A la Une

USA : Découvrez si les législateurs de votre État prennent de l’argent auprès de Big Pharma

Un nouveau rapport collaboratif de STAT et de l’Institut national sur l’argent et la politique fournit une analyse unique en son genre de l’influence de l’industrie pharmaceutique sur les représentants des États.

Image: Find out if your state lawmakers take cash from Big Pharma

(Article de Jeremy Loffredo republié de ChildrensHealthDefense.org)

Le rapport permet également aux citoyens de savoir facilement combien d’argent l’industrie a dépensé dans leur État et quels législateurs l’ont prise.

STAT a suivi les dépenses politiques de 25 entités privées, y compris les 23 principaux fabricants de médicaments aux Etats-Unis d’Amérique (EUA ; USA) et deux groupes de pression de l’industrie: Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA) et la Biotechnology Innovation Organization.

Les données, recueillies entre janvier 2019 et juillet 2020, montrent que même au milieu d’une pandémie dévastatrice, la campagne d’influence de l’industrie pharmaceutique a atteint près de 2000 législateurs.

Les élus de l’État ont encaissé des chèques allant de 500 $ à 20 000 $. Ces quantités sont de petites pommes de terre par rapport à ce que l’industrie distribue aux législateurs fédéraux – mais cela suffit pour influencer considérablement la campagne d’un législateur d’État, a déclaré STAT.

Pfizer, le meilleur dépensier, et son comité d’action politique ont rédigé plus de 1 100 chèques, d’une valeur totale de 778 000 $, à un total de 994 législateurs dans 42 États.

Eli Lilly, Merck et Novartis, qui se sont classés troisième, quatrième et cinquième parmi les contributeurs, ont chacun dépensé entre 500 000 et 300 000 dollars au niveau de l’État.

Les législateurs californiens ont pris plus d’argent que ceux de tout autre État. L’industrie a distribué environ 1,5 million de dollars entre 103 législateurs. Selon le rapport, seuls 17 membres de la législature californienne n’ont pas pris d’argent de l’industrie.

Sur les 181 membres de la législature du Texas, 66% ont déclaré avoir reçu de l’argent de l’industrie pharmaceutique.

STAT a conçu une carte interactive qui permet de vérifier facilement quels élus de chaque État prennent l’argent comptant de l’industrie pharmaceutique et de quelle entreprise.

Les citoyens peuvent tirer leurs propres conclusions quant à savoir si les dons de Big Pharma à un sénateur d’État particulier ont influencé le soutien de ce législateur à une politique d’État favorable à l’industrie spécifique, ou son opposition à une politique opposée par l’industrie.

Par exemple, les sénateurs de l’État du New Jersey, Joe Vitale et Steven Sweeney, ont soutenu 2173 dollars, un projet de loi qui priverait les électeurs de leur droit de refuser la vaccination pour des motifs de liberté religieuse. La carte interactive de STAT montre que Vitale et Sweeney ont pris respectivement 4 100 $ et 9 500 $ d’argent de l’industrie auprès des fabricants de vaccins Merck, GlaxoSmithKline, Eli Lilly et Pfizer.

La PhRMA a qualifié de «ridicule» l’attention spécifique de STAT sur les dépenses politiques de l’industrie pharmaceutique.

Le rapport de STAT fait suite à son analyse complémentaire des dépenses de l’industrie pharmaceutique au niveau fédéral, qui a révélé 11 millions de dollars de dons de l’industrie en juillet 2020.

En savoir plus sur: ChildrensHealthDefense.org

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Hunter Biden Crack et Footjob

NPR, CNN, NYT, Wa-Po, MSNBC, Twitter, Facebook, Google Presstitutes couvrant les scandales bidon en refusant de les signaler

Il n’y a jamais eu de média d’information aussi biaisé que celui américain

Le rapport du New York Post selon lequel le FBI dispose d’ordinateurs portables appartenant à Hunter Biden contenant des e-mails montrant que Hunter et Joe Biden utilisent la vice-présidence pour des accords commerciaux qui reviennent à influencer le trafic et le blanchiment d’argent a été interdit sur Twitter, Facebook et Google. Le New York Times, le Washington Post et d’autres prostituées de la presse ont tenté de discréditer l’histoire avec la fausse nouvelle que c’était de la désinformation russe pour aider Trump à remporter les élections. La radio publique nationale a refusé de mentionner l’histoire autrement que pour en faire une histoire qui n’est pas vraiment une histoire, mais simplement une perte de temps «pour les auditeurs et les lecteurs» sur des histoires qui ne sont que de pures distractions. » [1] NPR, bien sûr, était tout dans les distractions qui gaspillaient le temps des lecteurs et des auditeurs sur Russiagate et Impeachgate et gaspillaient tout le mandat du président Trump.

Le problème avec la tentative de dissimulation par les prostituées de la presse des transactions tordues des Bidens est que le FBI possède les ordinateurs portables de Hunter Biden, et le FBI et le ministère de la Justice sont d’accord avec la déclaration de John Ratcliffe, directeur du renseignement national, selon laquelle les e-mails sont le vrai truc et non une opération russe pour s’immiscer dans les élections de novembre. [2]

Pire encore pour les presstituts et les Bidens, deux anciens partenaires commerciaux se sont manifestés pour vérifier l’authenticité des e-mails. [3] [4]

Les e-mails contiennent une liste de «contacts nationaux clés» pour le système de trafic d’influence. Les noms sur la liste sont la candidate démocrate au vice-président Kamala Harris, le chef de la minorité au Sénat Chuck Schumer, la sénatrice Amy Klobuchar, la présidente de la Chambre Dianne Feinstein, le gouverneur de New York Andrew Cuomo, le maire de la ville de New York Bill de Blasio et l’ancien gouverneur de Virginie Terry McCauliffe. [5]

Je ne peux pas dire si ces démocrates de haut rang étaient d’accord ou non, mais de toute évidence, l’équipe de Biden les pensait corrompus.

Les preuves contre les Bidens sont extrêmement préjudiciables et affluent des associés de Biden. [6]

Alors là, c’est à l’air libre. Un parti démocrate et une racaille de presstituts qui ont passé quatre ans à raconter des mensonges sur le président Trump se révèlent dans toute sa corruption sordide. Le Parti démocrate est un gang d’escrocs, et les médias des Etats-Unis d’Amérique ne sont rien d’autre qu’un ministère de propagande du Parti démocrate dédié à couvrir ses crimes.

Il est impossible de trouver une once d’intégrité dans le parti démocrate autre que Tulsi Gabbard, et elle est le membre évité du parti. Aucune intégrité n’existe dans la télévision américaine, la presse écrite ou les médias NPR autres que Tucker Carlson et un ou deux autres à Fox News.

NPR est le pire du lot. NPR prétend être une station de radio «soutenue par les membres», mais ce n’est rien d’autre qu’une autre station commerciale. NPR est si malhonnête qu’elle présente ses publicités commerciales comme s’il s’agissait de dons de bienfaisance sur le même ton de voix et de mots – «avec le soutien de» – que NPR utilise pour son soutien des fondations. D’une manière ou d’une autre, les sympathisants membres de NPR sont trop denses pour comprendre que si NPR tente de faire passer un annonceur commercial pour un donateur caritatif, on ne peut pas faire confiance à NPR pour transmettre objectivement des nouvelles.

Si les Américains élisent les démocrates le mois prochain, ils auront confié leur gouvernement à un gang criminel et auront donné le pouvoir aux médias les plus corrompus – a.k.a. Ministère de la Propagande – dans l’histoire du monde. Les États-Unis d’Amérique ne se remettront jamais d’une erreur aussi dévastatrice.

[1]  https://www.zerohedge.com/political/waste-time-npr-refuses-cover-hunter-biden-story 

[2]  https://thefederalist.com/2020/10/21/fbi-doj-debunk-claims-the-hunter-biden-laptop-story-is-russian-disinformation/ 

[3]  https://www.foxnews.com/politics/hunter-biden-business-partner-email-genuine-joe-biden-advice 

[4]  https://www.theblaze.com/glenn-radio/peter-schweizer-bevan-cooney-emails- 

[5]  https://www.breitbart.com/politics/2020/10/22/report-kamala-harris-listed-as-key-contact-for-biden-family-business-venture-in-china/ 

[6]  https://www.breitbart.com/politics/2020/10/16/exclusive-this-is-china-inc-emails-reveal-hunter-bidens-associates-helped-communist-aligned-chinese-elites-secure-white-house-meetings/?fbclid=IwAR3pLLc6qdFzL9qjSHEsHC2pWfpXql-4cpDy0DX1VRtshr9sHqo2ZWzn6EU 

Paul Craig Roberts, ancien secrétaire adjoint au Trésor américain et ancien rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, rapporte depuis deux décennies des cas choquants d’abus de poursuites judiciaires. Une nouvelle édition de son livre, The Tyranny of Good Intentions, co-écrit avec Lawrence Stratton, un compte rendu documenté de la façon dont les Américains ont perdu la protection de la loi, a été publiée par Random House. Visitez son site Web.

Droits d’auteur © Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Lew Rock Well

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :