A la Une

La découverte disparue du Congo

L’annonce par la République du Congo d’une découverte majeure semble viser davantage à extorquer les environnementalistes et les prêteurs multilatéraux de l’UE qu’à attirer les COI

Il y a un an, la République du Congo, à court de liquidités, a annoncé qu’elle avait découvert suffisamment de pétrole à l’intérieur de la jungle pour quadrupler la production quotidienne. Une découverte de cette ampleur transformerait les finances du pays d’Afrique centrale (également connu sous le nom de Congo-Brazzaville) et renforcerait l’emprise du souverain Denis Sassou NGUESSO sur le pouvoir dans l’État à parti unique avant les pseudo-élections présidentielles de 2021.

Pourtant, à l’approche de l’anniversaire de la découverte, peu d’informations sont parvenues et la volonté du gouvernement de faire la publicité d’une découverte apparemment fausse souligne la crédibilité décroissante de l’administration endémiquement corrompue de Sassou.

«Certains des chiffres publiés en 2019 à propos de cette «découverte» du pétrole étaient totalement absurdes», explique Francis Perrin, chercheur principal au thinktank du Policy Center for the New South et de l’Institut français des affaires internationales et stratégiques (Iris).

SARPD-Oil, une société de commercialisation du pétrole largement inconnue appartenant à un proche allié du président congolais, a annoncé en août 2019 avoir trouvé un nouveau champ pétrolier dans la région du Delta de la Cuvette au Congo qui pourrait contenir 359 millions de barils de brut et doubler le PIB du pays, plusieurs médias ont fait état de différents degrés de condamnation. Cette découverte pourrait ajouter 983 000 barils / jour à la production du Congo, a déclaré le ministre du Pétrole à S&P Global Platts peu après.

«Le travail technique dans cette partie du pays n’était pas suffisant pour pouvoir produire des chiffres sur les réserves et sur le niveau de production futur», explique Perrin, notant que si les chiffres étaient exacts, le gouvernement et la compagnie pétrolière nationale SNPC auraient publié des mises à jour sur l’avancement du projet.

«Il y a un scepticisme sur le marché», a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de l’association professionnelle African African Chamber.

«La gouvernance du secteur pétrolier, y compris à la SNPC, a été un point de friction avec le FMI»

Robiliard, Control Risks

«L’industrie pétrolière et gazière est assez transparente en matière de géologie et de forage. Le marché est à la recherche de ce type de transactions: fonds spéculatifs, fonds de capital-investissement, grands acteurs. Si vous allez parler d’un champ à 940 000bl / j, vous verriez tous les Jack et Jill de l’industrie pétrolière et gazière réclamer.»

Divers IOC, dont Total et Shell, auraient exploré la région des années plus tôt et conclu qu’il n’était pas économiquement viable de forer, alors pourquoi le gouvernement mettrait-il en péril sa réputation de champion d’une découverte aussi improbable? La réponse pourrait résider dans les finances précaires du Congo.

Les ventes de brut fournissent 80% du revenu de l’État, estime la société de recherche Fitch Solutions. La baisse prolongée des prix du pétrole à partir de 2014 a entraîné une réduction de 50% des dépenses publiques, avec des remboursements de dette équivalant à plus de 40% des recettes publiques en 2019, estime l’ONG axée sur la dette, Jubilee Debt Campaign.

Argent liquide

En mai 2019, la dette totale du Congo était de 9,49 milliards de dollars, selon le FMI. Un mois plus tôt, le Congo avait accepté de restructurer 2,56 milliards de dollars de dette envers la Chine, mais la nation africaine était toujours désespérée de liquidités et s’était engagée à mener de vastes réformes anti-corruption pour obtenir un programme de prêts de trois ans de 448,6 millions de dollars du FMI en juillet 2019. Cela nécessite que les comptes de la SNPC soient vérifiés chaque année et que les accords de production de pétrole soient rendus publics.

Les dettes du Congo comprennent 1,64 milliard de dollars de prêts garantis par le pétrole dus aux négociants en matières premières Glencore, Trafigura et Orion Oil. Insatisfait des progrès accomplis par le Congo dans la restructuration de ces dettes, le FMI a retenu la deuxième tranche de prêt, a déclaré Valentin Robiliard, analyste Afrique au cabinet de conseil Control Risks à Dakar. «La gouvernance du secteur pétrolier, y compris à la SNPC, a été un point de friction avec le FMI», explique Robiliard.

905 millions de dollars – La dette financière à long terme de la SNPC garantie contre le pétrole

Une partie de cette inquiétude provient probablement du peu de recettes pétrolières du Congo qui se retrouvent dans la trésorerie – seulement 2,4% en 2017, selon l’ONG anti-corruption Global Witness. Parallèlement, les réserves financières du pays sont passées de 5 milliards de dollars avant 2014 à 380 millions de dollars en 2017, selon une ONG axée sur la gouvernance, le RTC.

L’année dernière, la découverte de pétrole se trouve dans les tourbières tropicales du bassin du Congo, qui n’ont été découvertes qu’en 2017 et contiennent 30 milliards de tonnes de carbone stocké – l’équivalent de 20 ans d’émissions de combustibles fossiles aux États-Unis d’Amérique.

Sassou a implicitement menacé de développer les tourbières à moins que les donateurs internationaux ne paient le Congo pour ne pas le faire. Cela semble fonctionner: en septembre dernier, un fonds géré par la France, la Norvège et l’UE (avec des contributions supplémentaires du Royaume-Uni et de l’Allemagne) a promis 65 millions de dollars pour aider à préserver les forêts tropicales du Congo.

Le Congo a peut-être exagéré la découverte de pétrole pour obtenir de l’aide de donateurs internationaux a déclaré Iris’s Perrin. « C’est l’une des explications possibles derrière cette énorme découverte de pétrole qui n’est pas une énorme découverte de pétrole », ajoute-t-il.

[De quelle aide parle-t-on ? Il s’agit de l’escroquerie pure et simple du peuple congolais par des prédateurs internes et externe, puisque ceux qui prêtent savent pertinemment que ni le Congo ni le peuple congolais ne bénéficient de la manne pétrolière ; le moment viendra où des comptes seront rendus par ces soi-disant bienfaiteurs qui doivent justifier de l’opportunité de ses emprunts, en réalité privatisés par des personnalités exposées.

Le peuple congolais doit mettre ceci dans son agenda pour vérifier les conditions des prêts et débusquer tous les acteurs corrompus et corrupteurs externes, étatiques ou privés qui se cachent derrière de faux investissements, afin de récupérer toutes les sommes d’argent indument volées à la nation congolaise. Tous les contrats depuis au moins vingt-ans doivent être revus et investigués méticuleusement. JDDM – MIRASTNEWS].

La controverse survient alors qu’un examen plus approfondi est effectué sur les relations de la SNPC avec les CIO qui pompent tout son brut. Selon Fitch, la SNPC n’effectue aucune exploration ou production elle-même, mais octroie des accords de partage de la production (PSC) en échange d’environ un tiers du pétrole produit. Les plus gros producteurs du Congo sont Chevron, Eni et Total.

Pourtant, en dépit d’avoir à investir peu dans le développement de sa propre infrastructure, la SNPC a accumulé d’énormes dettes qui semblent insoutenables par rapport à ses revenus. Fin 2018, la SNPC devait au moins 2,41 milliards de dollars aux IOC, notamment Total (1,23 milliard de dollars), Chevron (753 millions de dollars) et Eni (296 millions de dollars), selon des estimations de Global Witness citant les comptes audités de la société.

Ces sommes s’ajoutent aux dettes publiques du Congo et représentaient plus du double des revenus de la SNPC en 2018, soit 1,01 milliard de dollars. Les COI facturent à la SNPC les frais d’exploration et de développement qui devraient être remboursés une fois que le pétrole commencera à couler.

La SNPC a réalisé un bénéfice de 130,6 millions de dollars en 2018, soit une multiplication par sept par rapport à 2017, qui a été largement absorbée par des paiements d’intérêts annuels de 103 millions de dollars, selon Global Witness, qui critique également l’échec de la SNPC à auditer les coûts de ses partenaires, notant la dernière en date. En 2004-2005, les CIO ont surestimé leurs dépenses de 127 millions de dollars.

Les CIO peuvent facturer divers coûts tangentiels à la SNPC tels que les frais de scolarité, les soins médicaux et les factures de télécommunications, en plus des salaires et des coûts de pension, affirme l’ONG basée à Londres.

«Ces pratiques soulèvent de sérieuses questions sur les intérêts en jeu dans le secteur pétrolier du Congo. Les CIO arnaquent-ils le Congo? Pourquoi les représentants du Congo et de la SNPC ont-ils accepté ces contrats?» indique le rapport.

Total et Eni n’ont pas répondu aux demandes de commentaires, tandis que Chevron indique qu’elle exploite son entreprise légalement conformément aux lois locales et aux CFP.

«La SNPC pourrait conduire une négociation plus difficile, mais le financement est essentiel», explique Ayuk de la Chambre africaine de l’énergie. «Une dépendance excessive à l’égard des CIO pour appeler tous les coups de feu sur chaque actif producteur n’est vraiment pas bénéfique pour les intérêts de l’État. Vous devez mettre de la peau dans leur jeu pour gagner [de meilleures conditions]. »

«Il y a un scepticisme sur le marché» Ayuk, African Energy Chamber

La SNPC, qui n’a pas répondu aux demandes de commentaires, doit encore 905 millions de dollars de dette financière à long terme garantie contre le pétrole, comparativement aux 144 millions de dollars en 2012.

« Avec Covid-19 et la chute des prix du pétrole, la capacité du Congo à rembourser sa dette est affectée et la SNPC sera probablement confrontée à de nouvelles difficultés », ajoute Robiliard.

Affaissement de fortunes

Le Congo est le troisième producteur de pétrole en Afrique, pompant en moyenne 324 000 bl / j en 2019 selon l’Opec sur la base de sources secondaires, bien que la production soit tombée à 272 000 bl / j en mai 2020 dans le cadre des réductions de production menées par l’Opec.

Fitch Solutions prévoit que la production chutera à 288 400 barils / jour en 2028 avec le déclin des gisements matures. Il prévoit également que les réserves prouvées de pétrole du Congo tomberont en dessous de 300 millions de bl d’ici 2028, contre 1,6 milliard en 2015.

Cela pourrait signifier des ennuis pour Sassou, qui est devenu président en 1979 et, à part une brève interruption dans les années 1990, est au pouvoir depuis.

[En réalité revenu au pouvoir en 1997, suite à des combats sanglants face aux troupes du président élu Pascal LISSOUBA, qu’il a remportés. Pascal LISSOUBA sortait lui-même d’une confrontation armée contre les miliciens de Bernard KOLÉLAS allié à l’époque au président actuel. JDDM – MIRASTNEWS]

Sassou, 76 ans, sera le candidat du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir lors de l’élection présidentielle de l’année prochaine et est à nouveau le grand favori pour gagner [, en raison de l’absence d’une vraie opposition, car le général Jean Marie Michel MOKOKO donné gagnant à l’élection présidentielle de 2016 croupit en prison et se trouve ces derniers jours dans un état maladif critique. JDDM – MIRASTNEWS], bien que les difficultés économiques du pays, la découverte de faux pétrole et les cas de corruption de plusieurs millions de dollars en Europe et aux États-Unis d’Amérique l’ont affaibli au niveau national et internationalement.

[On parle en réalité d’une fuite de capitaux de plusieurs milliards de dollars avec la complicité d’agents externes étatiques et privés, ainsi que des paradis fiscaux. Des sommes d’argent que le peuple congolais doit récupérer tôt ou tard. JDDM – MIRASTNEWS].

Si Sassou l’emporte en 2021 [le si n’a pas sa place puisque l’opposition n’existe pas, vous parlez-vous-même de parti unique, même si cette fois cela se présente de façon déguiséeMIRASTNEWS], la question de sa succession reviendra et les accords généreux de la SNPC avec les CIO pourraient être reconsidérés, surtout si les finances du Congo ne s’améliorent pas.

Pourtant, mis à part les découvertes douteuses, les perspectives du secteur pétrolier du Congo sont assez positives malgré une consommation mondiale modérée.

« L’environnement des prix modérés soutient un intérêt accru pour le développement de petites découvertes en eau peu profonde, comme celles du Congo », a écrit Fitch dans un rapport de juin. «La proximité immédiate du rivage et la présence d’infrastructures existantes permettront de raccourcir les délais de réalisation des projets avec la possibilité de raccordements rapides et moins chers par rapport aux développements sur le terrain dans les bassins frontaliers.»

Traduction et ajouts intégrés : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : PETROLEUM ECONOMIST

refuser le dépistage du COVID-19 qui vous emmènera au vaccin obligatoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :