A la Une

Combien de temps durera le mal de Fort Detrick? !

(Li Yang, Consul général de Chine à Rio de Janeiro)

Les Laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick, situés dans le Maryland, aux États-Unis d’Amérique, à savoir l’Institut de recherche médicale de l’armée des Etats-Unis d’Amérique sur les maladies infectieuses, ont récemment été présentés dans divers articles de presse du monde entier pour leurs comportements laids et méchants.

Fort Detrick a hérité de « l’héritage du diable ». La tristement célèbre force biologique de l’unité 731 faisait partie de l’ancienne armée impériale japonaise. Pendant la guerre d’agression japonaise contre la Chine dans les années 1930 et 1940, l’unité a mené des expériences horribles sur les humains dans le nord-est de la Chine. De nombreuses expériences impliquant des agents pathogènes, du gaz toxique, des chambres de pression et une vivisection ont été menées sur des soldats et des civils capturés, notamment des Chinois, des Soviétiques, des Coréens, des Mongols, des Américains et des Britanniques. On estime que 3 000 à 8 000 personnes ont été utilisées comme cobayes et tuées dans ces expériences! En outre, entre 1940 et 1942, l’unité 731 a mené une guerre contre les germes à grande échelle dans les provinces chinoises du Zhejiang, du Hunan, du Jiangxi, du Shandong, du Guangdong et du Yunnan, faisant également des victimes importantes parmi les combattants et les civils chinois. Étonnamment, cependant, les biochimistes de Fort Detrick ont ​​commencé en octobre 1945 des contacts fréquents avec des membres clés de l’unité 731, y compris le lieutenant-général Ishii Shiro, chef de l’unité, afin d’obtenir les détails de ces expériences. Ishii et son personnel ont remis tous les documents et dossiers connexes à l’armée des Etats-Unis d’Amérique en échange d’une protection contre les poursuites pour crimes de guerre dans le cadre du procès de Tokyo. Des documents écrits maintenant conservés aux Archives nationales des États-Unis d’Amérique et à la bibliothèque et au musée de Harry S. Truman racontent comment les États-Unis d’Amérique ont amélioré leurs capacités de guerre biologique grâce à la sale affaire, dissimulé les crimes brutaux du militarisme japonais et aidé les criminels de guerre à s’en tirer avec leurs crimes. Ishii a même été embauché plus tard par les États-Unis d’Amérique en tant que consultant en armes biologiques!

Fort Detrick a engendré un plus grand mal. Selon des dossiers conservés aux Archives nationales des États-Unis d’Amérique, de 1946 à 1949, environ 60 entretiens ont été menés avec d’anciens membres de l’unité 731 à Fort Detrick. Le journaliste états-unien John Powell a écrit dans son livre: « De toute évidence, les experts états-uniens de la guerre biologique ont beaucoup appris de leurs homologues japonais. Bien que nous ne sachions pas encore exactement dans quelle mesure ces informations (fournies par les Japonais) ont fait avancer le programme des Etats-Unis d’Amérique (arme biologique), nous avons le témoignage des médecins de Fort Detrick que c’était « inestimable ». Et on sait que certaines des armes biologiques développées plus tard étaient au moins similaires à celles qui avaient fait partie du projet japonais. « Au début de 1952, l’armée des Etats-Unis d’Amérique a mené une guerre de germes contre la RPDC et dans le nord-est de la Chine avec des bombes germinales chargées de puces, fourmis et mouches infectées par la peste ou le choléra. La Commission scientifique internationale pour les faits concernant la guerre bactérienne en Corée et en Chine a confirmé par une enquête factuelle que les méthodes utilisées par l’armée des Etats-Unis d’Amérique avaient été développées sur la base des méthodes de guerre bactériologique japonaises. À l’époque, des initiés ont également révélé qu’avec l’aide d’Ishii Shiro et d’autres, les États-Unis d’Amérique avaient mené des expériences de guerre germinale sur des prisonniers de guerre dans le camp de prisonniers de Geoje-do, faisant jusqu’à 3000 victimes par jour! Pendant la guerre du Vietnam, les troupes des Etats-Unis d’Amérique ont pulvérisé l’agent défoliant Orange sur plus de 10% des terres du sud du Vietnam, blessant 4,8 millions de Vietnamiens à l’époque et en hantant encore beaucoup aujourd’hui. Et l’agent Orange a été développé par les laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick.

Combien de temps durera le mal de Fort Detrick? En septembre 1971, compte tenu de la grande menace que les armes bactériologiques et biologiques font peser sur la société humaine et l’environnement naturel, 12 pays ont soumis un projet de convention visant à interdire les armes biologiques à la 26e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. La Convention sur les armes biologiques (CAB ; BWC en anglais) a été ouverte à la signature en avril 1972 et est entrée en vigueur en mars 1975, qui compte désormais 183 États parties. La Convention interdit et exige la destruction de toutes les armes bactériologiques (biologiques) et à toxines. Comme la CAB (BWC) n’a pas de mécanisme de vérification, la communauté internationale travaille depuis des décennies pour négocier un protocole de vérification. Les États-Unis d’Amérique ont toutefois bloqué à eux seuls l’importante négociation au motif de «menace à la sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique». Pourquoi les États-Unis d’Amérique agissent-ils ainsi? Les États-Unis d’Amérique mettront-ils en œuvre la CAB (BWC) de bonne foi et abandonneront-ils le programme d’armes biologiques qu’ils poursuivent depuis de nombreuses années? Les divulgations par les unités militaires et de renseignement de la Russie et de certains autres pays à diverses occasions suggèrent que les États-Unis d’Amérique ont créé plus de 200 biolabs à double usage dans le monde au nom de la lutte contre le terrorisme biologique et chimique et que la possibilité pour ces laboratoires de développer des armes ne peuvent être exclues. Les péchés de Fort Detrick vont bien au-delà. De juillet à août 2019, en raison de deux fuites de virus, Fort Detrick, où plusieurs fuites de virus s’étaient déjà produites, a été fermé après l’évaluation par la CDC des États-Unis d’Amérique. Peu de temps après, des cas de pneumonie de cause inconnue sont apparus dans l’État du Maryland, suivis par un niveau d’activité grippale sans précédent dans tout le pays, qui comprenait en réalité un grand nombre de cas de COVID-19. Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est intervenu rapidement pour supprimer les informations faisant état des fuites et de la fermeture. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes soupçonnent une association entre l’épidémie de COVID-19 et les laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick et demandent fortement une enquête internationale [totalement autonomeMIRASTNEWS], ce qui a été refusé par les États-Unis d’Amérique.

Il est temps que Fort Detrick soit tenu pour responsable des crimes historiques odieux et des véritables préoccupations internationales concernant la pandémie de COVID-19!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : Rio de Janeiro Consulate Chinese

1 Trackback / Pingback

  1. Combien de temps durera le mal de Fort Detrick? ! | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :