A la Une

Vaccinés Covid, décimation en cours! Pendant ce temps, l’EMA dissimule les données sur les décès. Plus de 10 000 personnes sont mortes après des piqûres dans l’UE et aux États-Unis

STRAGE INFINITA DI VACCINATI. EMA “occulta” 7.748 morti. 152mila effetti seri. Speranza “mente” alla Camera su reazioni gravi Astrazeneca. AIFA: 1.222 casi neurologici in Italia
En couverture, Bill Gates et Roberto Speranza, ministre italien de la Santé

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Version anglaise ici

Parmi les personnes vaccinées avec des sérums expérimentaux anti-Covid se poursuit le massacre qui dans l’Union européenne, selon des données mises à jour le 11 avril, aurait atteint le chiffre inquiétant de 7748 morts (3 186 aux USA). Mais EudraVigilance, la société de pharmacovigilance mandatée par l’EMA (Europea Medicines Agency), continue de perpétrer une tentative flagrante de dissimulation des décès survenus après les effets indésirables. Dans le même temps, le ministre de la Santé, Roberto Speranza, désormais bouclier et paratonnerre du gouvernement italien de Mario Draghi, va même jusqu’à mentir sur les chiffres dans un rapport officiel à la Chambre des députés pour minimiser le danger du Vaccin AstraZeneca, afin de ne pas compromettre le business sur le vecteur Adenovirus de Chimpanzee développé dans le Latium par le gouverneur Nicola Zingaretti, ancien secrétaire du PD qui soutient la majorité actuelle écrivant PRO-VAX sur la peau d’Italiens transformés en cobayes humains involontaires.

De nombreuses thromboses après les vaccins: 3 soldats carabiniers morts. Mais les affaires d'AstraZeneca et de l'Italie doivent continuer. L'EMA a dit…

La controverse internationale s’est concentrée sur des cas de thrombose entraînant des hémorragies cérébrales mortelles que certaines études menées en Allemagne et en Norvège ont corrélées avec le vaccin Vaxzevria (anciennement ChAdOx1) développé par le Jenner Institute d’Oxford pour le patient anglo-suédois. AstraZeneca qui est basée à Cambridge, grâce à la contribution biotechnologique italienne fondamentale. L’Autriche a été la première à noter ce lien de causalité entre l’inoculation d’une dose et le décès d’une infirmière en sonnant l’alarme en Europe tout comme le ministre Speranza a autorisé son administration également aux plus de 65 ans pour ensuite l’interdire aux moins de 50 ans comme autre. pays dont l’Allemagne. Bref, le Danemark d’abord puis la Norvège ont décidé de suspendre l’utilisation de ce médicament génomique immunisant, amenant également la Commission européenne à remettre en cause l’achat des doses prévues pour 2022, tandis que le gouverneur de la région du Piémont, Alberto Cirio, d’autre part , s’est jeté dans la mêlée en annonçant les négociations pour acheter les doses danoises et norvégiennes aux journaux.

Vaccin suspendu au Canada et en Allemagne également… AstraZeneca a admis les risques de thrombose, donc a changé le nom du Serum

«Comme il y a peu de personnes qui meurent de la COVID-19 en Norvège, le risque de mourir après la vaccination avec le vaccin AstraZeneca serait plus élevé que le risque de mourir de la maladie, en particulier pour les plus jeunes», a déclaré Geir Bukholm, directeur de la Division de la lutte contre les infections et de la santé environnementale à l’Institut norvégien de santé publique.

L’EMA, après deux rapides réflexions, a d’abord suspendu puis autorisé à nouveau l’utilisation du vaccin, constatant que les cas de thrombose sont très rares et émettant ainsi le verdict similaire exprimé il y a quelques jours, elle passe à l’autre sérum vecteur développé par Janssen Pharmaceutica en Beerse, en Belgique, pour le compte de la multinationale Johnson & Johnson: le vaccin suspendu aux Etats-Unis après une décision de la FDA (Food and Drug Administration) pour 6 cas de thrombose a de nouveau été autorisé à l’administration après avis favorable du CDC ( Centre de contrôle des maladies).

WUHAN-GATES – 32. Projet de loi III, Empereur mondial des vaccins. Couronné par le cartel de Big Pharma dans le cadre de l’accord de la Fondation Gates

Ces controverses scientifiques sur les vaccins, grâce auxquelles les sérums directement financés par Bill Gates (Moderna et Pfizer-BioNTech) ont acquis une plus grande fiabilité parmi la moyenne et la population, ont attiré l’attention sur les vaccinés décédés d’étranges hémorragies cérébrales car elles sont plus frappantes et plus facile à corréler avec l’administration d’une dose d’antidotes contre Covid-19, bien que l’Italie soit l’un des premiers pays à continuer à en faire un usage intensif sans que les professionnels de la santé et le pouvoir judiciaire aient pu déterminer le lien de causalité déjà prouvé ailleurs et rapporté par AstraZeneca lui-même dans la notice renouvelée avec le changement de nom du médicament. Mais comme nous le verrons, il existe de nombreux autres types d’effets indésirables graves qui ont enregistré une incidence bien plus élevée que les troubles du sang ou du système lymphatique …

AFFAIRES FATALES CACHÉES PAR L’EMA

Mais la pharmacovigilance, en plus de détecter la thrombose également pour Pfizer, comme cela s’est produit pour le médecin américain Gregory Michael décédé à l’âge de 56 ans, met en évidence une situation d’alarme généralisée qui est en fait masquée par la complexité de la lecture des données d’EudraVigilance sur les cas mortels pour trois raisons. Tout d’abord, le dernier bulletin de l’EMA analysant les rapports collectés sur les effets indésirables date de janvier dernier. De plus, sur le site EudraVigilance, non seulement le nombre total de personnes vaccinées décédées n’apparaît pas, qui ne peut être calculé que par une somme laborieuse de tous les groupes d’effets indésirables pour chacun des 4 vaccins autorisés, mais l’avertissement apparaît également que les «cas mortels» peuvent correspondre à plusieurs rapports pour le même individu, annulant ainsi un réel décompte sur les défunts de ceux qui avaient fait leur comme dans le dossier précédent de Gospa News.

Décimation parmi les vaccinés Covid. Boom des effets indésirables graves: 2,787 cas mortels dans l'UE, 1,095 aux États-Unis

«Les informations présentes sur ce site Web concernent des effets indésirables suspectés, c’est-à-dire des événements médicaux qui ont été observés suite à l’utilisation d’un médicament, mais qui ne sont pas nécessairement liés ou causés par le médicament. Les informations sur les effets indésirables suspectés ne doivent pas être interprétées comme signifiant que le médicament ou la substance active provoque l’effet observé ou est dangereux à utiliser. Seule une évaluation détaillée et une appréciation scientifique de toutes les données disponibles permettent de tirer des conclusions solides sur les bénéfices et les risques d’un médicament», prévient la Banque européenne de données gérée par EudraVigilance.

«L’Agence européenne des médicaments publie ces données afin que ses parties prenantes, y compris le grand public, puissent accéder aux informations que les autorités réglementaires européennes utilisent pour évaluer la sécurité d’un médicament ou d’une substance active. La transparence est un principe directeur clé de l’Agence». Malheureusement, ce même concept est immédiatement nié dans une autre prémisse spécifique de l’interprétation des données. «Les informations disponibles dans les onglets 3, 4, 5 et 6 tiennent compte du ou des effets indésirables suspectés signalés dans un cas individuel; en tant que cas individuel; peuvent faire référence à plus d’un effet indésirable suspecté, les informations ne représentent PAS le nombre total de cas individuels qui ont été rapportés à EudraVigilance, mais le nombre d’effets indésirables associés.»

VACCINS à ARNm, RISQUES DE CANCER! WLO: «Crimes contre l’humanité»

N’étant qu’une donnée «indicative», nous nous appuyons sur les calculs publiés par le mathématicien Antonio Corbo Esposito sur Twitter qui sont également une mise à jour le 11 avril de ceux déjà publiés par le Dr Stefano Scoglio dans un article publié sur DataBase Italia (lien en bas de l’article). Après le vaccin Pfizer, environ 3760 sont morts (sur 66 millions de doses), après l’administration de la dose Moderna 1801 (sur 10 millions), après le Vaxzevria d’AstraZeneca 1086 (sur 28 millions), alors que 15 auraient déjà été fatales cas signalés pour Janssen dont très peu de doses avaient été inoculées à cette date. Un bref calcul arithmétique porte donc le total approximatif à 7748 décédés vaccinés, indiquant que le taux de mortalité le plus élevé est enregistré avec le médicament génique de Moderna (0,018%), puis avec Pfizer (0,0057%), et enfin avec le sérum notoire d’AstraZeneca (0,0038%) ).

La simple liste des effets indésirables publiée par le CDC américain

«Sur les 3 186 décès signalés au 16 avril, 26% sont survenus dans les 48 heures suivant la vaccination, 17% sont survenus dans les 24 heures et 41% sont survenus chez des personnes qui sont tombées malades dans les 48 heures suivant la vaccination. Aux États-Unis, 202,3 millions de doses de vaccin COVID avaient été administrées au 16 avril. Cela comprend 89 millions de doses du vaccin Moderna, 105 millions de doses de Pfizer et 8 millions de doses du vaccin COVID Johnson & Johnson (J&J) », rapporte plutôt le site Le Défenseur de l’avocat Robert F. Kennedy jr, basé sur le rapport périodique du CDC qui, contrairement à l’EMA, publie également un simple tableau de synthèse des données collectées par l’organisme américain de pharmacovigilance VAERS.

1 Commento

UN INONDATION DE RÉACTIONS INDÉSIRABLES GRAVES

Des tableaux mis à jour à la première semaine d’avril, un élément inquiétant émerge aussitôt: le sérum Johnson & Johnson Janssen, prêt à revenir sur le marché malgré la suspension temporaire aux USA et le blocage d’un maxi lot de millions de doses car il a été emballé dans une usine de Baltimore sans les autorisations sanitaires nécessaires, a enregistré 405 effets indésirables graves sur 413 rapports (mis à jour au 24 avril).

Ce nombre petit mais significatif pour le pourcentage de cas graves s’ajoute au flot d’effets indésirables, dont de très nombreux graves, en référence aux trois autres vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca mis à jour à la première semaine d’avril dans les tableaux que nous publions . Les rapports depuis le début de l’administration des antidotes contre le Covid-19 (décembre et janvier) ont atteint le chiffre embarrassant de 321 942 qui n’est pas effrayant en termes de pourcentage si on parle d’environ 100 millions de doses inoculées dans l’Union européenne mais pour le très haut nombre d’effets indésirables graves: 152 771 (en comptant également les 405 de J&J au 24 avril).

Les listes EudraVigilance des effets indésirables graves des vaccins Johnson et Moderna mises à jour en avril

«Un effet indésirable est classé comme` `grave  » s’il (i) entraîne la mort, (ii) met la vie en danger, (iii) nécessite une hospitalisation ou la prolongation d’une hospitalisation existante, (iv) entraîne une invalidité / incapacité persistante ou importante ( selon l’opinion du journaliste), (v) est une anomalie congénitale / une malformation congénitale, ou (vi) entraîne d’autres conditions médicales importantes. Les rapports où des médicaments ou substances actives sont déclarés comme médicaments concomitants sont exclus », précise la base de données européenne.

Une analyse rapide des tableaux montre la relation entre le nombre total de déclarations et les réactions graves en référence à chaque vaccin. Si le sérum Jannsen arrive en tête du classement du pourcentage d’effets graves avec un alarmant 98%, vient immédiatement après celui d’AstraZeneca avec un peu tranquillisant 59,2%, soit 100 348 cas graves sur 169 386 effets indésirables totaux. Le vaccin Moderna n’est pas en reste avec un pourcentage de 50,7%, soit 7 221 effets graves sur 14 235 rapports collectés. Bien que le meilleur de tous, dans cette corrélation statistique, la Comirnaty de Pfizer apparaît, s’installant sur 32,3% des effets indésirables graves (44,797) sur un total de 136,321. Mais dans le même temps, il a enregistré 3 760 cas mortels, soit 2,7% de tous les signalements, ce qui n’est rien comparé à 12,6% des 1801 cas mortels avec Moderna qui représente un paramètre vingt fois plus élevé que celui d’AstraZeneca, égal à 0,64%.  

Listes LEudraVigilance sur les effets indésirables graves des vaccins Pfizer-Biontech et AstraZeneca mises à jour en avril

Comme prévu au début, cependant, les préoccupations concernant la thrombose ne représentent qu’un des espions sur les effets secondaires graves des vaccins. Qu’il suffise de dire qu’AstraZeneca a enregistré 3167 réactions graves pour des troubles sanguins (dans le groupe desquels il y a des événements thrombotiques) au niveau européen, alors qu’elle a détecté 73 441 de nature générale (c’est-à-dire pas mieux identifiée), 63 348 au niveau du système nerveux, 38 906 toutes «système musculo-squelettique, 33 673 dans le système gastro-intestinal et 10 740 dans le système respiratoire, en plus de 4 791 troubles cardiaques et 6 790 troubles psychiatriques.

Aussi pour Pfizer, parmi les effets secondaires les plus graves, les 20 864 au système nerveux, 11 270 au système gastro-intestinal, 7 783 au système respiratoire et 4 320 au système cardiaque méritent une attention particulière. La situation est similaire pour Moderna où l’on distingue 3 230 troubles du système nerveux, 1 638 du système respiratoire et 1 541 du système respiratoire.

MYSTÈRES SUR LES DONNÉES ITALIENNES. ALERTE SUR LES RISQUES NEUROLOGIQUES

Si nous tenons pour acquis les données publiées dans le troisième rapport de l’AIFA sur la pharmacovigilance en relation avec l’Italie, comme nous sommes obligés de le faire jusqu’à preuve du contraire, l’épineuse question des effets indésirables graves se transforme en un arcane cryptique d’une ampleur telle qu’elle alimente de nombreux soupçons sur les nombres et les pourcentages. En effet, parmi les pays de l’Union européenne suivis par la base de données EudraVigilance et EMA, la moyenne des effets indésirables très graves est égale à 47,5% du total (152 771 sur 321 942 rapports). De plus, l’Italie reste en tête du classement peu flatteur sur les rapports de problèmes enregistrés après l’administration des vaccins: elle occupe la première place pour le sérum Pfizer (39 479) et la troisième pour AstraZeneca (10 560) et Moderna (1 343). Mais malgré cela, selon le dernier dossier de l’Agence italienne des médicaments (AIFA), c’est le pays qui a une moyenne presque non pertinente de réactions indésirables graves.

Rapports d’effets indésirables après les vaccins en relation avec les pays de l’Union européenne (données EudraVigilance)

«Les rapports relatifs à cette période de la campagne de vaccination se réfèrent principalement à des événements non graves (92,7%), avec un taux de déclaration égal à 473/100 000 doses administrées. La valeur est similaire au taux cumulé pour tous les événements précisément parce que les rapports non graves représentent la majorité d’entre eux. Les taux de notification des événements non graves pour les vaccins individuels sont de 500 (Comirnaty), 204 (Moderna), 426 (Vaxzevria) pour 100 000 doses administrées. Les déclarations graves correspondent à 7,1% du total, avec un taux de 36 événements graves pour 100 000 doses administrées, quels que soient le type de vaccin, la dose administrée (1ère ou 2ème dose) et le rôle causal éventuel de la vaccination. Les taux de notification des événements graves pour les vaccins individuels sont de 33 (Comirnaty), 22 (Moderna), 50 (Vaxzevria) pour 100 000 doses administrées. La distance temporelle entre l’administration du vaccin et le début des événements indésirables graves suit une tendance similaire à celle rapportée pour tous les rapports reçus (voir tableau 2)».

C’est, en un mot, le rapport de l’AIFA qui conduira le lecteur à un doute hamletique: soit les Italiens, grâce aux pâtes, à la pizza et au bon vin, ont montré une résistance aux vaccins étonnamment meilleure que celle des autres Européens qui en 47,5% des cas rapportés, ils ont présenté des effets indésirables graves, soit 40,4% de plus chez les habitants de la péninsule méditerranéenne, ou le système de pharmacovigilance en Italie a été mis en place pour ne signaler comme graves que les effets indésirables les plus dévastateurs.

La troisième hypothèse, que nous prenons en considération uniquement à la lumière des fausses données publiées par le ministre de la Santé Roberto Speranza dans ses informations sur les vaccins à la Chambre des députés, est que le pourcentage de relecture des chiffres a été adouci avec un peu de technique. subterfuge statistique. Une série de cas alarmante, cependant, émerge également du rapport de l’AIFA où 1222 événements neurologiques graves et 1549 paresthésies sont rapportés.

Les tableaux AIFA sur les événements indésirables neurologiques graves

La paresthésie est une altération de la sensibilité des membres ou d’autres parties du corps. En particulier, le terme décrit une affection caractérisée par des phénomènes sensoriels au niveau local, plus fréquemment décrits comme des picotements, parfois associés à une sensibilité altérée ou diminuée (anesthésie et dysesthésie), et au froid ou à la chaleur sans stimulus thermique ou interne, ou à une sensibilité accrue à la température réelle ou à la douleur (hyperalgésie et hyperesthésie). Ces problèmes, dans de nombreux cas dus à des lésions affectant le système nerveux central ou périphérique, peuvent également avoir des causes circulatoires (occlusion des vaisseaux sanguins dans le membre atteint). Les causes nerveuses de la paresthésie peuvent inclure des lésions du tissu nerveux dues à une intervention chirurgicale, des blessures, des hernies ou même des maladies virales telles que la rage et l’intoxication au mercure. La paresthésie peut également être un symptôme du diabète sucré, de l’hypothyroïdie et de la sclérose en plaques.

ASTRAZENECA: DES MENSONGES CLAMOUREUSES D’ESPOIR À LA CHAMBRE

«La plupart des événements rapportés pour le vaccin Vaxzevria sont liés à la classe organo-systémique des troubles généraux et des conditions au point d’administration (87%) et sont principalement représentés par de la fièvre, des frissons, de l’asthénie / fatigue et des douleurs au site d’injection. 90% de ces rapports sont classés comme non graves. Les événements qui relèvent de l’appareil locomoteur et les troubles du tissu conjonctif (54%) suivent par ordre de fréquence, principalement représentés par des douleurs musculaires et articulaires généralisées. Là encore, 90% des cas sont classés comme non graves. Viennent ensuite par ordre de fréquence les événements relevant des troubles du système nerveux (53%), en particulier les céphalées, classées comme non graves dans 90% des cas et parmi les troubles gastro-intestinaux (25%), principalement des nausées et des vomissements, classée comme non grave dans 85% des cas. La plupart des 824 rapports d’événements indésirables graves pour ce vaccin font état d’une forte fièvre accompagnée de tout autre symptôme systémique associé. Les autres termes préférés rapportés avec une fréquence plus faible sont: tremblement, vertige, syncope, somnolence, douleur généralisée».

Dans l’analyse détaillée des effets indésirables, l’AIFA, en référence aux données mises à jour au 26 mars, précise clairement qu’il y a 824 effets indésirables graves, dont 12 décès, sur un total de 7 854 déclarations. Mais le ministre Speranza, dans son rapport à la Chambre des députés, a fait état de chiffres très différents, se moquant des parlementaires élus par le peuple.

«Dans cette lutte contre le temps, il est physiologique qu’après des millions d’inoculations, l’utilisation d’un vaccin puisse être évaluée plus avant et même si nécessaire remodulée en fonction des groupes d’âge sur la base des preuves scientifiques qui mûrissent en ayant une bien plus grande histoire de cas – a déclaré Speranza – après avoir fait cette prémisse et entrer encore plus en détail, nous débarrassons le terrain de tout malentendu éventuel. AstraZeneca, comme tous les autres vaccins commercialisés en Europe, est un vaccin efficace et sûr. C’est un vaccin qui sauve la vie des gens. Cela nous amène au sujet des très rares cas indésirables qui ont été enregistrés avec ce vaccin. De nombreux scientifiques nous ont rappelé ces derniers jours qu’il n’existe aucun médicament dont les effets secondaires peuvent être exclus à 100%. Il existe des études et des recherches faisant autorité qui, à mon avis, ne seront probablement pas suffisantes pour dissiper les doutes qui tourmentent tant de gens ces jours-ci. Face aux doutes, je pense que l’arme la plus efficace est toujours la transparence. C’est pourquoi, encore une fois, je veux rappeler précisément les chiffres du phénomène dont nous parlons sur 32 millions de vaccinations effectuées et 222 déclarations, 86 événements indésirables ont été enregistrés et 18 ont été mortels. Cependant, nous parlons d’un phénomène, aussi douloureux soit-il que toute vie brisée est une perte grave, numériquement très faible. Il est clair que nous ne pouvons et ne devons pas sous-estimer ces réactions et ces cas».

Avec quel courage Speranza, déjà responsable d’avoir ignoré les thérapies efficaces dans la bataille sanitaire contre Covid-19, peut être considéré comme attentif au phénomène si le 15 avril il rapportait 222 rapports sur AstraZeneca alors que l’AIFA en avait signalé jusqu’à 7854 effets indésirables? Comment aurait-il pu minimiser à 86 événements indésirables alors que le nombre d’événements graves avait déjà été mis à jour à 824 deux semaines avant son opération? N’a-t-il fait allusion à la thrombose qu’en omettant subrepticement de prendre en considération toutes les autres conséquences graves pour les personnes vaccinées résultant d’autres types de troubles?

L’empreinte de propagande politique d’un ministre déterminé à défendre AstraZeneca afin de ne pas compromettre l’entreprise sur le vecteur Adenovirus de Chimpanzee produit pour ce sérum par Advent srl dans le Parc Science de Pomezia (Rome), pendant des années financé par le gouverneur du Latium Nicola Zingaretti , ancien secrétaire du Parti démocrate qui soutient le gouvernement Draghi.  

CAVIAS HUMAINS POUR VACCINS EXPÉRIMENTAUX

«Il n’y a pas de rapport de décès suite à un choc anaphylactique ou à des réactions allergiques majeures, alors que des événements cardiovasculaires sont souvent rapportés chez des patients ayant des antécédents cliniques de maladies antérieures ou de facteurs de risque cardiovasculaires. De plus, des cas mortels liés au problème thrombo-embolique ont été rapportés, discutés dans le focus dédié disponible dans ce rapport» ajoute l’AIFA. 

«Les évaluations des cas accompagnées d’informations détaillées et complètes suggèrent l’absence de responsabilité du vaccin dans la plupart d’entre eux, car ce sont souvent des sujets avec des pathologies existantes ou antérieures et en polythérapie, avec des fragilités cliniques, telles que: les maladies cardiovasculaires (artérielles hypertension, antécédents d’infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, cardiomyopathie), maladies métaboliques (diabète, dyslipidémie), maladies oncologiques, maladies auto-immunes, maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer), maladies respiratoires et médiastinales (BPCO, emphysème), reins, foie, maladies pancréatiques, maladies du système lymphopoïétique (thrombocytopénie, défauts de coagulation)» note l’Agence italienne du médicament, confirmant l’alarme déjà soulevée par Gospa News dans le dossier précédent sur les effets indésirables graves des vaccins.

Les cas mortels rapportés par le troisième dossier de pharmacovigilance AIFA sur les vaccins

«Par conséquent, tant l’appréciation de la cause du décès que l’attribution du lien de causalité sont complexes. Pour cette raison, chaque cas est soigneusement étudié, en demandant toujours au rapporteur de fournir en temps opportun des informations cliniques et diagnostiques complémentaires (antécédents cliniques et pharmacologiques, dossier médical, toutes investigations effectuées et autopsie). Cependant, il n’est pas toujours possible de trouver ces détails et certains formulaires de rapport signalent souvent des lacunes importantes qui ne peuvent être comblées lors de la phase de suivi».

C’est le dernier alibi de l’AIFA avec lequel la pharmacovigilance étend enfin les bras et se dit impuissante à analyser en détail les cas mortels parmi les vaccinés qui deviennent donc des cobayes humains involontaires à tous égards comme l’a également admis le commissaire extraordinaire pour la COVID- 19 urgence.

«Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’a été possible de produire un vaccin contre une terrible pandémie en si peu de temps, mais surtout des dizaines de millions de doses ont été injectées en très peu de temps, sans en connaître clairement le résultat, sinon l’expérimental. on a amené le vaccin à faire approuver par la communauté scientifique et par l’agence de régulation» a ordonné le général Francesco Paolo Figliuolo derrière l’uniforme militaire avec lequel il inspire la terreur préméditée d’une dictature nazi-communiste qui a abouti à l’obligation de vaccination des agents de santé. Obligation contre laquelle le magistrat Angelo Giorgianni, président de l’association L’Eretico et secrétaire général de l’Organisation mondiale de la vie, a adressé un avertissement formel au gouvernement.

Lire la suite …

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

interdiction de reproduction sans autorisation

SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – WUHAN.GATES REPORTAGE

GOSPA NEWS – ENQUÊTES SUR LE VIRUS CORONA

INSTITUT NORVÉGIEN DE SANTÉ PUBLIQUE – ASTRAZENECA SUPPRIMÉ

BASE DE DONNÉES ITALIE – ANALYSE DU DOCTEUR SCOGLIO SUR LES VACCINS

LE DÉFENSEUR – LES DONNÉES DU VAERS SIGNALENT LES DÉCÈS DES VACCINS COVID

EUDRAVIGILANCE – DONNÉES MISES À JOUR SUR LES EFFETS INDÉSIRABLES

AIFA – TROISIÈME RAPPORT DE PHARMACOVIGILANCE SUR LES VACCINS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GOSPA NEWS

Événements indésirables des Vaccins. 24 avril 2021 Des données bouleversantes.

Source : BIT CHUTE

Les données sont toujours sauvegardées une semaine, comme cité sur la page VAERS que, bien qu’elles soient passées le 24 avril 2021, les données incluses ne représentent que les rapports déposés jusqu’au 16 avril 2021. La semaine précédente était de 68 348 événements indésirables et 2 602 décès, Cette semaine, c’est 86 081 événements indésirables et 3 186 décès. Étant donné que ce sont moins de 1% des chiffres réels, cela signifie une réalité de 318 600 décès et 8 608 100 événements indésirables au total. ** Modifiez quand j’ai dit des centaines ou des milliers de vaccins, évidemment, je veux dire des centaines de millions **

[Faites la même chose pour l’Union européenne et la Grande-Bretagne – MIRASTNEWS]

Fuite Vidéo 2005 Vaccin du Pentagone Pour le Fondamentalisme Religieux (Fun Vacs)

Source : BIT CHUTE

Fuite de la vidéo du Pentagone 2005 – Vaccin pour le fondamentalisme religieux (FunVacs)

« Nous allons » vacciner « les fanatiques religieux » « 

Le virus immuniserait certains gènes contre la religiosité.

QUE font-ils d’autre ???

Victimes du vaccin COVID – Télégramme – https://t.me/covidvaccinevictims

Source: BIT CHUTE

Les sénateurs démocrates font la guerre aux « anti-vaxxers » avec une liste choquante de diseurs de vérité ciblés

Image: Democrat senators wage war on “anti-vaxxers” with shocking HIT LIST of targeted truth-tellers

Les sénateurs Amy «Karen» Klobuchar (D-MN) et Ben Ray Lujan (D-NM) ont lancé une croisade contre le Dr Sherri Tenpenny, le Dr Joseph Mercola, Robert F. Kennedy Jr. et de nombreux autres professionnels de la santé de renom pour avoir prétendument répandu de la «désinformation» sur le coronavirus de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliés MIRASTNEWS] [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] en ligne.

Le duo démocrate a envoyé une lettre au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg et au PDG de Twitter, Jack Dorsey, les exhortant à supprimer ces comptes et neuf autres comptes «anti-vaccin» des médias sociaux car ils menacent l’agenda de la vache à lait et de l’eugénisme de Big Pharma.

« Nous écrivons pour exprimer notre inquiétude concernant les ramifications de santé publique de la désinformation en ligne du vaccin contre le coronavirus et pour vous exhorter à supprimer les comptes qui ont été identifiés par des experts comme responsables de la production de la majorité de cette désinformation sur les plateformes de médias sociaux », Klobuchar et Luján a écrit.

« Un rapport récent du Center for Countering Digital Hate (CCDH) a identifié une douzaine de producteurs de contenu spécifique comme étant les sources originales d’environ 65% de la désinformation des coronavirus en ligne », ont-ils ajouté.

Klobuchar et Luján se disent particulièrement préoccupés par le fait que de tels messages soient ciblés sur les communautés noires et latino-américaines, car ces personnes sont les principales cibles du programme de dépeuplement de l’État profond.

«Pendant trop longtemps, les plateformes de médias sociaux n’ont pas réussi à protéger adéquatement les Américains en ne prenant pas suffisamment de mesures pour empêcher la propagation de la désinformation vaccinale en ligne», affirment en outre Klobuchar et Lujan.

« Malgré vos politiques visant à empêcher la désinformation des vaccins, nombre de ces comptes continuent de publier du contenu qui atteint des millions d’utilisateurs, violant à plusieurs reprises vos politiques en toute impunité. »

Les gauchistes ne peuvent pas gagner la guerre de l’information sur le mérite ou la crédibilité, alors ils trichent avec la tyrannie et la censure

Avec Tenpenny, Mercola et Kennedy, le duo démocrate nomme également Ty et Charlene Bollinger, Rizza Islam, Rashid Buttar, Erin Elizabeth, Sayer Ji, Kelly Brogan, Christiane Northrup, Ben Tapper et Kevin Jenkins comme des influenceurs problématiques qui sont également convaincants beaucoup de gens pour sauter le jab et enlever le masque.

Il n’est apparemment pas correct que Tenpenny, par exemple, ait parlé à ses partisans d’une étude scientifique qui a déterminé que les masques en tissu étaient à la fois dangereux et inefficaces pour empêcher la propagation du virus chinois. Parce que Klobuchar et Lujan n’approuvent pas ce type de science, ils veulent que Zuckerberg l’interdise.

De même, les autres noms susmentionnés ont publié un contenu similaire informant les gens que s’exposer davantage au soleil et manger sainement peut réduire considérablement le risque de contracter tout type d’infection. Klobuchar et Lujan ne veulent pas que les gens ne sachent rien de tout cela, ils demandent donc que cela soit retiré d’Internet.

Comme nous l’avons récemment signalé, le régime Biden dépense des milliards de dollars de vos impôts pour essayer d’inciter les influenceurs des médias sociaux à pousser les vaccins et les masques, ce qui ne fonctionne apparemment pas alors que des dizaines de millions d’Américains résistent.

Il est parfaitement clair que l’État profond est paniqué par le fait que plus d’Américains que peut-être jamais auparavant brisent le charme et ignorent les directives du gouvernement en matière de «santé publique». Pour cette raison, les marionnettes politiques en herbe de dictateurs comme Klobuchar et Luján essaient désespérément d’arrêter le flux de la vérité à travers la tyrannie.

«Désinformation vaccinale? Ce qu’ils veulent dire, c’est qu’ils veulent que tout le monde soit annulé qui les remet en question, leur prouve le contraire ou fait la lumière sur le danger des vaccins», a écrit un commentateur d’Infowars à propos de ce dernier shenanigan. « Ils veulent que le plus de gens possible restent dans l’obscurité et incapables de voir la vérité. »

« C’est ce à quoi vous auriez pensé que le gouvernement communiste chinois serait impliqué – non, c’est ici en Amérique maintenant. »

Vous trouverez plus d’informations sur la tyrannie du coronavirus de Wuhan (Covid-19) sur Pandemic.news.

Les sources de cet article comprennent:

Infowars.com

NaturalNews.com

Ethan Huff

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

#BRÉSIL #VACCIN FORCÉ

Source : BIT CHUTE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :