A la Une

«Foutez la liberté à vos risques et périls!» Macron humilié en abandonnant la facture de sécurité après que le chaos des manifestations soit devenu viral

‘Screw with liberty at your peril!’ Macron humiliated into dropping security bill after protest mayhem goes viral
France, Paris, 28 novembre 2020 © REUTERS / Christian Hartmann / File Photo

La vidéo de la police française qui essuie des gaz lacrymogènes et se bagarre avec des manifestants à propos d’un plan controversé visant à interdire le tournage d’officiers de service devient virale pour un public mondial et voit le président Macron humilié en abandonnant le projet de loi.

Si jamais le président Macron avait besoin d’une raison pour reculer sur son projet de loi sur la sécurité mondiale, qui érigerait en infraction le fait de filmer des policiers en service, le chaos du week-end dans les rues de France où les manifestants étaient gazés lacrymogènes alors qu’ils se battaient contre une police anti-émeute lourdement blindée suffisait à changer son esprit.

Le projet de loi, adopté mardi dernier, est maintenant mort. Et c’est de retour à la planche à dessin pour Macron et son équipe après une autre descente extrêmement embarrassante.

Cela fait suite à la sortie de séquences de vidéosurveillance tournées dans le studio d’un producteur de musique noire alors qu’un gang de policiers sauvages l’enfonçait à coups de poing et de matraque après avoir été vu dans la rue sans masque facial. Cela se termine par les policiers qui lancent des bombes lacrymogènes à travers les fenêtres du studio pour débusquer Michel Zecler afin qu’ils puissent l’arrêter. Jusqu’à présent, la vidéo a été visionnée 14 millions de fois.

Ce n’est pas une bonne idée pour un gouvernement français qui tente de faire adopter une loi qui permettrait à la police de vaquer à ses occupations sans craindre d’être filmée en train de faire quelque chose, disons, moins que discret.

Dans son effort pour désamorcer la colère, le président «choqué» s’est adressé à Facebook en disant: «Les images que nous avons tous vues de l’agression contre Michel Zecler sont inacceptables, elles sont honteuses pour nous tous. La France ne doit jamais permettre la violence ou la brutalité, quelle qu’en soit l’origine. La France ne doit jamais laisser la haine ou le racisme prospérer. » Il a donc clarifié son point de vue. Maintenant, la police écoutait-elle?

Car à peine un jour plus tard, beaucoup ont de nouveau été filmés sur des smartphones alors qu’ils assiégeaient la foule de manifestants à Paris, Lille, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux et ailleurs dans le pays. Certains n’avaient manifestement pas reçu le mémo Macron.

Et ils n’avaient pas les choses à leur manière. Les manifestants ont incendié des voitures et des bâtiments, tiré des feux d’artifice dans les rangs de la police et provoqué le chaos alors que les officiers se battaient pour rétablir l’ordre. Vous pouvez le voir par vous-même, car une grande partie a été filmée.

La leçon ici est que si vous essayez d’imposer votre volonté à la population en général, vous pouvez garantir que les gens feront le contraire de ce que vous voulez. Le problème de Macron semble être que la police agit de la même manière.

Pour eux, le gaz lacrymogène est l’outil incontournable pour traiter avec le public. Et si cela ne fonctionne pas, essayez de frapper quelques manifestants au-dessus de la tête avec une matraque, éclatez-vous quelques nez et traînez-les par les pieds pour les jeter dans des fourgons en attente. Les demandeurs d’asile et leurs camps de fortune? Même playbook.

Cela a l’air tellement horrible lorsqu’il est diffusé à la télévision. Mais ailleurs dans le monde, ce sont des scènes familières, et sans vouloir pointer du doigt, je vous regarde USA.

Effectivement, aux États-Unis, les médias ont profité de cette brutalité policière à la française qui se déroule loin des rues de Portland ou de Minneapolis.

«Les manifestants français dénoncent le projet de loi interdisant l’utilisation des images de la police», a rapporté le Washington Post, tandis que le drame a augmenté dans le New York Times avec, «4 officiers en France sont accusés de battre un homme noir». Même la côte ouest s’est intéressée à la lecture du titre du LA Times, «Les limites proposées pour filmer la police suscitent un tollé en France». Rappelez-vous que le journal d’août a également trouvé un espace pour couvrir le sauvetage de «l’éléphant le plus solitaire du monde» à son arrivée au Cambodge avec l’aide de la chanteuse pop Cher.

Quoi qu’il en soit, ce que cela montra à Macron, c’est que sa petite difficulté à faire des bêtises aux «citoyens» filmant les mauvais comportements de la police était devenue une sorte d’embarras mondial. Il devait agir rapidement, et cela signifiait envoyer un collègue pour dire à la presse mondiale que le projet de loi, après mûre réflexion, était maintenant retiré.

Alors que le gouvernement a annoncé son intention de retravailler le projet de loi controversé au centre des manifestations, il est maintenant peu probable que quelque chose comme celui-ci soit jamais adopté à un niveau proche des chiffres requis au Parlement français.

Pour le président français, c’est une année difficile. La pandémie a été annulée maintenant par deux demi-tours embarrassants. Le premier a été sa décision de parquer ses réformes des retraites tant annoncées et le second, eh bien, ce sont les omnishambles des sept derniers jours.

Ces cris de protestation de «Liberté, liberté, liberté!» entendus ce week-end sont pris très au sérieux en France par le peuple et les politiques.

Vous jouez avec la liberté à vos risques et périls, comme vient de le rappeler le président Macron.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Les déclarations, opinions et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Damian Wilson

Damian Wilson est un journaliste britannique, ancien rédacteur en chef de Fleet Street, consultant du secteur financier et conseiller spécial en communication politique au Royaume-Uni et dans l’UE.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Guerre civile: Macron panique…

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Scène de manifestations populaires en France. (Archives)

Le gouvernement français a abandonné un projet de loi controversé qui restreint le droit de filmer des policiers en action, a affirmé lundi le chef de la majorité LREM à l’Assemblée nationale de France, Christophe Castaner, lors d’une conférence de presse.

Selon Reuters, Christophe Castaner, chef du parti « La République en marche » (LREM) d’Emmanuel Macron, a affirmé : « Le projet de loi sera entièrement réécrit et une nouvelle version sera soumise [au vote]. »

Des dizaines de milliers de personnes à travers la France ont manifesté samedi contre le projet de loi.

La majorité LREM étant à l’origine de cette proposition de loi avait argué que cette loi, « axée sur la sécurité privée et le renforcement de la police municipale, comporte aussi des articles visant à protéger davantage les forces de l’ordre ».

Un vive polémique s’est déclenchée au sujet notamment de l’article 24 qui interdit la diffusion de l’image « ou tout autre élément d’identification » des policiers et gendarmes en intervention « dans le but de porter atteinte » à leur « intégrité physique ou psychique », selon les médias français.

France: la chape de plomb tombe!
Loi « sécurité globale » ou l

D’après le site d’information 20minutes.fr, la loi « sécurité globale » est devenue le symbole d’une véritable crise politique depuis son vote en première lecture à l’Assemblée nationale, mardi, et la révélation de plusieurs affaires de violences policières présumées.

Samedi, plusieurs centaines de milliers de personnes ont manifesté contre le texte de loi partout en France. Ils étaient 133.000 dont 46.000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur et 500.000, dont 200.000 dans la capitale, selon les organisateurs.

Lire aussi :

Armée de l’air sioniste en France pour lutter contre le « terrorisme »!

L’exécutif se retrouvait ainsi pris en étau entre la pression d’une mobilisation grandissante et celle de la droite, soucieuse de défendre les forces de l’ordre.

Les protestations ont pris de l’ampleur notamment après qu’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a montré le passage à tabac d’un jeune citoyen noir par la police de la capitale, après quoi le président français a fait part de sa « honte ».

Dans ce projet de loi controversé, les détracteurs, journalistes et activistes civiques, voient une violation de la  liberté de la presse. Ils affirment également que cette proposition de loi augmente la violence policière, conduit l’administration à l’autoritarisme, et enfreint les normes de l’Union européenne.

Source: Press TV

Paris sombre dans le chaos alors que les émeutes se propagent à travers la France

Des manifestants parisiens incendient des voitures et mettent le feu à la BANQUE au milieu d’affrontements autour d’un projet de loi qualifié d’«interdiction de filmer la brutalité policière»

Par RT.com

Extraits:

Des affrontements violents et des incendies criminels ont éclaté à Paris au milieu de manifestations de masse contre la brutalité policière et un projet de loi interdisant de filmer des agents «dans certaines circonstances», après la sortie d’une vidéo de flics battant un producteur de musique noir.

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi contre le projet de loi controversé dans plus de 70 villes françaises, les organisateurs revendiquant plus d’un demi-million de participants et les autorités estimant le nombre à environ 150 000. Les rassemblements de jour se sont déroulés paisiblement, mais en début de soirée, des affrontements ont éclaté dans plusieurs villes, dont Rennes, Lille, Bordeaux et Lyon.

Paris a sombré dans le chaos, obligeant la police à déployer des gaz lacrymogènes, des flashbangs et des canons à eau après que des manifestants masqués vêtus de noir ont lancé des feux d’artifice et bombardé des flics de pierres.

À un moment donné, les manifestants ont incendié l’entrée de la banque centrale française, tandis que les pompiers ont eu du mal à atteindre les lieux à travers les rues bloquées par des clôtures de police, des barricades de fortune et des déchets en feu.

Lisez l’article complet sur RT.com

La nouvelle loi française sur la sécurité vient peut-être de déclencher un moment «George Floyd»

Suscité par un nouveau projet de loi qui rendrait la publication de photos de la police illégale et une vidéo virale peu de temps après montrant la police française en train de battre brutalement un homme noir, il semble que la France se dirige peut-être vers son propre moment «George Floyd».

Par Alan Macleod

Mint Press News

Extraits:

Le photographe syrien primé Ameer Alhalbi est étourdi sur le sol. Sa tête est fortement contusionnée et bandée, du sang recouvre son visage, ses bras et une grande partie de son corps. Des bouts de coton ont été bourrés sur son nez cassé, lui donnant une apparence presque comique. Alhalbi a été sévèrement battu par la police.

Mais ce n’est pas la Syrie, c’est Paris, où il couvrait – ironiquement – d’énormes manifestations nationales contre la brutalité policière ce week-end.

Les médecins de rue s’occupent du photographe indépendant syrien Ameer Alhalbi qui a été blessé lors d’affrontements lors d’une manifestation contre le projet de loi français sur la «sécurité mondiale» [Gabrielle Cezard / AFP] (Source.)

Peut-être encore plus inquiétant est-il que les nouvelles lois imposées par le gouvernement d’Emmanuel Macron et adoptées par l’Assemblée nationale française (comme la Chambre des représentants des États-Unis) signifient que le partage d’images d’Alhalbi ou d’autres victimes de brutalités policières pourrait bientôt être considéré comme illégal.

L’article 24 du nouveau projet de loi sur la sécurité nationale du pays, qui n’a plus qu’à être ratifié par le Sénat, interdit spécifiquement la publication et la diffusion d’images de policiers qui portent atteinte à leur «intégrité» physique ou psychologique, et est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 € et jusqu’à un an de prison. Le projet de loi stipule expressément que filmer la police de cette manière serait contraire à la loi, mais des questions ont été soulevées quant à la manière dont les autorités interpréteraient libéralement le langage nébuleux du nouvel édit. Les syndicats des médias et les groupes de défense des droits humains préviennent que cela pourrait empêcher les journalistes de documenter les abus de la police.

La décision de l’Assemblée nationale d’approuver la loi la semaine dernière a déclenché de grandes manifestations dans de nombreuses grandes villes de France, notamment Bordeaux, Lille, Montpellier et Nantes. Cependant, un incident filmé samedi a jeté de grandes quantités de carburant sur le feu du ressentiment, augmentant considérablement la taille et l’intensité des manifestations.

Des images de téléphones portables et de télévisions en circuit fermé montraient une attaque policière non provoquée contre un jeune producteur de musique noir sur son lieu de travail. On peut voir un groupe de quatre policiers courir après Michel Zecler, le suivre de l’extérieur dans son studio, où ils lui donnent des coups de pied, des coups de poing et des coups de matraque. Zecler allègue également qu’ils ont crié des abus raciaux pendant qu’ils l’ont agressé.

Lire l’article complet sur Mint Press News

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

1 Comment on «Foutez la liberté à vos risques et périls!» Macron humilié en abandonnant la facture de sécurité après que le chaos des manifestations soit devenu viral

  1. ce serait bien de faire un peu plus que de relayer !
    pourquoi cette affaire sort maintenant dans les média ?
    que veulent ils nous cacher ?
    de quoi veulent ils nous distraire ?
    se poser les questions c’est se protéger de la manipulations même si nous n’en avons pas encore les réponses !

    J'aime

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. «Foutez la liberté à vos risques et périls!» Macron humilié en abandonnant la facture de sécurité après que le chaos des manifestations soit devenu viral — MIRASTNEWS – La vérité est ailleurs
  2. «Foutez la liberté à vos risques et périls!» Macron humilié en abandonnant la facture de s écurité après que le chaos des manifestations soit devenu viral | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :