A la Une

WUHAN-GATES – 28. Secrets de pandémie: l’Association des consommateurs demande l’arrestation du patron italien de l’OMS à égalité avec Gates, vaccines Gsk et Obama

WUHAN-GATES – 28. Pandemic Secrets: Consumers Association asks Arrest for WHO Italian Boss tied with Gates, vaccines Gsk & Obama

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Version originale en italien

(pour des raisons de réalité, ce rapport prévoit que WuhanGates 27 sera traité sur un scandale concernant l’enquête de l’OMS sur les origines du virus – abonnez-vous à la newsletter pour recevoir les articles en temps réel)

«Arrestation de Ranieri Guerra et prolongation de l’enquête vers le ministère de la Santé. A demander aux Codacons, qui présente aujourd’hui une nouvelle plainte au procureur de Bergame. Ce qui est apparu ces dernières heures concernant le scandale du plan pandémie nécessite des mesures contre Ranieri Guerra, sans exclure la possibilité de mesures conservatoires visant à éviter la pollution des preuves dans le cadre de la procédure ouverte par la justice de Bergame – explique Codacons – déclarations du chercheur Francesco Zambon qui prétend d’une part avoir reçu les menaces de Guerra, et d’autre part que le ministre de la Santé Roberto Speranza connaissait le contenu de ses travaux au moins un mois avant la publication et la censure ultérieure, imposent des mesures contre Guerra et une extension des investigations contre le même dicastère, de sorte que l’exactitude du travail du ministre Speranza soit vérifiée. En outre, Codacons demande au procureur de Bergame de suspendre Ranieri Guerra de toute fonction publique avec effet immédiat, en attendant le résultat de l’enquête en cours».

Avec une déclaration sévère publiée le 14 décembre, l’association de protection des consommateurs présidée par Carlo Rienzi se lance comme un rouleau compresseur contre le vice-président de la section européenne de l’Organisation mondiale de la santé qui, le mois dernier (en tant que simple personne informée des faits et non en tant que suspect, est bien de le préciser immédiatement) a été entendu pendant 5 heures par les magistrats du parquet de Bergame qui enquêtent pour une épidémie coupable et fausse en relation avec les lacunes alléguées dans la prévention des infections à Covid-19 et en particulier l’absence d’un plan pandémique mis à jour comme déjà signalé ces derniers mois depuis l’enquête sur le programme de télévision RAI3 Report.

Image de profil Facebook de Ranieri Guerra, alias Raniero Guerra, entouré par la sphère «protectrice» du drapeau italien et de l’ONU

Mais le Dr Guerra, membre du Comité scientifique médical du gouvernement italien pour l’urgence pandémique, a nié avoir forcé la suppression du rapport fait par une équipe de chercheurs de l’OMS dirigée par le Dr Zambon, mais a seulement «demandé de reporter la publication par deux jours, également pour informer le ministère de la Santé qui n’était pas au courant de l’édition», aussi parce que« elle présentait des inexactitudes dans les tables de mortalité ». C’est ce qu’a rapporté le journal en ligne Open, lançant une anticipation qui reste pour l’instant sans réponse selon laquelle «le chef européen de l’Organisation mondiale de la santé, Hans Henri Klug, pourrait révoquer les pouvoirs de l’actuel vice-président de la section européenne de l’OMS.».

Pourquoi Ranieri Guerra, numéro deux de l’OMS, se serait-il exposé à la première personne pour tout faire taire? Zambon a répondu dans un entretien avec Corriere del Veneto: «De 2014 à 2017, il a été directeur général de la prévention au ministère de la Santé, le département qui aurait dû mettre à jour le plan national de lutte contre la pandémie».

Il y a quelques heures, le Corriere a également rapporté que Zambon lui-même «s’était présenté à Bergame, renonçant à l’immunité diplomatique. Dans le bureau du procureur, il a appelé Ranieri Guerra: le directeur adjoint de l’OMS aurait subi des pressions pour corriger la sentence sur le plan de pandémie italien de 2017», a écrit le journaliste Armando Di Landro.

Chercheur de l’OMS à Venise Francesco Zambon

«Il a évoqué des pressions pour corriger certains passages du studio et des messages qui lui semblaient une menace de perdre son emploi. Le responsable et chercheur de l’OMS, Francesco Zambon, s’est présenté aux procureurs de Bergame pour répondre à toutes leurs questions, sans lever l’immunité diplomatique, comme son organisation avait choisi de le faire à l’avance, l’empêchant de se rendre trois fois au parquet. Cinq heures d’interview, révélées hier par Report via Facebook, accompagnées du silence du procureur Antonio Chiappani: «Nous n’avons pas l’intention de donner des informations». Parce que l’affaire est délicate, les procès-verbaux ont été classés», ajoute Corriere.

La nouvelle prend une valeur disruptive car elle pourrait ouvrir une brèche dans le mur de caoutchouc construit par l’Organisation mondiale de la santé autour de la gestion précaire de la pandémie en Italie.

DR. GUERRA DES VACCINS D’OBAMA AU SOMMET AVEC GATES

Guerra, né en 1953, diplômé en hygiène et médecine tropicale du Ross Institute de Londres qui lui a permis d’être engagé par le ministère des Affaires étrangères (MAE) à la Direction générale de la coopération au développement avec une mission en Somalie (1983) , en 2011, il a été licencié par le même MAE en tant qu’attaché scientifique à l’ambassade d’Italie aux États-Unis. Puis il a déménagé au Dicastère de la Santé à partir de 2013 sous le gouvernement d’Enrico Letta, où il a brûlé les étapes de sa fulgurante carrière internationale qui a débuté en 1989 à l’Istituto Superiore della Sanità (jusqu’en 2011) et a culminé en tant que directeur du Centre collaboratif de l’OMS pour la formation à la santé après avoir également été directeur scientifique de la Fondation ISS pour la sécurité à Rome (2010-2011).

Photo de groupe de l’OMS avec Bill Gates (deuxième à droite) publiée par Ranieri Guerra (quatrième à gauche) sur son profil Facebook et rapportée par Codacons

L’attaque des Codacons ne s’arrête pas à la désormais «vexata quaestio» du dossier rédigé par les chercheurs de la section OMS de Venise, publié puis retiré par la même agence internationale qui a mis en évidence l’échec de l’adaptation du plan d’urgence en cas de pandémie de l’Italie et les autres non satisfaits obligations telles que le stockage des masques et des antiviraux. Les défenseurs des consommateurs s’en prennent également aux relations suspectes de l’ancien directeur du ministère de la Santé avec Bill Gates, qu’il a lui-même célébré avec fierté sur Facebook, tout comme Tedros Adhanom Gebreyesus depuis sa première réunion en 2014 (trois ans avant d’être nommé directeur général de l’OMS), qui à notre mémoire rouvrir le cabinet des squelettes les plus embarrassants pour de prétendus conflits d’intérêts sur les vaccins.

Le 24 septembre 2019, le Dr Guerra, qui s’appelle Raniero mais s’appelle aussi officiellement Ranieri, peut-être dans l’espoir d’esquiver les poursuites judiciaires grâce à une technicité personnelle, a posté une photo sur son profil FB avec «le joint OMS – Unicef équipe qui partage le matin avec Bill Gates».

WUHAN-GATES – 24. OMS et pandémie entre les mains des marionnettes de Gates-China: Dr. Tedros Leader du TPLF, les rebelles islamo-communistes accusés du dernier massacre en Ethiopie par Amnesty

Quelques jours plus tôt, comme le révélait exclusivement Gospa News, le 12 septembre 2019, à une époque devenue terriblement suspecte après le déclenchement de la pandémie, un sommet pour la vaccination mondiale s’est tenu à la Commission européenne à Bruxelles en présence de l’OMS Le directeur général Tedros Adhanom Gebreyesus (qui en octobre 2020 a nommé Guerra comme son adjoint au poste de sous-directeur général pour l’Initiative stratégique à Genève), 4 ONG Gates et un administrateur Pfizer: la multinationale américaine qui obtiendra plus tard le feu vert pour une utilisation en cas d’urgence de l’antidote contre Covid-19 d’abord au Royaume-Uni (2 décembre), puis par la Food and Drug Administration des États-Unis (12 décembre).

WUHAN-GATES – 10. SHADY PLOT: Sommet de l’UE avec l’ONG 4 Gates, Big Pharma & FB avant la pandémie (SRAS-2 construit avec le VIH)

Tout cela n’aurait pas grand-chose à voir avec Guerra s’il n’avait été le «conseiller scientifique de l’ambassade à Washington» dans le projet pilote de vaccination du Global Health Security Agenda proposé par le président américain Barack Obama en harmonie avec Matteo Renzi et accueilli par l’AIFA (Agence italienne des médicaments) qui a été présentée à l’automne 2014 à la Maison Blanche en présence du sous-secrétaire américain à la Santé (HHS) Bill Corr et de la ministre italienne de la Santé Beatrice Lorenzin qui en juillet 2017, après divers résistance, a approuvé le décret Lorenzin pour les 12 vaccins obligatoires en âge scolaire en Italie. Mais l’intrigue n’est pas terminée

De gauche à droite: Ranieri Guerra, conseiller scientifique auprès de l’ambassade à Washington, le président de l’AIFA Sergio Pecorelli, Bill Corr, sous-secrétaire aux services de santé humaine (HHS), la ministre de la Santé Beatrice Lorenzin et l’ambassadeur adjoint d’Italie à Washington, le ministre Luca Franchetti Pardo – de l’AIFA site Internet

La question brûlante a été rappelée par le blog LavoroeSalute (Travail & Santé) qui mérite d’être salué pour avoir saisi la question cruciale déjà soulevée par Codacons lui-même le 12 juin 2017, pendant la période du débat parlementaire pour l’approbation du décret sous le gouvernement de Paolo Gentiloni.

«Nouvelle plainte de Codacons à Anac au sujet des vaccinations. L’association a en effet demandé à l’Autorité anticorruption s’il est licite pour le directeur du ministère de la Santé, Ranieri Guerra, de signer des actes publics sur les vaccins siégeant, conformément au programme, au conseil d’administration de la Fondation Glaxo, qui comme on le sait produit le vaccin hexavalent vendu en Italie. Il semblerait que Guerra ait signé toutes les dispositions relatives aux vaccins plutôt que de s’abstenir comme l’exige l’art. 323 du Code criminel. En 2014, il était même présent au premier rang à Washington aux côtés de la ministre Beatrice Lorenzin au moment de la signature de l’accord qui mettrait l’Italie à la tête des campagnes de vaccination dans le monde. Pendant ce temps, il a siégé en tant que directeur de la Fondation Glaxo, une entreprise leader dans la production de vaccins. En attendant, un franc succès pour la pétition Codacons contre le décret Lorenzin, qui en quelques jours a recueilli plus de 20 mille signatures, et à laquelle vous pouvez vous joindre sur la page », a écrit le 5 octobre 2017 sur son site Internet l’organisation de protection des consommateurs Codancons.

LES ACTIVITÉS DE GSK GOLD EN TOSCANE ET EN ARABIE SAOUDITE

«C’était l’époque où GlaxoSmithKline Spa a décidé d’investir massivement en Italie, apparemment au moins 1 milliard d’euros en quatre ans, ce qui coïncide avec celles du« plan vaccin »lancé par Lorenzin et Guerra. Il faut noter que le marché mondial des vaccins a totalisé 35 milliards de dollars et que Big Pharma a été pendant des années à la première place dans le hit des financiers à l’élection présidentielle américaine, de manière parfaitement transversale »rappelle le site LavoroeSalute qui reconstitue le scénario en omettant seulement un détail significatif et tentant.

Le décret Lorenzin a été approuvé quelques semaines après la visite sensationnelle au Palazzo Chigi du plutarque George Soros, en tant que grands donateurs de Gates du Parti démocrate d’Obama, pour rencontrer le Premier ministre Gentiloni (secrétaire du PD), alors destiné à devenir commissaire européen. en 2019 grâce aux votes du Parlement européen: là où Open Society, la fondation new-yorkaise du magnat américano-hongrois, a «déposé» des dizaines d’eurodéputés amis, provoquant un scandale médiatique majeur dénoncé par le journaliste Marcello Foa et analysé par Gospa Nouvelles.

WUHAN-GATES – 15. Les affaires de vaccins Covid UE-Italie entre les mains sales de Gates-Big Pharma

Pas seulement. Les principaux investissements de GSK se sont concentrés à Sienne et à proximité de Rosia, en Toscane, le fief historique de la gauche et du PD ainsi que l’homéòand de Renzi qui, dès son élection le 22 février 2014, a été immédiatement acclamé par Le président Obama lors d’une visite éclair en Italie.

Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec Gates? Très simple: le GSK de Londres, contrôlé par les mêmes fonds d’investissement américains qui spéculent sur le Weapons Lobby, en plus d’avoir reçu en 2020 des contributions énergiques du magnat de l’informatique (via l’ONG CEPI) pour la recherche sur le vaccin anti-Covid – 19 (aujourd’hui en faillite à l’Université du Queensland mais vivant en partenariat scientifique avec Sanofi et commercial avec AstraZeneca via la filiale italienne ReiThera) est dirigé par la PDG Emma Walmsley qui est également directrice non exécutive de Microsoft Corporation.

WUHAN-GATES – 1. GOLDEN INTRIGUES BIOWEAPON-VACCINES entre la Chine, les États-Unis-CIA, l’Arabie et les grandes entreprises pharmaceutiques J&J – GSK

Walmsley a également été le directeur qui a piloté une forte augmentation des participations de GSK dans la filiale du Royaume d’Arabie saoudite (de 49 à 75%) après que cette nation ait soutenu le plan de mondialisation du GHSA d’Obama soutenu par le Dr Guerra à Washington et s’est concrétisé. dans le projet pilote sur les vaccins en Italie. En pratique, Glaxo, grâce aux bénéfices accumulés dans la péninsule italienne, a ainsi permis au gouvernement de Riyad, à travers sa filiale Banaja KSA Holding partenaire de Glaxo Arabie Saoudite, de récupérer (on ne sait pas dans quelle mesure) le financement international au Global Programme de sécurité sanitaire…

«Les Codacons rapportent sur le programme Rai3« Reportez-vous »quelques images parues sur Facebook qui dépeignent Ranieri Guerra (OMS) en compagnie du milliardaire Bill Gates. Les photos ont été prises en septembre 2019, et on se demande ce que faisait Guerra en compagnie du fondateur de Microsoft, et s’ils parlaient de santé, de vaccins ou d’argent. Une image que l’association rapporte à Report, demandant également au ministre de la Santé Speranza de suspendre Ranieri Guerra de toute fonction publique avec effet immédiat », lit-on sur le site officiel de l’association.

LE PLAN PANDÉMIE COUVERT

Les protecteurs des consommateurs qui connaissent bien les squelettes dans le placard car ils ont été les premiers à les dénoncer à l’Autorité nationale de lutte contre la corruption ont même avancé la demande de mesures conservatoires à l’encontre du vice-président européen de l’OMS. Pour que quelqu’un dise un «rien ne va plus» péremptoire à ces entrelacs douteux de conflits d’intérêts évidents et énormes.

Il faut vraiment espérer, par respect pour l’honnêteté, la transparence et la vérité, que leurs rapports trouvent un terrain plus fertile pour des enquêtes rigoureuses dans le système judiciaire de Bergame où le procureur Antonio Chiappani et la procureure adjointe Maria Cristina Rota procèdent à un rythme rapide dans les enquêtes. avec le «soutien de la Guardia di Finanza (police d’enquête financière): bien que certains responsables de l’OMS appelés à témoigner aient fait usage de l’immunité diplomatique internationale comme indiqué par l’organisation.

Parmi les nœuds à résoudre, il y a justement le jaune sur le plan d’urgence pandémique dépassé: élaboré en 2006, il aurait été copié tel qu’il est en 2010 quand en Lombardie il s’est avéré être un tamis pour faire face à l’épidémie aviaire la plus modeste. Ce n’est qu’avec l’épidémie de l’infection par le virus SRAS-CoV-2 que le gouvernement a tenté de se mettre à l’abri, puis a immédiatement mis de côté le projet d’intervention commandé car il était considéré comme alarmant et impraticable.

WUHAN-GATES – 26. Vaccins contre les armes biologiques et l’or contre le SRAS-2. Des tests CIA-OMS financés par Gates au sommet européen avec Pfizer, le sponsor de Biden, avant la pandémie!

Selon les journalistes du Report RAI3 TV, il y aurait eu une responsabilité politique précise dans la gestion de l’urgence. Stefano Merler de la Fondation Bruno Kessler, a émis l’hypothèse de la mort de 35 000 à 70 000 décès dus à Covid-19 dès février mais son «plan d’urgence national» a été rétrogradé à un «scénario possible» et a été placé dans un tiroir avec un sceau de confidentialité. . De même que l’audition sur le sujet du ministre de la Santé Roberto Speranza devant Copasir, la commission parlementaire pour la sécurité de la République et l’interrogatoire de Guerra devant les procureurs de Bergame ont été «classifiés».

Pour retrouver cette relation, c’est le responsable de la communication du comité des proches des victimes que nous dénonçons, Robert Lingard, qui a déclaré au journal Il Giornale: «La nouvelle de cette relation disparue m’a tourmenté pendant deux semaines. Vers deux heures un soir de la fin du mois d’août, j’ai eu une intuition: de ce qui est publié sur Internet, il en reste toujours une trace. Même si j’ai lu et relu ce document pendant les trois heures qui ont suivi, j’ai su dès les premières pages que j’avais entre les mains la preuve d’un scandale sanitaire sans précédent».

Avant de le déposer au parquet de Bergame, qui enquête pour épidémie coupable, le comité Noi Denunceremo a présenté l’étude devant l’ensemble de la presse nationale le 10 septembre, aux côtés du général à la retraite Pier Paolo Lunelli, ancien commandant de l’école militaire des urgences. NBCR (Nuclear Bacteriological Chemistry Radiology) auteur d’un rapport qui a attribué au moins 10 mille des 37 mille victimes italiennes de coronavirus précisément à l’absence de plans pandémiques.

ENQUÊTES À RISQUE ET THÉRAPIES IGNORÉES

Il appartiendra maintenant au pouvoir judiciaire de vérifier s’il y a eu d’énormes inexpériences bureaucratiques, de graves négligences criminelles ou, pire encore, des actes criminels prémédités: en fait, il enquête pour une épidémie de colose mais aussi pour le crime volontaire de faux.

Mais surtout les procureurs et les juges devront alors examiner les responsabilités individuelles sous l’épée de Damoclès que l’enquête se termine dans une bulle de savon comme celle pour le scandale des fausses données dans les quotas laitiers (comme pour modifier l’activité milliardaire et rapporter des millions de amendes aux éleveurs pauvres). dans cette affaire, le Tribunal de Rome a jugé que la question de la contrefaçon étant ancienne et connue à tous les niveaux du ministère de la Santé, il devenait impossible d’identifier les responsabilités pénales politiques ou de gestion individuelles spécifiques.

Cependant, ce ne sont pas les seuls côtés sombres de la gestion de la pandémie sur lesquels il convient de faire la lumière, même s’il ne semble pas encore qu’ils aient été résolus par l’enquête judiciaire.

Cortisone a vaincu Covid-19: Oxford a confirmé la thérapie du neurologue italien négligée. Combien de morts pour les fautes de l’OMS?

En fait, ces derniers mois, de nombreuses expériences et recherches médicales ont attesté de l’efficacité de ces thérapies anti-Covid-19 initialement rejetées par l’OMS et diverses agences gouvernementales telles que la cortisone, la vitamine D et l’hydroxychlorichine. Ces médicaments ont été exclus ou prescrits uniquement dans les cas graves même dans le dernier protocole du ministère de la Santé publié début décembre et référé aux soins à domicile qui auraient dû être un guide pour les médecins généralistes. Au contraire, elle a suscité l’inquiétude de 61 blouses blanches signataires d’un appel en faveur de la vitamine D jugée inutile par le Dicastère et d’un recours administratif (gagné) auprès du Conseil d’État pour l’usage d’hydroxychlorichine déposé par leurs autres confrères.

«La COVID-19 peut être traitée avec de la vitamine D». Étude vitale de l’Académie de médecine de Turin et appel de 61 médecins

Personne n’a encore fait un calcul précis sur le nombre de décès, et de patients qui se sont retrouvés en réanimation avec des lésions pulmonaires permanentes causées par les chocs inflammatoires de l’infection, précisément en raison d’un retard des thérapies contre cette nouvelle souche de coronavirus que d’illustres chercheurs le croient. virulente et potentiellement mortelle – si elle n’est pas bien traitée et à temps – en raison de l’insertion de certaines séquences du virus VIH.

Et par coïncidence, les autorités sanitaires australiennes ont décidé d’arrêter de tester le vaccin contre le coronavirus après que plusieurs personnes qui ont subi les tests aient été testées faussement positives pour le VIH. Le vaccin australien, qui, selon les chercheurs, serait prêt d’ici la mi-2021, était encore en phase 1 de l’essai développé conjointement par l’Université du Queensland et la société de biotechnologie australienne CSL, dans un projet soutenu par GSK et CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) par Gates.

WUHAN-GATES – 8. «SARS-2: Virus OGM construit avec le VIH». Bio-ingénieur, ancien conférencier de l’OTAN, a détruit la théorie de l’origine naturelle

Au lieu de cela, l’OMS, partenaire des tests bactériologiques extrêmement dangereux menés par l’Institut de virologie de Wuhan et l’Université de Caroline du Nord grâce au projet PREDICT-USAID de l’administration Obama-Biden, également financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, a lancé une enquête internationale. pour la recherche sur l’origine «animale» du virus (nouvelle sensationnelle dans le rapport WuhanGates 27 en cours de traitement) mais il est prudent de ne pas lancer d’investigations sur la théorie du SRAS-CoV-2 construite en laboratoire comme le prétendent les virologues, les hommes d’État et les experts internationaux du renseignement.

SRAS-2: «Les intelligences de la Chine, des États-Unis, de l’OTAN et des cinq yeux dissimulent l’origine du virus artificiel». Réclamations choquantes de l’expert en armes biologiques d’un officier israélien de Tsahal

Parmi eux, il y a aussi un officier et biologiste israélien qui a mis en lumière les prétendues dissimulations perpétrées par les services secrets de la Chine, des USA, de l’OTAN et de Five Eyes (le contre-espionnage des pays anglo-saxons). Il y a en effet de nombreuses pièces manquantes de la mosaïque dans les enquêtes sur les institutions qui ont plutôt été révélées en détail dans les reportages de Gospa News et résumées dans le livre-dossier WuhanGates I: l’intrigue du Nouvel Ordre Mondial, actuellement en Italien uniquement, qui dans les mois à venir sera probablement également traduit en anglais.

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

Pas de reproduction sans autorisation – Version originale en Italiaen

SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – RAPPORTS WUHAN.GATES

GOSPA NEWS – DOSSIER CORONA VIRUS

GOSPA NEWS – ENQUÊTES OSINT

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GOSPA NEWS

RAPPORT: Mark Zuckerberg de Facebook a utilisé 500 millions de dollars pour saper les élections américaines de 2020

Selon un nouveau rapport en possession de GreatGameIndia, des centaines de millions de dollars du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ont été utilisés pour violer les lois et saper les élections américaines de 2020. Selon le rapport, Mark Zuckerberg a même été invité dans la salle de comptage, tandis que le peuple américain a été expulsé. Le rapport détaille les principales fondations finançant les efforts, notamment le Democracy Fund, le New Venture Fund, la Skoll Foundation et la Knight Foundation.

Facebook's Mark Zuckerberg Used $500 Million To Undermine 2020 US Election
Mark Zuckerberg de Facebook a utilisé 500 millions de dollars pour saper les élections américaines de 2020

Le projet Amistad de la Thomas More Society, une organisation nationale de litige constitutionnel, a publié le rapport de 39 pages, détaillant que Mark Zuckerberg a donné 500 millions de dollars aux responsables électoraux pour avoir traité les électeurs de manière inégale et avoir indûment influencé l’élection.

La majeure partie des fonds est allée au Center for Tech and Civic Life (CTCL), une organisation à but non lucratif créée par d’anciens gestionnaires et membres du personnel du New Organizing Institute.

Selon le rapport, l’organisation à but non lucratif plus tôt cette année «a commencé à envoyer des agents dans les États pour recruter certains bastions démocrates afin de préparer des subventions en lui demandant des fonds».

Par exemple, le centre a donné 100 000 $ à Cory Mason, le maire de Racine, dans le Wisconsin, pour recruter quatre autres villes pour élaborer un plan et lui demander une subvention plus importante. Ces cinq villes ont soumis un tel plan en juin et ont reçu 6,3 millions de dollars pour le mettre en œuvre.

Financées par des centaines de millions de dollars du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et d’autres intérêts de haute technologie, les organisations militantes ont créé un système électoral à deux niveaux qui traitait les électeurs différemment selon qu’ils vivaient dans des bastions démocrates ou républicains.

La fourniture de fonds Zuckerberg-CTCL a permis à ces bastions démocrates de dépenser environ 47 dollars par électeur, contre 4 à 7 dollars par électeur dans les régions traditionnellement républicaines de l’État.

Facebook's Mark Zuckerberg Used $500 Million To Undermine 2020 US Election
La relation entre les fondations et les organisations à but non lucratif impliquées dans la politique électorale américaine

L’impact disparate du financement de Zuckerberg est également présent dans l’analyse du financement de la CTCL en Pennsylvanie.

Des documents obtenus par ordonnance du tribunal ont révélé une communication entre la ville de Philadelphie et CTCL soulignant que CTCL rémunérait les juges électoraux de Philadelphie et d’autres fonctionnaires électoraux.

CTCL a mandaté Philadelphie pour augmenter ses bureaux de vote et utiliser des boîtes de dépôt et éventuellement des unités de collecte mobiles. De plus, l’argent de Zuckerberg a permis à Philadelphie de «guérir» les votes par correspondance d’une manière non prévue dans les régions républicaines de l’État.

Ces irrégularités existaient partout où l’argent de Zuckerberg était accordé aux agents électoraux locaux. En effet, Mark Zuckerberg a été invité dans la salle de comptage et le peuple américain a été expulsé.

Le rapport détaille les principales fondations finançant les efforts, notamment le Democracy Fund, le New Venture Fund, la Skoll Foundation et la Knight Foundation.

Il convient de noter que, dans un geste historique, le gouvernement américain a annoncé une action en justice antitrust contre Facebook, ordonnant à la plate-forme de médias sociaux de céder ses services de messagerie Instagram et WhatsApp.

Comme rapporté par GreatGameIndia, une unité secrète de Facebook a créé des armées de trolls pour l’Inde et les gouvernements du monde entier pour que la propagande numérique influence les élections. Pourtant, aucune mesure substantielle n’a été prise contre Facebook par l’administration indienne.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

1 Trackback / Pingback

  1. WUHAN-GATES – 28. Secrets de pandémie: l’Association des consommateurs demande l’arrestat ion du patron italien de l’OMS à égalité avec Gates, vaccines Gsk et Obama | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :