A la Une

Rébellion de Stono: la plus grande révolte d’esclaves en Amérique dirigée par des esclaves du Kongo en 1739

Dans les années 1700, la traite des esclaves en Amérique était devenue une activité lucrative avec plus de 500 000 esclaves répartis à travers l’Amérique. Bien qu’ils n’eussent pas de privilèges qui leur permettaient de bien utiliser leur temps libre dans les années 1720, les esclaves se réunissaient souvent pour s’instruire, discuter de problèmes sociaux ou se connecter avec d’autres dans les plantations et colonies voisines.

Les communautés d’esclaves s’étaient développées et les réunions étaient un moyen de maintenir l’unité entre elles et de construire une communauté active qui pourrait un jour lutter contre l’esclavage. Beaucoup de ces réunions ont eu lieu en secret et ont évoqué des rébellions d’esclaves à travers l’Amérique.

La plus grande rébellion d’esclaves dans le sud de l’Amérique a eu lieu dans la colonie britannique de Caroline du Sud. Les esclaves s’étaient rencontrés à plusieurs reprises auparavant pour trouver un moyen de gagner leur liberté après avoir entendu que la Floride espagnole permettait aux esclaves de se libérer et leur offrait des terres.

Le dimanche 9 septembre 1739, les esclaves se sont réunis près de la rivière Stono pour planifier leur voyage secret en Floride espagnole où ils seraient enfin des personnes libres. Jemmy, un esclave d’élite qui avait acquis une certaine forme d’éducation, a déclenché une rébellion à laquelle les membres de la réunion ont rapidement accepté.

Jemmy a ramené un groupe de 20 esclaves en Caroline du Sud en chantant pour la liberté et tenant une banderole sur laquelle figurait Liberty! La bannière était faite de tissu à coudre qu’ils portaient ensemble. Alors que les 20 esclaves marchaient vers le sud et chantaient, ils ont réussi à recruter d’autres esclaves consentants et ont marché jusqu’à atteindre le pont Stono où ils ont attaqué le magasin Hutchenson. Les esclaves ont tué les deux commerçants blancs et ont saisi toutes sortes d’armes qu’ils pouvaient trouver, y compris des fusils et de la poudre à canon.

rebellion

Atteignant un peu plus de 60, les esclaves ont attaqué de nombreuses plantations tuant des propriétaires d’esclaves et en libérant d’autres esclaves. De nombreux esclaves ont commencé à se diriger vers la Floride espagnole tandis que le groupe de rebelles a continué à tuer. Les rebelles de Stono ont réussi à tuer près de 30 propriétaires d’esclaves blancs et ont brûlé six plantations, mais au moment où ils ont terminé leur sixième conquête, les nouvelles avaient circulé au sujet des attaques.

stono-1

Le lieutenant-gouverneur William Bull de Caroline du Sud a envoyé un message à d’autres propriétaires d’esclaves qui se sont cachés, donnant aux esclaves la possibilité de s’enfuir. Après la nouvelle, le gouverneur a rallié des militants blancs pour rencontrer les rebelles qui avaient commencé à se rendre en Floride espagnole.

Les militants blancs et les rebelles se sont engagés dans une bataille sévère. Le nombre total de morts était proche de 30 Blancs et 60 rebelles. Après la capture des rebelles, d’autres esclaves qui ont réussi à s’échapper ont également été capturés.

stono-3

Le gouverneur a veillé à l’exécution des rebelles survivants, et les esclaves dont les maîtres avaient été tués ont été vendus à d’autres plantations. Après la rébellion de Stono, de nombreuses autres rébellions se sont produites dans tout le sud. Le massacre rapide des propriétaires d’esclaves a conduit la législature de Caroline du Sud à adopter la loi Negro de 1740.

La loi interdisait aux esclaves de se réunir, d’être éduqués et de cultiver leur propre nourriture. Cela les empêchait également de gagner de l’argent et de se livrer à des échanges importants. La loi contrôlait également le nombre d’esclaves de chaque maître esclave, afin d’éviter une attaque de quelque nature que ce soit. Le rapport est devenu 1:10.

Jemmy et les esclaves qui ont pris part à la rébellion de Stono ont été identifiés comme des esclaves principalement de l’ancien Empire Kongo. Les esclaves trouvés en Caroline du Sud parlaient portugais. L’histoire a aidé à identifier que les esclaves en Caroline du Sud étaient principalement importés d’Afrique centrale et plus particulièrement du Royaume de Kongo où la famille royale et les Portugais avaient un accord sur la traite des esclaves.

liz-1Elizabeth Ofosuah Johnson

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Face 2 Face Africa

Le prochain épisode de la guerre des virus aura-t-il lieu en Afrique ?

1 Trackback / Pingback

  1. Rébellion de Stono: la plus grande révolte d’esclaves en Amérique dirigée par des esclaves du Kongo en 1739 | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :