A la Une

34 femmes aux États-Unis ont subi des fausses couches et des mortinaissances après avoir pris le vaccin COVID-19 + TRIPLE-BOMBE SUR #WUHAN: #FAUCI, #OMS ET #PCC IMPLIQUÉS DANS UNE ACTIVITÉ LOURDE #CORONAVIRUS LAB JUSTE AVANT LA «PANDÉMIE»

Selon le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS), 34 cas ont été signalés où des femmes enceintes ont souffert de fausses couches spontanées ou de mortinaissances après la vaccination COVID-19.

34 Women In US Suffered Miscarriages And Stillbirths After Taking COVID-19 Vaccine

De tels événements indésirables survenant après la vaccination sont signalés par VAERS. Il s’agit d’un système de notification passif qui permet aux gens de soumettre un rapport d’événement indésirable après la vaccination. VAERS est géré par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA).

Bien qu’il ne soit pas nécessaire que tous les événements indésirables rapportés au VAERS soient causés par la vaccination. VAERS désigne les fausses couches comme des avortements spontanés ou des avortements.

25 cas de fausses couches spontanées sont survenus au cours du premier trimestre. Ces femmes ont été vaccinées par le vaccin Pfizer-BioNTech. 4 cas de mortinaissances ont été détectés au cours du deuxième ou du troisième trimestre.

Selon une ressource en ligne sur les problèmes de santé, nommée «Verywell Health»: «Les recherches suggèrent qu’entre 10% et 20% des femmes dont la grossesse est médicalement confirmée se termineront par une fausse couche. Quatre-vingt pour cent d’entre elles se produiront au cours du premier trimestre.»

Dans deux cas différents, des femmes du Tennessee et de l’Indiana ont fait une fausse couche dans les 13 et 5 jours respectivement après avoir été vaccinées par le vaccin Pfizer.

Des cas similaires ont été signalés au Michigan et en Virginie après que les femmes enceintes aient été vaccinées par le vaccin Pfizer.

Selon le Dr Shelley Cole, MD, OB-GYN et membre des médecins de première ligne américains:

«En tant qu’obstétricien-gynécologue, c’est une préoccupation.» Cole a ajouté: «Nous jetons [maintenant] la science et la méthode de la médecine scientifique par la fenêtre et mettons en péril les grossesses et les futures grossesses.»

« Cela m’inquiète que le CDC dise qu’il n’y a pas d’études, mais il n’y a rien de mal à l’obtenir et vous n’avez même pas besoin d’en discuter avec votre médecin », a ajouté Cole. «Je veux dire que c’est le contraire de tout ce que les modèles et méthodes scientifiques et les normes de soins sont depuis un siècle.»

Dans ses conseils sur les «Considérations relatives à la vaccination pour les personnes enceintes ou qui allaitent», le CDC indique que les femmes enceintes ou allaitantes qui «font partie d’un groupe recommandé pour recevoir le vaccin COVID-19, comme le personnel de santé, peuvent choisir de se faire vacciner».

Puisqu’il n’y a pas de données disponibles concernant les «effets des vaccins à ARNm sur le nourrisson allaité ou sur la production / l’excrétion légère», le vaccin n’est «pas considéré comme un risque pour le nourrisson allaité».

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle ne recommande pas le vaccin Pfizer COVID-19 pour les femmes enceintes à moins qu’elles ne courent un risque élevé d’exposition, comme un professionnel de la santé.

«Les femmes enceintes courent un risque plus élevé de COVID-19 sévère que les femmes non enceintes, et la COVID-19 a été associé à un risque accru d’accouchement prématuré», a déclaré l’OMS. « Cependant, en raison de données insuffisantes, l’OMS ne recommande pas la vaccination des femmes enceintes pour le moment. »

La raison pour laquelle il n’existe pas de données précises disponibles pour les femmes enceintes est que Pfizer et Moderna n’ont pas effectué d’essais cliniques sur le vaccin COVID-19 sur les femmes enceintes et allaitantes.

Cependant, Pfizer mène actuellement des essais de deuxième et troisième phase sur des femmes enceintes qui sont dans leur deuxième ou troisième trimestre.

La Dre Denise Jamieson, MD, MPH, directrice du département de gynécologie et d’obstétrique de l’École de médecine de l’Université Emory, déclare:

« Je pense que l’une des autres choses qui est vraiment importante est simplement parce que nous pensons que les avantages l’emportent sur les risques, cela ne nous laisse pas échapper en termes de description des risques », a ajouté Jamieson.

«Et je pense que c’est une chose qui me préoccupe, vous savez, 15 000 femmes ont été vaccinées, des femmes enceintes ont été vaccinées, et pourtant nous avons vraiment très peu d’informations sur la sécurité et cela ne va pas.»

Selon les médecins d’Intermountain Healthcare, les femmes qui ont été récemment vaccinées contre la COVID-19 peuvent présenter des symptômes de cancer du sein en tant qu’effet secondaire du vaccin.

Médecin américain du Wisconsin, le Dr Sara Beltrán Ponce a fait une fausse couche quelques jours à peine après avoir reçu le vaccin COVID-19.

Dans un autre cas encore, une femme du Rajasthan a été testée positive au COVID-19 31 fois en 5 mois, déroutant les médecins. Ses résultats contredisent le cycle d’incubation du nouveau coronavirus qui se terminerait en 14 jours.

Récemment, les décès de personnes âgées qui se sont rétablies de la COVID-19, mais sont décédées après l’administration du vaccin, ont soulevé des questions.

De plus, un groupe de chercheurs de la revue médicale The Lancet a averti que les vaccins Covid-19 actuellement en développement pourraient augmenter le risque de contracter le VIH, conduisant potentiellement à une augmentation des infections.

Pendant ce temps, les autorités fédérales américaines enquêtent sur les receveurs du vaccin COVID-19 qui ont développé une thrombopénie sanguine rare, avec au moins plusieurs cas entraînant la mort.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

RUPTURE! LA CHINE ADMET LE PLUS GRAND MENSONGE, LA COMPLICITE DE L’OCCIDENT ET DES BIG TECH

Triple bombe sur #Wuhan: #Fauci, #WHO et #CCP impliqués dans une forte activité de laboratoire #Coronavirus juste avant la «pandémie»

Judicial Watch: de nouveaux courriels détaillent les accommodements de l’OMS / NIH aux «conditions» de confidentialité chinoises

TRIPLE-BOMBE SUR #WUHAN: #FAUCI, #OMS ET #PCC IMPLIQUÉS DANS UNE ACTIVITÉ LOURDE #CORONAVIRUS LAB JUSTE AVANT LA «PANDÉMIE»

Qu’est-il arrivé à la règle n° 0 dans le vrai journalisme: «vérifier chaque déclaration de trois sources indépendantes ou plus»?! Les médias grand public ne sont que des commentaires et des communiqués de presse non vérifiés. Cette recherche ci-dessous se rapproche le plus possible des exigences dans cet environnement fortement censuré et contrôlé. Mais cela correspond également à tout ce que nous avons déjà publié sur ce sujet (beaucoup) contrairement aux mots de Fauci qui s’alignent sur eux-mêmes.

Vous avez peut-être déjà entendu certaines de ces nouvelles au fur et à mesure qu’elles deviennent virales, mais c’est notre combinaison originale qui met fin à tout le récit officiel de la pandémie.

Judicial Watch vient de découvrir des correspondances du Dr Anthony Fauci soulignant sa volonté d’être en conformité avec le Parti communiste chinois et ses demandes aux États-Unis pour les restrictions COVID. Et deux autres bombes s’alignent.

«Ces nouveaux courriels montrent l’adaptation spéciale de l’OMS et de Fauci du NIH aux efforts communistes chinois pour contrôler les informations sur le COVID-19», a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton.

D’après le communiqué de presse que Judicial Watch a publié lundi:

Judicial Watch a annoncé aujourd’hui qu’elle et la Daily Caller News Foundation (DCNF) avaient reçu 301 pages de courriels et d’autres documents du Dr Anthony Fauci et du Dr H.Clifford Lane du ministère américain de la Santé et des Services sociaux montrant que les National Institutes of Health (NIH) ont adapté les formulaires de confidentialité aux conditions de la Chine et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mené une analyse épidémiologique non publiée et «strictement confidentielle» du [SRAS-CoV-2 de la – MIRASTNEWS] COVID-19 en janvier 2020.

De plus, les courriels révèlent un journaliste indépendant en Chine signalant les numéros COVID incohérents en Chine au directeur adjoint de la recherche clinique et des projets spéciaux de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses du NIH, Cliff Lane.

Les courriels ont été obtenus en réponse à une action en justice en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) déposée devant le tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia par Judicial Watch au nom de la DCNF (Daily Caller News Foundation c.US Department of Health and Human Services ( N° 1: 20-cv-01149)).

La poursuite a été déposée après que HHS n’a pas répondu à la demande FOIA du DCNF du 1er avril 2020 visant à:

    Communications entre le Dr Fauci et le directeur adjoint Lane et des responsables de l’Organisation mondiale de la santé concernant le nouveau coronavirus.

    Communications du Dr Fauci et du Directeur adjoint Lane concernant l’OMS, le responsable de l’OMS Bruce Aylward, le Directeur général de l’OMS Tedros Anhanom et la Chine.

Les nouveaux courriels incluent une conversation sur les formulaires de confidentialité les 14 et 15 février 2020 entre Lane et le responsable technique de l’OMS Mansuk Daniel Han. Han écrit: « Cette fois-ci, les formulaires sont adaptés aux termes de la Chine, nous ne pouvons donc pas utiliser ceux d’avant. »

Un dossier d’information de l’OMS envoyé le 13 février 2020 aux responsables des NIH se rendant en Chine dans le cadre de la réponse COVID demande aux responsables d’attendre pour partager des informations jusqu’à ce qu’ils aient un accord avec la Chine: «IMPORTANT: veuillez traiter cela comme sensible et non pour communications publiques jusqu’à ce que nous ayons convenu des communications avec la Chine.»

Dans un courrier électronique daté du 20 janvier 2020, un responsable de l’OMS discute de l’analyse épidémiologique qu’ils ont menée de la COVID-19 plus tôt ce mois-là et déclare qu’il est «strictement confidentiel», «uniquement pour», le Groupe consultatif stratégique et technique sur les risques d’infection. (STAG-IH), et «ne devrait pas être diffusé davantage».

Dans un courrier électronique daté du 4 mars 2020, du journaliste chinois Zeng Jia à Lane, un journaliste de Caixin Media, fait remarquer au député de Fauci, Cliff Lane que le nombre de cas signalés dans le rapport de la mission conjointe de l’OMS en Chine est incompatible avec le nombre rapporté par le Comité de santé publique de Wuhan:

Il dit à la page 6 [dans le rapport de l’OMS] qu’il y avait au moins un cas cliniquement diagnostiqué de coronavirus le 2 décembre 2019 à Wuhan; et du 11 au 17 janvier, de nouveaux cas cliniquement diagnostiqués et confirmés ont été signalés chaque jour à Wuhan, ce qui n’est pas cohérent avec les chiffres du Comité de la santé publique de Wuhan.

Dans un courrier électronique daté du 15 février 2020, Gauden Galea, chef du bureau de l’OMS en Chine, informe les membres de la mission conjointe se rendant en Chine que toutes leurs activités en Chine seraient organisées par la Commission nationale de la santé du gouvernement chinois.

«Ces e-mails ont donné le ton dès le début de l’épidémie de coronavirus. Il est clair que l’OMS a permis à la Chine de contrôler le flux d’informations dès le départ. La vraie transparence est cruciale», a déclaré Ethan Barton, rédacteur en chef de la Daily Caller News Foundation.

«Ces nouveaux courriels montrent l’adaptation spéciale de l’OMS et du Fauci aux NIH aux efforts communistes chinois pour contrôler les informations sur la COVID-19», a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton.

Ce sont les dernières informations obtenues dans Judicial Watch et l’enquête en cours du DCNF sur la réponse du Fauci et du NIH à la pandémie de coronavirus. Judicial Watch et la DCNF ont déjà découvert des courriels montrant une entité de l’OMS réclamant un communiqué de presse, approuvé par le Dr Fauci, «en particulier» soutenant la réponse de la Chine à la COVID-19.

Et cela survient 10 jours seulement après que Taiwan News a découvert une autre bombe dont nous venons d’apprendre:

TAIPEI (Taiwan News, 2021/01/18 00:31) – Une vidéo prise quelques jours à peine avant le début de la pandémie de coronavirus montre qu’un inspecteur actuel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) discute des tests de coronavirus modifiés sur des cellules humaines et des souris humanisées dans le Institut de virologie de Wuhan (WIV), quelques semaines à peine avant l’annonce des premiers cas de COVID-19 dans la ville de Wuhan même.

Dans une vidéo qui a été initialement prise le 9 décembre 2019, trois semaines avant que la Commission municipale de la santé de Wuhan n’annonce une épidémie d’une nouvelle forme de pneumonie, le virologue Vincent Racaniello a interrogé le zoologiste britannique et président de l’EcoHealth Alliance Peter Daszak à propos de son travail à la à but non lucratif pour protéger le monde de l’émergence de nouvelles maladies et prédire les pandémies. Depuis 2014, l’organisation de Daszak a reçu des millions de dollars de financement des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, qu’elle a canalisés vers le WIV pour mener des recherches sur les coronavirus des chauves-souris.

Dans la première phase de recherche, qui s’est déroulée de 2014 à 2019, Daszak a coordonné avec Shi Zhengli, (石正麗), également connue sous le nom de «Bat Woman», au WIV pour enquêter et cataloguer les coronavirus des chauves-souris à travers la Chine. EcoHealth Alliance a reçu 3,7 millions de dollars de financement du NIH pour cette recherche et 10% ont été acheminés vers le WIV, a rapporté NPR.

La deuxième phase, plus dangereuse, qui a débuté en 2019, impliquait une recherche sur le gain de fonction (GoF) sur les coronavirus et les chimères chez des souris humanisées du laboratoire de Ralph S.Baric de l’Université de Caroline du Nord. Le financement du programme a été retiré par les NIH sous l’administration Trump le 27 avril au milieu de la pandémie.

À 28 h 10 de l’interview en podcast, Daszak déclare que les chercheurs ont découvert que le SRAS provenait probablement de chauves-souris et ont ensuite cherché à trouver plus de coronavirus liés au SRAS, pour finalement en trouver plus de 100. Il a observé que certains coronavirus peuvent «pénétrer dans les cellules humaines. en laboratoire », et d’autres peuvent provoquer le SRAS chez des« modèles murins humanisés ».

Il a averti de manière inquiétante que ces coronavirus sont «incurables avec des monoclonaux thérapeutiques [anticorps] et que vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin». Ironiquement, il affirme que l’objectif de son équipe était d’essayer de trouver le prochain «événement de contagion» qui pourrait provoquer la prochaine pandémie, quelques semaines à peine avant que les cas de COVID-19 ne commencent à être signalés à Wuhan.

Lorsque Racaniello demande ce qui peut être fait pour lutter contre le coronavirus étant donné qu’il n’y a pas de vaccin ou de thérapeutique pour eux, Daszak à la marque 29:54 semble révéler que l’objectif des expériences du GoF était de développer un vaccin pan-coronavirus pour de nombreux différents. types de coronavirus.

Sur la base de sa réponse, il est évident que juste avant le début de la pandémie, le WIV modifiait les coronavirus en laboratoire. «Vous pouvez les manipuler assez facilement dans le laboratoire.» Ce qu’il a ensuite mentionné est devenu le trait révélateur du SRAS-CoV-2, sa protéine de pointe: «La protéine de pointe est à l’origine d’une grande partie de ce qui se passe avec le coronavirus, le risque zoonotique.»

Daszak mentionne la collaboration du WIV avec Baric: « et nous travaillons avec Ralph Baric à l’UNC [Université de Caroline du Nord] pour ce faire. » Comme l’ont suggéré les partisans du SRAS-CoV-2 est une chimère fabriquée en laboratoire, il parle d’insérer la protéine de pointe «dans l’épine dorsale d’un autre virus», puis de «travailler en laboratoire».

Fournissant des preuves de la création de chimères pour le bien d’un vaccin, il déclare: «Maintenant, la progression logique pour les vaccins est que si vous allez développer un vaccin contre le SRAS, les gens vont utiliser le SRAS pandémique, mais essayons d’insérer ces autres maladies apparentées et obtenir un meilleur vaccin.»

Sur la base des déclarations de Daszak, il semble que juste avant le début de la pandémie, le WIV utilisait des expériences du GoF avec des chimères pour tenter de créer un vaccin. Ces expériences semblaient avoir inclus l’infection de souris génétiquement modifiées pour exprimer la protéine ACE2 humaine avec ces chimères.

Dans une présentation intitulée «Évaluation des menaces de coronavirus», qui a été présentée quatre ans avant la pandémie en 2015, Daszak souligne que les expériences impliquant des souris humanisées présentent le degré de risque le plus élevé. Démontrant ses liens étroits avec le WIV, il a également répertorié le laboratoire comme collaborateur à la fin de la présentation. – Nouvelles de Taiwan

WHO inspector caught on camera revealing coronavirus manipulation in Wuhan before pandemic

(Évaluation des menaces de coronavirus, image de Peter Daszak)

De manière controversée, Daszak a été inclus parmi une équipe d’experts de l’OMS qui a finalement été autorisée par Pékin à enquêter sur l’origine de l’épidémie de COVID-19, plus d’un an après son apparition. Des scientifiques tels que Richard Ebright, biologiste moléculaire à l’Université Rutgers du New Jersey, condamnent la participation de Daszak en raison de conflits d’intérêts «qui le disqualifient sans équivoque de faire partie d’une enquête sur les origines de la pandémie de Covid-19», a rapporté le Daily. Mail.

«L’organisation de Peter Daszak a acheminé de l’argent vers les scientifiques de Wuhan au centre des préoccupations croissantes concernant une dissimulation – et a également collaboré à des expériences de pointe sur les coronavirus interdites pendant plusieurs années aux États-Unis par crainte de déclencher une pandémie.

L’Institut de virologie de Wuhan mène cette recherche risquée sur les virus de chauve-souris depuis 2015, y compris la collection de nouveaux coronavirus et des expériences extrêmement controversées de «gain de fonction» qui augmentent leur capacité à infecter les humains.

Peter Daszak¿s organisation channelled cash to Wuhan scientists at the centre of growing concerns over a cover-up

L’organisation de Peter Daszak a acheminé de l’argent vers les scientifiques de Wuhan au centre des préoccupations croissantes concernant une dissimulation

De nombreux scientifiques de premier plan soutiennent que la création délibérée de nouveaux microbes infectieux présente un énorme danger de déclenchement d’une pandémie à partir d’une dissémination accidentelle, d’autant plus que des fuites de laboratoires se sont souvent produites.

Malgré ses liens étroits avec l’Institut de virologie de Wuhan – et la façon dont il a orchestré les efforts pour étouffer les allégations selon lesquelles la pandémie n’aurait peut-être pas eu lieu naturellement – le Dr Daszak a été invité par l’Organisation mondiale de la santé à rejoindre son équipe de dix experts internationaux enquêtant sur l’épidémie.  

L’éminent scientifique, qui dirige un organisme de bienfaisance de conservation fondé à l’origine par le célèbre naturaliste et auteur à succès Gerald Durrell, dirige également un groupe d’enquête sur les origines de la pandémie mis en place par le journal médical The Lancet.

«Peter Daszak a des conflits d’intérêts qui le disqualifient sans équivoque de participer à une enquête sur les origines de la pandémie de Covid-19», a déclaré Richard Ebright, expert en biosécurité et professeur de biologie chimique à l’université Rutgers du New Jersey.

«Il était le contractant responsable du financement de la recherche à haut risque sur les coronavirus de chauve-souris liés au Sars à l’Institut de virologie de Wuhan et un collaborateur de cette recherche.»

Daszak, président d’EcoHealth Alliance, a vu sa carrière l’amener de la recherche d’escargots terrestres rares à l’Université de Kingston à son nouveau rôle clé en enquêtant sur l’éruption de la pandémie la plus destructrice depuis un siècle.

Le scientifique pugnace, originaire de Manchester, a passé une grande partie de l’année dernière à essayer de contrer les allégations d’une éventuelle fuite de laboratoire tout en défendant son ami Shi Zhengli, le scientifique de Wuhan connu sous le nom de Batwoman pour ses voyages de recherche de virus dans des grottes.

«Ignorez les théories du complot: les scientifiques savent que Covid-19 n’a pas été créé dans un laboratoire», titre un article typique qu’il a écrit dans The Guardian.

Mais d’autres scientifiques affirment qu’il n’existe à ce stade aucune preuve solide pour soutenir l’insistance de Daszak selon laquelle le Covid-19 est passé d’animal à homme par transmission naturelle. Beaucoup soulignent la simple mais surprenante coïncidence selon laquelle Wuhan abrite le principal centre de recherche asiatique sur les coronavirus des chauves-souris ainsi que le lieu où la pandémie a éclaté.

Les courriels diffusés par le biais de demandes d’accès à l’information ont montré que Daszak avait recruté certains des meilleurs scientifiques du monde pour contrer les allégations d’une éventuelle fuite de laboratoire en publiant une lettre collective historique à The Lancet au début de l’année dernière. Il a rédigé leur déclaration attaquant les «théories du complot suggérant que Covid-19 n’a pas d’origine naturelle», puis a persuadé 26 autres scientifiques éminents de le soutenir. Il a suggéré que la lettre ne devrait pas être identifiable comme «provenant d’une organisation ou d’une personne donnée».

Les signataires comprennent six des 12 membres de l’équipe du Lancet qui enquêtent sur la cause de l’épidémie.

Pourtant, il est apparu que Daszak avait déjà émis des avertissements sur les dangers de déclencher une pandémie mondiale à la suite d’un incident de laboratoire – et a déclaré que les risques étaient plus grands avec le type de recherche sur la manipulation de virus menée à Wuhan.

En octobre 2015, il a co-écrit un article dans la revue Nature sur les «propriétés de contagion et pandémie des virus» qui identifiait le risque lié à «l’exposition aux virus en laboratoire» et aux «animaux sauvages hébergés dans les laboratoires».

Sept mois plus tôt, Daszak était un conférencier clé lors d’un séminaire de grande envergure sur la réduction du risque de maladies infectieuses émergentes organisé par les prestigieuses National Academies of Science à Washington.

Parmi les documents préparés pour la réunion, il y avait un document de 13 pages de Daszak intitulé «Évaluation des menaces de coronavirus» qui comprenait une page examinant le «potentiel de débordement» des «études génétiques et expérimentales».

Cela a identifié les étapes qui augmentaient les dangers d’une telle recherche – passant d’un échantillonnage de virus à moindre risque au risque le plus élevé d’expériences sur l’infection de cellules isolées et sur des «souris humanisées» – des animaux créés pour des laboratoires avec des gènes, des cellules ou des tissus humains dans leurs corps.

Pourtant, le 2 janvier – trois jours après l’annonce en dehors de la Chine d’une nouvelle maladie respiratoire à Wuhan – Daszak se vantait sur Twitter d’isoler les coronavirus Sars «qui se lient aux cellules humaines dans le laboratoire».

Il a ajouté que d’autres scientifiques ont montré que «certains d’entre eux ont un potentiel pandémique, capables d’infecter des souris humanisées».

Un autre tweet deux mois plus tôt parlait de «grands progrès» avec les coronavirus liés à Sars provenant de chauves-souris en identifiant de nouvelles souches, en trouvant celles qui se lient aux cellules humaines et en «utilisant des virus recombinants / des souris humanisées pour voir des signes semblables à Sars et en montrant que certains ne le font pas répondre aux vaccins».

Daszak a également déclaré dans un podcast que les coronavirus de chauve-souris pouvaient être manipulés dans un laboratoire «assez facilement», expliquant comment leurs protéines de pointe – qui se lient aux récepteurs humains dans les cellules – entraînent le risque de transmission des animaux aux humains.  » – Daily Mail

Nous avons renoncé à nos parts de bénéfices des masques, si vous souhaitez nous aider, veuillez utiliser le bouton de don!

Nous pensons qu’une utilisation fréquente, même à court terme, peut être mauvaise pour vous, mais si vous n’avez aucun moyen de les contourner, envoyez au moins un message de conscience.

Obtenez-le ici!

À la lumière du voyage de l’OMS à Wuhan, un chercheur sous le pseudonyme Billy Bostickson et ses collègues de DRASTIC (Decentralized Radical Autonomous Search Team Investigating COVID-19) ont créé une pétition demandant à l’équipe d’enquête internationale de répondre à 50 questions clés sur le épidémie à Wuhan. Parmi les questions se trouve une demande d’accès à la base de données de l’installation et aux registres du laboratoire, qui sont censés remonter à 20 ans et inclure un aperçu de ses procédures de sécurité, des rapports d’audit de sécurité et des rapports d’incidents de sécurité.

Et cela devient encore plus explosif lorsque nous mettons tout cela en accord avec la découverte de Daily Caller selon laquelle Daszak et son chef de la commission de l’OMS ont une longue histoire à sucer les talons de la Chine:

Le président d’une commission du ruban bleu travaillant avec les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé pour enquêter sur les origines de la pandémie de coronavirus a une histoire de louange et de travail avec la Chine tout en critiquant le gouvernement américain.

Jeffrey Sachs, un économiste de Columbia, a formé la Commission Lancet COVID-19, affiliée à l’éminent journal médical britannique du même nom, en juillet 2020 pour enquêter sur les origines du virus.

Le membre de la Commission Peter Daszak, un zoologiste membre de la commission Lancet, a été le seul Américain dans une équipe de l’OMS qui s’est récemment rendue à Wuhan, en Chine, pour enquêter sur la propagation du virus.

Daszak a été accusé d’avoir des conflits d’intérêts en raison de millions de dollars de subventions qu’il a reçues du gouvernement américain pour des recherches avec l’Institut de virologie de Wuhan, qui, selon certains responsables américains, pourrait avoir été la source initiale accidentelle du coronavirus.

Daszak, Sachs et le gouvernement chinois ont tous contesté avec véhémence la prétendue théorie des fuites de laboratoire.

Aussi: Google a des enjeux dans le jab Astrazeneca Covid

Sachs a également fait l’objet d’un examen minutieux dans le passé pour ses louanges aux initiatives du gouvernement chinois et ses apparitions dans les médias contrôlés par l’État chinois critiquant l’administration Trump. Le chef de la commission COVID a-t-il l’habitude de faire l’éloge de la Chine? Oui Non vous aux mises à jour de nouvelles WND gratuitement. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Vous acceptez également notre politique de confidentialité et nos conditions d’utilisation.

En juin 2020, Sachs a accusé le gouvernement américain de «tenter de créer une nouvelle guerre froide» avec la Chine.

«Les États-Unis sont une force de division, pas de coopération», a-t-il déclaré à la BBC dans une interview le 21 juin 2020.

En décembre 2018, il a qualifié le gouvernement américain de «la plus grande menace d’aujourd’hui pour l’état de droit international» et la «paix mondiale» après que les États-Unis ont demandé au Canada d’arrêter un dirigeant de la société technologique chinoise Huawei.

Et dans une interview le mois dernier, Sachs a détourné les questions sur les violations des droits humains de la Chine contre les Ouïghours musulmans, affirmant qu’il y avait «d’énormes violations des droits humains commises par les États-Unis sur tant de fronts».

Il a également accusé l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo de «remuer le pot pour faire monter les tensions» après que le diplomate ait critiqué la répression des autorités chinoises contre les manifestants pro-démocratie à Hong Kong.

La Commission Lancet COVID-19 a permis à Sachs d’accéder à la fois aux Nations Unies et à l’OMS, qui ont toutes deux été accusées d’apaiser le gouvernement chinois au milieu des retombées de la dissimulation précoce de la gravité du coronavirus par Pékin.

Le site Web de la commission indique qu’elle s’associe à The Lancet, la principale revue médicale, et au Réseau de solutions pour le développement durable des Nations Unies, qui a été créé en 2012 par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon.

On ne sait pas quelle influence la commission Lancet a eue sur les efforts de l’OMS et de l’ONU en matière de coronavirus, mais Sachs a co-organisé un forum en ligne le 17 décembre avec l’OMS pour discuter de la gestion de la pandémie par les pays asiatiques.

Sachs, qui a été conseiller auprès de l’ONU de 2002 à 2018, a également rencontré le président de l’Assemblée générale des Nations Unies le 22 janvier pour discuter des travaux de la commission Lancet.

Sachs est également apparu sur CNN pour vanter une étude qu’il a co-écrit à Columbia en octobre qui estimait que les politiques du président de l’époque Donald Trump étaient responsables de 130 000 à 210 000 décès supplémentaires par COVID-19.

La commission Lancet a affirmé dans ses premières déclarations qu’elle enquêterait sur toutes les théories sur les origines du virus avec un esprit ouvert, bien que les remarques de Daszak et Sachs suggèrent tous deux qu’ils ont rejeté la théorie des fuites en laboratoire il y a longtemps.

La commission a énuméré 10 priorités d’action dans sa déclaration initiale du 14 septembre 2020.

La première priorité, a déclaré la commission, était de «traquer les origines du virus d’une manière ouverte, scientifique et impartiale, non influencée par les agendas géopolitiques».

Daszak, qui dirige l’EcoHealth Alliance basée à New York, a déclaré dans un communiqué le 23 novembre que la commission mènerait «une enquête approfondie et rigoureuse» sur la propagation précoce du virus.

Mais des courriels récemment publiés par US Right to Know, un groupe de surveillance des soins de santé, montrent que Daszak a organisé un groupe de 27 scientifiques en février 2020 pour signer une lettre publiée par The Lancet qualifiant l’hypothèse de fuite accidentelle de laboratoire de «théorie du complot».

US Right to Know a affirmé que les e-mails montrent que Daszak avait pris sa décision sur la théorie près d’un an avant de rejoindre l’équipe de l’OMS chargée d’enquêter sur les origines du virus en Chine.

Daszak, ainsi que de nombreux autres scientifiques, ont adopté la théorie selon laquelle le virus est passé d’une espèce animale à l’homme, probablement sur un marché alimentaire à Wuhan.

Le groupe de surveillance a également accusé Daszak et l’EcoHealth Alliance d’avoir un conflit d’intérêts en raison de subventions que le groupe a reçues du gouvernement américain pour travailler avec le laboratoire de Wuhan.

Sachs a également rejeté la théorie des fuites en laboratoire avant que la commission Lancet n’ait enquêté sur les origines du virus.

Lors d’une discussion virtuelle en septembre, Sachs a qualifié l’hypothèse de fuite de laboratoire de «point extrêmement dangereux», mais a déclaré qu’il était «important» de la contester publiquement.

Daszak a été l’un des membres les plus bruyants de l’équipe d’enquête de l’OMS, composée de 17 membres.

Après que le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré le 9 février que le gouvernement américain prévoyait d’examiner de manière indépendante les conclusions de l’équipe de l’OMS, Daszak a riposté sur Twitter, exhortant: «ne vous fiez pas trop aux renseignements américains».

Le chef de l’équipe de l’OMS, Peter Ben Embarek, a déclaré la semaine dernière que la théorie selon laquelle le virus était le résultat d’une fuite accidentelle en laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan était «extrêmement improbable».

Le New York Times a déclaré que les remarques d’Embark étaient une «victoire en matière de relations publiques» pour le gouvernement chinois, car les responsables du pays ont depuis longtemps nié l’hypothèse de fuite de laboratoire.

L’évaluation de l’OMS s’est heurtée à un large scepticisme, même au sein de l’administration du président Joe Biden, qui a défendu l’OMS contre les menaces conservatrices de la dissiper pour son prétendu apaisement de la Chine.

Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de l’administration Biden, a publié samedi une déclaration dans laquelle les États-Unis étaient «profondément préoccupés» par les informations selon lesquelles les autorités chinoises auraient dissimulé des données brutes sur les premiers cas de coronavirus aux enquêteurs de l’OMS.

Certains scientifiques ont mis en doute les conclusions de l’OMS, soulignant le rôle de Daszak au sein de l’équipe.

«Je n’ai pas du tout été surpris des conclusions de l’OMS. Avoir Daszak à bord et décider de visiter quelques laboratoires à Wuhan seulement après la pression des médias n’était pas très prometteur », a déclaré Rossana Segreto, chercheuse à l’Université d’Innsbruck, au Daily Caller.

Bien que Sachs n’ait aucun lien financier apparent avec le laboratoire de Wuhan, il est depuis des années un défenseur fiable de la politique étrangère et intérieure de la Chine. De 2001 à 2002, il a conseillé la Commission nationale de planification du développement de la Chine, qui définit les politiques économiques du régime communiste.

Sachs est devenu un invité fréquent des médias contrôlés par l’État chinois pour critiquer la position agressive de Trump à l’égard de Pékin. Le Washington Free Beacon a rapporté certains de ses commentaires l’année dernière après que des démocrates progressistes aient lancé Sachs pour un poste au département du Trésor de l’administration Biden.

Dans une interview en avril 2020 avec CGTN, que le gouvernement américain considère comme un média de propagande chinoise, Sachs a qualifié la menace de Trump de couper le financement de l’OMS de «dégoûtante» et de «honteuse».

Trump avait appelé à la suppression du financement de l’OMS sur la base d’allégations selon lesquelles elle n’avait pas tenu le gouvernement chinois pour responsable de la rétention de données sur le coronavirus.

Les républicains ont accusé les dirigeants de l’OMS d’éviter la confrontation avec la Chine à propos du traitement précoce par le régime communiste des informations sur le coronavirus. Dans certains cas, Pékin a fourni de fausses informations sur la transmission du virus et le nombre de cas détectés en Chine.

Le 14 janvier 2020, l’OMS a cité les autorités chinoises affirmant maintenant que le coronavirus n’était probablement pas infectieux.

Sachs ne semble pas avoir critiqué le gouvernement chinois pour sa réponse ratée à la pandémie.

Avant l’épidémie de pandémie, Sachs a contribué à un document de position publié en novembre 2018 par Huawei, qui fabrique du matériel de surveillance que le gouvernement chinois a utilisé pour suivre les Ouïghours.

Sachs a salué le programme de réduction de la pauvreté de la Chine lors d’une interview avec une autre chaîne de télévision contrôlée par l’État.

«La Chine a fait plus pour réduire l’extrême pauvreté en peu de temps que tout autre pays de l’histoire», a déclaré Sachs à l’agence de presse Xinhua contrôlée par Pékin dans une interview diffusée plus tôt ce mois-ci.

Le consulat chinois en Australie a tweeté la vidéo.

Sachs a également refusé de condamner le gouvernement chinois pour son vol de propriété intellectuelle et pour les violations des droits de l’homme contre les Ouïghours dans l’ouest de la Chine.

Au lieu de cela, il a accusé les États-Unis dans une interview le mois dernier de se livrer à des violations des droits humains similaires et à des tactiques commerciales sournoises.

«Il me semble étrange que les décideurs américains pensent que seuls les États-Unis devraient diriger le spectacle, ou que les États-Unis devraient se liguer avec d’autres pays pour accaparer la Chine, comme si c’était la guerre froide avec l’Union soviétique» a-t-il déclaré dans une interview avec The Wire China.

«Il n’y a pas de pureté dans ce sujet», a poursuivi Sachs. «Il y a beaucoup d’espionnage industriel et de tricherie de la part des entreprises américaines.»

Sachs a détourné les questions sur les violations des droits de l’homme commises par la Chine contre les Ouïghours, que Tony Blinken, le secrétaire d’État sous Biden, a récemment qualifié de «génocide».

«Nous avons d’énormes violations des droits humains commises par les États-Unis sur de nombreux fronts», a déclaré Sachs dans l’interview.

Sachs était membre du conseil consultatif du China Energy Fund Committee, un groupe de réflexion financé par CEFC China Energy, un conglomérat énergétique désormais disparu et affilié à l’Armée populaire de libération de la Chine.

Sachs est apparu lors de plusieurs événements organisés par Patrick Ho, le président du groupe de réflexion.

Lors d’un événement, Sachs a salué l’initiative de durabilité économique de la Chine, One Belt, One Road, lors d’un événement du China Energy Fund organisé en 2016.

«Ce plan est essentiel pour la Chine», a déclaré Sachs lors de l’événement, selon China Daily.

Patrick Ho, le président du groupe de réflexion, a été inculpé et condamné pour avoir offert des pots-de-vin au nom de CEFC China Energy à deux dirigeants africains pour acheter des droits pétroliers dans leurs pays.

CEFC Chine a versé à Hunter Biden 6 millions de dollars à partir d’août 2017, dont 1 million de dollars pour représenter Ho.

Les procureurs fédéraux ont obtenu un mandat de la loi sur la surveillance des renseignements étrangers (FISA) contre Ho sur la base du soupçon qu’il travaillait en tant qu’agent étranger secret, selon les documents déposés par le tribunal dans son cas.

Sachs est également membre du conseil d’administration du Center for International Relations and Sustainable Development, un groupe de réflexion serbe fondé par Vuk Jeremic, un ancien ministre des Affaires étrangères serbe qui a été président de l’Assemblée générale des Nations Unies jusqu’en 2012.

Jeremic a témoigné au procès de Ho qu’il avait fait les présentations aux responsables africains que Ho avait tenté de corrompre.

Jeremic a fait pression sur Hunter Biden pour l’aider dans sa campagne ratée pour le secrétaire général de l’ONU en 2016, selon des courriels de l’ordinateur portable de Biden.

La commission Lancet n’a pas répondu aux questions sur les remarques passées de Sachs et Daszak, affirmant au contraire que le groupe de travail «examinera de manière approfondie et objective toutes les preuves accessibles au public et mènera des entretiens avec des dirigeants clés dans divers domaines».

Un porte-parole de la commission a déclaré que les enquêteurs « évalueront soigneusement toutes les principales hypothèses qui ont été soulevées sur les origines de la COVID-19, d’un événement zoonotique naturel à une libération en laboratoire. »

La commission prévoit de publier un rapport final dans le Lancet.

Sachs n’a pas répondu à une liste détaillée de questions. – la Fondation Daily Caller News

Je veux dire, la corrélation ne prouve pas la causalité, mais elle prouve la corrélation, et c’est déjà assez grave. Personne ne peut prétendre que l ‘«autoritah» dit la vérité.

Triple bombe sur #Wuhan: #Fauci, #WHO et #CCP impliqués dans une forte activité de laboratoire #Coronavirus juste avant la «pandémie»

Silviu “Silview” Costinescu

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News Wire

Mise à jour de la situation, 3 mars – Nous ne sommes pas la première civilisation sur Terre à faire face à une DESTRUCTION catastrophique

Image: Situation Update, Mar. 3rd – We are not the first civilization on Earth to face a catastrophic WIPEOUT

La civilisation humaine telle que nous la connaissons actuellement ne survivra pas longtemps. En plus des défauts structurels critiques que l’humanité a intégrés à ses systèmes complexes (tels que l’alimentation, l’électricité, la finance, la politique, etc.), les mondialistes anti-humains déploient rapidement des plans pour éliminer délibérément la race humaine et préparer la Terre à un avenir post-humain.

Ce que peu de gens modernes semblent reconnaître, c’est que ce n’est pas la première fois qu’une civilisation humaine tombe sur la planète Terre. Au moins une ancienne civilisation mondiale s’est également effondrée, et presque toutes les preuves de son existence ont longtemps été enterrées ou détruites.

Jetez un œil autour de vous aujourd’hui et posez cette question: voyez-vous quelque chose qui survivrait 1000 ans si la civilisation humaine s’effondrait? Aucun bâtiment ne resterait après 1000 ans, et presque tous les «trucs» qui définissent notre société aujourd’hui disparaîtraient, surtout s’ils étaient enterrés sous l’eau et la boue suite à un impact d’astéroïde ou à une autre grande inondation.

L’ensemble du domaine numérique de la connaissance humaine disparaîtrait, car il n’existe aujourd’hui aucun système de stockage artificiel capable de stocker des informations pendant 1000 ans. Les disques durs perdent leur intégrité en une décennie environ, et même les supports de stockage optiques se dégradent en un siècle ou deux.

Peut-être que la seule preuve qui pourrait rester de notre civilisation actuelle serait des ponts en béton et une couche de microplastiques déposés dans le monde entier, conduisant les futurs archéologues à déclarer que cette civilisation effondrée a existé pendant «l’époque toxique».

Les grandes pyramides d’Égypte survivraient, bien sûr. Comme ils l’ont déjà démontré à travers au moins un effondrement survenu il y a plus de 10 000 ans.

La civilisation humaine est beaucoup plus fragile que la plupart des gens ne le reconnaissent, et avec des mondialistes anti-humains comme Bill Gates qui tentent maintenant délibérément d’effondrer la photosynthèse et l’ensemble de l’approvisionnement alimentaire mondial, il ne faudra pas longtemps avant que la mort de masse ne s’accélère.

L’humanité aura la chance de sortir de ce génocide mondial artificiel avec ne serait-ce qu’un milliard de survivants … et c’est encore bien plus que ce que les mondialistes cherchent à réaliser avec leurs armes biologiques, des opérations de terraformation pour modifier l’atmosphère et des campagnes de désinformation médiatique pour mener un terrorisme psychologique contre l’humanité.

C’est le sujet principal de la mise à jour de la situation d’aujourd’hui, qui apporte des informations surprenantes sur la véritable histoire de l’humanité et pourquoi la civilisation humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui est au bord d’un effondrement cataclysmique qui mettra fin au monde (humain) tel que nous le connaissons.

Écoute maintenant:

Brighteon.com/d5cef1c9-3335-4d77-b41e-e816a8394c95

https://www.brighteon.com/embed/d5cef1c9-3335-4d77-b41e-e816a8394c95

Regardez le nouveau podcast de chaque jour sur:

https://www.brighteon.com/channels/hrreport

Mike Adams

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :