A la Une

L’INITIATIVE B.R.A.I.N. DE OBAMA, DARPA, GSK ET ROCKEFELLER 4,5 MILLIARDS DE $ – MIEUX ASSEYEZ-VOUS LORSQUE VOUS LISEZ

Par Silviu «Silview» Costinescu

Récolte d’ADN, technologies d’ARNm, lecture d’esprit et plus – c’était le signal de départ officiel de la course aux Jeux olympiques transhumanistes, tout le chemin du retour en 2013

La vision de l’Initiative BRAIN est de combiner ces domaines de recherche en une science cohérente et intégrée des cellules, des circuits, du cerveau et du comportement.

     Générer un recensement des types de cellules cérébrales

     Créer des cartes structurelles du cerveau

     Développer de nouvelles capacités d’enregistrement de réseau neuronal à grande échelle

     Développer une suite d’outils pour la manipulation de circuits neuronaux

     Lier l’activité neuronale au comportement

     Intégrez la théorie, la modélisation, les statistiques et le calcul aux expériences en neurosciences

     Délimiter les mécanismes sous-jacents aux technologies d’imagerie cérébrale humaine

     Créer des mécanismes pour permettre la collecte de données humaines pour la recherche scientifique

     Diffuser les connaissances et la formation

Source: NIH

Source

COMMENT FONCTIONNE L’INITIATIVE BRAIN®

Compte tenu de la portée ambitieuse de cette entreprise pionnière, il était essentiel que la planification soit éclairée par un large éventail de compétences et d’expériences. Par conséquent, les NIH ont créé un groupe de travail de haut niveau du comité consultatif auprès du directeur des NIH (ACD) pour aider à façonner cette nouvelle initiative.

Ce groupe de travail, coprésidé par le Dr Cornelia «Cori» Bargmann (Université Rockefeller) et le Dr William Newsome (Université de Stanford) a sollicité une large contribution de la communauté scientifique, des défenseurs des patients et du grand public. Leur rapport, BRAIN 2025: A Scientific Vision, publié en juin 2014 et approuvé avec enthousiasme par l’ACD, a articulé les objectifs scientifiques de The BRAIN Initiative® et a élaboré un plan scientifique pluriannuel pour atteindre ces objectifs, y compris les calendriers, les jalons et les coûts estimés.

Bien sûr, un objectif aussi audacieux nécessitera les idées des meilleurs scientifiques et ingénieurs dans de nombreuses disciplines et secteurs divers. Par conséquent, le NIH travaille en étroite collaboration avec d’autres agences gouvernementales, notamment la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), la National Science Foundation (NSF), la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et l’activité Intelligence Advanced Research Projects Activity (IARPA). Les partenaires privés s’engagent également à assurer le succès en investissant dans The BRAIN Initiative®.

Il y a cinq ans, un tel projet aurait été considéré comme impossible. Dans cinq ans, ce sera trop tard. Bien que les objectifs soient profondément ambitieux, le moment est venu d’inspirer une nouvelle génération de neuroscientifiques à entreprendre l’approche la plus révolutionnaire jamais envisagée pour comprendre comment le cerveau fonctionne et comment la maladie survient.

Source: NIH

Bureau de l’attaché de presse de la Maison Blanche, pour diffusion immédiate, 2 avril 2013

REMARQUES DU PRÉSIDENT SUR L’INITIATIVE BRAIN ET L’INNOVATION AMÉRICAINE

Salle Est 10 h 04 EDT

LE PRÉSIDENT:

Merci beaucoup. (Applaudissements.)

Merci tout le monde. Asseyez-vous, s’il vous plaît. Eh bien, tout d’abord, permettez-moi de remercier le Dr Collins non seulement pour son introduction, mais pour son leadership incroyable au NIH. Ceux d’entre vous qui connaissent Francis savent aussi qu’il est un chanteur et musicien doué. Alors je lui ai demandé s’il accepterait de chanter l’introduction – (rires) – et il a refusé. Mais son leadership a été extraordinaire. Et je suis heureux d’avoir été promu scientifique en chef. (Rire.)

Le meilleur ami de Fauci

Compte tenu de mes notes en physique, je ne suis pas sûr que cela le mérite. Mais je tiens la science en bonne estime, alors peut-être que cela me donne un peu de crédit. Aujourd’hui, j’ai invité certaines des personnes les plus intelligentes du pays, certains des chercheurs les plus imaginatifs et les plus efficaces du pays – des personnes très intelligentes à parler du défi que j’ai lancé dans mon discours sur l’état de l’Union: faire croître notre économie. , pour créer de nouveaux emplois, pour relancer une classe moyenne en plein essor et prospère en investissant dans l’une de nos principales forces, et c’est l’innovation américaine. Les idées sont le moteur de notre économie. C’est ce qui nous distingue. C’est ce que l’Amérique a été. Nous avons été une nation de rêveurs et de preneurs de risques; les gens qui voient ce que personne d’autre ne voit plus tôt que quiconque le voit. Nous innovons mieux que quiconque – et cela rend notre économie plus forte.

Lorsque nous investissons dans les meilleures idées avant tout le monde, nos entreprises et nos travailleurs peuvent fabriquer les meilleurs produits et fournir les meilleurs services avant tout le monde. Et en raison de cet incroyable dynamisme, nous n’attirons pas seulement les meilleurs scientifiques ou les meilleurs entrepreneurs – nous investissons également continuellement dans leur réussite. Nous soutenons les laboratoires et les universités pour les aider à apprendre et à explorer. Et nous finançons des subventions pour les aider à transformer un rêve en réalité. Et nous avons un système de brevets pour protéger leurs inventions. Et nous offrons des prêts pour les aider à transformer ces inventions en entreprises prospères.

Et les investissements ne sont pas toujours rentables. Mais quand ils le font, ils changent nos vies d’une manière que nous n’aurions jamais pu imaginer. Les puces informatiques et la technologie GPS, Internet – tout cela est né des investissements du gouvernement dans la recherche fondamentale. Et parfois, en fait, certains des meilleurs produits et services découlent complètement de recherches involontaires dont personne ne s’attendait à avoir certaines applications.

Les entreprises ont ensuite utilisé cette technologie pour créer d’innombrables nouveaux emplois.

Ainsi, les fondateurs de Google ont obtenu leur soutien précoce de la National Science Foundation. Le projet Apollo qui a mis un homme sur la lune nous a également donné des scans CAT. Et chaque dollar que nous avons dépensé pour cartographier le génome humain a rapporté 140 $ à notre économie – 1 $ d’investissement, 140 $ en retour.

Le Dr Collins a aidé à diriger cet effort sur le génome, et c’est pourquoi nous avons pensé qu’il était approprié de l’avoir ici pour annoncer le prochain grand projet américain, et c’est ce que nous appelons l’initiative BRAIN.

En tant qu’humains, nous pouvons identifier les galaxies à des années-lumière, nous pouvons étudier des particules plus petites qu’un atome. Mais nous n’avons toujours pas percé le mystère des trois livres de matière qui se trouvent entre nos oreilles. (Rires.) Mais aujourd’hui, les scientifiques possèdent la capacité d’étudier des neurones individuels et de comprendre les principales fonctions de certaines zones du cerveau. Mais un cerveau humain contient près de 100 milliards de neurones faisant des milliards de connexions.

Le Dr Collins dit donc que c’est comme écouter la section des cordes et essayer de comprendre à quoi ressemble tout l’orchestre. Par conséquent, nous sommes toujours incapables de guérir des maladies comme la maladie d’Alzheimer ou de l’autisme, ou d’inverser complètement les effets d’un accident vasculaire cérébral. Et l’ordinateur le plus puissant du monde n’est pas aussi intuitif que celui avec lequel nous sommes nés. Il y a donc cet énorme mystère qui attend d’être débloqué, et l’Initiative BRAIN changera cela en donnant aux scientifiques les outils dont ils ont besoin pour obtenir une image dynamique du cerveau en action et mieux comprendre comment nous pensons, comment nous apprenons et comment nous nous souvenons. Et cette connaissance pourrait être – sera – transformatrice. Dans le budget que j’enverrai au Congrès la semaine prochaine, je proposerai un investissement important de la part des National Institutes of Health, DARPA et de la National Science Foundation pour aider à lancer ce projet.

Je dirige ma commission de bioéthique pour m’assurer que toutes les recherches sont menées de manière responsable. Et nous travaillons également en partenariat avec le secteur privé, y compris des entreprises, des fondations et des instituts de recherche de premier plan, pour mobiliser les esprits les plus brillants du pays pour nous aider à atteindre notre objectif. Et bien sûr, rien de tout cela ne sera facile. Si c’était le cas, nous saurions déjà tout ce qu’il y avait sur le fonctionnement du cerveau, et ma vie serait probablement plus simple ici. (Rires.) Cela pourrait expliquer toutes sortes de choses qui se passent à Washington. (Rires.) Nous pourrions prescrire quelque chose. (Rire.)

Ce ne sera donc pas facile. Mais pensez à ce que nous pourrions faire une fois que nous aurons déchiffré ce code. Imaginez qu’aucune famille ne doive se sentir impuissante à voir un être cher disparaître derrière le masque de la maladie de Parkinson ou lutter contre l’épilepsie. Imaginez si nous pouvions inverser les traumatismes crâniens ou le SSPT pour nos anciens combattants qui rentrent chez eux. Imaginez si quelqu’un avec un membre prothétique peut maintenant jouer du piano ou lancer une balle de baseball ainsi que n’importe qui d’autre, car le câblage du cerveau à cette prothèse est direct et déclenché par ce qui se passe déjà dans l’esprit du patient. Et si les ordinateurs pouvaient répondre à nos pensées ou si nos barrières linguistiques pouvaient s’effondrer. Ou si des millions d’américains trouvaient soudainement de nouveaux emplois dans ces domaines – des emplois que nous n’avons même pas encore imaginés – parce que nous avons choisi d’investir dans ce projet. C’est l’avenir que nous imaginons. C’est ce que nous espérons. C’est pourquoi l’initiative BRAIN est si importante. C’est pourquoi il est si important que nous considérions la recherche fondamentale en général comme un moteur de croissance et que nous remplacions les coupes budgétaires généralisées qui menacent de nous faire reculer avant même de commencer.

Il y a quelques semaines, les directeurs de certains de nos laboratoires nationaux ont déclaré que les séquestrants – ces coupes arbitraires et généralisées qui ont été mises en place – sont si sévères, si mal conçus qu’ils retiendront une génération de jeunes scientifiques. . Quand nos principaux penseurs se demandent s’il est toujours logique d’encourager les jeunes à s’impliquer dans la science en premier lieu parce qu’ils ne savent pas si le financement de la recherche et les subventions seront là pour former une toute nouvelle génération de scientifiques, c’est quelque chose. nous devrions nous inquiéter. Nous ne pouvons pas nous permettre de rater ces opportunités alors que le reste du monde court devant. Nous devons les saisir. Je ne veux pas que les prochaines découvertes créatrices d’emplois se produisent en Chine, en Inde ou en Allemagne. Je veux qu’ils se produisent ici, aux États-Unis d’Amérique. Et cela fait partie de l’objectif de cette initiative BRAIN. C’est pourquoi nous poursuivons d’autres «grands défis», comme rendre l’énergie solaire aussi bon marché que le charbon ou rendre les véhicules électriques aussi abordables que ceux qui fonctionnent au gaz. Ce sont des objectifs ambitieux, mais ils sont réalisables. Et nous encourageons les entreprises, les universités de recherche et d’autres organisations à s’impliquer et à nous aider à progresser. Nous avons une chance d’améliorer la vie non seulement de millions, mais de milliards de personnes sur cette planète grâce aux recherches menées dans le cadre de cette seule initiative BRAIN.

Mais cela va exiger un effort sérieux, un effort soutenu. Et cela va nous obliger, en tant que pays, à incarner et à embrasser cet esprit de découverte qui a fait de l’Amérique, l’Amérique. Un an avant ma naissance, une société américaine a sorti l’un des tout premiers mini-ordinateurs. C’était une machine révolutionnaire, qui n’avait pas besoin de son propre système de climatisation. C’était une grosse affaire. Il n’a fallu qu’une seule personne pour fonctionner, mais chaque ordinateur mesurait 1,80 mètre, pesait 1 200 livres et coûtait plus de 100 000 dollars. Et aujourd’hui, la plupart des gens dans cette pièce, y compris la personne dont le téléphone portable vient de sonner – (rires) – ont un ordinateur beaucoup plus puissant dans leur poche. Les ordinateurs sont devenus si petits, si universels, si omniprésents que la plupart d’entre nous ne peuvent pas imaginer la vie sans eux – certainement pas mes enfants. Et, en conséquence, des millions d’Américains travaillent dans des domaines qui n’existaient pas avant la naissance de leurs parents. Watson, l’ordinateur qui a remporté «Jeopardy», est maintenant utilisé dans les hôpitaux du pays pour diagnostiquer des maladies comme le cancer. C’est tout le progrès qui a été fait au cours de ma vie et dans nombre d’entre vous. C’est à quelle vitesse nous pouvons avancer lorsque nous investissons.

Mais nous ne pouvons pas prédire ce que sera ce prochain grand événement. Nous ne savons pas à quoi ressemblera la vie dans 20 ans, 50 ans ou 100 ans plus tard. Ce que nous savons, c’est que si nous continuons à investir dans les solutions les plus importantes et les plus prometteuses à nos problèmes les plus difficiles, les choses iront mieux. Je ne veux pas que nos enfants ou petits-enfants regardent en arrière sur cette journée et souhaiteraient que nous ayons fait plus pour garder l’Amérique à la pointe de la technologie. Je veux qu’ils regardent en arrière et qu’ils soient fiers que nous ayons pris des risques, que nous ayons saisi cette opportunité. C’est ce dont parle l’histoire américaine. C’est qui nous sommes.

C’est pourquoi cette initiative BRAIN est si importante. Et si nous continuons à prendre des mesures audacieuses comme celle dont nous parlons pour en savoir plus sur le cerveau, alors je suis convaincu que l’Amérique continuera à diriger le monde sur les prochaines frontières de la compréhension humaine. Et vous allez tous nous aider à y parvenir.

Je suis donc très enthousiasmé par ce projet. Francis, allons travailler. Que Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique. Merci. (Applaudissements.)

LA LISTE DES RECHERCHES FINANCÉES POURRAIT VOUS SOUFFLER

LISTE COMPLÈTE ICI

LEUR RAPPORT CI-DESSOUS SEMBLE CONFIRMER NOTRE RAPPORT ANTÉRIEUR QUE L’ARNm EST UNE PASSERELLE VERS LE CERVEAU ET LES COMPORTEMENTS

SOURCE

LIRE: Oui, ils PEUVENT nous vacciner avec des écouvillons nasaux ET cibler le cerveau (Biohacking P.1)

PARTENAIRES DU SECTEUR PRIVÉ

Les principaux partenaires du secteur privé ont pris des engagements importants pour soutenir l’Initiative BRAIN, notamment:

    Institut Allen pour la science du cerveau: l’Institut Allen, une organisation de recherche médicale à but non lucratif, est un chef de file dans la recherche sur le cerveau à grande échelle et le partage public de données et d’outils. En mars 2012, l’Allen Institute for Brain Science s’est lancé dans un projet de dix ans pour comprendre le code neuronal: comment l’activité cérébrale mène à la perception, à la prise de décision et, finalement, à l’action. L’expansion de l’Institut Allen, avec un investissement de 300 millions de dollars du philanthrope Paul G. Allen au cours des quatre premières années, était basée sur les récentes avancées sans précédent dans les technologies d’enregistrement de l’activité cérébrale et de cartographie de ses interconnexions. Plus de 60 millions de dollars seront dépensés annuellement pour soutenir les projets de l’Institut Allen liés à l’initiative BRAIN.

    Howard Hughes Medical Institute: HHMI est le plus grand bailleur de fonds non gouvernemental de la recherche biomédicale fondamentale et a une longue histoire de soutien à la recherche fondamentale en neurosciences. Le campus de recherche Janelia Farm de HHMI en Virginie a été ouvert en 2006 dans le but de développer de nouvelles technologies d’imagerie et de comprendre comment les informations sont stockées et traitées dans les réseaux neuronaux. Il dépensera au moins 30 millions de dollars annuellement pour soutenir des projets liés à cette initiative.

    Fondation Kavli: La Fondation Kavli prévoit de soutenir les activités liées à ce projet avec environ 4 millions de dollars par an au cours des dix prochaines années. Ce chiffre comprend une partie des revenus annuels attendus des dotations des instituts de Kavli existants et des dons de dotation pour créer de nouveaux instituts de Kavli au cours de la prochaine décennie. Ce chiffre comprend également l’engagement continu de la Fondation à soutenir les réunions de projet et certaines autres activités.

    Salk Institute for Biological Studies: Le Salk Institute, dans le cadre de son initiative Dynamic Brain, consacrera plus de 28 millions de dollars au travail au-delà des frontières traditionnelles des neurosciences, produisant une compréhension sophistiquée du cerveau, des gènes individuels aux circuits neuronaux en passant par le comportement. Pour vraiment comprendre comment le cerveau fonctionne à la fois dans des états sains et malades, les scientifiques cartographieront les réseaux neuronaux du cerveau et découvriront comment ils interagissent. Pour éviter ou inverser des maladies telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, les scientifiques exploreront les changements qui se produisent dans le cerveau à mesure que nous vieillissons, jetant les bases de la prévention et du traitement des maladies neurologiques liées à l’âge.

Source: La Maison Blanche

Kavli ne sont que des mandataires et des partenaires Rockefeller

«Le chef des National Institutes of Health, Francis Collins, déclare que l’initiative sur le cerveau s’appuie sur les progrès récents dans la fixation d’implants électroniques aux cellules cérébrales. Cela a été démontré l’année dernière dans des scènes dramatiques de patients complètement paralysés manipulant des bras de robot pour siroter du café et saisir des balles en caoutchouc. Et grâce à une puissance informatique accrue, les scientifiques sont désormais mieux en mesure de collecter des données à partir des 86 milliards de cellules largement interconnectées dans le cerveau humain de 3 livres.

USA Today

PROJET DE CARTOGRAPHIE DU CERVEAU DE LA MAISON BLANCHE

2 avril 2013, 12 h 00 CEST Par Peter Alexander et Alastair Jamieson, NBC News et Maggie Fox, rédactrice principale

Le président Obama a lancé mardi une initiative de recherche sur le cerveau humain qu’il a comparée au projet du génome humain pour cartographier tout l’ADN humain, et a déclaré que cela aidera non seulement à trouver des remèdes pour des maladies telles que la maladie d’Alzheimer et l’autisme, mais créera des emplois et stimulera la croissance économique …

On ne sait pas exactement ce que l’initiative fera. Obama et Collins ont déclaré qu’ils avaient nommé une «équipe de rêve» d’experts pour définir l’ordre du jour – ils devraient faire rapport avant la fin de l’été. Ils sont dirigés par les neurobiologistes Cori Bargmann de l’Université Rockefeller et William Newsome de l’Université Stanford.

L’initiative public-privé, avec l’argent de groupes tels que le Howard Hughes Medical Institute et le projet de cartographie cérébrale du cofondateur de Microsoft, Paul Allen, vise à trouver un moyen de prendre des photos du cerveau en action en temps réel.

«Nous voulons comprendre le cerveau pour savoir comment nous raisonnons, comment nous mémorisons, comment nous apprenons, comment nous bougeons, comment fonctionnent nos émotions. Ces capacités nous définissent, mais nous n’en comprenons presque rien », a déclaré Miyoung Chun, vice-président des programmes scientifiques à la Fondation Kavli, qui participe à l’initiative et qui finance la recherche fondamentale en neurosciences et en physique.

Le projet a beaucoup d’argent et de grandes données scientifiques sur lesquelles s’appuyer. Allen a injecté 300 millions de dollars supplémentaires dans l’initiative de cartographie cérébrale de son institut il y a un an et a publié des cartes disponibles gratuitement du cerveau humain et de la souris. L’Institut médical Howard Hughes a construit tout un campus de recherche consacré à la science du cerveau, appelé Janelia Farm, en Virginie.

Arati Prabhakar, directrice de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), a évoqué un projet qui permettait à une femme tétraplégique de contrôler un bras de robot avec ses seules pensées.

«Il n’y a rien de tel qu’un projet pour inspirer les gens à passer à ce niveau supérieur», a déclaré Collins lors d’un briefing téléphonique.

Tout le monde n’est pas content d’un projet centralisé dirigé par l’administration. Michael Eisen, biologiste à l’Université de Californie à Berkeley, a déclaré plus tôt cette année que de grands projets en biologie tels que le projet ENCODE (Project ENCODE) pour l’analyse de l’ADN émergeaient comme la «plus grande menace» (were emerging as the “greatest threat”) pour la science individuelle axée sur la découverte.

«C’est une chose de financer les neurosciences, une autre d’avoir un projet centralisé sur 10 ans pour« résoudre le cerveau»», a écrit Eisen dans une mise à jour Twitter (Twitter update) en février.

«C’est formidable de voir le président soutenir la recherche fondamentale en neurosciences. Et le montant d’argent est suffisant pour lancer de nouvelles initiatives, ce qui est le moyen de démarrer quelque chose».

Neuroscientifique Cori Bargmann de l’Université Rockefeller de New York, coprésidente de BRAIN

QUI PAYERA LE PROJET AMBITIEUX BRAIN D’OBAMA?

Par Stephanie Pappas 02 avril 2013, Science Direct

Une IRM révèle la structure anatomique grossière du cerveau humain. (Crédit d’image: avec l’aimable autorisation de FONAR Corporation)

Le financement initial d’une nouvelle initiative majeure de recherche sur le cerveau proviendra en grande partie des National Institutes of Health et de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), avec des contributions de la National Science Foundation et de fondations privées, ont déclaré des responsables aujourd’hui (2 avril).

Après que le président Obama a annoncé le lancement de l’initiative BRAIN ce matin, les directeurs des National Institutes of Health (NIH) et de la DARPA ont posé des questions publiques via Internet sur les plans spécifiques du projet et qui paiera. Les agences s’attendent à environ 100 millions de dollars en 2014 pour démarrer l’initiative.

BRAIN est l’acronyme de Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies. Au cours de ses étapes de planification, le projet s’appelait la carte d’activité cérébrale, car l’objectif est de comprendre le fonctionnement des réseaux de neurones. Actuellement, les chercheurs peuvent détecter les activités de cellules cérébrales uniques; ils peuvent également mesurer l’activité cérébrale au niveau macro à l’aide de technologies telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Mais le niveau intermédiaire – les actions de centaines et de milliers de neurones travaillant ensemble dans des circuits – reste largement mystérieux.

« Cette initiative est une idée dont le moment est venu », a déclaré le directeur du NIH, Francis Collins, lors de la session de questions-réponses de la Maison Blanche. Il a qualifié le cerveau humain de «la plus grande frontière scientifique à laquelle on puisse penser». [Galerie: Trancher le cerveau]

Financer la carte du cerveau

Le président Obama a annoncé ce matin que le budget de l’exercice 2014 comprendrait environ 100 millions de dollars de financement de démarrage pour l’initiative BRAIN. Collins a décomposé ces chiffres: le NIH fournira environ 40 millions de dollars, dont une grande partie du Neuroscience Blueprint, une collaboration des NIH avec un fonds d’investissement mobile pour la recherche sur le système nerveux. Certains fonds discrétionnaires des NIH iront également au projet, a déclaré Collins.

La National Science Foundation fournira environ 20 millions de dollars de financement, a déclaré Collins, et la DARPA contribuera à environ 50 millions de dollars. Des fondations privées, notamment le Howard Hughes Medical Institute, le Salk Institute for Biological Studies et le Kavli Institute, fourniront également des fonds.

L’intérêt de la DARPA pour le projet découle en grande partie des préoccupations concernant les «guerriers blessés», a déclaré le directeur Arati Prabhakar. L’agence espère que l’Initiative BRAIN fournira des réponses sur la façon de traiter le trouble de stress post-traumatique, les lésions cérébrales et d’autres problèmes neurologiques chez les soldats blessés. Le projet pourrait également inspirer de nouveaux processus informatiques alors que les scientifiques apprennent comment le cerveau fonctionne et s’en servent comme source d’inspiration pour des circuits artificiels, a déclaré Prabhakar.

Des coups d’avance?

Le financement fédéral de la recherche est resté stable ces dernières années, et le séquestre du budget fédéral a encore réduit les agences telles que le NIH et la NSF avec des coupes de 9% dans tous les domaines. L’initiative BRAIN devrait durer plus d’une décennie, sans aucune garantie que la situation budgétaire rebondira. Certains chercheurs en neurosciences, dont Donald Stein de l’École de médecine Emory, ont soutenu que le financement est un «jeu à somme nulle» et que l’Initiative BRAIN prendra des ressources d’autres causes valables de recherche sur le cerveau.

Collins a reconnu le défi budgétaire.

«On pourrait bien se demander: «Est-ce le mauvais moment pour commencer quelque chose de nouveau et d’innovant?», a-t-il dit.

Mais avec la technologie nécessaire pour mesurer les grands réseaux de neurones qui prend tout son sens, retarder serait contre-productif, a fait valoir Collins.

« Si vous pouviez voir l’opportunité de la prochaine grande avancée … il serait très difficile de dire que nous allons nous recroqueviller pendant un certain temps et attendre que le budget s’améliore », a-t-il déclaré.

UN PRIX DE 4,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR L’INITIATIVE BRAIN?

Par Emily Underwood, 5 juin 2014, 18h00, Science Mag

Le prix du CERVEAU du président Barack Obama vient peut-être de monter en flèche. L’année dernière, la Maison Blanche a dévoilé un projet audacieux pour cartographier le cerveau humain en action, l’initiative Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies (BRAIN), et a ordonné à plusieurs agences fédérales d’élaborer rapidement des plans pour en faire une réalité. Pour lancer le projet, le président a alloué environ 100 millions de dollars cette année à BRAIN, répartis entre les National Institutes of Health (NIH), la National Science Foundation et la Defense Advanced Research Projects Agency.

Maintenant, après plus d’un an de réunions et de délibérations, un groupe de travail convoqué par les NIH a défini certains des objectifs et des aspirations de BRAIN et a tenté de proposer une évaluation plus réaliste du financement nécessaire pour la part du projet de l’agence: 4,5 $ milliards sur une décennie.

La neuroscientifique Cornelia Bargmann, de l’Université Rockefeller de New York, qui a dirigé le groupe de travail, a cherché à mettre ce coût en perspective lors d’une conférence de presse aujourd’hui, affirmant que cela représentait «environ un pack de six bières pour chaque Américain sur l’ensemble des 12 années du programme.»

Le NIH, qui fournit 40 millions de dollars du financement actuel de BRAIN, n’a pas de plan en place pour savoir où obtenir l’argent supplémentaire demandé dans le nouveau rapport, a déclaré le directeur du NIH Francis Collins aux journalistes. «Ce ne sera pas rapide, ce ne sera pas facile et ce ne sera pas bon marché», dit-il. Quoi qu’il en soit, Collins, qui a commandé le nouveau rapport pour guider le rôle de son agence dans l’initiative, a adopté le plan de tout cœur:

    86 milliards de neurones en prennent note: j’ai accepté une vision scientifique pour #BRAINI qui transformera les neurosciences: http://t.co/12xluad54U #NIH

    – Francis S. Collins (@NIHDirector) 5 juin 2014

Le rapport présente un plan sur 10 à 12 ans pour investir de 300 à 500 millions de dollars par an pour développer de nouveaux outils de surveillance et de cartographie de l’activité et de la structure du cerveau, à compter de l’exercice 2016. Il suggère de se concentrer sur le développement d’outils pour les 5 premiers à 6 ans, puis augmenter le financement à mesure que de nouvelles techniques sont mises en ligne. Un objectif clé est de produire des outils moins chers et plus accessibles que tous les chercheurs peuvent utiliser sans avoir besoin de formation spéciale, de sorte que le coût global de la recherche en neurosciences diminue avec le temps, dit Bargmann.

Le comité reconnaît l’incertitude de leur estimation des coûts. «Bien que nous n’ayons pas procédé à une analyse détaillée des coûts, nous avons examiné la portée des questions à traiter par l’initiative et le coût des programmes qui se sont développés dans des domaines connexes au cours des dernières années. Ainsi, nos estimations budgétaires, bien que provisoires, sont informées par les coûts des neurosciences réelles à ce niveau technologique», écrit le groupe.

La première série de demandes de demandes de subventions du NIH a déjà été lancée l’automne dernier et les lauréats seront annoncés en septembre, selon Collins. Des opportunités supplémentaires de solliciter un financement des NIH s’ouvriront d’ici l’automne, sur la base de ce nouveau rapport plus détaillé, dit-il. Les chercheurs qui envisagent de postuler «peuvent maintenant considérer que [le rapport] est un modèle de ce que nous voulons aller», a ajouté Collins.

*Correction, 10 juin, 12 h 17: Cet article a été corrigé pour refléter le fait que l’étiquette de prix de 4,5 milliards de dollars proposée pour l’initiative BRAIN se réfère uniquement à la partie du projet des NIH, pas à tous les financements. – Science Mag.

COMITÉ CONSULTATIF AU GROUPE DE TRAVAIL DU DIRECTEUR, RECHERCHE SUR LE CERVEAU À TRAVERS L’AVANCEMENT DES NEUROTECHNOLOGIES® INNOVANTES (BRAIN)

Les National Institutes of Health (NIH) ont convoqué un groupe de travail BRAIN du comité consultatif auprès du directeur, NIH, pour développer un plan rigoureux pour réaliser cette vision scientifique. Ce rapport présente les conclusions et recommandations du groupe de travail, y compris le contexte scientifique et la justification de l’Initiative BRAIN® dans son ensemble et pour chacun des sept principaux objectifs énoncés dans le rapport. En outre, nous incluons des livrables, des échéanciers et des estimations de coûts spécifiques pour ces objectifs, comme demandé par le directeur des NIH. Pour en savoir plus, lisez le rapport BRAIN 2025.

Alors que l’Initiative NIH BRAIN approchait rapidement de sa mi-parcours, le groupe de travail 2.0 de l’initiative ACD BRAIN a été invité à évaluer les progrès et les progrès de BRAIN dans le contexte du rapport original BRAIN 2025, d’identifier les opportunités clés pour appliquer des outils nouveaux et émergents pour révolutionner notre compréhension de circuits cérébraux et désignent des domaines précieux de développement technologique continu. Parallèlement, le sous-groupe BRAIN Neuroethics a été chargé d’examiner les implications éthiques de la recherche en cours et de prévoir ce que l’avenir des progrès de BRAIN pourrait impliquer, en élaborant une «feuille de route» neuroéthique pour l’Initiative. Pour en savoir plus, consultez les rapports complémentaires BRAIN 2.0 (rapport BRAIN Initiative 2.0 et rapport Neuroethics).

L’Initiative BRAIN n’a jamais été conclue. Nous le vivons maintenant.

Silview.media

MISES À JOUR À VENIR

L’Initiative B.R.A.I.N. de Obama, DARPA, GSK et Rockefeller à 4,5 milliards de dollars – mieux vous asseoir lorsque vous lisez

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :