A la Une

Les tests PCR de la Cour autrichienne ne convient pas au diagnostic COVID-19 et que les verrouillages n’ont aucune base légale

À la suite des décisions portugaises, allemandes et néerlandaises, le tribunal autrichien a maintenant statué que les tests PCR ne conviennent pas pour le diagnostic de la COVID-19 et que les verrouillages n’ont aucun fondement juridique ou scientifique.

Austrian Court Rules PCR Test Not Suitable For COVID-19 Diagnosis And That Lockdowns Has No Legal Basis

Le tribunal administratif de Vienne a accueilli une plainte du FPÖ contre l’interdiction de sa réunion enregistrée le 31 janvier à Vienne.

«L’interdiction était erronée», a déclaré le tribunal dans la décision (lire le jugement ci-dessous).

Le tribunal a déclaré, sur la base d’études scientifiques, que les motifs de l’interdiction avancés par la police d’État de Vienne étaient totalement infondés.

Le tribunal est d’accord avec les déclarations contenues dans la plainte «sur tous les points» et va même bien au-delà des arguments avancés par le FPÖ lui-même.

Entrez votre adresse e-mail pour vous abonner à GGI et recevoir des notifications de nouveaux messages par e-mail.

En particulier, les critères et définitions utilisés pour déterminer le nombre d’infections corona sont massivement remis en question.

Il est expressément souligné que, même selon l’Organisation mondiale de la santé (qui n’a fait demi-tour qu’après l’entrée en fonction de Biden), «un test PCR ne convient pas pour le diagnostic et ne dit donc rien sur la maladie ou l’infection d’une personne».

« Cependant, le ministre de la Santé utilise une définition de cas complètement différente et beaucoup plus large pour le diagnostic de Covid-19, qui ne peut pas être utilisée pour justifier l’interdiction d’une réunion. »

Le tribunal est arrivé à la conclusion que les «informations» du Service de santé de la ville de Vienne, sur lesquelles reposait l’interdiction du Département de la police de Vienne, «ne contenaient aucune déclaration ou constatation valable et fondée sur des preuves sur la pandémie».

Sur la base des définitions du ministre de la Santé, «Définition de cas Covid-19» du 23 décembre 2020, un «cas confirmé»

  1. est toute personne présentant des signes d’acide nucléique spécifique au SRAS-CoV-2 (test PCR), quelle que soit sa manifestation clinique ou
  2. toute personne présentant des signes d’antigène spécifique du SRAS-CoV qui répond aux critères cliniques ou
  3. toute personne présentant des signes d’antigène spécifique du SRAS-CoV qui répond aux critères épidémiologiques.

Ainsi, aucun des trois «cas confirmés» définis par le ministre de la Santé ne répond aux exigences du concept OMS de «personne malade / infectée». L’OMS refuse de se fier uniquement au test PCR (cas confirmé 1).

Ci-dessous le jugement du tribunal autrichien traduit en anglais (Voir PDF dans l’article original en cliquant sur la source)

Action mondiale contre Scamdemic

Dans une décision similaire, une cour d’appel portugaise a statué que les tests PCR ne sont pas fiables et qu’il est illégal de mettre des personnes en quarantaine uniquement sur la base d’un test PCR.

Un tribunal allemand, dans une décision historique, a déclaré que les verrouillages COVID-19 imposés par le gouvernement étaient inconstitutionnels.

Le verrouillage printanier de la Thuringe était une «décision politique catastrophiquement erronée avec des conséquences dramatiques pour presque tous les domaines de la vie des gens», a déclaré le tribunal, justifiant sa décision.

Il a ensuite été révélé que le ministère allemand de l’Intérieur avait engagé des scientifiques pour développer un faux modèle de coronavirus afin de justifier un verrouillage strict, selon de nombreux échanges de courriers électroniques obtenus par un groupe d’avocats dans le cadre d’un litige juridique.

Auparavant, un juge fédéral américain avait déclaré inconstitutionnelles les restrictions relatives aux coronavirus en Pennsylvanie.

Même la Cour de La Haye a jugé que le verrouillage du COVID-19 qui avait été imposé par le gouvernement néerlandais n’avait aucune base légale et qu’il était illégal.

Cependant, la cour d’appel néerlandaise a annulé la décision dans les heures qui ont ordonné au gouvernement de lever immédiatement la mesure «illégitime».

Les juges d’appel ont fait valoir qu’ils voulaient éviter ce qu’ils ont appelé un «effet yo-yo», se référant à la confusion du public quant à savoir si le couvre-feu était toujours en vigueur.

L’année dernière, un homme politique italien avait demandé l’arrestation de Bill Gates au Parlement italien.

Sara Cunial, députée de Rome, a dénoncé Bill Gates comme «crime contre les vaccins» et a exhorté le président italien à le remettre à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Ensuite, un membre du parlement autrichien a révélé le caractère défectueux des tests COVID-19 du gouvernement en démontrant au parlement comment un verre de Coca Cola a été testé positif à la COVID-19.

Plus tôt, le président tanzanien John Magufuli, de plus en plus méfiant à l’égard de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a décidé d’enquêter lui-même sur les allégations des tests. Il a envoyé à l’OMS des échantillons d’une chèvre, d’une papaye et d’une caille à des fins de test, qui étaient tous positifs pour la COVID-19.

Magufuli était connu sous le nom de «Bulldozer» pour sa position ferme contre la corruption et pour ses politiques intransigeantes, qui l’ont aidé à remporter la victoire en octobre 2015 en tant que cinquième président de la Tanzanie.

L’Union européenne a donné 27 millions d’euros à la Tanzanie pour imposer des mesures COVID-19 prescrites par l’OMS comme des verrouillages stricts, des masques et une vaccination de masse.

La Tanzanie a pris l’argent, puis a déclaré le pays exempt de coronavirus. Cela a conduit les Européens à exprimer leur colère au parlement.

Sa mort subite a soulevé de nombreuses questions, notamment si le président tanzanien a été assassiné pour avoir exposé la plandémie de la COVID-19 en prenant des mesures controversées contre Big Pharma et l’OMS et leur campagne mondiale pour les vaccins.

En raison d’un tel scandale massif de cas de faux positifs COVID-19, le gouvernement australien a annulé un accord de vaccin contre le coronavirus d’un milliard de dollars avec la société de biotechnologie australienne CSL Limited pour fournir 51 millions de doses d’un vaccin Covid-19 développé par l’Université du Queensland après plusieurs essais les participants ont renvoyé des résultats de test VIH faux positifs.

Même les experts de la santé belges ont exigé une enquête sur l’OMS pour avoir simulé une pandémie.

Dans le passé en 2010, l’OMS a été surprise en train de simuler une pandémie et a été forcée d’admettre que sa méthodologie de mesure de la viralité ou de la propagation de la maladie, au lieu de sa gravité, était incorrecte.

Il a également été révélé dans un rapport de renseignement humain intercepté que Bill Gates avait offert un pot-de-vin de 10 millions de dollars pour un programme de vaccination forcée contre le coronavirus au Nigéria.

Comme rapporté par GreatGameIndia l’année dernière, le président de la Biélorussie avait exposé que l’aide de la Banque mondiale aux coronavirus s’accompagne de conditions pour imposer des mesures de verrouillage extrêmes, pour modéliser leur réponse contre les coronavirus sur celle de l’Italie et même des changements dans les politiques économiques qu’il a refusés comme étant « inacceptable ».

Un procès majeur a également été intenté contre le Premier ministre du Danemark pour des restrictions strictes de COVID-19 et pour avoir tué près de 17 millions de visons.

Un tribunal de trois juges au Pérou a statué que la pandémie de COVID-19 avait été déclenchée par les milliardaires Bill Gates, George Soros et Rockefeller.

Malgré la décision (lire la résolution dans son intégralité au lien ci-dessus), les «fact-checkers» ont conclu que le tribunal péruvien n’avait aucune preuve pour rendre un tel jugement citant une déclaration de l’OMS et du CDC qui ont perdu toute sa crédibilité.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :