

«Mais je trouve moins agréable qu’il y ait des procureurs qui vont dîner avec des politiciens – Palamara a déclaré aux journalistes – En ce qui concerne ma note, je faisais référence, par exemple, aux relations entre la présidente de la Commission de justice de chambre, Donatella Ferranti, élue en Parti démocrate, et Eugenio Albamonte, procureur de Rome et de l’aile gauche de la zone, comme à l’occasion de la nomination du vice-président du CSM, David Ermini ou des avocats».

RED TOGA TRIOMPHE …

«Bref, l’accusation de Palamara à Albamonte est claire: il aurait rencontré l’ex-député démocrate pour « raisonner ensemble » sur certaines nominations, dont celle de vice-présidente du CSM – conclut l’article de La Primauté nationale – Donatella Ferranti n’est pas seulement un ancien député du Parti démocrate. Avant d’être élue en 2008 sur les listes Dem, de 1981 à 1998, elle a été procureur au parquet de Viterbe. Elle est ensuite entrée au CSM d’abord comme secrétaire adjointe puis comme secrétaire générale. Comme déjà mentionné, en 2008, elle a été élue à la Chambre des députés du Parti démocrate et y est restée pendant deux législatures jusqu’en 2018. En 2018, elle n’a pas été reconduite mais a reçu un parachute respectable comme dot: avec un forçage authentique, sans concours régulier, elle est nommée juge de cassation».

Ses excellentes relations avec l’ancien président de la République Giorgio Napolitano, député PD et président de la CSM par la loi, ont donc porté leurs fruits pendant le mandat de son successeur, également PD, Sergio Mattarella.

L’ancien président de la République et du CSM, Giorgio Napolitano, avec la secrétaire générale du CSM de l’époque, Donatella Ferranti

Le jour de l’interview sur Repubblica, Paolo Galdieri, avocat du procureur romain à la tête du pouvoir judiciaire démocratique, s’est empressé de démentir les propos de Palamara en annonçant des plaintes: «Dans une série d’interviews réalisées aujourd’hui (à La Repubblica, signé par Liana Milella, dans Il Fatto Quotidiano signé par Antonio Massari, dans La Verità signé par Giacomo Amadori), il l’a diffamé, en parlant d’événements qui ne se sont jamais produits, en particulier de dîners non spécifiés chez mon client (Eugenio Albamonte, éd.) et l’honorable Donatella Ferranti, ancienne présidente de la commission de justice de chambre, au cours desquelles la nomination du vice-président du CSM David Ermini et les nominations des avocats généraux de la cassation seront discutées».

Eugenio Albamonte, ancien président de la National Magistrates Association

Mais Albamonte lui-même, un magistrat de gauche, ancien président de l’ANM et maintenant secrétaire de zone, dans une interview ultérieure sur Corriere della Sera, nie son avocat, confirmant les rencontres et l’amitié avec Donatella Ferranti.

« C’est vrai. Mais ce n’est pas que si l’on rencontre un député et un conseiller du CSM, il doit nécessairement s’occuper de missions ou de nominations directes, également en vue de trouver des solutions aux procédures judiciaires individuelles en faveur de l’un des convives. Il existe également d’autres moyens et objectifs. Avec Donatella Ferranti, que je respecte et dont je suis l’ami, nous avons toujours discuté de questions d’intérêt général, de problèmes de justice et de réformes. En tout cas, je ne fais pas partie du CSM et Donatella n’est pas un accusé, et cela fait déjà une différence. »

5 – FERRI: « PALAMARA FAIT DES NOMS: NOUS SOMMES UNIQUEMENT AU DÉBUT »

Pour souligner ce tourbillon d’affectations et de mélanges entre magistrats et parlementaires, PD a été la primauté nationale avant l’annonce des 10 mesures disciplinaires demandées par le procureur général parmi lesquelles, cependant, il n’y a pas de protagonistes de cet autre dîner tel qu’il est apparu lors d’une confiance qui ne fait pas partie des documents officiels sur lesquels le procureur de cassation a ouvert l’enquête. Le travail est en effet basé sur le contenu des interceptions obtenues par le procureur de Pérouse lors des enquêtes sur Palamara grâce à un cheval de Troie inoculé par le GICO della Finanza sur le téléphone du magistrat.

L’ancien sous-secrétaire Cosimo Maria Ferri au Parlement

À cet égard, c’est l’ancien sous-secrétaire, aujourd’hui adjoint Cosimo Maria Ferri, un magistrat en instance impliqué dans l’enquête disciplinaire pour la réunion de l’hôtel Champagne, qui a expliqué la gravité de la situation en quelques frappes au Corriere della Sera.

« La vérité est qu’il n’y a plus de cheval de Troie à détenir. La bille blanche est dans sa main. Il reste à voir si et ce que Palamara voudra reconstruire, dire, raconter. Vous savez, vos révélations aideraient peut-être à la fois le judiciaire et le politique à évoluer vers une véritable séparation des pouvoirs. Qui sait si c’est le cas. Bien sûr, les choses qu’elle a commencées à dire et les noms qu’elle a commencé à donner? Vous n’avez pas besoin d’un grand flair pour comprendre que nous ne sommes même pas au début ».

Il est singulier qu’un politicien-magistrat au centre du complot pour diriger les nominations au parquet de Rome lance ce défi à son collègue. C’est peut-être le signe clair que les noms que Palamara pourrait faire sont si éloquents qu’ils représentent une « assurance-vie » pour réussir l’entreprise apparemment impossible de sauver sa carrière professionnelle.

6 – LES BORDS DE L’EX PM ANTI-MAFIA CONTRE LES NAPOLITAINS

Ces derniers jours, en effet, deux procureurs anti-mafia ont lancé des émissions contre le Quirinale en relation avec les conflits de compétence de l’enquête sur la négociation Etat-mafia qui ont conduit à la destruction des interceptions du mystérieux appel téléphonique entre Napolitano et l’ancien ministre Nicola Mancino et tous interrogatoire par le président de la République …

Le procureur Luca Palamara avec l’ancien président de la République Giorgio Napolitano

Le magistrat Nino Di Matteo, aujourd’hui membre du CSM, tel que rapporté par LiberoQuotidiano a déclaré à la Commission parlementaire anti-mafia, présidée par Nicola Morra: «Si je me souviens bien, à un moment donné au moment le plus dur de la controverse due au conflit d’attribution Antonio Ingroia, qui à l’époque se trouvait toujours au bureau du procureur de Palerme et menait des enquêtes avec nous, a dit quelque chose à moi et au procureur de l’époque Messineo, également parce que nous l’avons immédiatement arrêté, je pensais au début qu’il a plaisanté, il a dit qu’à Rome, il avait rencontré un journaliste bien connu, le rédacteur en chef d’un journal bien connu, qui lui avait dit que depuis le Quirinale ils voulaient savoir s’il y avait la possibilité d’un contact avec le parquet de Palerme pour résoudre cette situation, et dans ce cas, le point de connexion pourrait être connu par le Dr Palamara ».

FIAT-FCA, 111 ANS DE PROCESSUS: DE LA TANGENTOPOLIE AUX INTÉRÊTS AVEC LES SYNDICATS AMÉRICAINS ET LES DICTATEURS BRÉSILIENS

Le journaliste en question serait Ezio Mauro, alors rédacteur en chef de Repubblica, un journal édité par le groupe GEDI alors contrôlé par la famille de Carlo De Benedetti, carte numéro 1 PD, et, plus récemment également, par celle des Agneaux par John Elkann, membre faisant autorité du comité permanent de Bilderberg et président de la FCA qui a fini par faire l’objet d’une enquête aux États-Unis par le ministère de la Justice de l’administration Trump.

CRIME MORTEL: MENTON D’ÉTAT

Ingroia a tout confirmé à Adnkronos en évoquant le nom de Napolitano, soupçonné d’être proche de la CIA depuis 1978, lorsque l’homme d’État Aldo Moro a été kidnappé et tué dans l’une des pages les plus sombres de l’histoire de l’Italie appelée « un sarcophage fait des mensonges» par la Commission d’enquête parlementaire.

ITALIE MAFIA X-FILE: L’histoire des millions donnés par l’homme d’affaires de Riina à Mattarella: remplie pour des « quantités modestes »…

S’il est bien connu que c’était AMGOT, le gouvernement anglo-états-unien provisoire qui s’est installé à Palerme en 1943 après le débarquement des Alliés en Sicile favorisé par le patron de la mafia Lucky Luciano et piloté par l’OSS (ex CIA), pour initier la politique Bernardo Mattarella, puis fauché dans sa carrière pour une recommandation à Vito Ciancimino, le référent maire de Palerme de Cosa Nostra, plusieurs années avant que son fils Sergio Mattarella ne monte au Quirinal (2015), échappant de peu à une condamnation dans l’un des procès de Tangentopoli qui a éclaté en 1993.

« POUVOIRS CACHÉS PAR L’APPROVISIONNEMENT DE LA MAFIA : FALCONE ET BORSELLINO TUÉS POUR L’INFORMATION CARONTE »

Cela s’est produit un an après l’année dramatique des attaques explosives contre les juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino qui enquêtaient sur le rapport Caronte ROS des Carabinieri sur les contrats dans les relations entre la politique, la franc-maçonnerie et la mafia.

Revenant plutôt sur les 10 actions disciplinaires engagées, le PG de la Cassation Giovanni Salvi précise que son « bureau ne veut pas mettre un couvercle, mais nous voulons respecter les gens: ce qui s’est passé a marqué un point de non-retour, l’impact a été très mauvais pire encore qu’en réalité, car dans le CSM, organe collégial à participation mixte, les nominations ne doivent pas se faire sur la base de la volonté des courants. C’est une question de bonne administration. Aujourd’hui, cependant, je dirais au public de regarder avec confiance le travail actuel du CSM car il tourne la page. »

Il ne fait aucun doute que ce qui est apparu est « pire que la réalité » étant donné que le tremblement de terre a éclaté au CSM pour surveiller le téléphone d’une seule robe …

7 – TOGHE, ESPIONS, MAÇONNERIE ET ​​DROITS ENTRE DEM ITALIE ET ​​ÉTATS-UNIS D’AMERIQUE

Il faut espérer que la cassation a déjà statué sur l’impossibilité d’utiliser les écoutes téléphoniques brûlantes des magistrats co-enquêtés pour la divulgation de secrets de bureau à Palamara (Spina et Fuzio) rendant en fait vain toute possibilité d’une enquête pénale contre d’autres robes maintenant menacées d’expulsion.

Mais il faut espérer que quelque lumière sera également apportée sur cet autre dîner et sur les rapports de la puissante toge rouge romaine Albamonte, car il a également été impliqué dans une enquête de portée internationale pour de prétendues violations de l’enquête (fausses et omissions d’actes de fonction), dont il a cependant été complètement acquitté, rapporté par l’ingénieur Giulio Occhionero arrêté et condamné (avec sa sœur) pour cyberespionnage dans l’enquête Eye Piramid.

« Parmi ceux observés depuis » l’oeil de la pyramide « appartenait à une loge maçonnique, classée sous l’abréviation » BROS « (frères) dans un dossier placé dans l’une des nombreuses zones de largage à l’étranger. Avec l’abréviation « POBU » (Politicians Business), cependant, les représentants politiques cibles de l’association criminelle ont été répertoriés », a précisé la police postale.

PALAMARA, DIRTY TOGHE & PD, PRÊT AU PONÇAGE: « interceptions inutilisables »

Occhionero lui-même, dans une récente interview avec Livio Varriale de Matrice Digitale, a corrélé son affaire avec le SpyGate contre le président républicain Donald Trump.

L’ingénieur a été condamné à 5 ans pour avoir piraté environ 6 000 e-mails d’entreprises, d’institutions et de politiciens avec le logiciel malveillant Pyramide des yeux et a été découvert grâce à une activité qui, selon lui, avait eu lieu illégalement parce que son serveur était aux États-Unis d’Amérique et a été piraté par un conseiller du procureur privé.

Selon le communiqué de presse officiel de l’époque (janvier 2017) publié par le CNAIPIC (National Cyber ​​Crime Center for the Protection of Critical Infrastructures – ndlr), Occhionero avait « pendant des années acquis des informations confidentielles, des données sensibles, des informations conservées jalousement sur Des systèmes informatiques américains, désormais saisis par les opérateurs de la Police postale, grâce à l’aide précieuse de collègues de la Cyber ​​Division du FBI des Etats-Unis d’Amérique et qui permettront de déterminer quelles données et combien de données ont été illégalement volées ».

Tel que rapporté par le journal Il Messaggero en janvier 2020, un auxiliaire de police judiciaire a été envoyé en jugement pour accès abusif et possession abusive de mots de passe.

PALAMARA-GATE – 3. «Net» doux pour 20 toges rouges. Ils risquent des expulsions, mais pas des condamnations! Mattarella démissionne.

« Tous les détails qui, à ce jour, semblent plus pertinents à la lumière de l’affaire Trump et qui mettent en évidence non seulement la relation atavique entre le judiciaire et la politique, mais mettent en lumière à un niveau supérieur composé du judiciaire et du renseignement. La mienne est-elle une mauvaise analyse (…)?  » demanda le journaliste, obtenant une réponse très péremptoire de l’ingénieur nucléaire, qui vit à Londres mais est assimilé à Romana.

«La relation entre le pouvoir judiciaire et le renseignement, encore facilitée par le décret du gouvernement Renzi de novembre 2015, est l’un des aspects les plus embarrassants sur lesquels le pouvoir judiciaire italien se préoccupe du respect de la vie privée. Dans une de mes nombreuses correspondances, située au parquet de Pérouse, j’ai souligné que nos enquêtes défensives avaient conduit à la découverte d’éléments tels que le risque que la justice italienne poursuive des objectifs politiques « dépassés ». En fait, il existe des éléments concrets pour affirmer que certains magistrats travaillent déjà en politique étrangère».

«Il y a actuellement plusieurs procédures au parquet de Pérouse, nées à la suite de nos plaintes. Concernant la demande de dépôt miraculeuse – a expliqué Occhionero – la thèse du juge serait que les agents Albamonte et CNAIPIC ont agi légalement en menant une activité prolongée de piratage de systèmes informatiques placés sur le territoire des Etats-Unis d’Amérique. Nous soumettrons la prédication du juge à l’autorité judiciaire des Etats-Unis d’Amérique.»

UKRAINEGATE, COMPLOT DU DEEP STATE CONTRE TRUMP: entre les deux informateurs de la CIA, Renzi apparaît également

Il ne semble donc pas par hasard que Palamara ait rendu public le nom d’Albamonte. Est-ce peut-être ce qui pourrait mettre PalamaraGate en relation avec Washington et probablement avec Langley, siège de la Central Intelligence Agency, comme cela a déjà été révélé dans certains aspects de l’enquête demandée par la Maison Blanche et menée par le ministère de la Justice également en Italie?

Le soi-disant SpyGate est en fait l’entrelacement de la politique, du renseignement et du système judiciaire des Etats-Unis d’Amérique qui corrèle RussiaGate et UkraineGate promus par le Parti démocrate des Etats-Unis d’Amérique sur la base des dénonciations de la CIA contre le président Donald Trump avec l’aide de l’État profond. (Comme l’admettait publiquement un ancien directeur de la CIA) et le soi-disant ObamaGate initié par l’administration Trump concernant ces complots présumés contre lui qui se sont soldés par des licenciements totaux et le Sénat (majoritairement républicain) a rejeté la procédure de mise en accusation lancée lors de la Chambre (majoritaire Dem).

SCANDALE DE L’UNICEF SOUS LE SIGNE DÉMOCRATIQUE DE L’ITALIE ET LES ÉTATS-UNIS D’AMERIQUE

8 – DU SCANDALE DE L’UNICEF AUX EXPÉRIENCES DU SRAS ET DES VACCINS

Tout cela évoque d’autres intrigues suspectes entre l’Italie et les États-Unis d’Amérique sous le signe des Dem, du renseignement, du ministère de la Sécurité nationale et du Pentagone, découvert et révélé jusqu’à présent uniquement par Gospa News, sur le scandale des Fonds Unicef ​​dont ils auraient été indûment appropriés par le beau-frère de l’ancien premier ministre et secrétaire PD Matteo Renzi, aujourd’hui sénateur leader d’Italia Viva, et au plan de l’immunisation contestée des 10 vaccins obligatoires en âge scolaire promu par l’administration de Barack Obama avec son financier Bill Gates.

WUHAN-GATES – 10. COMPLOT LOSCO: Sommet de l’UE avec 4 ONG de Gates, Big Pharma et FB avant la pandémie de SRAS-2 avec le VIH

Ce projet « pilote » qui a enrichi GlaxoSmithKline dans la Toscane « rouge » (né de la fusion avec SmithKline connue en Italie pour les pots-de-vin reçus par l’ancien ministre de la Santé Francesco de Lorenzo avant de rendre obligatoire le vaccin contre l’hépatite B) était approuvé en Italie, au milieu d’un millier de différends, par le gouvernement de Paolo Gentiloni, en juillet 2017 avec le décret Lorenzin.

UE: 3 COMMISSAIRES ET 73 MEMBRES DE LA LISTE SOROS. BEAUCOUP DE PROS « PAS DE GENRE »

Cela a eu lieu quelques mois après la réunion de mai à Palazzo Chigi entre le Premier ministre et le plutarque George Soros, connu pour avoir enregistré des dizaines de députés « fiables » dans un dossier de son Open Society Foundation, dont trois sont maintenant membres de la Commission européenne, mais aussi d’être actionnaire et bailleur de fonds des projets Big Pharma sur les vaccins, comme le révèle le dossier WuhanGates- 5., sur le médicament Remdivisiv qui vient d’être approuvé par l’EMA, l’Agence européenne du médicament pour le traitement du CoVid-19 et produit par la multinationale Gilead, partenaire états-unien du Pentagone, mais soupçonné d’expériences meurtrières avec des armes bactériologiques en Géorgie. Depuis l’automne 2019, Gentiloni est nommé commissaire européen aux affaires économiques représentant l’Italie.

WUHAN-GATES – 5. GILEAD Boom de l’Antiviral en bourse grâce à l’OMS, aux chinois et à Soros. Tueur de bio-armes avec la CIA et le Pentagone

Soros n’est pas seulement un donateur historique du Parti démocrate des Etats-Unis d’Amérique, ayant soutenu la candidature d’Hillary Clinton comme Joe Biden (député d’Obama) le prétend aujourd’hui, mais il est également un partisan de + Europa, la micropartie des avorteurs et des militants LGBT alliés aux dernières élections européennes de 2019 avec le Parti démocrate européen (PDE) fondé en 2004 par le français François Bayrou et l’italien Francesco Rutelli, celui qui a présenté son protégé Renzi à Clinton, trois ans après la conférence d’un journaliste collaborateur de la CIA tenue à Florence et parrainée par les controverses de la province gouvernée par Renzi.

La naissance de l’EDP s’est produite, pour l’une des nombreuses coïncidences curieuses et mystérieuses, la même année où Romano Prodi, futur premier ministre du nouveau-né PD, en tant que président de la Commission européenne, a financé les premières expériences dangereuses du laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan sur le virus du SRAS ( 2003) infecté par le VIH, l’agent pathogène du sida, dont certains inserts ont été découverts dans le SRAS-2 (ou Covdi-19) par 13 scientifiques dans 4 études différentes ignorées à la fois par la communauté scientifique et par la politique .

WUHAN-GATES – 9. TESTS: VIH inséré dans un virus du SRAS en 2007. Merci au million d’UE de la Commission Prodi

Deux autres études, sans entrer dans le détail, ont mis en évidence les preuves de la construction en laboratoire de la nouvelle souche de CoronaVirus de la pandémie dévastatrice: l’une mentionnée par l’ancien chef du renseignement britannique MI6, l’autre qui vient d’être publiée en Australie dont nous parlerons prochainement avec les crimes commis par la Big Pharma qui distribuera le vaccin Oxford en Europe et en Italie. Comme souhaité par le gouvernement italien dirigé par le PD.

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

Pas de reproduction sans autorisation – version originale italienne


SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – JUSTICE – MAFIA

GOSPA NEWS – CONSPIRATION – FRANC-MAÇONNERIE

GOSPA NEWS – OPINION

GOSPA NEWS – GÉOPOLITIQUE – ÉCONOMIE

RÉPUBLIQUE – ACTIONS DISCIPLINAIRES POUR 10 TOGES

LA PREMIÈRE NATIONALE – L’AFFAIRE ALBAMONTE

COURRIER – ENTRETIEN FERRI

QUOTIDIEN GRATUIT – LE QUIRINAL ET PALAMARA

MATRICE NUMÉRIQUE – LUNETTES ET ESPIONNAGE DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE

LE MESSAGER – ENQUÊTE SUR LES LUNETTES

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GOSPA NEWS

1 Trackback / Pingback

  1. FUITES JUDICIAIRES EN ITALIE. Risque d’expulsion pour 10 magistrats dans le cercle des Dem européens d ’Obama-Gate avec l’affaire des vaccins | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :