A la Une

Un inspecteur de l’OMS filmé révélant une manipulation de coronavirus à Wuhan avant la pandémie + Les rapports sur les blessures causées par le vaccin COVID augmentent en nombre

Un inspecteur de l’OMS filmé révélant une manipulation de coronavirus à Wuhan avant la pandémie

Un inspecteur de l’OMS filmé révélant une manipulation de coronavirus à Wuhan avant la pandémie

Une vidéo montre qu’un scientifique mentionne une expérimentation de coronavirus dans un laboratoire de Wuhan quelques semaines avant la pandémie

Par Keoni Everington,

Taiwan News, rédacteur en chef

Vincent Racaniello (left), Peter Daszak (right). (YouTube, TWiV 615 screenshot)
Vincent Racaniello (à gauche), Peter Daszak (à droite). (YouTube, capture d’écran TWiV 615)

TAIPEI (Taiwan News) – Une vidéo prise quelques jours à peine avant le début de la pandémie de coronavirus montre qu’un inspecteur actuel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) discute des tests de coronavirus modifiés sur des cellules humaines et des souris humanisées à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), juste les semaines avant l’annonce des premiers cas de COVID-19 dans la ville de Wuhan même.

Dans une vidéo qui a été initialement prise le 9 décembre 2019, trois semaines avant que la Commission municipale de la santé de Wuhan n’annonce une épidémie d’une nouvelle forme de pneumonie, le virologue Vincent Racaniello a interrogé le zoologiste britannique et président de l’EcoHealth Alliance Peter Daszak à propos de son travail à à but non lucratif pour protéger le monde de l’émergence de nouvelles maladies et prédire les pandémies. Depuis 2014, l’organisation de Daszak a reçu des millions de dollars de financement des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, qu’elle a canalisés vers le WIV pour mener des recherches sur les coronavirus des chauves-souris.

Dans la première phase de recherche, qui s’est déroulée de 2014 à 2019, Daszak a coordonné avec Shi Zhengli, (石正麗), également connue sous le nom de «Bat Woman», au WIV pour enquêter et cataloguer les coronavirus des chauves-souris à travers la Chine. EcoHealth Alliance a reçu 3,7 millions de dollars de financement du NIH pour cette recherche et 10% ont été acheminés vers le WIV, a rapporté NPR.

La deuxième phase, plus dangereuse, qui a débuté en 2019, impliquait une recherche sur le gain de fonction (GoF) sur les coronavirus et les chimères chez des souris humanisées du laboratoire de Ralph S.Baric de l’Université de Caroline du Nord. Le financement du programme a été retiré par les NIH sous l’administration Trump le 27 avril au milieu de la pandémie.

À 28 :10 de l’interview en podcast, Daszak déclare que les chercheurs ont découvert que le SRAS provenait probablement de chauves-souris et ont ensuite cherché à trouver plus de coronavirus liés au SRAS, pour finalement en trouver plus de 100. Il a observé que certains coronavirus peuvent «pénétrer dans les cellules humaines en laboratoire», et d’autres peuvent provoquer le SRAS chez des «modèles murins humanisés».

Il a averti de manière inquiétante que ces coronavirus sont «incurables avec des monoclonaux thérapeutiques [anticorps] et que vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin». Ironiquement, il affirme que l’objectif de son équipe était d’essayer de trouver le prochain «événement de contagion» qui pourrait provoquer la prochaine pandémie, quelques semaines à peine avant que les cas de COVID-19 ne commencent à être signalés à Wuhan.

Lorsque Racaniello demande ce qui peut être fait pour lutter contre le coronavirus étant donné qu’il n’y a pas de vaccin ou de thérapeutique pour eux, Daszak à la marque 29:54 semble révéler que l’objectif des expériences du GoF était de développer un vaccin pan-coronavirus pour de nombreux types différents de coronavirus.

Sur la base de sa réponse, il est évident que juste avant le début de la pandémie, le WIV modifiait les coronavirus en laboratoire. «Vous pouvez les manipuler assez facilement dans le laboratoire.» Ce qu’il a ensuite mentionné est devenu le trait révélateur du SRAS-CoV-2, sa protéine de pointe: «La protéine de pointe est à l’origine d’une grande partie de ce qui se passe avec le coronavirus, le risque zoonotique.»

Daszak mentionne la collaboration du WIV avec Baric: « et nous travaillons avec Ralph Baric à l’UNC [Université de Caroline du Nord] pour ce faire. » Comme l’ont suggéré les partisans du SRAS-CoV-2 est une chimère fabriquée en laboratoire, il parle d’insérer la protéine de pointe «dans l’épine dorsale d’un autre virus», puis de «travailler en laboratoire».

Fournissant des preuves de la création de chimères pour le bien d’un vaccin, il déclare: «Maintenant, la progression logique pour les vaccins est que si vous allez développer un vaccin contre le SRAS, les gens vont utiliser le SRAS pandémique, mais essayons d’insérer ces autres maladies apparentées et obtenir un meilleur vaccin.»

Sur la base des déclarations de Daszak, il semble que juste avant le début de la pandémie, le WIV utilisait des expériences du GoF avec des chimères pour tenter de créer un vaccin. Ces expériences semblaient avoir inclus l’infection de souris génétiquement modifiées pour exprimer la protéine ACE2 humaine avec ces chimères.

Dans une présentation intitulée «Évaluation des menaces de coronavirus», qui a été présentée quatre ans avant la pandémie en 2015, Daszak souligne que les expériences impliquant des souris humanisées présentent le degré de risque le plus élevé. Démontrant ses liens étroits avec le WIV, il a également répertorié le laboratoire comme collaborateur à la fin de la présentation.

WHO inspector caught on camera revealing coronavirus manipulation in Wuhan before pandemic
(Évaluation des menaces de coronavirus, image de Peter Daszak)

De manière controversée, Daszak a été inclus parmi une équipe d’experts de l’OMS qui a finalement été autorisée par Pékin à enquêter sur l’origine de l’épidémie de COVID-19, plus d’un an après son apparition. Des scientifiques tels que Richard Ebright, biologiste moléculaire à l’Université Rutgers du New Jersey, condamnent la participation de Daszak en raison de conflits d’intérêts «qui le disqualifient sans équivoque de faire partie d’une enquête sur les origines de la pandémie de Covid-19», a rapporté le Daily Mail.

À la lumière du voyage de l’OMS à Wuhan, un chercheur sous le pseudonyme Billy Bostickson et ses collègues de DRASTIC (Decentralized Radical Autonomous Search Team Investigating COVID-19) ont créé une pétition demandant à l’équipe d’enquête internationale de répondre à 50 questions clés sur l’épidémie à Wuhan. Parmi les questions, il y a une demande d’accès à la base de données de l’installation et aux registres du laboratoire, qui sont censés remonter à 20 ans et inclure un aperçu de ses procédures de sécurité, des rapports d’audit de sécurité et des rapports d’incidents de sécurité.

https://www.taiwannews.com.tw/en/news/4104828?fbclid=IwAR0u3TRZFaDD6TeKOJSVTfFcOUnFNSt0dBs6kjtR2ySHqn6pyWjJNMaDBjU

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Les rapports sur les blessures causées par le vaccin COVID augmentent en nombre, mais les tendances restent cohérentes

Les données publiées aujourd’hui par le CDC confirment plusieurs tendances en cours, notamment que 47% des décès sont survenus chez des personnes qui ont déclaré être tombées malades dans les 48 heures suivant la réception d’un vaccin COVID, et 20% des blessures causées par le vaccin étaient d’origine cardiaque.

Par Megan Redshaw

Between Dec. 14, 2020, and Feb. 26, a total of 25,212 total adverse events were reported to VAERS.

Selon les données publiées aujourd’hui par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le nombre de blessures et de décès signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) suite aux vaccins COVID continue d’augmenter.

Entre le 14 décembre 2020 et le 26 février, un total de 25 212 événements indésirables au total ont été signalés au VAERS, dont 1265 décès et 4424 blessés graves.

From 2-26-21 Release of VAERS Data

Aux États-Unis, 70,45 millions de doses de vaccin COVID avaient été administrées au 26 février.

Le VAERS est le principal mécanisme de notification des effets indésirables du vaccin aux États-Unis. Les rapports soumis au VAERS nécessitent une enquête plus approfondie avant de pouvoir confirmer que l’événement indésirable signalé a été causé par le vaccin.

Selon les dernières données, 1136 des 1265 décès signalés étaient aux États-Unis. Sur le total, 31% des décès sont survenus dans les 48 heures suivant la vaccination et 47% des décès sont survenus chez des personnes qui sont tombées malades dans les 48 heures suivant la vaccination. Vingt pour cent des décès étaient liés à des troubles cardiaques.

Cinquante-trois pour cent des personnes décédées étaient des hommes, 45% étaient des femmes et les autres rapports de décès n’incluaient pas le sexe du défunt. L’âge moyen des personnes décédées était de 77,8 ans et le plus jeune décès confirmé était un jeune de 23 ans.

Au 26 février, 180 femmes enceintes avaient signalé des effets indésirables aux vaccins COVID, y compris 56 rapports de fausse couche ou d’accouchement prématuré. Aucun des vaccins COVID approuvés pour une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) n’a été testé pour sa sécurité ou son efficacité chez la femme enceinte. Pourtant, les responsables de la santé exhortent les femmes enceintes à se faire vacciner, et beaucoup le font avec enthousiasme. Comme l’a rapporté The Defender:

« Même sans données de Pfizer ou Moderna suffisantes pour informer les risques associés aux vaccins pendant la grossesse, les futurs médecins, infirmières et autres semblent impatients de recevoir les vaccins, peut-être influencés par l’American College of Obstetricians and Gynecologists, qui déclare que ni une conversation avec un clinicien ni même un test de grossesse sont des conditions préalables nécessaires. »

Le 27 janvier, l’Organisation mondiale de la santé a publié des directives déconseillant aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le COVID de Moderna – pour inverser cette directive deux jours plus tard, comme l’a rapporté le New York Times. Pfizer a annoncé le mois dernier qu’il commençait les essais de vaccin COVID pour les femmes enceintes, mais ils ne s’attendent pas à ce que les essais se terminent avant janvier 2023.

Les données VAERS de cette semaine comprenaient également 1 414 rapports d’anaphylaxie, dont 60% des cas attribués au vaccin Pfizer-Bio-N-Tech et 40% à Moderna, et 298 rapports de paralysie de Bell.

Au 26 février, seuls les vaccins Pfizer et Moderna avaient été approuvés pour une utilisation d’urgence aux États-Unis, mais la Food and Drug Administration des États-Unis a donné cette semaine l’approbation du vaccin COVID de Johnson & Johnson pour une utilisation d’urgence. Le vaccin à dose unique a commencé à être déployé cette semaine.

Le 3 mars, le New York Times a rapporté que certaines personnes souffraient d’une «affection cutanée d’apparence fâchée» après leur première dose du vaccin COVID – avec les bras devenant rouges, douloureux, démangeaisons et enflés une semaine ou plus après l’injection. . Les médecins ont déclaré qu’ils voulaient partager ces informations pour «aider à prévenir l’utilisation inutile d’antibiotiques, apaiser les inquiétudes des patients et les rassurer sur le fait qu’ils peuvent se faire vacciner en toute sécurité».

Le Dr Hooman Noorchashm, chirurgien accompli et défenseur de la sécurité des patients, a écrit une deuxième lettre à la FDA exhortant l’agence à exiger un pré-dépistage des protéines virales du SRAS-CoV-2 afin de réduire les blessures et les décès dus au vaccin COVID. Noorchasm a fait valoir qu’au moins une fraction des millions d’Américains déjà infectés – en particulier les personnes âgées, fragiles et celles souffrant de graves comorbidités cardiovasculaires – risquent d’être lésées par une réponse immunitaire exagérée dangereuse déclenchée par le vaccin COVID, a rapporté The Defender le 3 mars.

Le 1er mars, The Defender a également rapporté que 25% des résidents d’une maison de retraite allemande sont décédés après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech. Reiner Fuellmich et Viviane Fischer, avocats et membres fondateurs du comité d’enquête allemand Corona, ont interrogé un soignant dans une maison de retraite de Berlin qui a décrit ce qui s’est passé pendant et après le déploiement du vaccin COVID de Pfizer. Selon la FDA, dans le cadre de l’EUA d’un vaccin, il est obligatoire que les sociétés pharmaceutiques et les fournisseurs de vaccins déclarent «tous les événements indésirables graves, les cas de syndrome inflammatoire multisystémique et les cas de COVID-19 qui entraînent une hospitalisation ou la mort au VAERS.»

Au Royaume-Uni, où seuls les vaccins Pfizer et AstraZeneca sont distribués, les blessures liées aux deux vaccins entrent dans le système de notification du gouvernement.

Comme The Defender l’a rapporté cette semaine, entre le 9 décembre 2020 (date à laquelle le premier vaccin COVID a été administré au Royaume-Uni) et le 14 février 2021, 402 décès suite à des vaccins COVID ont été signalés à YellowCard, le système du gouvernement britannique de notification des effets secondaires aux médicaments, vaccins, dispositifs et produits défectueux ou falsifiés liés à la COVID. Plus de rapports ont été associés au vaccin AstraZeneca, non encore approuvé aux États-Unis, qu’au produit Pfizer. Dans une lettre écrite mais non publiée par le BMJ, John Stone a écrit:

«Il est également remarquable de constater à quel point les données d’Oxford-AstraZeneca se comparent défavorablement aux données de Pfizer. Les données de la MHRA montrent 26 823 rapports liés aux vaccins Pfizer, dont 77 207 réactions, et 31 427 rapports liés à Oxford-AstraZeneca, dont 114 625 réactions.

«Ainsi, les rapports Pfizer tournent à ~ 3,2 pour 1 000 tandis que les rapports d’Oxford-AstraZeneca tournent à ~ 4,6 pour 1 000: ce qui se traduit par 43% de rapports supplémentaires associés au vaccin Oxford-AstraZeneca par rapport à Pfizer.

«Cependant, les rapports Pfizer ont une moyenne de 2,9 réactions par rapport, contre 3,6 pour l’Oxford-AstraZeneca (encore une fois Oxford 24% plus élevé) – de sorte que le taux de réactions rapportées est en fait 77% plus élevé dans l’ensemble pour le vaccin Oxford-AstraZeneca.»

Selon «Electronic Support for Public Health – Vaccine Adverse Event Reporting System», un projet de recherche axé sur l’amélioration de la qualité de la détection des événements indésirables vaccinaux par les médecins et la notification au système national de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS), soit moins de 1% des vaccins des événements indésirables ne sont jamais signalés.

«Les faibles taux de notification empêchent ou ralentissent l’identification des médicaments et vaccins « problématiques »qui mettent en danger la santé publique», selon les chercheurs.

Le 3 mars, KUTV a signalé qu’il y avait un manque d’informations sur comment et où signaler les effets secondaires du vaccin. «À l’échelle nationale, il y a eu très peu de rapports sur les effets secondaires possibles et où les signaler. Ici, dans l’Utah, guider les gens vers les bonnes ressources après la vaccination n’a pas été une priorité», a déclaré le média.

La Children’s Health Defense demande à toute personne ayant subi une réaction indésirable, à tout vaccin, de déposer un rapport en suivant ces trois étapes.

COVID Vaccine Injury Reports Grow in Number, But Trends Remain Consistent

https://childrenshealthdefense.org/defender/vaers-covid-vaccine-injury-reports-increase/embed/#?secret=WmGcPh34Hf

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

1 Trackback / Pingback

  1. Un inspecteur de l’OMS filmé révélant une manipulation de coronavirus à Wuhan avant la pandé mie + Les rapports sur les blessures causées par le vaccin COVID augmentent en nombre | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :