A la Une

Décimation parmi les vaccinés Covid. Boom des effets indésirables graves: 2787 cas mortels dans l’UE, 1 095 aux États-Unis

Decimation among Covid Vaccinated. Serious Adverse Reactions Boom: 2.787 Fatal Cases in EU, 1.095 in US

En Italie, 27 917 effets indésirables ont été rapportés les trois vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca. Beaucoup plus de 19 907 enregistrés aux États-Unis. Des données d’EMA EudraVigilance émergent. 34733 effets indésirables graves sur un total de 95 554

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Version originale en italien

Saignements gastro-intestinaux, troubles des systèmes nerveux, respiratoire et cardiovasculaire, et enfin de très nombreuses infections, même pour Covid-19. Dans les pays de l’Union européenne (donc le Royaume-Uni exclu) plus que les chocs anaphylactiques sont ces maladies qui apparaissent dans un flot de réactions indésirables, 50% sont graves et ont eu une issue fatale dans 2787 cas. C’est ce qui ressort du dossier de 36 pages (presque tous les tableaux, lien en bas de page) préparé par Gospa News sur la base des données officielles d’EudraVigilance extraites et analysées dans les éléments les plus significatifs d’un flot de rapports assez fiables car ils proviennent principalement du personnel de la santé et non de citoyens privés.

EudraVigilance est la base de données européenne pour la gestion et l’analyse des notifications d’effets indésirables suspectés de médicaments autorisés ou étudiés dans le cadre d’essais cliniques dans l’Espace économique européen (EEE). Le système est opérationnel depuis décembre 2001. C’est précisément à partir de l’analyse de ses statistiques que ce n’est certainement pas la rougeur des injections qui inquiète…

Les effets indésirables du vaccin Pfizer différenciés entre graves et non dans le tableau EudraVigilance – lien vers le dossier complet de Gospa News en bas de page

Il a fallu des heures de travail pour essayer de résumer car le portail de pharmacovigilance de l’Agence européenne des médicaments (EMA), basé à Amsterdam (Hollande), contrairement au système VAERS similaire utilisé aux États-Unis, ne traite pas un tableau immédiat, ce qui le rend difficile et ambigu pour lire les statistiques différenciées en macro-groupes. Cette tâche est laissée par l’EMA aux agences nationales telles que l’Agence italienne des médicaments (AIFA) qui, début février, avait publié un premier rapport visant à minimiser le bilan négatif de l’Italie au niveau européen.

Le nouveau rapport de pharmacovigilance n’a pas encore été préparé par l’agence de Rome et il sera certainement très difficile à rédiger: car les données mises à jour au 27 février 2021 et faisant référence aux trois vaccins autorisés à titre expérimental pour l’urgence Covid-19 en Europe et dans le monde, à savoir Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca, sont non seulement inquiétants mais absolument alarmants pour l’Italie car le nombre d’effets indésirables a même dépassé celui des États-Unis d’Amérique, qui comptent 328 millions d’habitants contre 60 millions des Italiens. Avant de continuer, une prémisse nécessaire doit être faite sur la signification des données.

Les effets indésirables du vaccin Astrazeneca différenciés entre graves et non dans le tableau EudraVigilance – lien vers le dossier complet de Gospa News en bas de page

Précisément pour éviter d’apparaître comme des partisans du NO-VAX, ce que nous ne sommes pas car nous réitérons le simple droit d’avoir des vaccins sûrs, qui est maintenant devenu un tabou à l’ère de la pandémie de Covid-19, nous rapportons la lecture des «précautions» de l’Agence européenne des médicaments elle-même avant les chiffres bruts et angoissants.

«Les informations concernant les effets indésirables suspectés ne doivent pas être interprétées comme signifiant que le médicament ou l’ingrédient actif provoque effectivement l’effet observé ou que leur utilisation est dangereuse. Seules une évaluation détaillée et un examen scientifique approfondi de toutes les données disponibles permettent de tirer des conclusions fondées sur les bénéfices et les risques d’un médicament – relate le site de l’EMA – Chaque cas enregistré dans EudraVigilance se réfère en général à un patient; cependant, un rapport peut contenir des références à plus d’un effet secondaire. Par conséquent, le nombre d’effets indésirables ne correspondra pas nécessairement au nombre de cas individuels».

Ainsi, les 2787 cas d’effets indésirables à issue fatale mentionnés au début (2012 pour le vaccin Tozinameran-Comirnaty de Pfizer, 533 pour le Cx-024414 de Moderna, 242 pour le Ciadox d’AstraZeneca1) ne correspondent pas nécessairement à un nombre identique de patients décédés parce que, contrairement aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains qui ont rendu publiques les données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), sur le site Web de l’EMA et d’EudraVigilance, il ne nous a pas été possible d’identifier le nombre de victimes présumées de réactions. Mais le rapport mondial sur les effets indésirables graves, qui s’élevait à 34 733 sur un total de 95 554 rapports, est suffisamment alarmant en soi.

Le mystère de Joao: le volontaire du vaccin AstraZeneca Covid-19 est décédé à 28 ans au Brésil

La diffusion du vaccin AstraZeneca a contribué à «faire exploser» le nombre des cas les plus graves dans l’Union européenne, avec 10 930 sur 13 983 signalements (environ 78,2%), bien qu’il ait été approuvé pour la dernière fois le 29 janvier (mais uniquement pour les personnes en bonne santé jusqu’à 65 ans en Italie). Ce sérum contre Covid-19, accueilli avec de multiples réserves après divers événements imprévus, y compris létaux dans les essais cliniques, a déjà dépassé le pourcentage des problèmes causés par celui de Moderna, autorisé le 6 janvier, avec 1621 réactions sévères sur 3266 (environ 49,6%). Alors que celui de Pfizer-BioNTech (approuvé à titre expérimental comme les autres mais déjà le 21 décembre 2020) a collecté 78 305 signalements à EudraVigilance dont 23 082 pour des effets secondaires graves y compris mortels.

MONTÉE DE RÉACTIONS INDÉSIRABLES EN ITALIE

Malheureusement, l’Italie a été décisive pour déterminer ces nombres déjà à 5 chiffres, rapportant 27 917 anomalies après l’inoculation de Tozinameran-Comirnaty, 363 après le vaccin ARNm Cx-024414 et 720 pour le Ciadox1, pour un total d’exactement 29 mille que non seulement des lieux au-dessus des USA où 19 907 effets indésirables ont été enregistrés dont 3767 graves et 1095 décès, mais souligne que dans le cas du sérum Pfizer-BioNTech, la péninsule italienne a dépassé de plus de 5 fois les cas du deuxième pays européen, à savoir l’Espagne , et peu de consolation que pour ceux de Moderna et AstraZeneca il est respectivement en retard au classement par rapport aux Ibères et aux Français.

Un observateur pointilleux pourrait faire valoir que les données américaines sont mises à jour au 18 février, tandis que celles que nous avons obtenues d’Italie le 27 février. Mais l’objection serait vaine car l’alarme est inhérente à la relation entre les réactions et les personnes vaccinées qui ont atteint 57 millions aux États-Unis alors qu’aujourd’hui un article publié par le journal Il Fatto Quotidiano, citant des sources gouvernementales, fait référence à 5 millions d’administrations qui ont déjà eu lieu en Italie. Cependant, ils représentent 10% de ceux réalisés en Amérique du Nord jusqu’à il y a deux semaines.

Le pourcentage de personnes vaccinées italiennes avec des effets indésirables devient donc environ 0,5% du total: c’est-à-dire, similaire à la létalité de 0,4% que Covid-19 a parmi les personnes infectées en Italie selon des études de virologues faisant autorité tels que le professeur Giorgio Palù, a réussi de la controverse médiatique d’octobre contre les verrouillages asphyxiants à la nomination ultérieure en tant que président de l’Agence italienne des médicaments…

Le record italien spectaculaire de réactions indésirables au vaccin Pfizer-BioNTech dans les deux tableaux d’EudraVigilance assemblés – lien vers le dossier complet de Gospa News en bas de page

Quel est le nombre actuel et exact de morts? À combien de réactions indésirables graves le gouvernement de Rome devra-t-il faire face, étant donné que notre pays est le seul en «bleu foncé» pour 43% des cas signalés sur le total de l’Union européenne? Pour le moment, ces données ne sont pas détectables et nous devrons attendre le rapport de l’AIFA, en supposant qu’il soit capable d’élaborer une lecture des statistiques correctes étant donné que des divergences sont apparues auparavant entre les données officielles et celles analysées par les enquêtes journalistiques, par grâce à l’ambiguïté qui règne sur le portail de la pharmacovigilance dont 3 enjeux critiques alarmants et quelques questions rhétoriques dérangeantes doivent forcément être rapportés.

Commençons par la question quelque peu cryptique. Comment la communauté scientifique nationale et internationale analysera-t-elle et procédera-t-elle à une «évaluation détaillée et à un examen scientifique approfondi de toutes les données disponibles» alors que l’urgence sanitaire de la pandémie est toujours en place et que l’orientation médicale dominante est celle de vacciner d’abord le plus de personnes possible ???

Les effets indésirables du vaccin Moderna différenciés entre graves et non dans le tableau EudraVigilance – lien vers le dossier complet de Gospa News en bas de page

Pour un examen scientifique correct, en effet, il faudrait croiser les chiffres alarmants sur les milliers de signalements de pathologies GRAVES de nature neurologique (18310 ajoutant les trois vaccins), musculo-squelettique (10928), gastro-intestinale (10214), respiratoire (5229) et infectieux (4062), mis en évidence par les tableaux EudraVigilance rapportés dans le dossier Gospa News, avec les antécédents médicaux du patient (ses antécédents médicaux), le dossier médical des traitements administrés après des effets indésirables et des autopsies pour les cas mortels. Comment une machine de santé déjà sous pression, malgré les quelques patients de Covid-19 en réanimation au moins en Italie, pourra-t-elle faire face à ce défi fondamental de la pharmacovigilance?

En outre, trois problèmes critiques évidents ressortent du rapport: le plus grand nombre d’effets indésirables graves (y compris les effets mortels) est classé sous la rubrique approximative de «troubles généraux» (23 049 parmi les trois sérums) tandis qu’une autre partie est enregistrée dans un autre groupe appelé «investigations» (2 564) car la nature de la pathologie développée n’est pas entièrement claire.

Le vaccin Pfizer comme roulette russe: les risques d’inefficacité, de paralysie faciale et d’anaphylaxie. Soulèvement des médecins italiens. Surdosage d’infirmières allemandes vaccinées

Chaque «groupe» d’effets indésirables détecte non seulement les cas mortels, mais aussi ceux non encore guéris-résolus et en phase de cicatrisation, que nous avons comptés en détail pour chaque vaccin du dossier car ils peuvent être détectés par des fenêtres coulissantes qui auraient fait il est trop volumineux et le rapport est dispersif si vous archivez avec capture d’écran. Avec eux, il rapporte les milliers et les milliers de cas déjà guéris (qui relèvent des réactions légères), quelques centaines de pathologies résolues avec des conséquences, et enfin l’une des données peut-être les plus inquiétantes: des centaines et des centaines avec un «résultat inconnu» ou plutôt le rapport n’est pas le cours qui aurait donc pu être fatal dans l’intervalle est évident.

VACCINÉS MORTS POUR INTRIGUE COVID ET GRANDES PHARMA-GATES

Pour confirmer les doutes sur le rapport «bénéfice / risque» mis en évidence par divers médecins académiques faisant autorité en même temps que l’autorisation du premier vaccin Pfizer, les données sur les infections au [SRAS-CoV-2 de la – MIRASTNEWS] Covid-19 contractées par les vaccinés malgré l’antidote arrivent également: 101 décès après Tozinameran -Comirnaty, 22 après le vaccin ARNm Cx-024414 et 15 après le Ciadox1. Un bilan qui pourrait encore s’aggraver étant donné que 298 des personnes infectées malgré le sérum n’étaient pas encore guéries à la date de mise à jour du suivi.

Le vaccin Pfizer-BioNTech (contrôlé par Bill Gates via des investissements directs et indirects comme le démontre le rapport WuhanGates 26) était «prédestiné» à briser la glace des autorisations, rendant même suspect le sommet tenu à la Commission européenne le 12 septembre 2019, quelques mois avant la pandémie, au cours de laquelle les responsables de quatre ONG créées par Gates lui-même pour la vaccination mondiale se sont assis aux côtés des représentants des institutions et d’un administrateur Pfizer en tant que seul orateur de Big Pharma.

WUHAN-GATES – 24. OMS et pandémie entre les mains des marionnettes de Gates-China: Dr. Tedros Chef du TPLF, les rebelles islamo-communistes accusés du dernier massacre en Ethiopie par Amnesty

L’apparent conflit d’intérêts s’est récemment concrétisé grâce au plan COVAX initié par l’Organisation mondiale de la santé, dont le biologiste éthiopien Tedros Adhanom Gebreyesus est le directeur général, que beaucoup croient être une marionnette du magnat de Microsoft, une société dirigée par le même. PDG de GlaxoSmithKline, Emma Walmsley, qui contrôle la distribution commerciale de Pfizer à pourcentages variables, jusqu’à 68% comme en Italie, pour un accord prospectif en 2019…

Pfizer a récemment conclu un accord pour la distribution de vaccins gratuits ou à très bas prix aux populations des pays en développement grâce au plan COVAX, géré par les ONG fondées par Gates GAVI Alliance et CEPI, et administré par la vietnamienne Aurelia Nguyen, ancienne gérant GSK, la multinationale qui a augmenté son chiffre d’affaires en Italie grâce aux 12 vaccins obligatoires imposés aux enfants d’âge scolaire par le décret Lorenzin pour un projet pilote du Global Health Security Agenda financé par l’administration Obama-Biden dans un accord avec l’italien Démocrates Gentiloni), parrainé par l’ancien fonctionnaire ministériel Raniero Guerra aujourd’hui assistant du directeur général de l’OMS.

 WUHAN-GATES – 30. Le plan milliardaire de vaccins de l’OMS entre les mains de Gates & Big Pharma: un ancien directeur de GSK dirige COVAX avec Gavi

La digression n’est pas oisive mais nécessaire après avoir découvert un cartel Big Pharma qui s’est fusionné le 27 février 2020 autour de l’ONG de Cambridge One Nucleus dont AstraZeneca est le principal sponsor aux côtés de Johnson & Johnson, dont le vaccin avait déjà été approuvé il y a une semaine par ‘American Food and Drug Administration et devrait obtenir le feu vert de l’EMA lors de la réunion prévue le 11 mars 2021.

Tout cela ne nous inquiéterait pas si GSK, Pfizer, AstraZeneca et J&J n’avaient pas démontré de multiples comportements considérés comme criminels par les tribunaux de diverses régions du monde qui les ont condamnés à une indemnisation milliardaire pour des violations des lois sur les drogues, même très graves, comme indiqué dans rapports précédents WuhanGates.

Tout cela ne serait pas tragiquement alarmant si les recherches de six scientifiques chinois de deux universités importantes n’avaient pas déclenché l’alarme non seulement sur les effets indésirables immédiats, au centre des préoccupations les plus urgentes également aux États-Unis les risques de lésions pulmonaires graves pour cette immunopathologie pulmonaire déjà apparus lors des essais vaccinaux contre le SRAS et le MERS, les ancêtres du virus SRAS-CoV-2, n’ont jamais reçu de demande d’autorisation malgré les dizaines de brevets déposés par Anthony Fauci, le directeur du NIAID (Institut national des allergies et des maladies infectieuses), sur lequel nous ferons le prochain rapport.

Exclusif – «Avec les vaccins Covid, les risques de lésions pulmonaires graves». Shocking Research on Nature Journal, ignoré par la communauté scientifique, les grandes entreprises pharmaceutiques et les médias

La société moderne, en fait, a créé son vaccin à ARN messager grâce à des recherches menées pendant des décennies par Fauci à la fois à l’Institut de virologie de Wuhan et dans divers biolabs de l’armée américaine. Cela a incité l’avocat des droits de l’homme Robert F. Kennedy junior, fils de l’ancien procureur général du même nom et petit-fils du président JFK, tous deux morts assassinés dans des circonstances mystérieuses, à déclarer publiquement que la pandémie actuelle était «planifiée depuis des décennies par Gates et Fauci».

DÉJÀ PLUS D’UN MILLE MORTS AUX ÉTATS-UNIS

«Les dernières données rendues publiques par le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sur les décès et blessures signalés après les vaccins COVID sont conformes aux tendances qui se sont dégagées depuis la publication des premières données en décembre. Entre le 14 décembre 2020 et le 18 février 2021, 19907 rapports d’événements indésirables ont été signalés au VAERS, dont 1095 décès et 3767 blessés graves. Environ un tiers des décès signalés sont survenus dans les 48 heures suivant la vaccination et 48% des personnes décédées sont tombées malades dans les 48 heures suivant la vaccination. Environ 21% des décès étaient d’origine cardiaque».

Nous lisons sur le site Web ChildrenHealthDefense géré par Kennedy lui-même en relation avec la situation aux États-Unis. Les chiffres d’EudraVigilance mettent également en évidence des chiffres significatifs en référence aux effets indésirables du système cardiaque avec 2108 réactions graves pour Pfizer (dont 211 mortelles), 215 pour Moderna (42 décès) et 523 pour AstraZeneca (35 décès).

WUHAN-GATES – 21. «Pandémie prévue pour des décennies». Kennedy blâme Fauci & Gates. Terrible complot in 30 Investigations ‘résumé. Le pape contre les affaires de Big Pharma

Comme le rapportait The Defender il y a quelques jours, «la protéine de pointe que le corps est chargé de fabriquer par les vaccins à ARNm comme ceux développés par Pfizer et Moderna ont le potentiel de provoquer des lésions microvasculaires (inflammation et petits caillots sanguins appelés microthrombi) au cœur , cerveau, foie et reins d’une manière qui n’a pas été évaluée dans les essais d’innocuité ».

En effet, il faut noter que si l’analyse par le VAERS-CDC américain ramène les problèmes du système cardiovasculaire en un seul item, l’EudraVigilance EMA, et le distingue en 3: les troubles sanguins, les troubles cardiaques et les troubles vasculaires.

Le tableau des effets indésirables aux USA du rapport VAERS-CDC

«Parmi les décès signalés, 966 ont été signalés aux États-Unis et 129 en dehors des États-Unis. L’âge moyen des personnes décédées était de 77,8 ans, le plus jeune de 23 ans. Parmi ceux qui sont décédés, 53% étaient des hommes, 46% des femmes et 1% des signalements n’incluait pas le sexe. Parmi ceux qui sont décédés, 56% ont reçu le vaccin Pfizer, et 43% ont reçu le vaccin Moderna »ajoute le site de Kennedy, banni d’Instagram pour avoir publié les premières données alarmantes.

Le nombre de notifications d’événements indésirables graves a augmenté de 641 cette semaine, pour atteindre un total de 3 767 entre le 14 décembre 2020 et le 18 février. Les notifications d’effets indésirables provenant des dernières données des CDC comprennent: 160 rapports d’effets indésirables affectant la grossesse, dont 47 fausses couches / naissances prématurées 1135 réactions anaphylactiques, dont 64% ont été signalées après le vaccin Pfizer et 35% après le vaccin Moderna 257 rapports de paralysie de Bell (Pfizer 71%; Moderna: 29%)

Dossier Gospa News – cliquez dans l’image pour voir le PDF

En revanche, les cas d’anaphylaxie et de paralysie de Bell sont mystérieusement peu nombreux dans l’Union européenne par rapport à d’autres complications. Les décès par choc anaphylactique ne sont en fait «que» 11 sur 685, dont 47 non encore résolus mais surtout avec une issue inconnue. Alors que les cas de paralysie ou de parésie faciale (différence entre bloc complet ou partiel) étaient de 609 dont 23 décédés, 268 non encore guéris et 127 d’évolution inconnue, selon le dossier de Gospa News axé sur les données d’EudraVigilance.

POUR POUSSER DES VACCINS MAINTENANT, LES MILITAIRES INTERVIENNENT…

Mais le nombre d’agents de santé prêts à refuser le vaccin augmente, comme le fait déjà un tiers des troupes de l’armée américaine. Ces derniers jours, en effet, le secrétaire américain à la Défense, l’ancien général Lloyd Austin, a exhorté les membres des forces armées américaines à se faire vacciner contre le coronavirus. Le «CNN» rapporte, précisant que le chef du Pentagone a exprimé son appel avec une déclaration vidéo après qu’il soit apparu la semaine dernière qu’environ un tiers du personnel militaire américain avait renoncé à recevoir des doses du vaccin anti-Covid. «Si vous pensez, comme moi, que (être vacciné) est bon pour vous, j’espère que vous envisagerez de l’accepter quand il vous sera offert», a déclaré Austin.

WUHAN-GATES – 26. Vaccins contre les armes biologiques et l’or contre le SRAS-2. Des tests CIA-OMS financés par Gates au sommet de l’UE avec Pfizer, le sponsor de Biden, avant la pandémie!

Dans sa déclaration, le secrétaire à la Défense nommé par le nouveau président américain Joseph Biden a encouragé toute personne préoccupée par la sécurité des vaccins à visiter les sites Web des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis et du Pentagone pour plus d’informations. .

C’est peut-être précisément après avoir lu les rapports VAERS rapportés par l’avocat Kennedy que les militaires ont commencé à devenir très perplexes aussi parce qu’ils sont probablement bien conscients des expériences dangereuses menées par les biolabs américains sur les armes bactériologiques augmentées dans la charge virale avec gain de fonction (même principe d’enrichissement d’uranium pour les ogives nucléaires), selon d’illustres virologues et experts du renseignement, le SRAS-CoV-2 a également été construit. Ou tout simplement les soldats de l’Aigle Blanc savent très bien que l’un des principaux sponsors de la campagne électorale de Biden était Pfizer lui-même

Les deux généraux impliqués dans les vaccins, l’Italien Francesco Paolo Figliuolo et l’Américain Lloyd James Austin III

Peut-être pour se préparer à des réactions énergiques contre une éventuelle «panique sociale» au vu des nouvelles données sur les effets secondaires des sérums, le gouvernement italien de Mario Draghi a plutôt nommé un militaire comme nouveau commissaire à l’urgence Covid-19, donc responsable de la coordination du plan de vaccination. Il s’agit du général de corps d’armée Francesco Paolo Figliuolo, commandant logistique de l’armée italienne depuis 2018 et déjà à la tête du contingent national en Afghanistan, dans le cadre de l’opération FIAS, et des forces de l’OTAN au Kosovo (septembre 2014 – août 2015).

SRAS-2: «Les intelligences de la Chine, des États-Unis, de l’OTAN et des cinq yeux dissimulent l’origine du virus artificiel». Réclamations choquantes de l’expert en armes biologiques d’un officier israélien

Au lieu de cela, il reste à attendre la réaction de la communauté médico-scientifique dominante pour justifier une position «PRO-VAX à tout prix» également soutenue par la politique du nouveau gouvernement de vaincre Covid-19, pour lequel il existe maintenant des dizaines de traitements alternatifs moins dangereux que la simple cortisone, il applique une philosophie de pensée exactement opposée à celle utilisée pour propager le terrorisme pandémique.

En fait, si un décédé qui a été testé positif pour le SRAS-CoV-2 était enregistré comme décès officiel de l’infection malgré le fait qu’il pourrait être âgé et atteint de multiples maladies (comme dans la plupart des cas), la lecture des effets indésirables de le vaccin est exactement antipodique: à tout décès après vaccination, il est considéré comme victime de ses maladies jusqu’à preuve du contraire.

Complot du NOM (NWO) contre l’Italie (X-file 3) – Le ministre de la Ligue, No More Populist: recherche la production de vaccins Gates Big Pharma

C’est-à-dire jusqu’à la démonstration scientifique d’un lien causal si facile à entretenir dans les cas de Covid-19, même avec l’interdiction des autopsies, si difficile à prouver face à un flot de cas tels que ceux mis en évidence dans la Gospa Dossier d’actualité. Il est de plus en plus facile de croire la théorie de Kennedy sur la pandémie prévue depuis des décennies dans un complot du Nouvel Ordre Mondial (NOM) visant à imposer une dictature de la santé pour faciliter la dictature politique, économique et, si nécessaire, militaire, comme le souligne le livre italien de WuhanGates par Edizioni Gospa.

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

pas de reproduction sans autorisation – Version originale in Italien

SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – RAPPORTS WUHAN.GATES

GOSPA NEWS – DOSSIER CORONA VIRUS

-GATES – 7. Dossier sur les armes biologiques. Pentagon & Fauci 28 Secrets des laboratoires américains. Tests dangereux avec CoronaVirus

EMA – EUDRAVIGILANCE – I DATI SULLE REAZIONI AVVERSE

FRONTE AMPIO – MISTERO SUI VACCINATI MORTI EN EUROPA

THE DEFENDER – DONNÉES SUR LES RÉACTIONS INDÉSIRABLES AUX ÉTATS-UNIS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GOSPA NEWS

Avertissement: Ben Stein souffre d’effets secondaires graves du vaccin COVID!

Source : BIT CHUTE

Un mot d’avertissement de Ben Stein. « Ce booster est un tueur! » Après avoir reçu le vaccin COVID Moderna, Ben Stein dit qu’il a souffert « d’effets secondaires sauvages. Comme j’ai eu la pire grippe du monde, essoufflement extrême, étourdissements, fatigue, pensée extrêmement irrationnelle. Cela vient d’être dévastateur. »

Ben Stein

https://www.mrbenstein.com

EarthNewspaper.com

Toutes les actualités honnêtes, adaptées à publier

Dix articles, reportages et vidéos, provenant de sources fiables, sont publiés quotidiennement.

Plus de 1 800 articles et vidéos ont été publiés et archivés.

Ces postes sont réalisés par jour et par mois; ils peuvent également être recherchés dans plus de 700 catégories. La section catégorie indique également le nombre de publications par catégorie.

https://EarthNewspaper.com

RUPTURE: une ordonnance du tribunal montre que Boris Johnson a induit le Parlement en erreur sur les contrats Covid

Trois jours après que la Haute Cour a jugé que le gouvernement avait agi illégalement en ne publiant pas les contrats Covid, Boris Johnson s’est levé à la Chambre des communes et a rassuré les députés et le public que tous les contrats liés à Covid étaient «enregistrés». Cependant, l’ordonnance finale rendue par le juge aujourd’hui montre que ce que le premier ministre a dit à la Chambre n’était pas vrai.

Le juge a confirmé:

«Le défendeur a publié 608 des 708 contrats pertinents de fournitures et de services relatifs à la COVID-19 attribués au plus tard le 7 octobre 2020. Dans certains ou tous ces cas, le défendeur a agi illégalement en ne publiant pas les contrats dans le délai fixé dans la publication du Crown Commercial Service of Central Government Tenders and Contracts: Central Government Transparency Guidance Note (novembre 2017).»

Fait remarquable, l’ordonnance du juge est basée sur les propres chiffres du gouvernement – donc en même temps que Johnson rassurait faussement les députés, les avocats du gouvernement préparaient une déclaration le contredisant – révélant que 100 contrats et des dizaines d’avis d’attribution de contrat étaient absents du dossier public. Vous pouvez lire l’ordonnance finale du tribunal ici et le jugement corrélatif dans son intégralité ici.

Au cours de notre examen judiciaire, le gouvernement a fait pas moins de quatre tentatives pour fournir une déclaration de témoin précise indiquant le nombre de contrats et d’avis d’attribution de marché qui avaient été publiés tardivement – et ils ont continué à se tromper. Pas plus tard qu’à l’audience elle-même, ils ont déclaré avoir publié 28% des avis d’attribution de marché dans le délai légal de 30 jours.

Mais lorsque le juge lui a demandé de faire un suivi avec des preuves des chiffres afin qu’il puisse rendre son ordonnance finale, il s’est avéré que le gouvernement n’avait en fait publié que 3% des CAN dans le délai légal.

Le gouvernement a non seulement induit le Parlement en erreur et présenté des informations inexactes à la Cour, il a également induit le pays en erreur.

À moins que les détails du contrat ne soient publiés, ils ne peuvent pas être correctement examinés – il n’ya aucun moyen de savoir où va l’argent des contribuables et pourquoi. Des milliards ont été dépensés avec ceux liés au Parti conservateur et d’énormes sommes ont été gaspillées sur des EPI qui ne sont pas adaptés à leur objectif.

Nous avons un gouvernement, et un premier ministre, méprisant la transparence et apparemment allergique à la reddition de comptes. Le moins que le public mérite maintenant, c’est la vérité.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Un initié de l’OMS dénonce Gates et GAVI

Elle est une scientifique internationale de la santé – des informations précieuses !!!

Ceci est un extrait très intéressant de l’original de près de 5 heures.

Le Comité Corona a été fondé par quatre avocats. Il prend des preuves sur la crise corona et les mesures.

Plus d’infos : https://dreddymd.com/2021/03/06/who-insider-exposes-gavi-bill-gates-for-perpetrating-coronavirus-plandemic/

Le Pentagone «évalue les systèmes» après que des dizaines de milliers de serveurs ont été compromis dans le piratage mondial de Microsoft… attribués aux «pirates chinois»

Vous avez pris les Vaccins COVID à ARNm ? Voici ce qui vous attend dans votre organisme si vous survivez avec les virus et particulièrement le SRAS-CoV-Z de la Coronavirus Desease (maladie) 20XY [COVID-XY] ! – MIRASTNEWS

Pentagon ‘assessing systems’ after TENS OF THOUSANDS of servers compromised in global Microsoft hack… blamed on ‘Chinese hackers’
PHOTO DE FICHIER. © Reuters / Dado Ruvic

L’armée américaine est en train de revoir ses réseaux à la suite d’une frénésie de piratage liée à une vulnérabilité qui a donné accès par porte dérobée à des dizaines de milliers de serveurs Microsoft Exchange, lors d’une attaque massive que la société a imputée à la Chine.

«Nous sommes au courant du rapport du centre de renseignement sur les menaces de Microsoft. Nous évaluons actuellement nos réseaux pour toute preuve d’impact», a déclaré l’attaché de presse du Pentagone John Kirby aux journalistes lors d’un presser vendredi. « Nous prenons également toutes les mesures nécessaires pour identifier et résoudre tout problème éventuel lié à la situation. »

Le quartier général de la Force conjointe… se coordonne avec l’Agence de sécurité nationale et l’Agence pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures sur des orientations et des directives pour nous assurer que nous pouvons protéger les réseaux et les systèmes informatiques du DoD.

Microsoft a annoncé la cyber-brèche massive sur sa plate-forme de messagerie Exchange plus tôt cette semaine, notant qu’une vulnérabilité de ses serveurs avait donné un «accès à long terme» aux pirates informatiques tout en attribuant l’attaque à un groupe nommé Hafnium – une entreprise prétendument «parrainée par l’État» fonctionnant hors de Chine – avec «une grande confiance». Alors que la société a depuis publié des correctifs pour corriger la vulnérabilité, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a averti vendredi que les futures attaques resteraient une «menace active».

«Il s’agit d’une vulnérabilité importante qui pourrait avoir des impacts considérables. C’est avant tout une menace active», a déclaré Psaki lors d’un point de presse quotidien. «Nous sommes préoccupés par le grand nombre de victimes et nous travaillons avec nos partenaires pour en comprendre la portée.»

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a quant à lui mis en garde dans un tweet de «compromis potentiels» non seulement pour les think tanks américains et autres organisations, mais aussi pour les «entités de base industrielle de défense», bien qu’il ait refusé de donner des détails.

    Nous suivons de près le correctif d’urgence de Microsoft pour détecter les vulnérabilités jusque-là inconnues dans le logiciel Exchange Server et les rapports de compromis potentiels des groupes de réflexion américains et des entités de base industrielle de la défense. Nous encourageons les propriétaires de réseau à appliquer des correctifs dès que possible: https://t.co/Q2K4DYWQud

    – Jake Sullivan (@ JakeSullivan46) 5 mars 2021

L’analyste en cybersécurité Brian Krebs a estimé que la brèche affectait jusqu’à 30 000 organisations à travers les États-Unis, y compris «un nombre important de petites entreprises, de villes et de gouvernements locaux». Il a également déclaré que le groupe black-hat pourrait avoir infiltré «des centaines de milliers» de serveurs Exchange dans le monde, citant deux experts en piratage anonyme qui ont informé les responsables américains de la sécurité nationale de l’attaque. Un article de blog publié jeudi par FireEye, quant à lui, a déclaré que «des détaillants basés aux États-Unis, des gouvernements locaux, une université et une société d’ingénierie» ont également été balayés par le piratage.

La faille semble avoir eu un impact sur des entités bien au-delà des États-Unis, une agence de cybersécurité du gouvernement tchèque déclarant cette semaine qu’elle aidait les organisations touchées dans le pays à sécuriser leurs réseaux, tandis que FireEye a suggéré que «un gouvernement d’Asie du Sud-Est et des télécommunications d’Asie centrale» ont également été touchés.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Vaccination COVID-19: les dommages collatéraux seront-ils balayés sous le tapis?

Les vaccinations contre la COVID-19 font l’objet d’une publicité forte. Mais le nombre d’effets secondaires graves suspectés augmente. Seule une petite partie des cas semble atteindre le sommet. Ils sont rarement vérifiés de manière transparente. Et l’Institut Paul Ehrlich est silencieux.

COVID-19-Impfung: Werden Kollateralschäden unter den Teppich gekehrt?
Source: Reuters © The Greeley Tribune

Vaccinations Corona

Par Susan Bonath

3290 cas suspects d’effets secondaires graves et 330 décès liés aux vaccinations COVID-19 en deux mois: c’est le résultat du nouveau rapport de sécurité de l’Institut Paul Ehrlich (PEI), qui couvre la période du 27 décembre 2020 au 26 février 2021 inclus. Mais à peine un cas est examiné par la médecine légale et il n’y a pas de conséquences. Ce n’est apparemment que la pointe de l’iceberg: les décès sont désormais connus peu de temps après une campagne de vaccination que les municipalités responsables n’ont même pas signalées. Vous venez de couler et l’Île-du-Prince-Édouard reste debout.

Des jeunes sont également morts

Selon l’Île-du-Prince-Édouard, les personnes décédées ont vécu entre 33 et 101 ans. Leur décès est survenu entre une heure et 34 jours après la première ou la deuxième vaccination. Comme dans les rapports précédents, l’Île-du-Prince-Édouard présume que son décès ne pouvait rien avoir à voir avec la vaccination.

L’institut a divisé les morts en trois catégories: 78 personnes avaient été testées positives pour le coronavirus après la vaccination, elles sont considérées comme des décès COVID-19. 95 personnes ont reçu un diagnostic de maladies sous-jacentes qui auraient entraîné la mort. Dans le cas de 157 personnes décédées, ce n’était pas non plus le cas. Comme dans les rapports précédents, l’Île-du-Prince-Édouard explique ces cas avec une probabilité statistique de mourir soudainement et de façon inattendue. Il utilise également un calcul pour les morts subites chez les 50 ans et plus.

AstraZeneca: selon l’institut, quatre vaccinations sur 1000 ont entraîné des réactions sévères

En outre, l’Île-du-Prince-Édouard répertorie 8 700 personnes vaccinées avec des effets secondaires légers et 3 290 avec des effets secondaires suspects graves. Un peu moins de la moitié seulement de ces réactions vaccinales s’étaient donc calmées au moment de la notification.

Le vaccin vecteur du groupe suédois-britannique AstraZeneca a fourni le taux le plus élevé d’effets secondaires: avec 363 645 doses administrées, l’institut a reçu 1 356 cas graves. C’est un taux de 0,37%. Ce n’est que le 4 mars que la commission permanente de vaccination basée à l’Institut Robert Koch a approuvé le sérum AstraZeneca pour les personnes de plus de 65 ans.

Au total, près de six millions de doses ont été administrées en Allemagne jusqu’à présent, dont environ 5,4 millions avec le vaccin à ARNm du groupe pharmaceutique Pfizer / BioNTech, 170 000 avec le sérum à ARNm de Moderna et le reste avec le vaccin vecteur AstraZeneca.

La liste des effets secondaires mentionnés par l’Île-du-Prince-Édouard est dominée par la fièvre, les frissons, la douleur, les migraines, les «maladies pseudo-grippales», la fatigue, le gonflement des ganglions lymphatiques, les étourdissements, les éruptions cutanées, les nausées, les vomissements, les palpitations et la fibrillation.

Chocs auto-immunes, paralysie faciale, convulsions et accidents vasculaires cérébraux et plus encore: la plus jeune personne touchée n’avait que 16 ans

Parmi les réactions graves qui ont affecté tous les vaccins provisoirement approuvés de Pfizer / BioNTech, Moderna et AstraZeneca, l’Île-du-Prince-Édouard a enregistré 67 chocs anaphylactiques, dont la plupart sont survenus après la première dose et 11 après la deuxième dose. Il s’agit d’une réaction immunitaire aiguë, souvent mortelle, du corps à l’apport de protéines étrangères, qui peut entraîner une insuffisance circulatoire et organique mortelle. L’âge moyen des personnes touchées est de 44,6 ans.

51 autres personnes vaccinées âgées de 19 à 107 ans ont subi des crises après l’injection, dans seulement 14 cas une épilepsie existante était connue. Six personnes testées âgées de 16 à 89 ans ont réagi avec une thrombocytopénie, une diminution souvent mortelle des plaquettes sanguines qui peut entraîner des saignements cérébraux et d’organes.

De plus, l’Île-du-Prince-Édouard a signalé de nombreux cas de dommages graves après la vaccination avec le vaccin à ARNm de Pfizer / BioNTech. Il s’agit notamment de 33 cas de paralysie faciale chez les personnes vaccinées entre 35 et 93 ans et 26 AVC; les personnes touchées avaient entre 28 et 99 ans. Sept personnes, âgées de 23 à 89 ans, ont répondu à la vaccination Pfizer / BioNTech avec une inflammation du muscle cardiaque, et trois autres, âgées de 39, 55 et 61 ans, ont développé une inflammation de la moelle épinière qui peut entraîner une paralysie permanente, des douleurs et même la mort.

Une réaction auto-immune sévère dans laquelle le corps attaque les vaisseaux sanguins et les organes a frappé trois femmes. Selon l’Île-du-Prince-Édouard, ils avaient entre 42 et 83 ans. Une personne vaccinée de 69 ans a également reçu un diagnostic d’encéphalite, et une sclérose en plaques (SEP) existante s’est aggravée chez deux femmes vaccinées âgées de 32 et 34 ans.

Vagues de mort après les campagnes de vaccination dans les maisons de retraite?

Selon les médias, les maisons de retraite sont désormais presque complètement «vaccinées». Mais la plupart des résidents vaccinés continuent à rester isolés dans leur chambre. Le monde extérieur remarque à peine ce qui se passe dans les maisons après les vaccinations. Dans de nombreux établissements, le coronavirus n’a éclaté que quelques jours ou semaines après la vaccination. La plupart des médias locaux ont rapporté de vraies vagues de mort dans les maisons. Voici quelques exemples récents.

Ce qui s’est passé après la campagne de vaccination dans une maison de retraite Diakonie à Berlin ne devrait jamais être rendu public. Ce n’est qu’après le témoignage d’un dénonciateur aux «avocats pour clarification» que l’établissement a admis six des huit décès signalés à la demande du courrier du Nord. Les résidents sont officiellement décédés de la COVID-19. Ils avaient été testés positifs après la vaccination.

16 décès dans les quatre semaines suivant la vaccination ont été signalés dans une maison de retraite de Leipzig. Le Leipziger Volkszeitung a repris l’affaire après qu’un membre du journal ait contacté sa rédaction. Les opérateurs à domicile, la ville et les médecins en ont laissé une hypothèse: la vaccination était probablement trop tardive ici aussi.

De nombreux décès ni autopsiés ni signalés

A Emstek, en Basse-Saxe, six seniors nécessitant des soins sont décédés après la deuxième vaccination «avec corona» et «malgré l’évolution douce», comme le rapportait fin février le format buten un sur Radio Brême. Le district responsable de Cloppenburg pourrait faire examiner les cas par la médecine légale. Mais il se tient en face, ne veut pas que les morts soient autopsiés – bien qu’un virologue de Brême l’ait conseillé. Plus encore: la municipalité n’a même pas signalé les morts comme cas suspects à l’Île-du-Prince-Édouard chargée de la surveillance. Donc, ils n’apparaissent même pas dans ses statistiques.

Grim Reaper a également fait le tour d’une maison de retraite BRK à Garatshausen en Haute-Bavière dans le quartier de Starnberg. Selon Münchner Merkur, 18 habitants y sont décédés dans les quatre semaines qui ont suivi la deuxième vaccination en janvier. Le district et l’établissement ont parlé au journal de 14 personnes décédées et ont également imputé les cas à la COVID-19 malgré la vaccination. Une seule personne a été autopsiée. Le district n’a signalé aucun cas à l’Île-du-Prince-Édouard. Raison: Personne n’a présenté de symptômes graves.

La porte-parole du bureau de district, Barbara Beck, n’a répondu aux questions de l’auteur que par une réponse générale. Elle a maintenant parlé de 15 décès après la vaccination avec le vaccin de Pfizer / BioNTech. Le district ne sait pas si les 15 morts avaient déjà été vaccinés. « La mise en œuvre des vaccinations pour les résidents à domicile n’a pas à être signalée au département de la santé », a déclaré Beck, rejetant la responsabilité. La Croix-Rouge bavaroise (BRK) en tant qu’opérateur d’origine n’a enregistré aucun effet secondaire.

L’Institut ne répond pas aux questions critiques

L’Île-du-Prince-Édouard examinait les cas, mais ne pouvait pas ordonner elle-même d’autopsies, sa porte-parole Susanne Stöcker avait déjà informé l’auteur le 15 février sur demande. Cependant, on s’enquiert des résultats des enquêtes sur place. Beaucoup sont restés sans réponse, y compris d’autres demandes complètes du 23 février et du 1er mars.

L’auteur a voulu savoir, par exemple, quels critères spécifiques les autorités utilisent pour exclure une éventuelle contribution du vaccin à la mort, à savoir pour les trois catégories dans lesquelles elle subsume les morts: «Mort de la COVID-19» (après un test positif), «Décès de maladies antérieures» et «Décès dans le contexte d’une mort subite statistiquement probable». Il aurait été tout aussi intéressant de clarifier les raisons pour lesquelles il n’y a apparemment aucune obligation d’examiner et de signaler les maladies graves et les décès dans un certain délai après la vaccination. L’Île-du-Prince-Édouard est silencieuse.

Un médecin légiste voit des failles dans le système

L’institut médico-légal de la clinique universitaire de Cologne a examiné trois décès dans une maison de soins infirmiers après la vaccination COVID-19. Bien que les habitants soient gravement malades, son directeur Markus Rothschild a rapporté à plusieurs médias. Cependant, cela seul n’exclut pas la possibilité que la vaccination ait pu contribuer à la mort. « Quelque chose comme ça est difficile à déterminer », a-t-il déclaré dans une interview avec l’auteur de cet article. Il réclame des autopsies à tous les niveaux, à la fois pour les «morts corona» et pour toutes les personnes décédées après la vaccination. «La faute est dans le système», a-t-il déclaré.

Le dilemme commence par une enquête et un certificat de décès. Si le médecin coche une cause naturelle de décès, la personne décédée sera immédiatement relâchée pour incinération. S’il signale un décès inexpliqué ou non naturel, la police est toujours appelée. Le parquet met souvent fin aux affaires lorsqu’il y a des « informations manquantes ». Les autorités sanitaires peuvent ordonner des autopsies, mais elles le font extrêmement rarement. En tant que médecin légiste, il pouvait demander la permission à ses proches. « Mais ensuite, ils doivent payer eux-mêmes », a déclaré Rothschild. Les coûts seraient d’environ 920 euros, a-t-il expliqué.

Le médecin légiste a souligné qu’il était en faveur de toutes les vaccinations, y compris celles contre la COVID-19. L’ARNm dans les sérums de Pfizer / BioNTech et Moderna «ne provoque en fait aucun effet secondaire majeur». Le problème peut être les nanoparticules lipidiques, de minuscules gouttelettes de graisse dans lesquelles l’ARNm est emballé afin d’entrer dans la cellule, selon Rothschild. Les fabricants ont supposé que ceux-ci resteraient dans les cellules et ne causeraient aucun dommage. «Mais nous ne savons pas, et nous ne savons pas non plus: que font-ils réellement dans les ovules de la femme?» a-t-il admit. Le pneumologue Wolfgang Wodarg avait déjà exprimé des inquiétudes similaires.

Bénéfices maximaux et autres intérêts

En Allemagne, les deux vaccins ARNm de Pfizer / BioNTech et Moderna ainsi que le vaccin vecteur d’AstraZeneca ont été provisoirement approuvés. Pour l’instant, cela signifie: Le développement est toujours dans la phase de test finale. Toute personne vaccinée avec les sérums est considérée comme une personne testée. Le monde est le laboratoire d’essais.

La vaccination apporte des bénéfices élevés aux fabricants. La société pharmaceutique américaine Pfizer prévoit une croissance de ses ventes de 47% pour atteindre 61,4 milliards de dollars cette année. La société américaine Moderna prévoit des revenus de 18 milliards de dollars pour son seul vaccin COVID-19. La société pharmaceutique anglo-suédoise AstraZeneca se réjouit également d’une explosion de ses ventes et de ses bénéfices.

Ceci et l’implication directe d’un grand nombre d’institutions et de personnes dans les campagnes de vaccination, y compris les municipalités, les instituts, les organes politiques, les médecins, le personnel infirmier, les soignants et les opérateurs à domicile, sont au moins des raisons suffisantes pour y réfléchir de plus près. Un certain intérêt à éviter les dommages collatéraux de vaccination de la grosse cloche est au moins évident.

RT DE s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les contributions des invités et les articles d’opinion ne doivent pas nécessairement refléter le point de vue de l’équipe éditoriale.

En savoir plus sur le sujet – Albert Bourla, PDG de Pfizer, sur les vaccinations en Israël: «Travail du monde»

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Israël: dix cas de syndromes inflammatoires après des vaccinations corona

Selon les médias, il y aurait eu dix cas de syndromes inflammatoires multisystémiques en Israël en relation avec des vaccinations corona. Le ministère de la Santé a demandé aux hôpitaux de signaler tout cas suspect de ce type.

Israel: Zehn Fälle von Entzündungssyndromen nach Corona-Impfungen
Source: www.globallookpress.com © Xinhua

En Israël, selon les médias, de rares syndromes inflammatoires se seraient produits dans dix cas après les vaccinations corona. (Image du symbole)

En avril de l’année dernière, des cas individuels ont été signalés dans lesquels des personnes qui s’étaient rétablies de la COVID-19 [Coronavirus Desease (maladie) 2019] souffraient d’un soi-disant syndrome inflammatoire multisystémique. Selon une étude publiée dans Science Immunology, la maladie serait due à une activation persistante des cellules T du système immunitaire. Le syndrome, plus fréquent chez les enfants et similaire au syndrome de Kawasaki, peut provoquer une inflammation des vaisseaux sanguins. Le syndrome inflammatoire multisystémique survient très rarement, cependant, seuls plusieurs centaines de cas sont connus dans le monde.

Le 15 février, la chaîne de télévision israélienne Channel 12 News a rapporté que 10 personnes avaient été diagnostiquées avec des syndromes inflammatoires multisystémiques, selon le ministère de la Santé. Les personnes touchées ont développé des syndromes liés à l’administration du vaccin corona. Israel National News a également rendu compte de l’incident. En Israël, plus de la moitié des quelque 9,3 millions d’habitants ont été vaccinés au moins une fois dans le cadre des vaccinations de masse, dans lesquelles le vaccin de BioNTech / Pfizer est principalement utilisé, et environ 3,3 millions d’habitants ont déjà reçu la deuxième dose de vaccination.

Dix cas ont été diagnostiqués là où la maladie est apparue peu de temps après avoir reçu le vaccin, selon le ministère de la Santé. Selon le ministère, il ne devrait y avoir aucun lien entre la vaccination et la maladie. Cependant, il a été décidé de créer un comité pour enquêter sur les questions liées à la morbidité post-vaccination.

Le comité serait dirigé par le professeur Dror Mevorach du centre médical Hadassah Ein Kerem. Il a également été décidé de contacter les directeurs de tous les hôpitaux afin de sensibiliser les médecins au syndrome rare. Identifier correctement et rapidement le syndrome est essentiel pour sauver des vies, selon le ministère. Il est donc nécessaire de signaler au ministère de la Santé les cas dans lesquels la maladie est survenue lors de l’administration du vaccin.

En savoir plus sur le sujet – Le scepticisme en matière de vaccination Corona en Israël augmente

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Une étude en Argentine montre une réponse immunitaire élevée au Sputnik V: les personnes précédemment infectées peuvent ne pas avoir besoin de la deuxième dose

Les personnes qui ont déjà surmonté la Covid-19 ont généré, après une seule dose du vaccin russe, une réponse égale ou supérieure à celles qui ont reçu le régime complet.

Un estudio en Argentina muestra una alta respuesta inmune a la Sputnik V: los infectados previamente podrían no necesitar la segunda dosis
Des agents de santé sont vaccinés contre le coronavirus à Buenos Aires (Argentine) le 18 février 2021 Juan Mabromata / AFP

Une étude réalisée par le Conseil national de la recherche scientifique et technique d’Argentine (Conicet) a révélé que 100% des individus suivis ayant reçu les deux doses du vaccin Sputnik V ont développé des anticorps spécifiques contre le SRAS-CoV-2, et que ceux-ci qui avait déjà été infecté a généré une réponse immunitaire similaire ou supérieure après avoir reçu une dose unique de ce médicament.

Par conséquent, selon les autorités sanitaires argentines, le résultat de ce travail scientifique « suggère de revoir le schéma de vaccination des personnes qui ont été précédemment infectées par ce virus », car ces personnes « peuvent ne pas avoir besoin de la deuxième dose » de l’antigène russe, développé par le Centre national de recherche Gamaleya Moscou pour l’épidémiologie et la microbiologie.

Huit fois la quantité d’anticorps

«Les personnes précédemment exposées au virus, qui ont montré des anticorps avant le début de la vaccination, génèrent une réponse immunitaire humorale rapide en recevant une dose du vaccin Sputnik V», indique en ce sens le chercheur senior du Conicet Andrea Gamarnik, soulignant que les niveaux d’anticorps détectés chez ces sujets ont été «encore plus élevés que ceux produits par des personnes non infectées qui ont reçu deux doses du vaccin».

En fait, comme le montre l’étude, la quantité d’anticorps chez les personnes précédemment infectées qui ont reçu une dose unique du vaccin s’est avérée environ huit fois plus élevée que celle des volontaires sans infection antérieure qui ont reçu le schéma de vaccination à deux doses.

Comme le suggère l’exécutif argentin dans la note dans laquelle il diffuse ce résultat, une révision du schéma de vaccination qui fixerait une dose unique pour les personnes précédemment infectées « permettrait d’optimiser les ressources sans compromettre l’efficacité de la vaccination ».

Le vaccin Sputnik V contre [le SRAS-CoV-2 de – MIRASTNEWS] la Covid-19 utilise une technologie d’adénovirus humain de deux vecteurs différents, Ad26 et Ad5, qui sont appliqués en deux injections, à administrer à 21 jours d’intervalle.

Selon la dernière mise à jour officielle des données, 1 323 859 vaccins contre le coronavirus ont été appliqués en Argentine, et 324 419 personnes ont déjà reçu les deux doses correspondant au calendrier de vaccination complet. Le pays accumule 2 133 963 cas confirmés de coronavirus depuis le début de la pandémie, qui a déjà coûté la vie à 52 644 personnes sur son territoire.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. Décimation parmi les vaccinés Covid. Boom des effets indésirables graves: 2787 cas mortels dans l ’UE, 1 095 aux États-Unis | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :