A la Une

«Il n’y a pas de coup d’Etat» : les militaires qui ont pris le pouvoir acclamés par la foule au Mali

Quand une dictature féroce s’installe dans une démocrature qui se pérennise, les militaires ont le droit et le devoir de venir au secours du peuple et de la nation en danger!

«Il n'y a pas de coup d'Etat» : les militaires qui ont pris le pouvoir acclamés par la foule au Mali

© Annie Risemberg Source: AFP Vidéo Des soldats de l’armée malienne acclamés par la foule sur la place de l’indépendance à Bamako, le 21 août 2020, soit 3 jours après le renversement militaire du président.

Lors d’un rassemblement de plusieurs milliers de personnes à Bamako, les militaires ayant pris le pouvoir ont été accueillis sous les acclamations. Le M5-RFP a refusé d’évoquer un coup d’Etat parlant de «Maliens qui ont pris leurs responsabilités»

Acclamés par la foule, les militaires qui ont pris le pouvoir au Mali ont remercié «le peuple malien pour son soutien», affirmant se «reconnaître» dans le combat de l’opposition, lors d’un rassemblement de milliers de personnes à Bamako qui ont célébré la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta.

«Il n’y a pas de coup d’Etat, il n’y a pas de junte, nous avons des Maliens qui ont pris leurs responsabilités»

Entourés de militaires en armes, le numéro deux du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) mis en place par les militaires putschistes, Malick Diaw, ou encore leur porte-parole, le colonel-major Ismaël Wagué, ont été accueillis sous les youyous et les acclamations au pied du monument de l’Indépendance, là où des milliers de personnes s’étaient rassemblées à l’appel de l’opposition, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le chef de la junte et nouvel homme fort du Mali, le colonel Assimi Goïta, «a eu un empêchement de dernière minute» et «n’a pu faire le déplacement», a expliqué à la tribune Ismaël Wagué. «Nous sommes venus […] remercier le peuple malien pour son soutien. Nous n’avons fait que parachever le travail que vous aviez commencé», a-t-il lancé à la foule enthousiaste.

Selon les estimations d’un correspondant de l’AFP, la foule était plus nombreuse que lors des manifestations organisées depuis juin par le Mouvement du 5-Juin (M5-RFP) pour réclamer le départ du président Keïta, dit «IBK». Après leur adresse à la foule, les militaires ont ensuite laissé la place aux dirigeants de cette coalition hétéroclite qui avait appelé au rassemblement du 21 août. Ceux-ci ont salué l’intervention des militaires. «Il n’y a pas de coup d’Etat, il n’y a pas de junte, nous avons des Maliens qui ont pris leurs responsabilités», explique l’un de ces dirigeants, Mohamed Aly Bathily.

L’influent imam Mahmoud Dicko, figure morale dont le rôle a été crucial dans la mobilisation anti-IBK, a pour sa part annoncé à la foule retourner «à la mosquée», avant de remercier les militaires putschistes et d’appeler à «chasser les démons de la division». «Je suis imam et je reste imam», a ajouté Mahmoud Dicko, laissant néanmoins entendre qu’il continuerait à exercer une influence sans toutefois s’impliquer directement dans l’action politique.

Une mission dépêchée par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour réclamer le «retour immédiat à l’ordre constitutionnel» est attendue, ce 22 août, à Bamako. Elle sera conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, accompagné du président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, et du ministre des Affaires étrangères du Niger, Kalla Ankourao.

Mali : manifestation d’appui aux militaires au pouvoir

La junte la recevra «avec plaisir», a assuré à l’AFP un responsable du nouveau pouvoir, alors que des manifestants brandissaient la veille des pancartes hostiles à l’organisation ouest-africaine qui a réclamé, le 20 août, le «rétablissement» du président Keïta, au pouvoir depuis 2013.

Dans la foule, le 21 août, les slogans et les pancartes anti-France étaient nombreux. Quelques pancartes appelaient par ailleurs à une coopération avec la Russie, comme on peut le voir sur les images de la manifestation.

Lire la suite

Zoom Afrique du 22 août 2020

Mali: la France éjectée, la Russie prend sa place

L’actualité en Afrique :

  • Mali : la CEDEAO réaménage ses sanctions et brandit la menace d’une intervention militaire ;
  • Bénin : bientôt une école de la fibre optique ;
  • Programme « Smart Sénégal » : ADIE et FREE paraphent un mémorandum d’entente pour le wifi dans les lieux publics.

Les analyses de la rédaction :

1. Gabon : un nouveau mouvement anti-Françafrique voit le jour

Les consciences se réveillent de plus en plus. Au Gabon, après avoir rejoint l’axe anti-sanction en nouant des partenariats avec le Venezuela, c’est maintenant des mouvements allant contre la Françafrique qui naissent. En effet, c’est un certain Privat Ngomo, opposant libéré en mai dernier après 18 mois de prison pour avoir occupé la façade principale de l’ambassade de France à Libreville pour demander à la France de reconnaître la victoire électorale de Jean Ping a annoncé jeudi la création d’un mouvement politique dénommé New Power ou Nouveau pouvoir. L’information est toutefois bizarrement relayée par le site RFI. La cible principale de ce mouvement est la Françafrique, source de l’appauvrissement des Africains avec la politique françafricaine. La cinquantaine révolue, Privat Ngomo a décidé de créer sa propre tribune politique. Face à la presse, il a dévoilé la philosophie de son mouvement.

« Le New Power est un mouvement souverainiste et panafricaniste qui œuvre pour l’avènement d’une pleine et entière souveraineté du Gabon et l’espace francophone, libéré du joug de l’impérialisme néocolonial français ! »

Panafricaniste, Privat Ngomo a pour idoles Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Barthélemy Boganda et autres révolutionnaires. Son ambition est de libérer le Gabon de la Françafrique, une « politique de prédation des richesses enracinée dans l’espace francophone depuis les années 60 », dit-il. Une fois la Françafrique terrassée, « il sera possible de bâtir un vrai Gabon », selon sa stratégie.

Les langues se dénouent de plus en plus. La politique occidentale entrave le développement de l’Afrique. Les populations ne veulent plus du tout d’une présence néocoloniale au sein de leur continent, et cela se fait savoir de plus en plus.

2. Le Mali et la Russie resserrent les liens

La situation au Mali commence à prendre forme. Il est possible de voir un remake de la Centrafrique avec la France qui recule et la Russie qui avance. Des responsables militaires avaient d’ailleurs été formés à Moscou. La coopération entre les deux pays était au centre des discussions.

L’ambassadeur de Russie au Mali est l’un des premiers diplomates étrangers à être officiellement reçu par les hauts gradés militaires maliens. À sa sortie, Igor Gromyko n’a prononcé devant la presse qu’une seule phrase : « Nous avons discuté de la sécurité. »

Au moment où l’un des problèmes du pays est l’insécurité au nord et au centre pour servir les intérêts de la France et favoriser d’une certaine manière la scission du pays, les Maliens ne cachent pas qu’ils souhaitent le renforcement de la coopération militaire avec Moscou. Certains l’ont rappelé ce samedi, lors du rassemblement organisé par l’opposition à Bamako : « On veut coopérer avec la Russie », « On veut la Russie ! », « Poutine, Poutine ! », « Depuis le jour où IBK a signé un accord militaire avec la France, le Mali est foutu. »

C’était déjà en juin 2019, le Mali et la Russie avaient signé un accord de coopération militaire au grand dam de la France, qui continuait à tout mettre en œuvre pour garder le monopole du Mali.

3. Le Burundi réclame 43 milliards de dollars à l’Allemagne et à la Belgique

Le gouvernement burundais réclame 43 milliards de dollars à l’Allemagne et à la Belgique en guise de réparation du fait colonial et de l’esclavage selon un projet de rapport en cours de rédaction par le Sénat. Analyse du géopoliticien, Luc Michel.

Source: Press TV Français

AFRICAINS, STOPPONS LA PROPAGANDE DES MÉDIAS FRANÇAIS EN PARTICULIER RFI, FRANCE 24 ET TV5 MONDE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :