A la Une

Une scientifique chinoise dit que la COVID-19 a été créée par l’armée chinoise

La Dre Li-Meng Yan, qui a enquêté sur l’origine du virus [COVI-9] [de la maladie] COVID-19 lors de l’épidémie initiale à Wuhan en Chine en tant que chercheuse médicale à Hong Kong, a maintenant fourni des preuves sans équivoque que le virus n’était pas d’origine naturelle.

(Article du colonel Lawrence Sellin (retraité) republié de CCNationalSecurity.org)

Dans l’article, «Caractéristiques inhabituelles du génome du SRAS-CoV-2 suggérant une modification de laboratoire sophistiquée plutôt qu’une évolution naturelle et une délimitation de sa route synthétique probable», la Dre Yan et ses collègues ont offert une description détaillée de la façon dont le virus a été synthétisé dans les laboratoires contrôlés par l’armée chinoise.

Le Parti communiste chinois et certains scientifiques occidentaux ont longtemps insisté sur le fait que la pandémie de COVID-19 était une épidémie naturelle, acquise par des humains après une exposition à des animaux infectés, une conclusion sans fondement promue avec empressement par un média politisé.

Selon la Dre Yan, ce «consensus» à motivation politique a sapé l’intégrité de la science elle-même parce que les revues scientifiques ont clairement censuré toutes les opinions dissidentes suggérant une origine non naturelle du virus [COVI-19] [de la maladie] COVID-19.

Maintenant, sur la base des travaux du Dr Yan et d’autres, toute la fondation de la théorie naturelle est mise en doute.

La Chine a affirmé qu’un coronavirus de chauve-souris nommé RaTG13 est le plus proche parent du virus [COVI-19 de la maladie] COVID-19 [le D étant Desease en anglais], mais RaTG13 n’est pas réellement un virus car il n’existe aucun échantillon biologique. Il ne s’agit que d’une séquence génomique d’un virus pour lequel on s’interroge désormais sérieusement sur son exactitude.

La Dre Yan suggère que RaTG13 a peut-être été utilisé pour détourner l’attention du monde de la véritable source de la pandémie de la COVID-19.

Elle affirme que le virus [COVI-19 de la maladie] COVID-19 est originaire de laboratoires supervisés par l’Armée populaire de libération de la Chine, utilisant les coronavirus de chauve-souris ZC45 et/ou ZXC21 collectés à Zhoushan, en Chine et utilisés comme «épine dorsale» virale pour le génie génétique.

Ces coronavirus de chauve-souris ont été isolés et caractérisés à l’origine entre juillet 2015 et février 2017 sous la supervision de la troisième université de médecine militaire (Chongqing, Chine) et de l’Institut de recherche en médecine du commandement de Nanjing (Nanjing, Chine).

L’article poursuit en expliquant comment le motif de liaison au récepteur (RBM), qui définit la capacité du coronavirus à se lier au récepteur de l’enzyme de conversion 2 de l’angiotensine humaine spécifique (ACE2) a subi une manipulation génétique.

Ce segment critique du virus [coronavirus 2019 = COVI-19 de la maladie] COVID-19 est délimité par deux «sites de restriction» qui ne se trouvent dans aucun coronavirus de chauve-souris apparenté, qui permettent aux chercheurs d’épisser facilement, c’est-à-dire de couper et coller des composants d’autres virus dans le squelette viral.

La présence de ces sites de restriction est un marqueur connu de la manipulation génétique.

En outre, le virus [coronavirus 2019 = COVI-19 de la maladie] COVID-19 contient un site de clivage polybasique de la furine avec une séquence d’acides aminés de proline-arginine-arginine-alanine ou PRRA qui facilite la fusion membranaire entre le virus et la cellule humaine et largement connu pour sa capacité à améliorer la pathogénicité et la transmissibilité.

Une telle séquence n’est trouvée dans aucun autre coronavirus de chauve-souris apparenté et, jusqu’à présent, il n’y a pas de voie d’évolution naturelle identifiée qui pourrait expliquer l’apparition de ce segment PRRA.

En revanche, des techniques d’insertion artificielle d’un tel site de clivage polybasique furine par génie génétique sont utilisées depuis plus de dix ans.

La Dre Yan et ses collègues notent que les deux acides aminés arginine dans ce segment PRRA sont codés par la séquence nucléotidique CGG-CGG, qui apparaît rarement en tandem et suggère fortement que ce site de clivage de la furine est le résultat du génie génétique.

De plus, la présence d’un site de restriction «FauI» au site de clivage polybasique de la furine est également une indication de manipulation génétique.

L’article se termine par un diagramme décrivant les procédures de laboratoire pour synthétiser le virus [coronavirus 2019 = COVI-19 de la maladie] COVID-19, qui aurait pu produire le virus dans les six mois.

Compte tenu de la censure scientifique en cours depuis le début de la pandémie, nous commençons seulement à gratter la surface concernant l’origine en laboratoire du virus [coronavirus 2019 = COVI-19 de la maladie] COVID-19.

Des enquêtes complémentaires sont justifiées et doivent être menées prochainement. Avec près d’un million de morts et des milliards de dollars de pertes économiques, les enjeux sont trop importants pour être ignorés, surtout si ce virus mortel était le produit de l’armée chinoise.

Pour en savoir plus: CCNationalSecurity.org

[Nous pensons depuis toujours et au fur et à mesure que des informations s’accumulent, qu’il faille une enquête internationale menée par une équipe d’enquêteurs pluridisciplinaires véritablement indépendants dans tous les pays soupçonnés dont la Chine, les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Grande-Bretagne – MIRASTNEWS].

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Objectif: Santé: – La censure des actualités sur la santé en hausse

O:H header

La censure sur les réseaux sociaux n’a rien de nouveau, mais il semble que les principales plateformes passent une journée sur le terrain avec elle ces derniers temps. Cela relève généralement de la politique, mais récemment, quelques sites et personnalités de santé alternatives notables ont été censurés.

Green Med Info, un site vraiment génial qui publie des documents, des études évaluées par des pairs sur les preuves des médicaments naturels et alternatifs, a récemment reçu la botte d’Instagram et de Linked-In (auxquels tout le monde a répondu, « Linked-In? »). Le Dr Mercola a récemment banni plusieurs vidéos de YouTube et l’avocat controversé des carnivores Mikhaila Peterson a été démonétisé sur la plate-forme. De plus, lors du récent passage du podcast Joe Rogan à Spotify, l’interview de Mikhaila faisait partie des nombreuses personnes qui étaient manifestement absentes.

Y a-t-il une autre purge à venir? Qu’y a-t-il de si dangereux dans ces informations sur la santé que nous devons être empêchés d’y accéder? Rejoignez-nous pour une discussion animée sur la censure des médias sociaux sur la santé alternative.

Et regardez-nous sur Brighteon!

Pour d’autres actualités liées à la santé et plus, vous pouvez nous trouver sur:

♥ Twitter: https://twitter.com/objecthealth

♥ Facebook: https://www.facebook.com/objecthealth/

♥ Brighteon: https://www.brighteon.com/channel/objectivehealth

♥ Et vous pouvez consulter toutes nos émissions précédentes (avant YouTube) ici.

Durée: 00:34:18

Téléchargement: MP3 – 31,4 Mo

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

1 Trackback / Pingback

  1. Une scientifique chinoise dit que la COVID-19 a été créée par l’armée chinoise | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :